AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurent Mucchielli (Directeur de publication)Véronique Le Goaziou (Directeur de publication)
ISBN : 2707148555
Éditeur : La Découverte (09/03/2006)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :

En novembre 2005, une émeute d'une ampleur sans précédent dans l'histoire contemporaine de la France a été gérée politiquement de façon désastreuse : le " retour au calme " est aussi un retour à toutes les difficultés de la vie ordinaire pour les habitants des quartiers populaires. C'est pourquoi des sociologues de terrain ont voulu analyser ces événements et ce qu'ils révèlent de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Gribouille_idf
  01 octobre 2018
L'ouvrage collectif dirigé par Laurent Mucchielli et Véronique LE Goaziou offre différents points de vue sur les émeutes qui se sont déroulées en France pendant l'automne 2005. Plusieurs thématiques sont abordées ; de la gestion politique des évènements à la solidarité entre les habitants, en passant par le profil des émeutiers et la place de l'école comme cible des violences collectives.
De nombreux ouvrages on vu le jour avec ces révoltes urbaines. Pourtant, une question reste entière : pourquoi ces émeutes se sont-elles répandues comme une traînée de poudre sur tout le territoire national ? Et surtout pourquoi cette année 2005, à ce moment-là ? Et à cette question, ce livre, aussi pertinent soit-il, sauf peut-être l'article sur Sarkozy, n'apporte guère de réponse convaincante, au moins pour certains chapitres (sur la police, la classe politique et les intervenants sociaux)
Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que certains sociologues de ce groupe méconnaissent la réalité dans ces quartiers. Leurs analysent pèchent par l'absence d'un travail empirique sérieux. Ils finissent par extrapoler et nous livrent des analyses réchauffées. L'exemple typique est celui de Manuel Boucher qui a rédigé le chapitre sur « les intervenants sociaux au service de la sécurité ? Analyse d'une dérive dangereuse. ». Il ressort de cette partie une quantité de généralités, sur le travail social, sans aucun rapport avec la particularité des émeutes de 2005. c'est à se demander s'il n'y a pas eu quelques arrangements éditoriaux pour que cet auteur apparaisse dans l'ouvrage.
Quant à savoir si ces émeutes ont été une « forme élémentaire de contestation politique », je crains que certains de ces sociologues soient bien loin de la réalité qu'ils tentent passablement d'expliquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Gribouille_idfGribouille_idf   28 septembre 2018
Les émeutes de novembre 2005 témoignent ainsi de la situation de désespérance d'une partie de la jeunesse confrontée à une double crise d'insertion dans la société et la vie adulte.
Commenter  J’apprécie          40
Gribouille_idfGribouille_idf   28 septembre 2018
Le phénomène de ghettoïsation a deux faces, trop rarement étudiées de concert: l'une objective, relative aux conditions de vie des habitants et aux difficultés d'insertion socio-économique qui se posent massivement pour la jeunesse; l'autre subjective, relative aux représentations que les habitants se forgent d'eux-mêmes, des différents groupes sociaux qui composent la sociétés et de leurs relations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   28 septembre 2018
Le premier devoir de la sociologie est sans doute le refus de se plier aux mots, aux catégories d'analyse, aux façons de penser et de dire le monde des représentants de la posture moralisatrice dominante.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   28 septembre 2018
On réduit la question des quartiers et, partant, les émeutes à des considérations touchant aux modes de vie des populations qui y résident.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   28 septembre 2018
Faiblesses scolaires et discriminations constituent deux handicaps majeurs sur un marché de l'emploi très concurrentiel.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Laurent Mucchielli (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Mucchielli
Comment la vidéosurveillance a conquis les territoires et les esprits?
La vidéosurveillance a connu un succès fulgurant en France à partir de l?élection présidentielle de 2007, sous l?impulsion de Nicolas Sarkozy et François Fillon. Cette technologie a été présentée comme une contribution majeure à la fois à la prévention et à la répression de la délinquance et du terrorisme. Mais cette promesse sécuritaire, activement entretenue par les industriels de la sécurité, relève-t-elle du mythe ou de la réalité ? À quoi sert vraiment la vidéosurveillance ? Après avoir enquêté dans trois villes françaises emblématiques, Laurent Mucchielli dresse un constat sans appel : la vidéosurveillance n?est pas et ne sera jamais un outil important de lutte contre la délinquance et encore moins contre le terrorisme. Dissiper les écrans de fumée, percer à jour le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l?argent public et la démagogie politique : tels sont les résultats de cet essai sans concession et profondément citoyen. Laurent Mucchielli est directeur de recherche au CNRS (Laboratoire méditerranéen de Sociologie) et enseigne la sociologie de la délinquance à l?université d?Aix-Marseille. Il est l?un des meilleurs spécialistes des questions de sécurité et de prévention en France.
Pour en savoir plus : https://goo.gl/jcY1FL
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Violence, terrorismeVoir plus
>Processus sociaux>Conflits sociaux>Violence, terrorisme (24)
autres livres classés : Intégration socialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr