AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Ana Nessun (Traducteur)
EAN : 9782714444592
324 pages
Belfond (22/01/2009)
3.8/5   83 notes
Résumé :
La religion se mêle de sexe, contrôle ce que nous mangeons et exacerbe notre propension à la culpabilité en multipliant les interdits les plus arbitraires. La religion diabolise la science, se fait complice de l'ignorance et de l'obscurantisme. Source de haine, de tyrannie et de guerres, la religion met notre monde en danger. Avec un mélange jubilatoire d'érudition et d'humour, s'appuyant sur une argumentation rigoureuse et une parfaite connaissance des textes sacré... >Voir plus
Que lire après Dieu n'est pas grand : Comment la religion empoisonne toutVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 83 notes
5
2 avis
4
2 avis
3
4 avis
2
4 avis
1
0 avis
Ce livre est fait pour ceux qui n'ont pas besoin de croire pour contrôler leur doctrine quotidienne, pour ceux qui exécrent les cérémonies religieuses, la vénération des reliques et le culte de n'importe quel symbole ou objet religieux.

Pour vous, aucun lieu sur terre n'est plus saint qu'un autre.
Alors peut-être Christopher Hitchens vous expliquera-t-il un tas de choses qui vous intéresseront : comme .... Comment la religion est un poison quand elle lance un défi à la société civile ? Pourquoi le moins instruit des enfants d'école élémentaire en sait plus sur l'ordre naturel du monde que n'importe lequel des fondateurs de religion ? de quelles manières foi et superstition déforment la représentation du monde ? Où et quand le clinquant du miraculeux folâtre avec le déclin de l'enfer ? etc...

Ce journaliste baroudeur raconte aussi quelques guerres et combats religieux, par ci par là des nettoyages ethniques-religieux, et des tas de cruautés religieuses dont il a été le témoin ou qui remontent à la nuit des temps. L'histoire n'est pas avare de ce genre de faits, vous en conviendrez facilement.
Était il nécessaire de nous les raconter à nouveau ? J'en doute....

L'auteur n'oublie pas cependant, de temps en temps, de rendre hommage à l'humanisme de certains religieux (et non pas à leur spiritualité) et n'élucide pas non plus le problème de certains régimes laïcs ayant tourné malgré tout au totalitarisme. C'est somme toute honnête.
Hélas, j'ai trouvé que ce texte est bavard et qu'il passe du coq à l'âne, d'un sujet à l'autre.
Je l'avoue... cette absence d'ossature, de structure littéraire m'a fait décrocher assez vite.

Je n'ai eu aucun plaisir à le lire tant sa forme brouillon m'a désolidarisée du fond.
Lien : http://justelire.fr/dieu-nes..
Commenter  J’apprécie          314
Dans cet essai virulent, Hitchens refait la longue liste de tous les méfaits dûs aux religions : fanatisme, intolérance, attentats, guerres, … et son recours aux miracles et au merveilleux pour asseoir ses théories. Personne n'est épargné dans son analyse : christianisme, islam, judaïsme, bouddhisme, mormonisme et quelques autres sectes à l'existence plus brève.

Clairement, l'essai se veut plus polémique qu'argumenté. Aucune nuance n'est présente : tout ce qui vient des religions est à jeter, l'humanité ne pourra décoller qu'en les laissant définitivement derrière elle. Comme beaucoup (trop) d'auteurs athées, Hitchens ne prend en compte dans ses attaques que les fondamentalistes de tout poil. Attitude qui peut être pertinente aux États-Unis, où ce courant est encore fort présent, mais qui lasse vite le lecteur qui n'a pas l'habitude de rencontrer des créationnistes à tous les coins de rue.

Ce livre peut servir d'électrochoc pour les personnes qui ne se sont pas encore trop posés de questions sur la religion, et les « forcer » à creuser le sujet (c'est d'ailleurs avec un ouvrage du même genre qui a déclenché chez moi le processus qui m'a mené à l'athéisme). Mais les autres risquent fort de le trouver beaucoup trop superficiel.
Commenter  J’apprécie          254
Bien qu'ayant été élevée dans la religion catholique, comme beaucoup de personnes de mon âge, je suis agnostique car révoltée très tôt par le pari de Pascal.
Petit rappel, tiré du "Lagarde & Michard" de ma jeunesse.
NOUS AVONS AVANTAGE A PARIER QUE DIEU EST.
« Votre raison n'est pas plus blessée, en choisissant l'un que l'autre, puisqu'il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. Estimons les deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu'il est, sans hésiter. »

Christopher HITCHENS, dans ses propos, fait preuve d'outrance et vitupère plus qu'il ne démontre.
Certes, je ne nie pas les exactions des extrémistes de tout poil. Mais il existe aussi des croyants qui pratiquent leur culte en toute sérénité et, du moins en France, en toute liberté.
Je ne peux donc adhérer à son propos même si les faits sont avérés. J'attendais plus de retenue sur un tel sujet.
Commenter  J’apprécie          210
À ma demande j'ai fait un an de catéchisme, je pensais que cela consistait à faire des fouilles et des recherches biblio pour enfin savoir si Jésus et Dieu ont existé ou non. J'avais 7-8 ans, des parents agnostiques, des grands-parents très athées d'un côté, très croyants de l'autre, j'avais besoin de déterminer le vrai du faux. Comme on peut s'en douter, le catéchisme ne correspondait pas vraiment à ce que je pensais, on est con à cet âge… Si seulement j'avais eu accès à Christopher Hitchens et Richard Dawkins à l'époque ! À cet age je n'aurais rien compris mais si le propos avait pu être lisible par un enfant de 8 ans, « Dieu n'est pas grand » (comme « Pour en finir avec Dieu ») m'aurait vite permis de me sentir moins seul dans mon analyse critique.

« Dieu n'est pas grand » est très loin d'être parfait, il donne l'impression d'une suite d'idées avec digressions, une grande partie de l'essai manque de fil conducteur. Je ne le trouve toutefois pas inutile, j'ai d'ailleurs recouvert beaucoup d'extraits de fluo. le chapitre 15 (La religion comme péché originel) est certainement le plus structuré et c'est certainement mon chapitre préféré, alors que le chapitre 3 (Brève digression sur le porc ou pourquoi le ciel déteste le jambon) m'a semblé tellement embrouillé que je l'ai trouvé imbitable.

Pour moi, « Dieu n'est pas grand » manque juste d'un fil conducteur, ce qui en fait une suite d'arguments assez indigeste, il est peu probable qu'un non athée puisse le lire avec intérêt, il ne fait donc que prêcher les convertis. Mais en même temps, prêcher les convertis n'est pas complètement superflu, c'est un livre qui m'a fait du bien, m'a fait me sentir moins seul, un peu comme s'il me permettait l'accès à une communauté (Dawkins, Randi, Hitchens, Penn & Teller,…) qui est bien moins visible que les communautés religieuses (je ne connais pas un village sans église autour de chez moi, je ne vois pas de la même façon de monument ostensiblement athée).
Commenter  J’apprécie          72
Un livre que j'ai abandonné.
Je suis athée et je suis perplexe quand à la destination du livre.

Aucun croyant ne pourra le lire tant la charge contre la religion est constante et continue. Il n'y a pas un instant de répit. Tout au plus quelques paragraphes, m'ont permis de faire quelques pauses. Un croyant sera t'il convaincu ? Je ne crois pas (en vertu de l'[effet retour de flamme](https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation#Effet_retour_de_flamme) par exemple)

Un athée pourrait-il lire ce livre.
Assurément. J'y ai d'ailleurs trouvé au début un certain confort. Est-ce l'effet du biais de confirmation ? Sans nul doute. On y trouve les religions montrées sous leur pire profil. En lisant le livre on peut certes découvrir des exactions, des assertions fallacieuses que l'on ne connaissait pas. Évidemment, on peut puiser dans ce livre un lot de bonnes anecdotes, faits discours et citations que l'on pourra à loisir balancer à la tête de tous ces croyants ! de quoi avoir de douces conversations constructives. Douterons t'il ? Je ne pense pas. Ils ne pourront plus présenter leur croyance sous un aspect positif (voir naïf).

Pourquoi ais-je stoppé ?
C'est la lourdeur du propos et sa préférence marquée pour l'attaque. Christopher Hitchens est trop rarement mesuré. C'est donc à mon avis bien plus un manuel de combat issu d'une culture dont la liberté de parole est un des fondements. Je ne suis pas plus armé pour convaincre mais bien plus armé pour clouer le bec aux croyants
Commenter  J’apprécie          82

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Il se peut que la pulsion de mort, ou quelque chose qui y ressemble, soit secrètement présente en chacun de nous. Au tournant du millénaire, nombre de gens instruits ont raconté et publié d'innombrables sottises sur toutes sortes de calamités possibles. Ça ne valait pas mieux que la numérologie primitive : en fait, c'était même pire, dans la mesure où 2000 n'avait de sens que pour le calendrier grégorien, et que même les plus farouches défenseurs de l'histoire biblique reconnaissent aujourd'hui que si d'aventure Jésus est né ce n'est certainement pas le jour de Noël de l'an 0. Il ne s'agissait donc que d'un compteur pour idiots, en quête de frisson bon marché de la catastrophe imminente.
Commenter  J’apprécie          290
La religion se mêle de sexe, contrôle ce que nous mangeons et exacerbe notre propension à la culpabilité en multipliant es interdits les plus arbitraires. La religion diabolise la science, se fait complice de l'ignorance et de l'obscurantisme. Source de haine, de tyrannie et de guerres, la religion met notre monde en danger.
Commenter  J’apprécie          310
La religion, même la plus douce, doit reconnaître qu'elle offre une solution « totale » : la foi doit y être dans une certaine mesure aveugle, et tous les aspects de la vie privée et publique doivent être soumis à une supervision permanente. Cette surveillance et cette soumission continuelles, généralement renforcées par la peur, sous forme d'une vengeance infinie, ne font pas ressortir les meilleurs aspects de l'être humain.
Commenter  J’apprécie          210
Imaginez-vous capable d'une prouesse qui me dépasse: vous représenter un créateur infiniment bienveillant et tout-puissant, qui vous a conçu, réalisé et modelé, puis placé dans le monde qu'il a fait pour vous, et où il veille désormais sur vous même pendant votre sommeil. Imaginez en outre que si vous obéissez aux règles et aux commandements qu'il a affectueusement prescrits, vous aurez droit à une éternité de béatitude et de repos. Je ne vous envie pas cette croyance (qui, pour moi, revient à souhaiter une forme horrible de dictature débonnaire et éternelle), mais j'ai une question sincère à vous poser : pourquoi une telle conviction ne rend-elle pas ses détenteurs heureux ?
Commenter  J’apprécie          111
La religion ne se satisfait pas (...) de ses prétentions merveilleuses et de ses sublimes assurances. Il lui faut se mêler de la vie des non-croyants, des hérétiques et des adeptes d'autres confessions. Si elle parle de la béatitude pour l'autre monde, c'est le pouvoir qu'elle veut dans celui-ci.
Commenter  J’apprécie          180

>Religion>Religions : généralités>Ouvrages divers sur le christianisme (19)
autres livres classés : religionVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (235) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}