AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266098675
Éditeur : Pocket (04/12/2003)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 9 notes)
Résumé :
La ferme de Barcus n'est qu'une masure mais elle possède une porte magnifique, ornée d'un coeur sculpté dans la masse qui rayonne. Quand vient à passer Noémie, une jeune fille, proposant à Bracus 20 fois le revenu d'une année de travail pour sa porte, le fermier accepte et devra la transporter jusqu'à Saint-Jean-Pied-de-Port pour le mariage de Noémie. Le voilà parti sur les sentiers...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
araucaria
  14 avril 2018
Un auteur que je ne connaissais pas, et cette lecture est une très belle découverte. le livre est merveilleusement bien écrit et l'histoire est prenante. le texte semble tout droit sorti du 19 ème siècle, avec un style d'écriture proche de celui De Maupassant. Ce roman est presque un coup de coeur... C'est vraiment un très, très beau roman!
Commenter  J’apprécie          301
cardabelle
  20 avril 2016
Une histoire émouvante qui se présente comme un conte. Un beau récit qui n'est pas sans rappeler ceux de Giono.Mais, ici le Béarn a remplacé la Provence! Une lecture agréable.
Commenter  J’apprécie          70
Ivy-Read
  29 mars 2015
La Porte est un très bon conte philosophique que j'ai découvert par le bouche à oreilles.
Martine Marie Muller se sert d'un couple de paysans sans le sou mais regorgeant d'amour mutuel pour nous offrir une belle réflexion sur le bonheur et sa recherche incessante.
Lien : http://plume-ivoire.overblog..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
araucariaaraucaria   11 avril 2018
Il était un homme qui vivait à flanc de montagne, il y a longtemps de cela; un homme jeune et fruste, fort et sauvage, un homme d'autrefois, un homme d'avant le déluge, une lame d'homme pyrénéen. Il était un homme simple mais qui rêvait du ciel. Il rêvait d'un ciel pour sa vie, pour sa femme, d'un ciel plus grand et plus pur, d'un ciel couleur de paradis sur ce village misérable où chacun traînait une condition de terrien obtus, ne se souciant que de sa masure et de ses bêtes avec une discipline mercenaire qui n'obéissait qu'aux saisons de la survie. tendus vers la besogne, ils avaient tout oublié, du début frais de la vie à la dernière déclivité de la terre qui rend chaque moment si précieux. A ne se soucier que de vivre, rien ne les inclinait guère à la joie ou au rêve.
- Barcus, disait sa jeune femme, à quoi rêves-tu donc?
- Bella, répondait Barcus, caressant la tête de son chien, un jour viendra où je pourrai t'offrir une vie meilleure.
- La meilleure vie, c'est celle de chaque matin, en m'éveillant près de toi.
Elle n'ajoutait pas, par timidité et docilité, que son bonheur c'était le corps de Barcus tout contre sa peau comme un flanc de bête, ni qu'il lui était douloureux de le voir se refuser à l'amour et se lever, la nuit. Alors qu'elle soufflait la bougie, elle le voyait s'éloigner sur la colline, ombre mélancolique qui fixait les étoiles. Cependant, Barcus avait l'air de rêver de leur vie avec tant de clarté que Bella se sentait en toute sécurité auprès de cette ramure d'homme sauvage et obstiné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
araucariaaraucaria   13 avril 2018
Il chargea la porte, glissa ses paumes autour des poignées de chiffon et de corde. Elle ne lui parut pas lourde; il siffla le chien, qui se mit à japper avec fureur et à bondir autour de lui.
Et Bella vit la porte s'éloigner, grimper au flanc de la colline sur les jambes puissantes de son mari. Il montait sur l'herbe qui claquait dans le soleil matinal, un soleil très plat, très blanc qui tombait comme une pluie. Barcus montait du pas lent et régulier du montagnard et, bientôt, elle ne vit plus du tout les jambes, mangées par les hautes herbes et les digitales pourpres qui faisaient comme des taches de sang, elle ne vit plus du tout son homme mais seulement la porte brune qui allait vers le ciel, flottant en un vol ras sur la prairie verte.
La nuit qui suivit et les autres nuits encore, Bella rêva souvent de la porte. Elle la voyait voler, planer, toute brune avec ses rayures mordorées et son coeur palpitant renversé sous tout l'espace du ciel béarnais. Dans son rêve, elle voyait la porte s'envoler, mais elle ne voyait pas Barcus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
araucariaaraucaria   14 avril 2018
Ce matin-là, il avait une tête qui n'était plus la tête de Barcus, pâle, couverte de croûtes de terre et de sang, la bouche mauvaise sous la barbe hirsute, taraudée par la soif, le regard fiévreux de faim. Il marchait mais ne trouvait plus de sens à sa marche, furieux contre son rêve, contre Noémie, contre lui-même. Il n'aimait plus son rêve car il n'était plus le maître de son rêve mais son esclave, il n'était plus qu'un galérien qu'une chaîne invisible tirait vers la vallée comme on le faisait au taureau dont la vaillance blanchit d'écume sous l'anneau qui l'asservit. Barcus n'était plus poussé par une volonté d'homme, mais traîné par celle du jour, par le caprice de la nature, la violence de la faim.
Les quatre grands côtés du jour se levaient sur le passage de l'homme entravé, mais Barcus ne le voyait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
araucariaaraucaria   14 avril 2018
(...) La montagne ne cessait de frapper à la porte et il soupira :
- Entre, mais entre donc...
Mais le bruit n'entrait pas et restait derrière la porte, un bruit lourd et lancinant de troupeau piétinant.
- Je ne t'ouvrirai pas... Ne compte pas là-dessus. Cette porte est à moi, à moi seul, et je ne l'ouvrirai que pour le paradis. Cette porte, c'est ma vie, c'est mon âme, c'est une femelle qui m'obéit!
Et d'un coup de reins puissant qui fit saigner ses plaies dans la chemise souillée, il se redressa, rééquilibra la porte sur le sang, la sueur, l'eau, les muscles et les mains et reprit le cours du chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Video de Marie-Martine Muller (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Martine Muller
Vidéo de Marie-Martine Muller
autres livres classés : contes philosophiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre