AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222111213X
Éditeur : Robert Laffont (15/03/2010)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Se croire seule pour traverser une épreuve, et découvrir qu'on ne l'est pas...
L'histoire de Lucie est une belle histoire d'amour et d'amitié, d'entraide et de solidarité.

Aujourd'hui, on guérit du cancer du sein s'il est pris à temps. C'est ce qu'on dit à Lucie, et c'est vrai. Sauf que... Si on est maman célibataire d'une fillette de onze ans qu'on tient à protéger, et si on se retrouve seule dans une nouvelle ville où on ne connaît personne, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  03 septembre 2019
Lucie a vingt-neuf ans quand elle apprend qu'elle a un cancer du sein. Elle élève seule sa fille Léa de onze ans et tout son monde s'écroule à cette annonce.
Elle tente tant bien que mal de protéger sa fille en lui cachant ses angoisses et sa maladie. Dans sa solitude, elle crée un compte où tous les voisins sont connectés et semblent affairés à s'entraider mutuellement. Lucie noue la-bas des relations épistolaires avec des gens qui chacun viendront apporter un peu de soutien à cette mère esseulée, dont un en particulier, Charlie amateur de musique classique et farouchement optimiste.
Je pensais en ouvrant ce bouquin passer un agréable moment surtout avec ce joli titre « La mélodie des jours ». J'ai tenu bon tout le livre mais mon moral en a pris un sale coup.
Lucie est certes très courageuse et attachante, elle a néanmoins la fâcheuse manie d'imaginer le pire avant l'heure et de voir tout en noir. de ce fait, mon malaise grandissait au fil de ma lecture. Pas envie de le lâcher mais soulagée de refermer ce livre. L'écriture n'est pourtant pas sombre mais les personnages traînent tous de fameuses casseroles. Lucie et son cancer et son célibat, le meilleur ami de sa fille cloué au lit et délaissé par ses parents adoptifs, Alberte la voisine vieillissante avec ses problèmes de coeur. Bref, mis à part ce bon Malo et sa chocolaterie, et malgré cette montagne de solidarité gratuite, je n'ai guère perçu beaucoup de chaleur ni de lumière dans ce roman. Il y avait comme un côté guimauve planté au milieu de l'enfer. Malaise malaise. Quel dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7915
saphoo
  05 mai 2010
Il y a comme ça des livres dont on aimerait qu'ils se prolongent à l'infini, pas envie de quitter les personnages, on s'attache, on semble faire partie du décor, d'autant que j'adore la Provence autant que la Bretagne pour dire que je fus aux anges , et l'histoire dans tout ça, je dois dire que je fus touchée, émue par cette femme qui fait tout pour épargner sa fille de ce périple médical. Cet élan du site des voisins pour la soutenir moralement et concrètement ensuite. L'histoire ne s'apitoie pas, n'est pas médicalisée mais on y apprend beaucoup de chose dont j'ignorais malgré un cas dans ma famille proche.
Cette histoire est humaine tout simplement, chaleureuse, authentique, un brin romantique, il faut bien le dire, ce Charlie à Mouette est du baume sur la plaie de ce crabe qui malheureusement touche beaucoup de monde sans faire dans le détail, jeune, mère de famille, enfant pas de distinguo face à la maladie, pas de pitié face au destin. La prise de conscience face la fragilité de la vie, devoir frôler la grande faucheuse pour réaliser que la vie est précieuse, on devrait sans doute y penser avant qu'au pied du mur. Ce roman nous livre une belle leçon de vie, croquez-la, délivrez vous de votre passé pour aller vers l'avenir, des idées que j'ai retenu entre autres mille petites choses de cette trempe; non ce n'est pas un roman moraliste mais c'est un roman qui fait du bien sans pourtant perdre de vue qu'on n'est pas tous égaux face à la chance de guérison.
Un roman qu'on lit avec avidité, le climat est plaisant, les personnages tous très attachants hormis “rambo” mais il fait partie du décor voulu pour contrebalancer l'équilibre.
Plusieurs petites histoires qui se croisent, s'emboîtent, des parcours qui bifurquent, des êtres blessés, écorchés, qui doutent, d'autres qui offrent leur soutien, l'entraide est présente peut-être trop beau pour y croire, je doute fort que ça soit aussi simple réellement mais c'est beau.
un livre que j'ai aimé et qui me donne la même impression bien que les histoires soient complètement différentes, mais ce sentiment d'être dans le roman et ne pas vouloir le quitter : ensemble c'est tout d'Anna Gavalda.
Je recule le moment fatidique où la dernière page arrive follement sous mes doigts, alors je recule encore peu : oh tiens, je vais lire à reculons, mais l'envie de connaître la suite me pousse vers cet issue fatale du mot FIN.
Que vous dire de plus : c'est un roman à lire et si votre sensibilité vous effleure autant que moi, prévoyez le paquet de mouchoirs. Si vous avez un cas de ce maudit crabe dans votre entourage, lisez ce livre sans doute vous y trouverez un chemin selon votre cas .
Au final, il est bon de savourer la mélodie des jours quand on a la santé on a toute la richesse du monde ou presque.

Lien : http://lesmotsdepascale.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
prune42
  14 juillet 2016
Lucie, 30 ans, maman de la jeune Léa, tient une fromagerie dans le Sud de la France. Sa vie est complètement bouleversée quand elle apprend qu'elle a un cancer du sein. Sans famille proche, elle lance un SOS sur le site des Voisins et très vite, un réseau se met en place pour l'aider et lui remonter le moral. A côté de son commerce, se monte un bar à chocolats tenu par Malo. Entre les deux, les relations sont tendues. Léa lie connaissance avec Sébastien, un garçon de son âge récemment arrivé des Etats Unis, mais actuellement alité. Alberte quant à elle, ancienne institutrice à la retraite, a quitté précipitamment la Corse avec son chien et s'est installée dans le quartier.Tous ensemble ils communiquent par Internet et se soutiennent dans les moments difficiles. Comment Lucie va t'elle faire faire à la maladie ? Comment tous les personnages vont-ils évoluer ?
J'ai beaucoup aimé ce roman plein de fraîcheur et de bons sentiments qui redonne le moral. C'est une idée intéressante de lecture de vacances par exemple. Je l'ai personnellement vite lu, les personnages sont tellement attachants, sur fond de réseaux sociaux, positive. On n'a aucun mal à rentrer dans la peau de Lucie, Lorraine Fouchet sait nous rendre proches ses personnages et tellement humains. J'ai eu parfois le coeur serré quand Lucie subit certaines épreuves liées à son cancer du sein, en tant que femme on ne peut qu'être touchée par ce qui lui arrivé. le récapitulatif des musiques à la fin du roman est une très bonne idée,je vais prendre le temps de les écouter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Marguerite87
  20 juin 2010
Je n'avais lu que le chant de la dune de Lorraine Fouchet, une agréable histoire d'amour et d'aventure se déroulant dans le désert de l'Aïr. Mais, j'avoue avoir préféré celui-ci, et de loin.
La mélodie des jours est avant tout une histoire optimiste sur un cancer aujourd'hui très répandu, le cancer du sein. J'avais un peu peur de ce thème au départ qui aurait pu facilement verser dans le mélodrame. Il n'en est rien. le lecteur vit avec Lucie toutes les étapes, de la découverte du cancer jusqu'au nombreux traitements, de façon franche mais sans apitoiement.
La mélodie des jours c'est aussi une ribambelle de personnages forts sympathiques qui se rencontrent principalement sur le Site des Voisins, un site où la solidarité n'a pas de limite. Cependant, je me suis demandé si finalement il n'y avait qu'eux sur le fameux site, il y a en tout cas beaucoup de coïncidences. Peut-être un peu trop, j'ai eu peine à y croire à certains moments.
C'est un roman résolument moderne où la technologie occupe une grande place. le lecteur ne perd aucunement ses repères. À part le Site des Voisins, Lucie utilise son Iphone pour naviguer sur la toile pendant son hospitalisation et sa fille Léa est une pro de la Wii.
Finalement, l'auteur a ajouté à tout ça quelques secrets de famille bien gardés et une jolie histoire d'amour pour une dose de plaisir supplémentaire.
Enfin, vous aurez compris que j'ai beaucoup apprécié cette lecture qui pourrait facilement être catégorisée "lecture doudou". En bonus, elle m'a fait revivre des souvenirs de mon voyage dans le sud de la France. J'ai eu l'impression d'entendre une cigale chanter, de sentir le soleil sur ma peau, de voir ces magnifiques plateaux de fromages et de sentir l'odeur du chocolat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SLGDesYeuxPourLire
  04 janvier 2017
Rencontrée il y a quelques mois sur un salon du livre, Lorraine Fouchet expliquait s'être décidée à écrire ce roman après avoir cherché en vain un livre réconfortant pour une amie malade.
Elle écrit alors l'histoire de Lucie, jeune fromagère à son compte, qui élève seule sa petite Léa. Brutalement, on diagnostique un cancer du sein à Lucie. La jeune femme est sonnée. Elle choisit de ne rien dire à ses proches (peu nombreux) et à sa fille, sa « petite douce ». Néanmoins, elle a peur, très peur, elle va alors aller puiser du réconfort sur « le site des voisins » qui n'a de virtuelle que la forme. Sous le pseudo de Mouette et la peur au ventre, elle se livre derrière son ordinateur et les liens se tissent sur ce site et au-delà.
Une belle dose d'entraide,, beaucoup de tendresse, Lorraine Fouchet s'empare d'un sujet difficile et le traite avec beaucoup d'intelligence et de finesse. On y retrouve le médecin qu'elle est à travers la précision du vocabulaire relatif à la maladie ou bien encore du déroulement du protocole tout en y côtoyant sa plume lumineuse et tendre qui tire vers le haut.
Tout y est bien dosé, ça n'est pas écrit pour faire pleurer, ça n'est pas du rêve non plus, c'est la vie, celle de tous les jours avec ses moments de bonheur et ses coups durs, et c'est là que glissent souvent les larmes d'émotion du lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ChezLoChezLo   09 avril 2011
J'éprouve en premier lieu un soulagement intense, mes muscles se détendent, mes poumons se dilatent, mon coeur retrouve son rythme de croisière. Je remercie le destin, j'ai envie de sauter de joie, il y a sûrement dans cette salle d'attente des patients insouciants à qui le ciel va tomber sur la tête mais moi je n'ai rien, le Dr H. s'est trompée ou plûtot elle s'est inquiétée à tort, je ne lui en veux pas, au contraire, je lui suis reconnaissante d'être si scrupuleuse. Tout va bien, ce soir tu me battras encore au tennis sur ta console, je passerai chez le traiteur chinois nous acheter à dîner, on rira, ma Léa des bois. Je ne suis pas malade !

Puis soudain je me cripse en me rappelant la petite phrase étrange de la femme aux oiseaux : "S'il refuse de pratiquer la biopsie je vous enverrai chez une cytologue que je connais bien." Et je m'affole à l'idée de recommencer à attendre et à angoisser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sld09sld09   26 novembre 2017
Plus que trente-quatre : le sommeil me fuit. Je me lève, je retourne dans le salon, je rallume l’ordinateur en coupant le son, je me reconnecte au Site des Voisins. En dépit de l’heure tardive Navire, Hafez et Rambo, qui habitent juste à côté, sont en ligne, ainsi que Maldive de la rue derrière et Paris Hilton du boulevard de la gare. Cinq humains inconnus échangeant au milieu de la nuit, leurs fenêtres éclairées doivent se distinguer de loin dans le quartier obscur, je me les représente, assis devant leur écran. Se sentent-ils moins seuls, ainsi ? J’ai envie de discuter avec eux mais mes doigts s’immobilisent au-dessus du clavier. Parler pour ne rien dire, je le fais toute la journée. Ce soir j’ai besoin de parler vrai et de crier ma peur, c’est impossible sous le pseudo Diamond, tu le découvrirais. Si je veux dialoguer, il faut que je le fasse sous un nom qui ne signifie rien pour toi, que je m’inscrive sous un nouveau pseudo.
Depuis que je suis sortie de chez la gynéco je me sens comme un oiseau prisonnier avec un tissu posé sur ma cage pour m’empêcher de chanter. Je suis une des mouettes du rideau, privée d’envol, engluée dans le pétrole de l’Erika, j’avais dix-huit ans à l’époque du naufrage... La voilà, l’idée ! Eurêka !
Dans le silence de l’appartement, je me penche en avant, mes doigts se remettent en mouvement, je clique sur ma rue à côté de nos deux ballons Diamond et Eskimo, et je m’inscris sous le pseudo Mouette.
Aussitôt les autres m’accueillent d’un :
— Salut Mouette, pas encore couchée ou déjà réveillée ?
Le système du site est souple, on peut écrire à tout le monde sur le forum, à tous les internautes en ligne, ou juste aux correspondants de son choix.
Je respire à fond, je réponds :
De Mouette à Navire, Hafez, Maldive, Paris Hilton, Rambo
— Bonsoir. On ne se connaît pas, ou peut-être que si, on s’est déjà croisés dans le quartier. Je flippe. Pardon de vous embêter avec mes soucis, mais il faut que je partage ça avec quelqu’un. J’ai peur. J’ai vu mon médecin aujourd’hui, j’ai peut-être un truc grave, je dois faire des radios, j’ai rendez-vous vendredi, je suis paniquée.
Déjà je me sens moins mal. Les mots sont là, sur l’écran, du coup la peur s’effrite, son intensité diminue. Je suis malade, on va me radiographier, on va me soigner, on va me guérir, c’est pour ça que les médecins font dix ans d’étude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AumoneAumone   22 janvier 2013
Il se passe quelque chose, la musique est plus forte que ma peine, elle m'entraîne, elle me roule, elle m'anéantit puis me sauve, elle me transporte dans une autre dimension où il n'y a plus ni cancer, ni angoisse, ni mort. Cette nuit, Mozart a écrit pour moi.
Commenter  J’apprécie          80
prune42prune42   14 juillet 2016
Le destin est comme un pécheur qui lance son filet en haute mer. Certains sont pris dans la nasse, d'autres passent à travers les mailles du filet, ils sont libérés par leurs ravisseurs, ils survivent au crash, ils émergent des tôles froissées, les médecins et les chirurgiens les sauvent.
Commenter  J’apprécie          70
saphoosaphoo   05 mai 2010
Ce n’était qu’un oiseau , mais c’était son amie. On ne raisonne pas le chagrin, on le voit déferler et on attend qu’un jour une vague l’emporte loin.”
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Lorraine Fouchet (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lorraine Fouchet
Rencontre avec Lorraine Fouchet autour de son ouvrage "Tout ce que tu vas vivre" aux Éditions Héloïse d'Ormesson .
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2306462/lorraine-fouchet-tout-ce-que-tu-vas-vivre
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Agence, de Lorraine Fouchet

Lorraine Fouchet, l'auteur, a exercé une autre profession :

la médecine.
le journalisme.
la pêche.
l'histoire.

12 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : L'Agence de Lorraine FouchetCréer un quiz sur ce livre
.. ..