AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791097594152
Éditeur : Serge Safran éditeur (10/05/2019)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Avec beaucoup d'autodérision Arthur raconte son vécu d'enfant laid, puis d'adolescent et de jeune homme. Dès sa naissance, ses parents, qui s'attendaient à un beau bébé, sont effondrés. Il est d'une rare laideur ! Ils essaient de s'attacher à lui. Peine perdue. Ils espèrent qu'un chirurgien saura réparer cette erreur de la nature. Mais aucune intervention n'est possible avant l'âge adulte. En attendant, ils cachent leur enfant du mieux qu'ils peuvent : « burka pour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
  01 juillet 2019
Qu'est-ce qu'elle a sa gueule ?
Isabelle Minière constate que le personnage principal de son nouveau roman est né laid. de ses premiers pas jusqu'au moment de fonder une famille, Arthur va nous raconter son parcours d'une plume très aiguisée.
Après Au pied de la lettre, On n'est jamais à l'abri d'une bonne surprise et Je suis très sensible, Isabelle Minière nous offre un quatrième roman qui lui permet de poursuivre son cheminement avec des personnages «différents» qui deviennent vite attachants. Une gageure dans ce cas précis puisqu'Arthur est repoussant. Ses parents avaient prévu de l'appeler Ange, mais avec la tête qu'il a, il n'ont pas pu.
Voici donc l'histoire d'un garçon auquel on n'aurait sans doute pas prêté attention s'il avait répondu à un minimum de critères esthétiques. Ses parents voulaient cet enfant, se réjouissaient de sa naissance et étaient prêts à lui fournir l'éducation qui lui permettrait de trouver sa voie dans une existence vraisemblablement des plus ordinaires.
Seulement voilà, ils sont «démunis devant cette chose effarante: leur bébé allait bien mais il était d'une rare laideur». La sage-femme a beau leur promettre que cela va s'arranger, plus les jours passent et moins leurs espoirs ne se concrétisent. Ils se tournent alors vers la chirurgie esthétique mais doivent là encore déchanter. Une intervention ne peut être envisagée que lorsque Arthur aura achevé sa croissance. Une fin de non-recevoir qui va toutefois s'accompagner d'un conseil précieux: plus vous aimerez votre enfant et plus il ira bien.
Une recette qui, si elle ne provoque pas de miracle, va permettre à Arthur de se sentir mieux et de comprendre que dans son malheur, il pourrait toujours compter sur ses géniteurs: «Je mangeais de l'amour, de l'affection, de l'attention.»
Son père va alors trouver le moyen de transcender cette laideur en dessinant, puis en sculptant son fils. «Le travail de mon père, de "prometteur" est passé à "remarqué", voire "remarquable".» Les sculptures et statuettes se vendent de mieux en mieux. Arthur quant à lui trouve un subterfuge. Oubliant les foulards et les capuches, il se cache derrière une barbe et une chevelure conséquentes. Et derrière un humour, une autodérision qui vont lui permettre de son construire malgré ce handicap. Mieux même, il va faire de son cas une force en s'engageant dans une étude sur l'importance de l'apparence physique, sur «l'influence de la laideur sur le comportement des gens».
Isabelle Minière a cette sensibilité, cet art de raconter les choses les plus difficiles avec délicatesse, de les enrober de bienveillance sans pour autant en oublier les aspects douloureux. le jeune va avoir envie de découvrir les choses du sexe, se dire que dans son état faudrait passer par une prostituée et va finir par… se faire quelques relations qui lui redonneront le moral et l'envie «de changer de vie, de visage, de me réconcilier avec moi-même, et avec les autres».
Je vous laisse découvrir l'épilogue de ce roman. Et apprécier le talent d'une romancière qui n'a pas fini de nous surprendre en ré-enchantant le quotidien.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Leraut
  15 octobre 2019
L'incipit « Je suis né laid » est une lézarde sur le mur de l'adversité. Une fausse note qui attise le rejet. Un cri dans le sombre d'une malchance. Et pourtant ! Isabelle Minière délivre une histoire sans pathos, lumineuse. L'écriture est intuitive, aérienne, sensible. L'auteure par une conjugaison de renom parvient à mettre sur le piédestal ce que le manichéen a de force et de vigueur. Subtilement par un jeu de miroir inversé, dans un face à face qui résiste, oppose l'épreuve et l'endurance, les faits et les espoirs, le noir et le blanc, la laideur et la beauté, la frayeur et la sérénité. La posture de la trame est une vertu théologale. Deviner au travers, la symbiose d'un regard, celui de la normalité, celui de l'atypie. Ecarter subrepticement dans une histoire l'apparence et laisser naître ce que le clair-obscur pressent. le symbole ici, est la résistance, le lâcher-prise des aprioris. La place est nette, les mots de l'auteure sont d'une double lecture allouée. Lire, « Je suis né laid » c'est non pas acter pour la compassion et l'émotion, c'est apprendre les nouvelles gammes d'une musique qui maquille la laideur en notes transcendantes. Ici, nous sommes dans une autre dimension. Déjouer les diktats de la beauté et comprendre les signes d'un regard où le langagier est essentiel à toutes survies. On s'attache à ce petit trésor né laid. A ce « Tutur » qui aura tout l'amour de ses parents et de certains, cercle régénérant et magnétique. Sans aucune arrière-pensée de pitié néfaste. Encore une réussite pour Isabelle Minière qui connaît par coeur le pictural de la vérité. le père est un héros. Un homme avec lequel on fusionne d'emblée. Cheminant avec son fils dans cette allée où l'art va faire un beau pied de nez au conventionnel. Ses mains vont modeler la glaise d'une répulsion en aura subliminale. Ici, respire un symbole fort. Un combat pacifique, une preuve d'amour infinie, pour Arthur. On pleure, il y a trop de noblesse dans cette relation filiale. On aime la mère, couvrant cet enfant d'une burka emblématique. Stigmatisant sa propre honte, s'auto-mutilant, mère battante au destin meurtri. Arthur s'éveille dans l'intelligence des coeurs. Dans ce brillant scolaire qui polie sa pierre. Malgré les coups, les lances reçues, batailles rangées contre son apparence, il deviendra son propre maître. Cette histoire est le souffle de la vie. La beauté est souveraine. « Je suis né laid » est un grand livre généreux. Un plaidoyer de saveurs sociologiques psychologiques, humanistes. Il est valeureux et son pouvoir de transmission est immense. On rêve de voir Arthur en authenticité, dans un grand film un jour futur. Ne jamais le quitter des yeux et se dire que la laideur est à l'instar de la raison. Il faut chercher les signes qui élèvent. Publié par Les Editions Serge Safran « Je suis né laid » se trouve dans les cinq finalistes pour le Prix Hors Concours Gaëlle Bohé, c'est une grande chance !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AsmaeG_hc20
  09 mai 2020
Ne les laisse pas te détruire
Je suis né laid est un roman écrit par Isabelle Miniére ,publié aux éditions Serge Safran le 10 juin 2019. Elle a publié une douzaine de livres chez différents éditeurs et a été traduite dans une dizaine de langues. Elle écrit des romans et des nouvelles. Isabelle Minière explore les sentiments des personnes qui ne se sentent pas bien avec son physique , ce qui attire l'attention du public.

le livre raconte l'histoire d'Arthur qui est laid de sa naissance à l'âge adulte. Il souffre parce que personne ne l'accepte , même ses parents, juste pour son physique ce qui nous amène à voir l'importance de l'aspect physique dans la société . Ses parents veulent qu'un chirurgien l'opère mais ce n'est possible avant l'âge adulte. Arthur nous raconte toutes ses expériences ,ses espoirs, ses désillusions et comment il souffre avec sa laideur.
Ce livre est empli de souffrance et de désillusions
D'abord on parle d'un bébé très attendu par ses parents mais après sa naissance, les parents d'Arthur souffrent pour la laideur de leur fils. Il y a des passages dans le livre qui montrent cette souffrance : On peut l'opérer de son visage? Il va mal . Ses parents souffrent après avoir vu la laideur de leur fils et ils essaient de trouver une solution mais ils ne le trouvent pas. Non seulement ses parents ont souffert, Arthur a également souffert , c'est ce que montre ce passage : Quand je m'approchais de la balançoire on me poussait en arrière , on me faisait tomber . Arthur n'a pas été accepté par personne, il était toujours seul car les gens se concentrent sur le physique plutôt que sur la personnalité
Ensuite Arthur a eu des expériences de plus en plus difficiles , des désillusions parce qu'il se rend compte que les gens ne le traitent pas comme les autres enfants . Il y a des passages qui nous montrent ses désillusions : Je n'avais pas droit à la balançoire, pas le droit non plus de jouer avec les autres . On peut lire aussi des passages qui nous montrent la désillusion de leurs parents : Mes parents avaient toujours espéré que ça s'arrangerait avec le temps , le temps n'a rien voulu savoir . Ma laideur s'est aggravée.
On découvre l'impact que cette laideur a sur sa vie.
Ainsi , ce livre est très triste et passionnant . Je le conseille car il nous raconte des faits qui se produisent dans la vraie vie et il nous fait ressentir des émotions que le personnage lui-même ressent .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gay1ane
  15 mai 2020
Isabelle Minière, née au Mali, le 24 août 1961, est psychologue et hypnothérapeuhe. Elle écrit des romans et des nouvelles. "Je suis né laid" est d'un ses romans. Elle raconte l'histoire d'un garçon qui est né si laid. Il s'appelle Arthur. C'est une histoire touchante et émouvante car elle présente beaucoup d'émotions et donne à réfléchir sur chaque décision des personnages.
Ses parents attendaient un enfant aussi beau que tous les parents, mais Arthur était extrêmement laid. Arthur veut être soigné et aimé. Il raconte la difficulté de vivre et la joie qui survient parfois dans sa vie. Il nous montre comment il essaie d'échapper à cette situation en oubliant sa laideur. On voit son désir de vivre. On peut dire qu'il est un homme fort.
C'est un roman à lire absolument parce qu'il présente une analyse de la souffrance. "Si j'avais vu ma gueule avant de naître, si j'avais su ce qui m'attendait et si on m'avait demandé mon avis, j'aurais sans doute coché la case « Ne pas naître ».
Arthur a besoin d'être soutenu par ses parents et ses amis. Il est très faible sans leur amour et leur aide. " Mes parents ont gardé de ma naissance une sorte de traumatisme. Un traumatisme un peu honteux : ils avaient perdu leur bébé, leur Ange – ou leur Angeline – or leur enfant était vivant. Un bébé mort aurait peut-être mieux valu ?". Mais très vite ils ne pensent plus, égoïstement, à eux.
La chirurgie esthétique a changé sa vie. L'operation a changé la façon dont il se sentait. le but - d'être normal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ThelmaJarry
  30 mars 2020
(En italique) Je suis né laid
Ce livre nous raconte l'histoire d'un bébé très attendu par ses deux parents : le petit Arthur. Seulement, on découvre à sa naissance sa terrible laideur. L'histoire se passe dans son quotidien d'enfant, d'adolescent et d'adulte laid, et l'impact que cette laideur a sur sa vie, et les choix qu'elle va le pousser à faire.
Ce livre paru en 2019 a été écrit par Isabelle Minière. Son premier roman s'intitule (en italique) le Soupirant et parait en 2001. A partir de là, l'écrivaine française connaît une ascension vers le succès. Ses ouvrages appartiennent parfois à la littérature générale, mais elle se tourne également vers la littérature jeunesse. Ses romans et nouvelles plaisent de par leur sincérité et leur sensibilité. (En italique) Je suis né laid en est un excellent exemple.
Ce roman possède de nombreux atouts qui en font un excellent livre. L'histoire se déroule sur un fond réaliste, ce qui permet de se représenter et s'imaginer l'histoire aisément. On suit le quotidien d'Arthur, dans les bons comme dans les mauvais moments, tout n'est pas tout blanc ou tout noir, ce qui rend cette histoire d'autant plus réaliste. de plus, suivre la vie du personnage nous permet de nous attacher à lui, on se met à sa place et l'on s'imagine la situation de son point de vue. Ainsi, ce point de vue est très enrichissant et permet de prendre conscience des difficultés qu'il peut traverser. Cette proximité avec le personnage d'Arthur nous fait ressentir ses émotions: ses déceptions, ses angoisses, ses joies... le langage utilisé, parfois assez familier, renforce cette proximité. Ainsi, ce roman nous fait vivre de nombreuses émotions, surtout de par sa fin inattendue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Liberation   09 juillet 2019
Isabelle Minière a un vrai talent pour parler des êtres en marge, inadaptés à la société [...] C’est qu’Isabelle Minière est psy, elle en a vu défiler des déprimés, des laids, des invisibles sur son divan. Une matière brute qu’elle sait rendre universelle et lumineuse.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   01 juillet 2019
INCIPIT
Naître ou ne pas naître?
Je suis né laid. Ça n’est pas venu au fil du temps, en grandissant; c’était là au départ. Non, je n’étais pas un nouveau-né moche, comme ça arrive souvent, un peu rouge, un peu gonflé, fatigué par le voyage. Non, même pour les plus indulgents, c’était flagrant. Laid. Laid de naissance. Ça ne s’est pas arrangé.
Si j’avais vu ma gueule avant de naître, si j’avais su ce qui m'attendait et si on m’avait demandé mon avis, j’aurais sans doute coché la case «Ne pas naître».
J’étais un enfant désiré, du moins jusqu’à ma naissance. Mes parents avaient voulu un enfant, ils en avaient rêvé, ils l’avaient fait. Ils m’imaginaient déjà: beau, charmant, gentil. Un ange. Neuf mois de bonheur, je leur aurai au moins donné ça. Ils ont préparé ma venue dans une espèce d’euphorie, la layette, le berceau, le prénom… Ange si c’était un garçon, Angeline si c’était une fille. Ils avaient refusé de connaître le sexe de l’enfant, ils préféraient avoir la surprise. La surprise, ils l’ont eue.
Je suis né; fin du rêve.
L’accouchement s’est très bien passé, par une belle matinée d’été. Mon père était là, il a accompagné ma mère tout au long, lui tenant la main. respirant avec elle, lui chuchotant des mots doux à l'oreille, caressant son visage, tous deux transportés dans une extase, un émerveillement: leur bébé tant désiré serait là bientôt! Leurs derniers moments de bonheur.
Ma mère n’a pas souffert; pour un peu j’en serais fier. Je n’ai pas hésité à sortir, je n’ai pas traîné en route, comme si j’avais hâte. Si j’avais su… À refaire, si ce choix impossible était possible, je choisirais de mourir dans le ventre de ma mère, au chaud, aimé, choyé. cajolé.
Bref, je suis né vite, en douceur. Tout commençait bien.
J’ai crié tout de suite. Ma première respiration les a réjouis, pleurs de joie tandis que mon père coupait le cordon. Ils ne m’avaient pas encore vu. Je n’étais alors qu’un petit paquet sanguinolent, sans forme bien précise. Ils savaient seulement que j’étais un garçon… donc leur petit Ange. Pas pour longtemps.
La sage-femme s’est emparée de moi pour les premiers soins. Elle a vite froncé les sourcils devant ma tronche. Pourtant elle en avait vu, des nouveau-nés. Était-ce une sorte de malformation ou une physionomie particulière? Dans le doute, elle a fait appeler l’obstétricien, tandis que mes parents étaient encore sur leur nuage, impatients de me voir, de me toucher, dc m’embrasser.
J’ai été lavé, mesuré, testé… Tout allait bien. Sauf ma gueule. Le médecin m’a examiné. J’étais en bonne santé, rien à dire de ce côté-là. Pour le reste il fut sans doute très embarrassé au moment de me déposer, propre et hideux sur le ventre de ma mère. Elle m’a d’abord touché, caressé, les larmes aux yeux.
Puis elle m’a regardé.
Et poussé un cri.
Mon père a eu un haut-le-cœur, la nausée.
– Vous avez mal? a demandé la sage-femme a la jeune maman.
– Non, oui… Non. Je ne sais pas…
– Vous savez le visage des nouveau-nés est souvent déformé… Ça va… ça va s’arranger…
Mes parents se sont regardés, désemparés. Leur bébé était affreux.
– Vous avez déjà décidé du prénom? a demandé la sage-femme.
Ils ont secoué la tête tous les deux en même temps. Ange… ce n’était plus possible.
Ma mère fut très vite installée dans une chambre individuelle (elle n’en avait pas fait la demande), on m’a couché dans un berceau, à côté de son lit, je m’étais endormi.
Mes premières heures furent baignées de pleurs. C’était les parents qui pleuraient, moi je dormais. Ils me jetaient un regard de temps en temps et détournaient aussitôt les yeux. Puis ils ont essayé de se consoler, se sont raccrochés aux paroles de la sage-femme.
– Ça va s’arranger… disait mon père. C’est sans doute le traumatisme de la naissance…
– Oui, disait-elle, pour s’en persuader, c’est passager, il va… il va cicatriser, son visage va se détendre, s’affiner, se… s’améliorer…
Ils espéraient de toute leur force, démunis devant cette chose effarante: leur bébé allait bien mais il était d’une rare laideur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
wiggybiswiggybis   27 juin 2019
Belle à l'intérieur, ça veut dire quoi ? Si vous êtes beau à l'intérieur mais moche à l'extérieur, les gens retiendront surtout la mocheté, tout en vous accordant, peut-être, des qualités morales. C'est parce qu'elle était gracieuse, extérieurement, donc de façon totalement arbitraire, injuste, que mes parents avaient reconnu sa "beauté intérieure" ; la même personne version moche, ne les aurait pas tant touchée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
BogusiaBogusia   10 mai 2019
J'ai souvent eu la sensation que l'enjeu principal de ma vie était de "tenir". Tenir contre la laideur, tenir contre l'isolement, tenir contre l'exclusion, ce n'était pas très excitant comme projet, mais ça me faisait...tenir.
Commenter  J’apprécie          10
kenzyz_hc20kenzyz_hc20   08 mai 2020
Ce livre est bien raconté l'histoire est bien mais je trouve que c'est pas un très bon exemple pour des jeunes parce qu'une personne laide ne serait pas comme toute les autres, même si c'est raconté avec de l'autodérision.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Isabelle Minière (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Minière
Isabelle Minière - Au pied de la lettre
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..