AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226140182
Éditeur : Albin Michel (17/09/2003)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Titus Flaminius, un jeune avocat, voit son existence basculer le jour où sa mère est assassinée. Dans la Rome du 1er siècle avant Jésus-Christ où il n'existe pas de police criminelle, il doit mener lui-même l'enquête avec l'aide de Florus, un comédien. De la Regia où réside le consul César aux miséreux quartiers de Subure, son parcours tumultueux le conduit à Licinia, une des vestales gardiennes du feu sacré. Bien qu'il sache que l'amour est interdit à ces prêtresse... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
claireo
  17 mars 2017
Ce roman policier est parfait pour découvrir la Rome antique. Titus doit résoudre un mystère et avec lui nous parcourons les rues de la ville, le temple des vestales... Très documenté, avec du suspense, c'est une bonne découverte.
Commenter  J’apprécie          280
fauteuil
  14 février 2016
J'ai dû lire ce roman pour mon cours de latin. Ça n'avait rien d'une contrainte au départ car ma professeure en vantait les qualités : "Le suspense est bon, c'est très bien écrit, et surtout, on apprend beaucoup de choses intéressantes sur la civilisation romaine", disait-elle...
Une chose est vraie dans ses paroles ; on voit que l'auteur s'est très bien documenté et arrive à nous inculquer des éléments de cette civilisation de manière peu subtile, certes, mais toujours très efficace pour que l'on s'imagine l'ambiance de l'époque. Personne ne pourra lui reprocher de ne décrire qu'approximativement la vie romaine...
En revanche, pour les autres critères, je ne suis pas vraiment en accord avec ma professeure ; en ce qui concerne l'intrigue policière, je la trouve affreusement banale, sans intérêt particulier. Il est difficile d'ignorer les tours de passe-passe de l'auteur pour la faire avancer. (Je m'imagine bien l'auteur : "Bon, je veux inclure un vol en chambre close impossible à expliquer..." Plus tard : "Pfff... Ça m'énerve tout ce bousin, je trouve pas de solution. Au pire, je dis qu'il existe des humains/monstres qui ont une morphologie très particulière, comme ça y'a un monstre tout plat qui passe à travers les barreaux de la chambre, et un autre géant qui le porte pour qu'il les atteigne. Et pour pas faire bizarre, je mets plein d'autres monstres pour camoufler le tout."
Non mais sérieusement, un homme plat pour justifier le vol ?! (Soupir...)
Mais bon, pour en revenir à l'intrigue, plus on avance dans l'histoire, plus on s'éloigne de l'élément perturbateur, l'assassinat de la mère de Titus. L'auteur s'embrouille dans des explications compliquées pour nous offrir un dénouement (ou plutôt un "avant-dénouement") absolument stupide. J'avais deviné qui était le meurtrier dès le départ, et pourtant, je ne peux pas me vanter d'être la plus perspicace... de plus, je suis affligée du nouveau tour de passe-passe de l'auteur concernant l'assassin pour pouvoir expliquer ce qui est proprement inexplicable...
le point de vue très intéressant et pour le moins surprenant de l'histoire, c'est la toute fin du roman. Un rebondissement qui ne manque pas de piquant...
Sinon, et bien, un style fluide mais assez lourd, des descriptions à tout bout de champ dans des situations complètement inappropriées, c'est ce qui résume l'écriture.
Les personnages ? Pas bien folichon de ce côté-là. Titus est sans aspérité, et les autres ne sont pas beaucoup plus intéressants...
En conclusion, un livre médiocre, vite lu et vite oublié, dont la presque seule qualité est la justesse de la description de la civilisation romaine. Ça n'a rien d'une véritable catastrophe, mais on peut faire beaucoup mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ClaireDoc
  05 janvier 2019
Soufflée ! J'ai adoré : le thème (enquête dans la rome antique), la précision de l'immersion historique, les connaissances culturelles distillées progressivement, les drames, les trahisons. du grand art.
Commenter  J’apprécie          140
classede5emeb
  16 novembre 2015
Enzo

Présentation :
A Rome, pendant le règne de Jules César un jeune homme du nom de Titus Flaminius va vivre une aventure incroyable. Un jour en octobre, Titus Flaminius sortit de chez lui pour aller rejoindre son meilleur ami Brutus qui lui avait donné rendez-vous pour rejoindre Posidonius, un philosophe stoïcien très populaire à cette époque. Mais en chemin il dut s'arrêter à cause d'une fête intitulée: « le cheval d'octobre ».
Il y avait une foule gigantesque et cela rendait l'accès impossible. Il dut donc participer à la fête contre son grès.
Toutefois, il réussit à s'échapper de la fête pour rejoindre Brutus.Après s'être entretenue avec Brutus et Posidonius, il repartit chez lui. Une fois arrivée, il apprit une chose terrifiante : sa mère a été assassinée. Après les funérailles de sa mère, Titus Flaminius, en plein deuil décida de partir à la recherche de celui qui avait assassiné sa mère pour la venger. Puis il rencontra Florus qui sans le savoir allait beaucoup l'aider. Il partit donc avec Florus à la recherche de l'assassin. Ils arpenteront toute la ville de Rome pour découvrir qui a assassiné sa mère.
Critique :
Ce qui m'a plu dans ce livre c'est que les personnages sont bien travaillés, je trouve qu'ils ont tous un passé intéressant et passionnant à suivre.
La fin m'a beaucoup plu et elle m'a grandement surprise.
Je n'ai pas vraiment trouvé de point négatif à relever sur ce livre. C'est surtout à la fin que je suis vraiment rentré dans la peau du personnage principal. Je trouve que ce livre est un très bon roman avec une enquête tellement intéressante que j'avais tout de suite envie de savoir la fin.
Bref, je ne vous en dis pas plus, lisez ce livre pour en savoir davantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mondaye
  18 juin 2016
Une série d'enquêtes historiques lu pour la première fois il y a pratiquement dix ans... et la dernière (troisième) il y a cinq. Pour situer l'époque, elle se passe sous le consulat romain, avec bien sûr "ce vieux Jules" (Hum trop regardé Asterix et Obelix moi) consul.
Mais ce n'est pas le point du roman et il n'y fait que de modeste apparition au cours de la série.
Alors le premier point c'est que théoriquement quand on a douze ans, s'attacher à un personnage bien plus âgé peut être compliqué. Et pourtant Titus avec son sens aigu de la justice a su gagner mon coeur.
Deuxième point, je garde le souvenir d'un livre plantant un décors historique plus... solide que ceux que j'avais pu lire auparavant. L'auteur donne vraiment l'impression de maîtriser son sujet. le livre est riche en enseignements à ce niveau plus particulièrement sur l'univers des vestales.
Ensuite niveau enquête, c'est plutôt bien construit, et bien que je n'ai pas réussi à deviner la fin, elle ne sort pas de nulle part, l'auteur a juste su bien brouiller les pistes.
Bref j'en garde un bon souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Aurore_MAurore_M   30 octobre 2013
Tu m'aimais, Titus, sans quoi, toi qui a fait preuve de tant d'intelligence pour découvrir la vérité, tu aurais tout de suite compris ce qui sautait aux yeux.
Commenter  J’apprécie          70
CressCress   20 novembre 2015
Le stoïcisme était une philosophie respectable, mais elle était bonne pour les vieillards.
Commenter  J’apprécie          60
CressCress   24 novembre 2015
Qu'avait-il fait de bien, d'intéressant ou de beau, depuis qu'il était venu au monde? Rien, rien du tout ! Il avait coutisé les filles, fréquenté la jeunesse dorée de Rome, mené une vie de patricien désoeuvré. Sa vie n'était que frivolité,vanité, inanité !
Commenter  J’apprécie          10
CressCress   20 novembre 2015
- Parmi les choses, il y en a qui dépendent de nous et d'autres qui n'en dépendent pas. Dépendent de nous le jugement, la volonté, le désir. Ne dépend pas de nous ce que nous considérons généralement comme des biens ou des maux et qui est, en réalité, indifférent : la vie, la mort, la nôtre et celle de nos proches, la santé, la maladie, la pauvreté, la richesse. Si nous nous attachons à ces choses, nous perdons notre temps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CressCress   24 novembre 2015
Un Brutus sait toujours passer à l'action, quand il s'agît de sauver la liberté ou son frère !
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : rome antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titus Flaminius. Tome 1. La fontaine aux vestales

Pourquoi Flaminia, la mère de Titus Flaminius, a-t-elle été tuée ?

Elle avait insulté César.
Elle avait découvert le nom d'un voleur.
Elle ne voulait plus payer une troupe d'acteurs.

10 questions
194 lecteurs ont répondu
Thème : Titus Flaminius, tome 1 : La Fontaine aux vestales de Jean-François NahmiasCréer un quiz sur ce livre
.. ..