AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843441099
Éditeur : Le Bélial' (16/02/2012)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Chincheface, l'empereur chirurgien, celui qui érigea la mutilation en dogme d'état, celui dont le règne ne fut qu'épouvante, celui qui fut, à la fin, précipité dans le charnier de ses exactions, celui dont le crime incommensurable donna naissance aux rioteux et aux treize reliques d'effroi, celui que l'on nomme à présent Charnaille !
Charnaille, de retour à Caquehan la noire mille ans après, revenu de l'En-Dessous pour la seule fête digne d'être célébr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Ys
  21 mai 2015
(Critique valable pour les deux tomes de l'Intégrale)
Imaginez... un monde de fantasy, avec un roi débonnaire, des cités plus ou moins turbulentes, des chevaliers plus ou moins stupides, des magiciens plus ou moins fourbes, une religion prônant à l'extrême le culte de la souffrance, et une nature dont les excentricités ravageuses pourraient assez bien lui donner raison. Imaginez, au-milieu de tout cela, un autre monde qui pousse. le nôtre - ou plus exactement ses débris : des gares, des tours d'immeubles, des usines, des supermarchés dans un état de délabrement avancé, venus du coeur de la terre et jaillissant au petit bonheur la chance, éventrant une cathédrale, s'imbriquant dans un palais, déformant un ancien quartier... et accompagnés d'un véritable déferlement d'ordures, des avions boiteux, des voitures poussives, des vêtements sales, des sacs en plastique déchirés, des boites de conserve avariées. Autant de merveilles inconnues que les citadins s'arrachent comme de rares trésors avant d'en comprendre (parfois, peut-être, rarement) la laideur et la vacuité.
Imaginez encore, sous terre, là où pousse la Technole, un peuple souterrain fait d'êtres diversement estropiés - des esmoignés, des fraselés, des émiettés - dont le principal plaisir existentiel consiste en la torture et la consommation des humains égarés. Même si, en cette matière comme en d'autres, ce n'est pas toujours ceux qui en disent le plus qui en font le plus.
Greffez là-dessus les aventures d'un officieur de justice vieillissant et impeccable escrimeur (ah, Obicion ♥) , d'une aventurière aux moeurs plus impétueuses qu'un tsunami et très douée pour foncer tête baissée dans les situations les plus invraisemblables (ah, Malgasta ♥), d'une créature dotée d'un paquet de bras, de jambes et de dents, à l'esprit aussi aiguisé que les ongles (ah, Mesvolu ♥), de deux orphelins irréductibles, prêts à tout pour éviter de tous les sorts le plus funeste : se voir infliger des parents, d'un poète passablement allumé et très porté sur les jeunes filles, d'une adolescente venue de nulle-part et dotée d'étranges pouvoirs, sans compter un bon paquet de seconds rôles tout aussi peu conventionnels, et vous aurez toutes ficelles d'une des oeuvres de fantasy les plus étranges, les plus cruelles et les plus barrées qu'il m'ait été donné de lire.
Petit bémol côté scénario : les romans, à mon goût, partent dans un peu trop de directions à la fois et souffrent de quelques longueurs qui, si elles contribuent à enrichir l'univers, nuisent un peu au rythme général. Je m'y suis un peu perdue, parfois, ai parfois eu un peu de mal à suivre l'auteur dans certaines divagations, mais à défaut d'être totalement enthousiaste, je ressors de cette lecture conquise, par l'univers, surtout, et quelques très attachants personnages.
Les nouvelles, quant à elles, bien plus concises, sont particulièrement réussies. Si "Chat écorché ne craint plus l'eau froide" sert surtout comme enchaînement entre deux romans, les cinq autres sont assez impeccables, tant pour elles-mêmes que pour enrichir l'univers. On en redemanderait !
Lien : http://ys-melmoth.livejourna..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
WalktapusWalktapus   15 avril 2016
Dans la langue des rioteux, il existe deux cent trente et une façons de qualifier le bas. Car tous les bas ne se valent pas. Il y a des bas plus ou moins vertigineux, plus ou moins profonds, plus ou moins verticaux, il y a des bas qui ne mènent pas aussi bas que l'on serait en droit d'attendre, il y a même des bas un peu plus hauts parfois, des faux bas. Mais parmi tous ces bas, il y a un bas cardinal, LE bas, qui réunit toutes les qualités de verticalité, de profondeur, de noirceur et d'invitation au vertige. Les rioteux l'appellent l'Intrafond. C'est un concept, une abstraction, quoique certains savants spéléographes, supputant qu'il existe réellement, explorent l'En-Dessous à sa recherche, s'aventurant même jusque dans le Fondril, qui est l'En-Dessous de l'En-Dessous, la tanière d'un être dont on ne dit le nom que du bout du nombril : Charnaille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1310
WalktapusWalktapus   20 avril 2016
Le Frambail, petit cotre à la silhouette aiguisée, est à quai. Ses voiles sont affalées sur la dunette et son mât est couché à bâbord. Le vieux pilote, assis sur la borne d'amarrage, siffle une gourde de vin cachée dans sa barbe tout en regardant les rats faire la course entre les ballots de marchandise. Les matelots, assis sur les échelons de la passerelle, font tourner une autre gourde. Ils observent la ville penchée sur eux et rêvent d'un immense bordel, d'une sarabande de fesses et de nichons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
laulauttelaulautte   24 mars 2014
Telle est la philosophie de Syldeguis : laisser la vie prendre les décisions à votre place et secrètement l'en remercier tout en vous plaignant abondamment.
Commenter  J’apprécie          30
laulauttelaulautte   24 mars 2014
[...] c'est à se demander si le gosier des fraselés n'a pas été spécifiquement conçus pour dire ces deux mots, cruauté et volupté, de la plus convaincante des façons.
Commenter  J’apprécie          20
laulauttelaulautte   24 mars 2014
La jalousie est à l'esprit ce que la merde est à la semelle.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jérôme Noirez (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Noirez
Retrouvez les grands moments de cette soirée de lancement de la collection young adult Electrogene et du premier titre Brainless de Jérôme Noirez, qui a eu lieu le 20 mai 2015 à l'école de communication visuelle de Paris.
autres livres classés : macabreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Desolation Road de Jérôme Noirez

Quel âge a June Madero ?

17 ans
16 ans
18 ans
22 ans

8 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Desolation road de Jérôme NoirezCréer un quiz sur ce livre