AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782362291425
176 pages
Editions Bruno Doucey (17/02/2017)
3.65/5   13 notes
Résumé :
1er avril 1960 : un bébé noir est tué par la police dans un ghetto d’Afrique du Sud. C’en est trop pour Ingrid Jonker, une jeune blanche qui fonce rencontrer la mère de la victime. Elle, la fille de l’un des dignitaires de l’apartheid, va écrire un poème bouleversant à la suite de ce drame. Mai 1994 : Mandela monte pour la première fois à la tribune de l’assemblée. Devant les députés médusés, il lit le poème d’Ingrid Jonker. Car la poésie est le fil de soie qui reli... >Voir plus
Que lire après L'enfant n'est pas mortVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Un grand merci à Babelio et aux Editions Bruno Doucey qui m'ont permis de découvrir ce court livre.
Ce livre a été édité dans le cadre d'une série d'autres textes similaires : un auteur raconte la vie d'un(e) poète. Ici Nimrod, l'auteur, m'a fait découvrir une poète sud africaine, Ingrid Jonker.

Ce livre est un peu une double biographie : celle de la poète et celle de Nelson Mandela, qui appréciait cette poète et qui a récité l'un de ses textes devant les députés (blancs) sud africains. Ce poème a été écrit suite à la mort d'un bébé Noir tué par les forces spéciales (blanches).

Les deux histoires (celle d'Ingrid Jonker et de Nelson Mandela) se croisent régulièrement. J'ai moins apprécié la partie "Mandela", mais elle permet de recadrer la situation particulière propre à l'Afrique du Sud de l'époque.
J'ai nettement préféré les chapitres consacrés à Ingrid Jonker, personnage fragile, blanche qui défend les Noirs au sein de l'apartheid, poète dont le père est le censeur officiel du régime, partagée entre ses amants et ses envies de maternité, fragile au point de choisir le suicide.
Au fond je regrette sans doute un peu que cette partie n'ait pas été davantage étoffée car j'ai vraiment apprécié cette femme. J'aurais aimé en savoir plus, la ressentir davantage. Là j'ai l'impression de n'avoir fait que l'effleurer.

Mais globalement j'ai apprécié ce texte et le concept de l'éditeur. J'avoue que la liste des autres documents édités me tente bien...
Commenter  J’apprécie          20
Un roman court qui met en miroir la vie d'Ingrid Joncker, poétesse sud-africaine, et la passion que porte Mandela à ses mots.
Ingrid était poétesse, afrikaner, engagée pour les droits des Noirs, amante, fille de censeur, mère. Elle était ardente et comme souvent, la vie ne fait pas de cadeau à ce type de profil...
Ses mots résonnent en Nelson Mandela et lui permettent de créer un pont entre Noirs et Afrikaner et de réaliser son rêve d'unité sud-africaine.

Je n'ai pas réussi à effacer la distance entre les mots et moi ; je n'ai pas été spécialement touchée par ce texte. Je n'ai réussi à m'identifier ni à Ingrid, ni à Mandela.
Néanmoins, si vous êtes sensible à la poésie, ce roman vous parlera sans doute plus qu'à moi !
Commenter  J’apprécie          40
Derrière son titre "fout-moi la grosse patate", le livre "l'enfant n'est pas mort" de Nimrod aborde une page sensible de l'histoire contemporaine, celle de l'apartheid en Afrique du Sud. Il raconte tout en délicatesse la vie de la poétesse Ingrid Jonker, fille de l'un des dignitaires de ce pays où le racisme était alors inscrit dans les lois. Suite à la mort d'un bébé noir lors d'une manifestation, celle-ci osa défier ses pairs en rédigeant un poème (qui donne d'ailleurs son titre au roman), lequel sera bien des années plus tard lu par Nelson Mandela le jour de son investiture. Les 2 histoires s'entremêlent d'ailleurs tout au long de ce court roman, l'une se finissant plus tragiquement que l'autre...
J'ai en tout cas bien aimé, même si je dois de plus en plus faire face à cette évidence : je suis insensible à la poésie. Mais pas à l'injustice, donc banco. En tout cas un grand merci aux éditions "Bruno Doucey" pour cette belle découverte, qui fait d'ailleurs partie d'une collection où le destin d'un poète croise la grande histoire.
Commenter  J’apprécie          10
La poésie ça m'aide à vivre, à habiter le temps. C'est le visage de cette femme sur la couverture du livre qui m'a troublé. Quelqu'un à la bibliothèque l'a posé sur une table, en rayon, je serais passée à côté de ce bel ouvrage. C'est la force de ce livre que de nous faire entrevoir la poétesse et la femme libre. Ingrid JONKER dont j'ai hâte de lire l'oeuvre et découvrir la vie. La poésie d'Ingrid est accompagnée par la belle écriture de Nimrod.
Commenter  J’apprécie          30
Revenons à Nimrod. J'ai lu le travail qu'il a produit sur Césaire dans une collection très précise. Et dans un échange avec lui, il m'avait expliqué que ce traitement lui avait été proposé. le cheminement du lecteur que je suis procède par dissociation. Et j'ai rangé L'enfant n'est pas mort dans la catégorie « des commandes ». Peut-être en est-ce une ? Ce qui signifie dans mon inconscient « Texte secondaire de Nimrod, lecture facultative ». le fait particulièrement incongru est qu'à ce jour, je ne sais même pas si c'est une commande, mais ce texte est très loin d'être une oeuvre secondaire… Comme vous le voyez, je traite mes préjugés en ligne.

Hommage à une poétesse sud-africaine Ingrid Jonker

Lors de sa première allocution au parlement sud-africain, après sa libération suite à 27 ans de geôle pour activisme politique, Nelson Mandela déclame devant une assistance médusée des vers de la grande poétesse sud-africaine Ingrid Jonker. Une fabuleuse poésie où Jonker relate une scène terrible, celle de l'assassinat d'un bébé noir dans les bras de sa mère à un check-point, par la police de Cap Town. En 1960. En plein apartheid. Les mots sont forts. La prise de parole lucide et risquée. Elle est afrikaner. L'assemblée à laquelle s'adresse Mandela est principalement composée d'afrikaners. Les mots ont contribué à fortifier – selon Nimrod – Mandela - du temps de son incarcération dans la prise de conscience réelle et complexe qu'ils impliquent.
Lien : http://gangoueus.blogspot.fr..
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LaLibreBelgique
13 avril 2017
Dans ce vibrant roman dont la brièveté décuple la force, Nimrod entrelace les destinées de la jeune poètesse Ingrid Jonker et du premier président noir d’Afrique du Sud, Nelson Mandela.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Ainsi, tu as des sentiments. Tu en as même pour des gens qui nous sont inférieurs, et tu oses me demander de publier ton torchon humaniste... Sur quelle planète vis tu ? As-tu seulement calculé les conséquences de ton poème sur le lectorat de mon quotidien ? As-tu envisagé le nombre de désabonnements, de coups de fil furibards, de lettres d'insultes, de menaces de mort qui inonderont la rédaction ? Tout ça pour un nourrisson noir, un avorton dont la couleur et le sexe n'ont jamais compté pour personne.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : nelson mandelaVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1198 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}