AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Nausicaä de la vallée du vent tome 5 sur 7

Olivier Huet (Traducteur)
EAN : 9782723433938
150 pages
Glénat (05/09/2001)
4.59/5   132 notes
Résumé :
Le fungus poursuit son irrésistible essor. Ni les bombardements ni les actions humaines ne semblent en mesure d’enrayer son développement mortel. Le Saint Empereur de son côté se débarrasse de son frère et, aidé des Hidolas, des créatures artificielles presque immortelles, il part pour le front.

Que lire après Nausicaä de la vallée du vent, tome 5Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Nausicaä 5 – Cette nouvelle édition de la maison Glénat, nous offre un magnifique artwork où Nausicaä y est représenté de tout bleu vêtu. Au dos de celui-ci, l'éditeur nous donne un cours de botanique, puisque l'on peut y lire la reproduction ainsi que le développement du Mushigoyashi – que l'on pourrait littéralement traduire par “engrais pour insectes“. Une carte illustrée des mouvements des insectes y est également présente, l'on découvre leur migration vers le sud.

Après un début difficile – il en va certainement du fait que j'ai eu une période de latence entre la lecture du 4ème tome et celui-ci –, le récit se déroule sans temps mort. L'action est au rendez-vous et on ne s'ennuie pas. Toutefois, j'ai perdu un peu le fil des personnages et je me demandais qui était cet être imposant.
Nausicaä n'est plus le personnage central, puisque l'on suit Maître Yupa, Kushana et bien d'autres. Ce cinquième opus, c'est aussi l'arrivée des nouvelles créatures, tels que ces guerriers cyclopes. C'est aussi le retour des Ômus et leur symbolique marche vers le sud.

Sur un air de mysticisme, les informations arrivent comme une vague et il devient difficile de lâcher le livre. Si la fin s'achève sur un insoutenable cliffhanger, c'est en partie dû a la tension et les révélations des dernières pages.
On y retrouve la patte magique du Sensei Hayao Miyazaki, à savoir la guerre, les avions, l'écologie. Nausicaä de la vallée du vent est une oeuvre majeure qui laisse réfléchir sur la place de l'humanité au coeur de notre planète. Si le film était un chef-d'oeuvre, le manga va encore plus loin. Toutefois, je trouve que la personnalité de Nausicaä est bien mieux réalisée dans le film d'animation.
Commenter  J’apprécie          113
Encore un tome époustouflant ! Décidément quel artiste ce Miyazaki. Il est aussi doué en manga qu'au cinéma. Je suis ébahi par le monde et l'aventure qu'il nous offre. C'est sombre, c'est désespéré et en même temps terriblement humain.

Dans ce nouveau tome, encore une fois, toutes les forces convergent vers un même lieu, un même destin. La nature dit stop aux violences dont les hommes l'accablent et Nausicaä commence à percer leur secret et à comprendre que le fungus n'est pas contre les omus et les autres insectes mais que tous ensemble cherchent à assainir la terre et la purifier de l'homme. C'est un très beau sentiment mais c'est terrible dans la forme que cela prend, car Miyazaki ne nous épargne rien de l'horreur des populations prises au piège. Elles ont droit à la guerre et ces atrocités d'un côté, et à la mort due aux miasmes et insectes de l'autre. Quel terrible destinée !

Et c'est au milieu de tout ça que nos personnages naviguent à vue. Nausacaä mène sa quête solitairement, plus proche de que jamais de la nature et s'éloignant des hommes. Ses amis qu'elle a croisé au fil de ses aventures se rejoignent et tentent de s'en sortir mais tombent entre les mains de l'Empereur sorti de sa stase. Ce dernier est une figure complètement folle, encore plus que son jeune frère. Il est l'emblème des erreurs des hommes, en utilisant de façon aussi extrême les sciences et ressources à sa disposition. Les créatures qui le suivent sont effrayantes de même que celle encore endormie. Il fait peur. du coup, le fait que Miyazaki lui oppose Kushana tempère un peu cela, car cette femme est décidément aussi dure que le roc. C'est pour moi le personnage emblématique de la saga avec l'héroïne.

Ce tome est donc encore une fois un petit bijou à lire même si c'est également une lecture dense et pesante. En tout cas, l'auteur continue à me tenir en haleine mais je sens que je vais souffrir aussi.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          80
Toujours aussi palpitant. Où l'on suit les aventures des rescapés du raz-de-marée en cours. le fongus, les insectes et les ômus se rejoignent pour former une nouvelle mer de décomposition. Les humains encore vivants commencent à oublier leurs querelles séculaires pour tenter de survivre. Kushana et le saint prêtre sont de plus en plus nuancés, on sent qu'ils ont rallié la cause de Nausicaä, même si l'une reste malgré tout encore fidèle à sa haine et l'autre à son empereur... Chikuku est doté d'un pouvoir de télépathie, lui aussi, qui lui permet d'avertir les populations menacées par les miasmes pour qu'elles se réfugient à temps. Mais à quoi bon, puisque l'humanité semble malgré tout condamnée. On dirait que la paix ne peut advenir que lorsque la fin est proche. Les seuls qui semblent encore belliqueux sont les saints empereurs de Dork, dont le but inavoué, finalement, n'est peut-être que de faire advenir le néant, malgré leur peur maladive de la mort. On suit encore Nausicaä qui, sentant la fin proche, décide de la passer avec les ômus. Leur rôle est assez proche du sien, finalement, ils ont en commun un très biblique esprit de sacrifice. Ce cinquième tome, où les batailles humaines ne font plus rage mais laissent la place à une sorte d'apocalypse végétalo-animale, qui est à la fois synonyme de mort et de naissance, est d'une grande beauté. Il est plus lent que les précédents, peut-être, plus émouvant, sans doute. En tous cas l'excellence est toujours au rendez-vous.
Commenter  J’apprécie          40
[critique générale pour les 7 tomes] Quelle claque ! Quel chef d'oeuvre ! J'avais aimé le film, qui me semblait tout de même très proche de Mononoké (j'ai vu Mononoké d'abord, d'où ce commentaire qui peut semblé inversé dans la mesure où Nausicaa est plus ancien). Je ne savais pas qu'il existait les mangas jusqu'à écouter sur France Culture dans l'émission "Les Chemins de la Philosophie" la série "Philosopher avec Miyazaki". J'ai découvert que l'histoire n'était pas la même, et j'ai tout de suite commandé les sept volumes en librairie. Quelle lecture... J'en perds mes mots ! En plus de dessins absolument sublimes, une grande leçon de vie et de morale nous est une fois de plus délivrée par cet immense artiste. Il n'y a pas de gentils, pas de méchants, il n'y a pas de gagnants, pas de perdants, il y a seulement une ode à l'équilibre, à la recherche de l'équilibre, au vivre ensemble, à l'ouverture à l'autre, à la curiosité plutôt que la peur, la méfiance et la haine qui n'engendrent que violences. Il faudrait mettre de tels ouvrages dans les programmes scolaires. Cet artiste non seulement me renforce dans mes convictions mais me pousse à les affûter, à améliorer ma vision du monde et mon rapport au monde... LISEZ MIYAZAKI, vous en serez profondément changé.e.s, croyez-moi !
Commenter  J’apprécie          10
Nausicaä 5
On en apprend toujours plus sur la nature de la dévastation écologique de la planète. Miyazaki invente une faune et une flore aux interactions très complexe, où le moindre changement peut devenir dangereux. En ouverture on a quelques planches explicatives sur cette botanique particulière, qui est malheureusement utilisée par l'homme en tant qu'arme biologique. L'Empereur tolmèque est le plus nuisible, on découvre dans cet épisode qu'il "cultive" dans des fosses des êtres artifuciels, les Hidolas. Les affrontements redoublent de violence, de son côté, Nausicaa a de plus de visions, la fin est grandiose et nous laisse dans un supsens insoutenable. A cause de son dessin si particulier, cette série est accessible aux amateurs de BD en général, ceux qui ne lise pas de manga ne peuvent qu'être comblé par cet univers d'une richesse incroyable, certains traits nous font penser à Moebius.
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Nous blessons, meurtrissons, polluons et brûlons cette terre, nous sommes les êtres vivants les plus ignobles qui soient.
Commenter  J’apprécie          310
Les Dieux ne peuvent plus tolérer davantage que cette terre soit souillée par la folie des hommes.
Commenter  J’apprécie          130
Les chroniques qui subsistent nous ont révélé que la lutte pour posséder le moindre lopin de terre a causé plus de morts que la mer de la décomposition ne l'a fait.
Commenter  J’apprécie          30
- Sont-ils sûrs de la stérilité du fongus ?
- Il a été créé à des fins militaires, dans ce but, il n'était censé avoir aucune descendance.
- Puissiez-vous avoir raison. Mais la mutation peut aussi lui avoir donné le pouvoir de se reproduire de façon considérable.
Commenter  J’apprécie          10
Regarde donc sous tes pieds, Asbel. Ces petits monticules d'hyphes blanches ont germé sur les dépouilles d'êtres humains. à cette heure, la moitié du monde est sur le point d'être perdue.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Hayao Miyazaki (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hayao Miyazaki
Pour sa sixième édition, le Prix des lecteurs Babelio a une nouvelle fois récompensé 10 livres dans 10 genres différents, lors d'une soirée de remise des prix avec pour thème 'Le Crime de l'Orient-Express' d'Agatha Christie. Félicitations aux lauréats et un grand merci aux 16 000 votants !
Retrouvez ici les 100 sélectionnés pour le Prix 2024, ainsi que les 10 lauréats par catégorie : https://www.babelio.com/prix-babelio Plus de détails sur le Prix Babelio : https://www.babelio.com/article/2355/Prix-Babelio--Decouvrez-les-laureats
Et voici les lauréats dans les 10 catégories :
- Manga : Hayao Miyazaki pour le Voyage de Shuna (Sarbacane) - Imaginaire : R. F. Kuang pour Babel (De Saxus) - Jeunesse : Titiou Lecoq pour Les femmes aussi ont fait L Histoire (Les Arènes) - Non-fiction : Thomas Pesquet pour Ma vie sans gravité (Flammarion) - Polar & Thriller : Freida McFadden pour Les Secrets de la femme de ménage (City éditions) - Littérature étrangère : Ken Follett pour Les Armes de la lumière (Robert Laffont) - Roman d'amour : Rebecca Yarros pour Fourth Wing (Hugo Roman) - Jeune adulte : Clara Héraut pour L'Effet boule de neige (Hachette Romans) - Bande dessinée : Manu Larcenet pour La Route (Dargaud) - Littérature française : Laure Manel pour Cinq coeurs en sursis (Michel Lafon)
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs
Retrouvez nos rencontres passées et à venir, et inscrivez-vous juste ici : https://www.babelio.com/article/1939/Retrouvez-toutes-nos-rencontres-dauteurs-et-inscr Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : mangaVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (368) Voir plus



Quiz Voir plus

Nausicaa de la valée du vent

Qui est l'auteur de ce livre ?

Hayao Miyazaki
Moi
Hayao Myiazaki
Jean-Claude

7 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Nausicaä de la vallée du vent, tome 1 de Hayao MiyazakiCréer un quiz sur ce livre

{* *}