AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917559896
Éditeur : Editions Baker Street (04/11/2016)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 23 notes)
Résumé :
[PEUT ÊTRE LU INDÉPENDAMMENT DES TOMES PRÉCÉDENTS]

31 décembre, New York, pendant la Prohibition.

En compagnie de ses fidèles amis, Woollcott et Benchley, Dorothy Parker fête le nouvel an à l’hôtel Algonquin. La grande star de théâtre et de cinéma, Douglas Fairbanks, y organise une réception dans sa luxueuse suite. Alors que la soirée bat son plein, l’un des invités, le Docteur Hurst, annonce qu’un cas de variole vient d’être détecté, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  29 juin 2017
Après "Le cercle des plumes assassines", J.J. Murphy nous propose le 2° tome des aventures de Dorothy Parker et ses célèbres amis . Mêlant personnages fictifs et célèbres (Sir Arthur Conan Doyle, Douglas Fairbanks et son épouse Mary Pickford pour ne citer que les plus connus) , il nous propose une joyeuse comédie policière vintage, hyper rythmée et vitaminée ...
31 Décembre , à l'hôtel Algonkin de New-York , la fête bat son plein. Woollcott veut jouer au jeu de l'Assassin (très prisé à l'époque) ,mais Dorothy veut faire un tour dans la suite de Douglas et Mary, dans laquelle le champagne coule à flot . Ça tombe bien, ils joueront avec un vrai cadavre , celui d'une jeune actrice peu farouche , que Dorothy retrouve morte dans la baignoire ( remplie de champagne , of course! )
Pour corser l'affaire , un cas de variole venant d'être détecté dans l'hôtel, celui-ci est mis en quarantaine : personne ne peut sortir , et bien sûr même la police et les secours ne peuvent entrer . Du pain béni pour nos apprentis détectives qui vont s'en donner à coeur joie, toute la nuit de la Saint Sylvestre ...
Prenant l'ascenseur, le monte-charge, montant, descendant les étages, toquant aux portes , s'invitant dans les chambres ou suites des suspects ; entre deux cafés et deux verres de champagnes, vous allez avoir le tournis ...
J'aurais aimé un peu plus de suspens, ou un peu plus d'humour mais je dois reconnaître que ça pétille .
Les années 20, ajoute un charme vintage avec les moeurs qui différent de notre époque (prohibition, adultère...) .
Je me suis demandé tout du long , ce que le fait de prendre des personnages ayant existé, ajoutait à l'histoire . Du glamour ? Une histoire qui démarre au quart de tour, car l'auteur peut éviter les présentations , descriptions physiques et mentales ?
A la fin du roman, je ne sais toujours pas, alors que , J.J. Murphy , prend soin de nous expliquer la part réelle et la part inventée , dans les dernières lignes.
Est-ce que les protagonistes auraient été d'accord ? Auraient-ils été amusés, flattés, énervés ?
Dans son avant -propos, l'auteur se dédouane , se déculpabilise ( je le cite) : "Dorothy Parker aurait dit : " Je me moque de ce qu'on écrit à mon sujet, tant que ce n'est pas vrai".
C'est pratique !
" J'ai des doutes, j'ai des affres, les affres de la création."..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Livresque78
  07 novembre 2016
Voici une enquête qui se déroule en huis-clos. Tous les ingrédients pour en faire une lecture agréable y sont.
J.J. Murphy nous plante un décor digne d'un roman d'Agatha Christie, un 31 décembre dans un hôtel, tous les protagonistes se retrouvent enfermés par une mise en quarantaine. L'auteur mêle l'humour à une enquête qui s'avère relativement complexe pour que vous ne trouviez pas le coupable si facilement.
Un mélange de personnages imaginaires et bien réels, un savant dosage qui fait monter la mayonnaise et donne au lecteur l'impression de se trouver au théâtre avec les acteurs qui évoluent devant lui, il tente alors de résoudre cette affaire de la belle évaporée en suivant les interrogatoires et péripéties des différents protagonistes.
Un roman qui m'a clairement mis du baume au coeur en me rappelant mes lecteurs de jeunesse, où l'enquêteur ne pouvait compter que sur son flaire, son esprit de déduction et quelque fois la chance pour résoudre une énigme.
Un roman qui se dévore et que je conseille également à tous les fans de Sherlock Holmes car les références y sont bien sûr nombreuses mais aussi de par la présence de son auteur dans le déroulé de cette enquête.
A lire sans modération avant ou pendant le réveillon du nouvel an ;-).

Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Apikrus
  22 janvier 2017
Dans les années 1920, au prestigieux hôtel new-yorkais de l'Algonquin, les clients se préparent à fêter le passage à la nouvelle année. Des cas de varioles imposent une mise en quarantaine de l'établissement. Pour pimenter la soirée en huis clos, quelqu'un propose de jouer à l'Assassin : un « assassin » désigné par tirage au sort choisit son mode opératoire et sa victime à qui il doit simplement annoncer qu'il la tue, sans témoin. Un détective, lui aussi choisi au hasard, devra identifier l'assassin fictif. Peu après le tirage au sort, un vrai cadavre est découvert dans l'hôtel. Les talents de Sir Arthur Conan Doyle et de Dorothy Parker sont mis à contribution pour élucider le mystère, mais le temps presse car bientôt la mise en quarantaine devra être levée…
La relative banalité de l'intrigue n'empêche pas de l'action pendant tout le roman, et le ton est plutôt amusant. L'histoire et l'ambiance m'ont paru désuets, mais c'est probablement voulu. L'auteur entend restituer l'atmosphère des années 1920, mettant en scène quelques personnages célèbres de l'époque, dont le créateur de Sherlock Holmes. Il y parvient tellement bien qu'on a l'impression de lire un roman écrit il y a un siècle, d'où son aspect légèrement suranné.
Lecture 'so british' plutôt agréable malgré tout.
• 3.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fafnirlit
  06 février 2017
Il y a quelques mois, j'ai entendu parler du livre « le cercle des plumes assassines », le premier tome des aventures de Dorothy Parker et je l'ai tout de suite inscrit dans mes pense-bêtes. Quand j'ai vu « L'affaire de la belle évaporée » dans la liste de l'opération Masse Critique de janvier et que j'ai compris que ce second tome pouvait être lu indépendamment du premier, j'ai sauté sur l'occasion.
Je remercie donc cette opération ainsi que l'éditeur, pour m'avoir permis de mener l'enquête auprès de Dorothy Parker et des habitués de l'hôtel Algonquin.
Je ne donnerai pas plus de détail quant à l'histoire en elle-même, je vous conseille d'en lire le résumé qui en dévoile bien assez.
Je suis encore toute excitée de ma lecture même si au départ je ne m'attendais pas du tout à lire ce type d'enquête.
Je pensais en fait tomber sur une enquête menée par une détective du style de Miss Fisher (que j'ai découvert en série Tv). J'ai en effet totalement occulté que Dorothy Parker était avant tout une journaliste et que les crimes lui tombaient dessus sans prévenir. J'ai donc été un peu sceptique au début des investigations, quand j'ai vu que l'héroïne ne prenait pas la tête des opérations, semblais perdue et peu intéressée de prime abord par l'affaire. Mais son caractère, sa langue cinglante et sa répartie m'ont permis, heureusement, de passer outre mon premier ressenti.
Un autre point qui a un peu freiné ma lecture au début du livre, c'est les relations entre le trio Woollcott, Benchley et Parker. Comme je l'ai dit, il n'est pas indispensable d'avoir lu le premier roman de la série pour pouvoir lire celui-ci. L'enquête n'a en effet rien à voir avec les péripéties du premier tome, qui ne sont d'ailleurs jamais mentionnées. Mais je pense que si je l'avais lu, j'aurais mieux compris les liens entre les trois protagonistes et j'aurais été, peut-être, un peu moins dubitative quant à certaines de leurs interactions.
Outre ces deux points « négatifs » qui ne proviennent pas du livre en lui-même, l'ambiance, l'enquête et le petit point historique donné par l'auteur à la fin du roman m'ont totalement emballée.
Dès les premières lignes, je me suis retrouvée dans les années 20. Les dialogues, les descriptions m'ont permis de visualiser l'hôtel et ses occupants, avec beaucoup de facilité. L'ambiance tout au long du récit est feutrée et en même temps tendue, puisqu'un meurtre bien singulier vient d'être perpétré. Ce meurtre, les protagonistes ont bien du mal à le résoudre, d'abord parce qu'ils sont des détectives débutants et ensuite parce qu'ils ont la fâcheuse habitude de se perdre mutuellement à tout bout de champ. Cet aspect labyrinthique de l'hôtel ainsi que de l'enquête ne fait que renforcer mon désir de comprendre. Plus j'avançais dans l'intrigue, plus je souhaitais tourner les pages de ce roman.
Enfin, le point historique fait par l'auteur à la fin du récit a tout simplement titillé ma curiosité. le livre fini je ne voulais faire qu'une chose, rechercher des informations sur les personnes que je venais de quitter. Car oui la majorité des protagonistes de cette histoire ont bel et bien existé, cela, je dois bien l'avouer, ne rajoute que plus de cachet à ce roman policier.
En bref, une histoire à laquelle je ne m'attendais pas, mais qui a réussi malgré tout à m'emporter grâce à ses dialogues, où l'humour est toujours présent, et à son ambiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lecottageauxlivresFanny
  18 novembre 2016
Dorothy Parker, la reine des répliques cinglantes, fait son grand retour avec son "cercle vicieux" pour mener une nouvelle enquête dans l'Hôtel Algonquin à New York dans ce second volume intitulé L'Affaire de la belle évaporée qui sortira le 3 novembre.
Alors que tous préparent une grande fête pour le 31 décembre dans une suite, un cas de variole est découvert et l'Algonquin est mis en quarantaine. Les clients de l'Hôtel se retrouvent malgré tout pour fêter la nouvelle année à venir dans la suite d'un couple de prestigieux acteurs. Les invités viennent de tous les horizons: Dorothy Parker et ses amis, Bibi Bilelot la vedette du moment et sa concurrente du moment Lydia ou encore Arthur Conan Dolye, le célèbre créateur de Sherlock Holmes et son ami le docteur Hurst. Après une arrivée remarquée et provocante qui échauffe les esprits, Bibi Bibelot se baigne dans une baignoire remplie de champagne alors que Dorothy et ses amis s'amusent au jeu de l'assassin. Comme le veut la tradition, les invités descendent à minuit pour se souhaiter la bonne année dans le hall de l'hôtel. Poursuivant le jeu de l'assassin, Dorothy qui a pioché le rôle du tueur, envoie Woollcoot dans la suite des acteurs pour "l'assassiner". Alors qu'elle prépare une réplique "mortelle" dans la suite, Dorothy découvre le corps de Bibi, assassinée dans la baignoire au champagne. Woollcoot s'autoproclame détective et entend bien débusquer le véritable assassin de Bibi. Dorothy accompagnée par son tendre ami Benchley et par Conan Doyle mène l'enquête de son côté.
Quelle joie de retrouver Dorothy Parker et le cercle vicieux dans ce second volume !
Les éléments qui ont fait le succès du premier se retrouvent dans cette nouvelle enquête. J.J Murphy sait nous transmettre toute la tendresse qu'il ressent pour ses personnages. le roman est tout aussi farfelu et rigolo, on aime suivre ces personnages qui courent à tous les étages de l'hôtel pour chercher des preuves, retrouver l'assassin, traquer des gangsters déguisés ou encore fuir Woollcott qui les agace. Certains passages de ces courses poursuites dans l'hôtel m'ont fait penser à la scène finale de Certains l'aiment chaud dans laquelle Joe et Jerry, déguisés tour à tour en Daphné et Joséphine, en vieil homme handicapé et en son garde malade ou en serveurs fuient des gangsters. Les réflexions piquantes et acides de Dorothy et les jeux de mots de ses amis font le plaisir des lecteurs. L'ambiance du New York des années 20, de la prohibition et des starlettes de Broadway est toujours aussi bien installée par J.J Murphy. le personnage d'Arthur Conan Doyle que l'on découvre dans ce second tome apporte un petit charme british au roman. L'intrigue policière n'est pas la plus importante dans ces romans puisque J.J Murphy laisse la plus belle part à l'humour, aux scène cocasses et aux répliques qui fusent avec intelligence. Certains des personnages du roman ont véritablement vécus, J.J Murphy expose rapidement à la fin du roman ce qu'il a modifié de la vie réelle de ses personnages pour les besoins de sa fiction. J'ai trouvé ces quelques pages très intéressantes. L'Affaire de la belle évaporée fut une lecture très plaisante pour toutes ces raisons.
Lien : http://lecottageauxlivres.ha..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   30 juin 2017
Tout n'est-t-il pas un jeu sophistiqué dans la vie ? (...) La bourse de New-York est-elle autre chose qu'une forme élaborée de l'échange de bimbeloteries et autres verroteries des peuplades primitives ? Et la présidence des Etats-Unis, qu'une simple version du Roi de la Montagne ? Je vous le déclare, mon cher Arthur, nous ne sommes tous et tout le temps que des enfants s'égayant en cour de récréation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
iris29iris29   29 juin 2017
Je vis dans cette ville (NY) depuis plus de quatre-vingts ans et ça n'a fait qu'empirer. Le crime. La boisson. La fornication. La musique jazz.
Commenter  J’apprécie          191
iris29iris29   30 juin 2017
Pourquoi fait-on autant cas de la veille du Nouvel An ? On s'en fait une telle montagne, on est tellement décidé à s'amuser que la soirée cesse vite d'être agréable pour devenir une corvée interminable.
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris29   30 juin 2017
Dorothy [ Parker ] se demanda (et pas pour la première fois) : Pourquoi certains s'imaginent qu'ils seront obéis plus vite en agissant avec arrogance comme des connards de première catégorie ?
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris29   30 juin 2017
Bon, sans vouloir gâcher votre fête davantage, vous n'ignorez pas que nous sommes en pleine prohibition, ajouta-t-i d'un ton plein de sous-entendus, en fixant le cocktail entamé que tenait [ Douglas ] Fairbanks. Vous n'avez pas d'alcool ici, n'est-ce pas ?
Fairbanks, portant le verre à ses lèvres , en vida rapidement le contenu.
- Nân, pas d'alcool, fit-il. Pas une seule goutte.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de J. J. Murphy (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. J. Murphy
La Petite Librairie #5
autres livres classés : prohibitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'affaire de la belle évaporée" de J.J. Murphy.

Dans quoi Bibi se baigne-t-elle dans la baignoire ?

dans du vin
dans du champagne
dans des billets
dans de l'eau

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : L'affaire de la belle évaporée de J. J. MurphyCréer un quiz sur ce livre
.. ..