AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mervyn Peake (Illustrateur)Liliane Sztajn (Traducteur)
ISBN : 2207259439
Éditeur : Denoël (09/11/2010)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :

En 1946, Mervin Peake, romancier. poète, illustrateur de L'Ile au Trésor, d'Alice, de La Chasse au Snark, auteur de la Trilogie de Gormenghast, s'installe avec sa famille sur l'île de Sercq. Contre l'ennui des dimanches insulaires, il instaure le rituel des Sunday Books, cahiers dans lesquels il dessine pour ses deux fils, improvisant au fil des illustrations des histoires pleines de fantaisie. Soixante ans après; Michael Moorcock, g&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
VanessaV
  10 avril 2012
Cet objet est une sorte d'ovni. Ce sont des pages que le quidam n'auraient jamais dû voir. Mervyn PEAKE, talentueux illustrateur de Lewis CARROLL ou de Robert Louis STEVENSON, et romancier lui-même, offrait des moments privilégiés à ses deux fils. Dans l'île de Sercq où il vit, pas grand chose à faire pour ses deux garçons et la présence d'un papa poule artiste fait le reste. Il se met à inventer des histoires en pure improvisation et les illustre. Ce recueil d'illustrations de Mervyn PEAKE nous arrive amputé des histoires, poèmes et chansons. Un de ses amis, célèbre romancier, Michael MOORCOCK, nous sort du champ familial ces pages intimes et leur offre une parure de texte. Ce ne sont pas celles d'origine bien-sûr mais l'esprit est conservé.
Ainsi ce livre nous offre une histoire parallèle de pirates et d'indiens. Sorte de confession des héros communs et ordinaires, c'est le ton qui amène ces histoires à devenir extraordinaires. Les personnages sont des pirates, des indiens ou des animaux fantastiques. Leurs confessions apportent une dose d'humour bien réchauffante: le ridicule des noms de bateaux, les trésors recherchés (par exemple un pudding de Noël), la canaillerie (et naïveté) des pirates, des courses de chevaux aux duo (trio) étonnants, les indices modernes d'une vie à choisir ou des mélanges zoologiques (un hibou parent d'éléphanteaux).
Mais ce qui fait la force de ce livre est ce rapport très intime à ces destinataires. Mervyn PEAKE a créé pour ses fils, ainsi ce père propose des références multiples, des indices familiaux, des jeux de mots que MOORCOCK a dû recréer et une atmosphère : un lac Mickey-ho-ho, des annonces passées dans le "Corsaire express" ou "La gazette du corsaire" pour trouver un capitaine de piraterie.
Les histoires ne tiennent pas vraiment debout, il s'agit d'improvisations revisitées par un auteur se mettant à la place de PEAKE, nous passons du coq à l'âne, de chansons, de clins d'oeil, d'illustrations apparemment plus marquantes etc. Mais c'est aussi la force d'un tel livre: il s'agit bien d'une transmission. Transmission d'un père à ses fils, imaginaire partagé, fortifié et amplifié, humour familial. L'introduction de Michael MOORCOCK fait partie intégrante du livre offrant effectivement une biographie de PEAKE mais surtout une idée de l'esprit de cet illustrateur et des dimanches en famille.
Lien : http://1pageluechaquesoir.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MlleLit
  07 avril 2012
Quelle douce mélancolie s'est emparée de moi à la lecture de ce bien bel ouvrage ! Qu'il est délicieux d'imaginer Marvyn Peake dessinant ainsi pour ses enfants, dessins privés publiés ici fort bien accompagnés de textes du grand Michael Moorcock.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
stekasteka   01 septembre 2015
Ainsi, les PDG, ou Pirates Directeurs Généraux, ne se montraient guère attirés par l'attirail ordinairement associé à la vie boucanière, costumes hauts en couleur, tatouages étonnants, scarifications, membres amputés, pipes en terre, perroquets (ou parfois singes) apprivoisés, pavillons à tête de mort, belles (mais inefficaces) armes anciennes, passage à la planche et, sans doute à juste titre, vastes coffres en bois cerclés de cuivre où entreposer leur trésor.
Ces nouveaux venus dans le métier ne songeaient qu'à placer leurs gains dans les banques, l'immobilier, les sociétés d'investissement, les titres et obligations, les portefeuilles d'actions et ainsi de suite. Ils désapprouvaient vivement l'idée de les enterrer dans des trous plus ou moins indiqués sur des cartes approximatives qui finiraient immanquablement par être volés ou perdues ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   18 juillet 2015
Diablement compliqué d'être un vrai pirate ces temps-ci, avec la vapeur, les canons à longue portée et la suite. Pour dire les choses comme elles sont, les gens n'ont plus assez d'imagination. On est condamné à chercher les eaux lointaines, les escales incertaines. Si je n'avais pas eu la chance de dénicher de tels endroits, je crois que j'aurais pu dire adieu à ma carrière ...
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Michael Moorcock (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Moorcock
La Dernière Fantasy : Moorcock l'Anti-Tolkien (Feat Lex Tutor)
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Des romans sur une ile

Roman de l'auteur anglais William Golding publié en 1954 qui montre la fragilité de la civilisation. Il décrit le parcours régressif d'enfants livrés à eux-mêmes.

L'île
Robinson Crusoé
L'Île mystérieuse
Le Comte de Monte-Cristo
Shutter Island
L'Île au trésor
L’Île du docteur Moreau
Sa Majesté des mouches
L’Île du jour d’avant
Paul et Virginie

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thèmes : îles , mer , navire , pirates , corsaires , marinsCréer un quiz sur ce livre