AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aline Weill (Traducteur)
ISBN : 2757818201
Éditeur : Points (08/04/2010)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Après l'assassinat en 1877 du chef de guerre des derniers Sioux rebelles Crazy Horse, Washington décide de nommer dans le Dakota du Sud le jeune docteur Valentine McGillycuddy comme agent indien de l'agence des Sioux oglalas, bientôt rebaptisée réserve de Pine Ridge. L'homme, honnête et sans détours, va connaître les pires années de sa carrière au service du gouvernement. Ses nouvelles fonctions vont le confronter au chef oglala Red Cloud, une forte personnalité, re... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
resogerath
  07 septembre 2018
Le docteur Valentine McGillycuddy est nommé à la tête de la réserve de Pine Ridge où vivent les indiens oglalas et leur chef, Red Cloud. Vont s'affronter deux vissions du futur de ces indiens avec, d'un côté, le chef indien qui croit aux traditions et la restauration du passé, et de l'autre, ce politiciens qui veut accompagner la tribu sur le chemin de l'assimilation quitte à voir disparaître la culture indienne.
Au-delà de la gestion de l'endroit, on constate très vite que la politique va influer fortement sur l'avenir de la réserve : la lutte entre l'agent indien et le chef est sans merci, ils useront de tous les leviers disponibles pour faire tomber l'autre.
Livre intéressant pour sa trame historique bien que romanesque mais aussi pour l'opposition des ces deux chefs qui sont représentatifs des différents courants de pensées.
Commenter  J’apprécie          130
Folfaerie
  29 avril 2010
le thème des Amérindiens est régulièrement évoqué dans son oeuvre mais cette fois, c'est le principal sujet de ce roman historique qui prend place à la fin du XIXème siècle. Un épisode fascinant des guerres indiennes la fin d'une époque et d'une civilisation, et l'essor du mode de vie américain. O'Brien a choisi d'opposer une grande figure, Nuage Rouge (Red Cloud), à celle de l'agent indien qui a participé à la création de la célèbre réserve de Pine Ridge. Il s'appelait Valentine McGillycuddy et était destiné à une carrière de médecin notamment dans l'armée. Mais le gouvernement lui proposa d'occuper le poste d'agent dans la toute nouvelle réserve de Pine Ridge où étaient stationnés les Sioux et notamment la bande de Red Cloud. A l'époque c'était un poste prestigieux et bien rémunéré. Ayant une bonne expérience de la vie dans les Grandes Plaines et connaissant bien le problème indien, McGillycuddy accepte bien volontiers cette mission. Il emménage donc dans la réserve avec sa jeune femme.
A partir de là, l'écrivain nous dépeint les rapports de force entre ces deux personnalités. le roman débute en 1878 au moment où l'agent prend ses fonctions. Crazy Horse a été assassiné, Sitting Bull résiste toujours dans le Nord, mais les jours des indiens libres sont comptés.
Au travers des affrontements entre les deux hommes, O'Brien nous donne de précieuses indications sur le fonctionnement des réserves et la vie des Indiens. Pourquoi et comment la corruption régnait (les rations destinées aux Indiens étaient subtilisées, les ventes d'alcool avaient cours alors qu'elles étaient pourtant interdites, etc.).
McGillycuddy est un fonctionnaire honnête mais malgré sa bonne connaissance du caractère indien, il commet des erreurs de taille... Il souhaite en effet transformer ces guerriers des plaines en cultivateurs et paisibles fermiers ! Il y parvient avec l'aide des Indiens progressistes car ces derniers, ayant eu un aperçu des grandes villes, savent que désormais il leur faudra vivre comme les blancs ou mourir. D'autres, à l'image de Red Cloud, font de la résistance, et les tensions entre les deux camps s'accumulent inévitablement. Chacun d'eux utilise l'autorité ou le mépris, les défis, et même les insolences aussi les escarmouches ponctuent la vie quotidienne.
Certains passages sont extrêmement poignants, comme lorsque l'agent accepte qu'un troupeau de boeufs ne soit pas abattu dans un abattoir mais ramené dans la réserve où les Indiens pourront procéder à la mise à mort. Guidés par Red Cloud, montés sur des poneys maigrichons, les hommes tentent de revivre les grandes chasses au bison sur un malheureux troupeau de vaches...

Le lecteur assiste également aux manigances, au jeu politique des uns et des autres : Red Cloud a des partisans blancs, l'agent a des ennemis au sein du gouvernement et dans la réserve, les blancs mariés à des indiennes influencent Red Cloud... les relations dans la réserve sont complexes, l'équilibre est fragile.
Malgré le traité de Fort Laramie de 1868, qui garantissait entre autres l'intégrité des Black Hills, les fermiers blancs qui vivent à l'extérieur de la réserve font pression sur les autorités fédérales pour s'approprier des terres, de même que des chercheurs d'or sillonnent tout le territoire.
Enfin, McGillycuddy lui-même finit par admettre sa défaite en ce qui concerne son désir de voir s'installer les Indiens : les terres sont impropres à l'agriculture, une bonne récolte peut être suivie de trois années de sécheresse, réduisant tous les efforts à néant... Que de malentendus, de promesses non tenues, de désillusions...

Ce n'est pas un ouvrage historique mais bien un roman. En tant qu'écrivain, O'Brien a choi de mettre en lumière certains événements plutôt que d'autres, a créé des personnages secondaires, imaginé certaines situations ou dialogues bien certainement, mais l'essentiel des faits historiques est respecté. J'ai été frappée du fait qu'il n'a pas voulu prendre parti entre ces deux fortes têtes. Cependant, la personnalité de l'agent, malgré ses bonnes intentions, demeure déplaisante, et Red Cloud, bien qu'il ait lui-même été sujet à controverse, ne peut susciter que la compassion.
La fin, que je ne dévoilerai pas, est surprenante, point d'orgue d'une histoire qui ne pouvait se terminer que par un drame...
Une excellente surprise, un bon roman de cet écrivain de l'Ouest qui mérite d'être enfin reconnu par les lecteurs français.
Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Blackbooks
  09 juin 2017

1877, les exploits de Sitting Bull et de Crazy Horse tonnent encore dans les lointaines Black Hills, Custer, l'intransigeant sanguinaire est désormais entré dans la légende. Les oglalas retrouvent leurs dissensions, certains fuient dans l'ombre d'un lustre erratique incarné par le rebelle Sitting Bull, d'autres, à l'instar de Red Cloud, oscillent entre marche vers l'avant dans le sillage des vainqueurs et traditions ancestrales. A Washington, les gouvernements se succèdent mais la question des « natifs »reste en suspens, que faire de ces êtres dont les terres intéressent fortement les pionniers, comment gérer ces réserves. Dans l'ombre des boudoirs un jeune médecin ambitieux joue son avenir. Valentine McGillycuddy en est persuadé, son heure de gloire passera par Pine Ridge, mémoire des derniers oglalas, quelques 40 000 âmes entre culture et désespoir, entre misère et renaissance. Mais avant de devenir réserve, les terres de Pine Ridge saignèrent longuement.Dan O'Brien retranscrit dans L'agent indien, la lutte de deux hommes, deux idéaux, deux visions du futur indien. « Des gens comme les autres. Des Indiens, bien sûr, mais simplement des hommes. Ni des diables, ni des anges. » L'un incarne une nation brisée dont il demeure le chef de guerre incontesté et règne sur un peuple en dérive , l'autre est jeune, ambitieux et représente un pays en devenir. A l'aube de l'année 1879, le gouvernement américain va placer l'héritage et la culture sioux dans la destinée du docteur Valentine McGillycuddy, ami de Crazy Horse et du général Crook. En rebaptisant l'Agence Red Cloud en Pine Ridge, il espère couper l'élan et l'autorité de Red Cloud. Sans prendre parti, O'Brien nous livre les manigances politiques et culturelles des deux adversaires, en mêlant faits réels et personnages fictifs. Une immersion dans les coulisses de la politique indienne qui se terminera un soir de décembre 1890 dans un terrible massacre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Flodopas78
  02 septembre 2013
L'Agent indien est la suite passionnante de Médecine blanche pour Crazy Horse qui s'inspirait de la vie de McGillycuddy, mécecin, en poste auprès de l'armée pendant les guerres indiennes. le livre s'achevait sur la mort de Crazy Horse en septembre 1877. Quelques mois plus tard, Valentine McGillycuddy est nommé agent indien sur la réserve de Pine Ridge où sont installés les indiens Sioux Oglala sous l'autorité du chef Nuage Rouge. Dès le départ, l'agent est confronté à l'hostilité des indiens qui refusent de s'intégrer alors qu'une partie d'entre eux s'efforcent de s'adapter en cultivant la terre. Ce récit restitue bien la tragédie qu'ont vécu les grandes tribus nomades des Grandes Plaines, privées en quelques années de leurs terrains de chasse et de leur moyen d'existence : le bison. Confinées dans des réserves aux terres souvent pauvres, dépouillées de leur dignité de chasseur et de guerrier, il ne leur restait plus qu'à s'adapter ou disparaître.
Commenter  J’apprécie          40
Taramacha
  22 avril 2018
Ce roman est très documenté, ce qui m'a permis d'apprendre sur les coutumes de certains peuples amérindiens et leurs rapports avec les autres américains d'origine européenne. Mais malgré tout ma lecture a été laborieuse. Je n'ai pas réellement accroché au récit et au style de l'auteur. Les dialogues mentionnant à la fois les phrases en langue native et sa traduction m'ont paru assez lourds. Et au final, je regrette de ne pas avoir ressenti plus d'émotions alors que le sujet s'y prête.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
mesrivesmesrives   11 octobre 2015
Red Cloud s'était levé et,manifestement, s'apprêtait à parler. C'était donc ça. Le grand chef avait ses cheveux noirs coiffés en fines tresses, garnies de haut en bas de clochettes d'argent. Il ne portait pas de plumes, mais ses mocassins étaient ornés de semblables clochettes et de piquants de porc-épic. Sous sa couverture rouge, il arborait une tenue d'homme blanc, une chemise jaune sous un gilet de cuir. Il était grave et forçait l'attention de chacun dans la pièce. Il sourit résolument en écartant les mains devant les assistants, puis il prononça brièvement les préliminaires que requérait le protocole des Sioux. Chappell les traduisit laconiquement à McGillycuddy, qui ne prit pas la peine de vérifier sa version avec Johnny. Il attendait que Red Cloud en vînt au fait. Et quand ce fut le cas, il fut abasourdi.
Red Cloud adressa ses remarques directement à McGillycuddy, avec, apparemment, un sourire de mépris. Et lorsque Nick Chapell les traduisit, McGillycuddy laissa errer ses yeux entre l'interprète et le chef qui se tenait avec affectation, la tête droite et les bras croisés.
"Père", dit Chappell, en souriant à McGillycuddy. "Le Grand Esprit ne nous a pas créés pour travailler. Il a fait de nous des chasseurs et des pêcheurs. Il nous a donné les grandes prairies et les collines, et il les a couvertes de bisons, d'antilopes et de chevreuils. Il a rempli les rivières de poissons. L'homme blanc peut travailler s'il le souhaite, mais ce n'est pas pour ça que le Grand Esprit nous a fait naître. L'homme blanc doit nous faire vivre en échange des terres qu'il nous a prises."
McGillycuddy gardait les yeux rivés sur Red Cloud. S'efforçant de se contenir, il parla à voix basse pour que seul Johnny puisse l'entendre. "Est-ce bien ce que le chef a dit?"
Il vit du coin des yeux, Johnny hocher la tête. "C'est très, très proche, patron."
Bon sang...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mesrivesmesrives   11 octobre 2015
Toute la journée, McGillycuddy passa par toutes les phases de l'abattement et de la colère. Mais finalement, il résolut de défendre sa vision de l'évolution que les Oglalas devaient opérer pour survivre. Quelquefois, il croyait qu'il était aussi attaché que Red Cloud à leurs moeurs ancestrales. Après tout, c'était leur liberté et leur intégration dans leur vaste pays qui l'avaient séduit au départ. Mais cette époque-là n'était plus. Il aimait les Lakotas qu'il avait rencontrés lorsqu'il était arrivé tout jeune homme dans les Plaines. Mais les bisons avaient disparu, et avec eux l'économie de la chasse. Si les Indiens voulaient que leur culture perdure, ils devraient l'intégrer dans la vie des cow-boys et des fermiers blancs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mesrivesmesrives   11 octobre 2015
Red Cloud faisait la moue, l'air de plus en plus sombre, jusqu'au moment où il leva les yeux vers la bosse de bison. Quand il vit le rôti découpé sur le plat, sa moue s'évanouit et son visage s'illumina. "Tatanka?"
Fanny connaissait le mot en lakota. "Hau, Tatanka", dit-elle avec un peu d'hésitation, mais l'air enchanté du chef la rassura. Il donna un coup de coude à sa femme, Pretty Owl, qui s'était confinée jusqu'alors dans un silence maussade.
"Tatanka", répéta-elle, en tendant le bras vers le plat pour servir son époux.
Voyez donc le vieux chef! Le guerrier qui s'incline devant son estomac...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mesrivesmesrives   11 octobre 2015
Il rapporta les fusils dans la réserve et convoqua le capitaine Sword et ses hommes pour les déballer avec lui. Les policiers les sortirent délicatement de le leurs caisses, comme s'ils mettaient des enfants au monde. C'étaient des armes qu'ils n'auraient jamais rêvé posséder.En elles résidait un pouvoir, et ils caressaient leurs canons bleutés et leurs fûts en noyer comme un amant le corps de sa maîtresse. Le poste de garde abritant cette cérémonie irradiait de fierté, et en quelques minutes, la nouvelle se répandit dans toute la réserve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cvd64cvd64   02 février 2018
" Ils nous ont fait beaucoup de promesses, plus que je ne puis me rappeler, mais ils n'en ont jamais tenu qu'une : ils avaient promis de prendre notre terre...et ils l'ont prise. " Red Cloud
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Dan O'Brien (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan O'Brien
Wild Idea Buffalo
autres livres classés : Réserves indiennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr