AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782354881290
Éditeur : Gulf Stream Editeur (01/08/2011)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 87 notes)
Résumé :
CALIFORNIE, 1930. Dans le quartier des femmes de la prison de San Quentin, une jeune fille de dix-sept ans attend le jour de son exécution. Elle s'appelle June, a une bouille d'ange, parle avec maladresse et timidité.

Elle raconte ce qui l'a menée là, sur la Desolation Road, la route de la désolation qu'on emprunte un jour et qu'on ne peut plus jamais quitter: une passion absolue, déchirante, pour un garçon nommé David , une histoire d'amour ponctuée... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
sosotess
  08 novembre 2015
J'ai acheté ce livre lors des Utopiales et j'en ai profité pour le faire dédicacer par l'auteur, que je ne connaissais pas mais dont j'avais été sensible à la verve, et plus notamment à l'humour, lors des tables rondes.
Bien sûr, nul humour dans ce petit volume, ce dont j'étais consciente, mais mon instinct m'a poussé vers cet achat que je regrette pas le moins du monde. Le titre, déjà, me plaisait beaucoup, ainsi que le contexte du roman, découvert lors d'une brève lecture de résumé. La note des babéliautes a achevé de me convaincre.
Et j'en suis ravie, car malgré le désespoir que dégage ce texte, l'errance sans but, la résignation à une vie courte et intense de ce jeune couple dont les caractères sont tangibles sans être clichés, j'en ressors très satisfaite. Pas de fausse note, exactement ce que j'en attendais et quelques surprises en sus. Une écriture impeccable et intelligente, fluide et très accessible, décrit, à travers le témoignage de la jeune June, dix-sept ans et dont la vie ne tient plus qu'à un fil (ou une corde, pour être plus littéral), le périple de deux jeunes fermiers paumés qui commettent des crimes dans l'Amérique des années 30. Parce qu'ils s'aiment et qu'en temps de crise, ils sont prêts à tout pour survivre, mais aussi parce qu'ils sentent que la vie ne vaut le coup d'être vécue que sans concessions, même dangereuse.
June confie son histoire à un jeune journaliste qui n'y reste pas insensible. June et David, son homme donc, sont entraînés dans une spirale meurtrière et on se prend de sympathie pour eux, malgré les crimes. Car il y a en eux cette immense humanité qui caractérise bien des gangsters, en dépit du fait que l'on ne retienne généralement que la monstruosité, la sauvagerie, l'absence de scrupules de ces mystérieux personnages. Le mystère est levé sur ces deux-là. Disons que ces amants criminels ont aussi l'excuse de la jeunesse pour convaincre les lecteurs que leur disgrâce est née avant tout d'un concours de circonstances.
Il va sans dire qu'après cette jolie découverte, je lirai d'autres ouvrages de Jérôme Noirez, dont j'ai particulièrement apprécié la plume. Pas de temps mort, des émotions crédibles, des personnages touchants qu'on a l'impression de connaître personnellement, ce court roman a tout pour plaire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
MissG
  08 décembre 2012
June Madero a dix-sept, elle est dans le couloir de la mort de la prison de San Quentin juste en face de la baie de San Fransisco, elle a une bouille mi-enfant mi-ange et pourtant sa vie va déjà s'achever, elle a emprunté la route de la désolation et est arrivée à son terme.
Son homme, David O'Reilly, qu'elle a suivi dans cette épopée mortelle à travers la Californie, a déjà été exécuté.
L'histoire se passe en 1931, en plein pendant la Grande Dépression suite à la crise de 1929 et la prohibition, et le périple de June et David a laissé derrière lui de nombreux cadavres, tout comme l'honneur ou la dignité de ces deux personnages : "La dignité c'est un truc inventé par des gens qui n'ont jamais eu le ventre vide.".
Tous deux sont malheureux et mal aimés dans leur famille respective, ils vont se rapprocher et petit à petit l'amitié va se transformer en amour à la vie à la mort, une passion dévorante qui ne laisse place à rien d'autre, hormis l'instinct de survie, par n'importe quel moyen et à n'importe quel prix : "Il cherchait à me consoler, comme je l'avais fait pour lui auparavant. Mais moi, je voulais juste qu'il m'embrasse, qu'il m'embrasse avec passion; j'avais tué ces hommes par amour pour lui, parce que je n'imaginais pas un instant de continuer à vivre sans lui, et je n'avais aucun remords, aucun.".
Interviewée par le journaliste Gayle Hudson, June va lui livrer son histoire, dit-elle la vérité ou ment-elle par moment ? le doute sera mis dans l'esprit du lecteur et je ne saurai trop dire si elle a cherché à maquiller la réalité ou non, mais une chose est sûre, le lecteur, tout comme le journaliste, est ému par l'histoire de cette jeune fille, par cet amour au-delà de la vie et de la mort.
Malgré son jeune âge, elle fait preuve d'une certaine maturité : "En définitive, il n'y a rien d'autre que ça, la poussière ici-bas et les étoiles au ciel ... Et nous, de quoi est-on faits ?", et réutilisera cette métaphore pour définir l'amour : "L'amour ... C'est de la poussière et des étoiles.".
L'histoire de June et de David n'est pas Bonnie & Clyde en plus jeunes, elle peut y faire penser par moment mais les personnages ont leur personnalité propre et leurs motivations sont différentes.
Ici, il s'agit de fuir leur famille où ils n'étaient pas vraiment aimés et d'essayer de trouver mieux ailleurs.
Mais où ? Car la crise de 1929 est passée par là et le travail est difficile à trouver, et à garder lorsque quelqu'un à la chance d'en avoir trouvé un.
J'ai beaucoup aimé le contexte de l'histoire, à la fois dans la période : les années 30 aux Etats-Unis, mais également dans l'état américain choisi : la Californie.
Il y a le rêve que représente Los Angeles et à côté des villes pauvres essayant de survivre, le désert, des routes à n'en plus finir sans quasiment âme qui vive et des villes abandonnées comme celle de Desolation que les deux personnages cherchent à rejoindre, et pour finir la prison dans la baie de San Francisco, un espace clos après tant de grands espaces et de liberté.
C'est un récit très visuel et je l'imagine facilement en film ou en téléfilm, la construction narrative laisse en tout cas la place à une adaptation cinématographique.
L'alchimie entre les personnages fonctionne bien et je n'ai pas trouvé qu'ils faisaient trop mûrs pour leur âge, leur passé explique totalement la clairvoyance et la philosophie qu'ils ont atteintes, il explique aussi leur manque de réflexion, de discernement entre le bien et le mal et leurs erreurs.
Si l'auteur cherche à présenter June sous un jour amical au lecteur, il ne lui cache pas non plus son caractère violent et son mode de pensée particulier, en fait il laisse le soin à chacun de se forger son opinion sur ce personnage central.
Cette lecture était aussi l'occasion de découvrir la collection Courants Noirs de Gulf Stream, en ce qui concerne ce livre, il est de qualité tout à fait honnête et laisse à penser que si les autres livres de cette collection sont de même qualité il faut alors les lire le plus rapidement possible.
J'ai également apprécié la mise en forme, notamment la couverture illustrée par Aurélien Police qui s'accorde parfaitement avec le titre, ainsi que les trois annexes à la fin du roman sur l'essor de la voiture aux Etats-Unis dans les années 20, la Grande Dépression et la prohibition, ce sont de bons compléments à la fiction qui s'adressent, à mon avis, à un public plus jeune qui ne connaît pas encore très bien l'histoire industrielle du vingtième siècle des Etats-Unis.
Maintenant pour les aspects négatifs, je reproche au quatrième de couverture d'en dire beaucoup trop sur l'histoire et de finalement ménager peu de suspens au lecteur.
De surcroît, il y a une légère faute car le périple de June et David s'étale sur 1930 et 1931, et en 1931 June est en prison et non pas en 1930 comme mentionné dans le résumé, à moins qu'il faille comprendre "années 30" mais c'est mal formulé à mon sens.
"Desolation Road" est un livre noir racontant une road story tragique, et s'il ne fait pas bon emprunter la route de la désolation car personne n'en revient, je vous incite au contraire à emprunter la route littéraire menant à ce livre, vous y découvrirez une histoire riche et émouvante ainsi qu'un auteur et une maison d'édition qui méritent tous deux d'être suivis de près pour la qualité de leur travail respectif.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Epictete
  05 août 2015
"Désolation road" est un superbe roman.
C'est une histoire humaine, qui rappelle "Bonnie and Clyde" sans l'imiter pour autant. Les personnages ont leur propre personnalité et on y croit.
Que faire quand on a dix-sept ans et que l'on est dans le couloir de la mort ? Peut-on encore faire confiance à ceux qui viennent vous interroger ? En tout cas, alors que David a déjà été exécuté, June décide de se confier à ce journaliste qui va insister avec tact pour recueillir son histoire.
Ce sont donc deux adolescents que la passion et le désespoir vont conduire dans l'enfer, la désolation, le non-espoir, et comme diraient certains le "no-futur".
Ils vont vivre ce qu'au cinéma on appellerait un "road-movie", ponctué de vols, d'agression, de morts.
C'est un roman émouvant, passionnant, noir, qui ne laisse pas indifférent.
Personnellement, j'ai dévoré et adoré.
Je connaissais déjà un aspect de l'oeuvre de Jérôme Noirez, avec "Brainless".
En voici un autre aspect avec ce roman extrêmement bien écrit et tout cela me conduit à une seule envie : Découvrir d'autres ouvrages de cet auteur.
N'hésitez pas, mettez-le vite dans votre "Pile-à-lire".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Audreyy
  28 août 2013
Voilà un roman qui a frôlé le coup de coeur ! Classé jeunesse et littérature pour adolescents, j'ai commencé ce livre avec une appréhension mais finalement, je trouve que ce livre peut être aussi bien lu par des adolescents que par des adultes. Pour commencer, j'ai adoré l'ambiance du roman: sombre, opressante, déprimante… Ne lisez pas ce livre si votre moral est au plus bas mais sinon, il y a de grandes chances que ce roman vous bouleversent, comme moi.
Au début du roman, on découvre un journaliste, Gayle qui rend visite à June, une jeune fille de dix-sept ans, condamnée à mort. Son petit-ami, David a déjà été exécuté. le journaliste, venu pour l'interviewer et pour l'écouter nous livre le récit de June. On comprend pourquoi ces deux jeunes gens en sont arrivés là. Qu'ont-ils fait pour mériter la peine de mort? Fou amoureux l'un de l'autre, June et David ont quitté le Nevada et ont tenté de survivre dans un pays où la crise a tout ravagé. Alors qu'ils commencent par des délits tels que voler, ils vont ensuite beaucoup plus loin, mélangeant crimes et kidnapping. David et June, c'est Bonnie and Clyde ressuscités. On découvre les raisons qui les poussent à faire cela. Pour l'argent mais par amour aussi. L'amour qui lie ces deux personnages m'a bouleversé. Touchante, passionnée, tragique. Une histoire d'amour qui ne laisse pas indifférent puisqu'elle réunie deux personnages jusque dans la mort.
Deux personnages qui arrivent à toucher le public même avec ce qu'ils ont fait. On pourrait penser qu'il est impossible de s'attacher à deux tueurs mais aussi extraordinaire que cela puisse paraître, on s'y attache. Tantôt fragiles, tantôt courageux, tantôt sensibles, tantôt effrayants, ces deux personnages ne sont rien de plus que des humains à qui la vie n'a pas fait de cadeaux. Des humains prêts à tout pour rester ensemble. Bien sur, aussi émouvante qu'elle puisse être, l'histoire ne serait pas aussi bouleversante sans la merveilleuse plume de l'auteur. L'auteur sait rendre les deux protagonistes émouvants sans pour autant les rendre innocents. Il ne prend pas parti et laisse libre aux lecteurs de les apprécier ou non.
Finalement, un roman peut être merveilleux avec peu de pages. Il ne fait pas plus de deux cent pages mais cela suffit à émouvoir. Désolation road est un roman noir et sombre mais tellement passionnant, tellement bouleversant qu'il est vraiment bon de lire. Un conseil : Lisez-le !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
rosebook
  08 décembre 2011
Pour commencer je ne vais pas enfreindre ma tradition de parler de la couverture que je trouve, malgré son apparent coté sombre, vraiment sublime et en parfaite adéquation avec le contenu du livre.
J'ai débuté ce roman avec une hâte certaine, découvrir justement ce qui se cache derrière un résumé aussi prometteur, c'est simple j'ai eu l'impression d'être projetée directement dans les années 30, je suis montée à bord de la Ford A avec mes protagonistes et j'étais spectatrice de leur idylle tragique.
Le récit se déroule en pleine Grande dépression, aux États-Unis et l'auteur sait nous faire ressentir les affres de cette terrible époque, que ce soit le manque d'emploi ou d'argent, les familles sont poussées à tenter leurs chances ailleurs, ils ont rarement le choix, car après avoir perdu leur exploitation et leur maison, ils tentent le tout pour le tout et partent dans de grandes villes comme Los Angeles. Mais au final ils n'y trouvent que plus grande misère, et surtout du petit ou du grand banditisme, dans lequel il est plus facile de tomber que de trouver du travail, à tout les coins de rues.
C'est June qui nous raconte sa cavale avec son "homme" David, elle nous raconte de quoi est partit leur "aventure" et dans quelles circonstances elle s'achève.
Les sentiments et l'empathie que l'ont peut ressentir pour ce terrible duo sont forcément mitigés, même le journaliste, Gayle Hudson, à qui June se dévoile à un ressenti ambigu par rapport à cette jeune criminelle.
Pour mon avis totalement personnel, ce qui peut paraître bizarre, je le conçois, mais à certains moments du livre j'ai resentis beaucoup d'empathie pour ce jeune couple, bien que leur parcours ne soit parsemés que de meurtres, braquages et kidnapping, mes premières impressions face à leurs crimes, sont que ces gosses ont été happé par un engrenage, une avalanche de mauvaises décisions dont ils ont subis eux mêmes les conséquences.
On part d'un premier acte, réfléchis ou accident je vous laisse seul juge pour finir criminels et traverser la Desolation Road, ce livre prouve qu'il peut être dangereux pour soi et pour les autres "d'être au mauvais endroit au mauvais moment", et face à la dureté de l'époque et des mentalités de ces générations passées il est difficile de juger ces deux gamins qui finalement cherchaient à fuir leur triste, voir sordide quotidien pour vivre leur amour mais à quel prix?
Lien : http://aupaysdeslivres.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
MissGMissG   08 décembre 2012
Il cherchait à me consoler, comme je l'avais fait pour lui auparavant. Mais moi, je voulais juste qu'il m'embrasse, qu'il m'embrasse avec passion; j'avais tué ces hommes par amour pour lui, parce que je n'imaginais pas un instant de continuer à vivre sans lui, et je n'avais aucun remords, aucun.
Commenter  J’apprécie          70
vonnettevonnette   29 décembre 2011
-Qu'est-ce que c'est que l'amour pour vous? Les doigts de June abandonnèrent le livre, se posèrent sur sa joue, puis s'en allèrent brosser ses cheveux. Elle les contempla ensuite comme si des paillettes d'or s'y étaient déposées avant de répondre :

- L'amour...C'est de la poussière et des étoiles.
Commenter  J’apprécie          50
oneminmoreoneminmore   10 août 2015
Si Gayle avait laissé parler en lui l'auteur d'histoires pour magazines, il aurait remanié de fond en comble le témoignage de June. Quel parti aurait-il choisi ? Celui de l'innocente enfant ou celui de la meurtrière qui se complaît dans ses actes ?
Commenter  J’apprécie          60
CarolineDBruihierCarolineDBruihier   08 juin 2013
Au moment de quitter la maison, il a sorti un briquet de la poche de son jean ; il l'a allumé et l'a jeté derrière lui. Nous avons refermé la porte et sommes montés en voiture. David a peiné à la faire démarrer, c'était la première fois qu'il la conduisait. On voyait les flammes qui commençaient à crépiter derrière les fenêtres. Le moteur a rugi enfin. Nous nous sommes mis en route.
Commenter  J’apprécie          30
MissGMissG   08 décembre 2012
En définitive, il n'y a rien d'autre que ça, la poussière ici-bas et les étoiles au ciel ... Et nous, de quoi est-on faits ?
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Jérôme Noirez (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Noirez
Retrouvez les grands moments de cette soirée de lancement de la collection young adult Electrogene et du premier titre Brainless de Jérôme Noirez, qui a eu lieu le 20 mai 2015 à l'école de communication visuelle de Paris.
autres livres classés : grande dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Desolation Road de Jérôme Noirez

Quel âge a June Madero ?

17 ans
16 ans
18 ans
22 ans

8 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Desolation road de Jérôme NoirezCréer un quiz sur ce livre
.. ..