AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Alto (12/02/2018)
3.64/5   57 notes
Résumé :
Dans un orphelinat de Montréal, toutes les filles s'appellent Marie, et tous les garçons, Joseph. Mais parmi la grisaille des enfants abandonnés brillent deux étoiles : Rose et Pierrot. Les deux orphelins se produisent en spectacle devant de riches Montréalais pendant les Années folles. Il joue du piano, elle danse, et ils rêvent ensemble de fonder le plus grand cirque du monde. Arrivent plutôt la Crise, la pauvreté crasse et une double plongée dans l'univers interl... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Hôtel Lonely HeartVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Montréal, ville ouverte : les années noires de la Grande Dépression hantent ce conte moderne entremêlant l'histoire d'amour entre deux orphelins, Pierrot et Rose, aux sombres trafics de drogue et à la prostitution sévissant dans le quartier du Red Light.
Heather O'Neill a le chic des jolies métaphores mais nombreuses d'entre elles sont aussi moins heureuses à la lecture, de même que la plupart des dialogues qui sonnent faux. Ce qui n'enlève rien à sa prodigieuse imagination. J'ai été souvent déroutée par sa prose un peu simpliste, la mettant sur le compte d'une traduction infidèle, mais avec Dominique Fortier aux commandes, ce ne pouvait être le cas. C'est plutôt la puissance de son récit qui m'a incité à poursuivre. Bref, une lecture en dents de scie pour laquelle j'accorde trois étoiles.
Commenter  J’apprécie          110
Ce roman est écrit comme un conte pour adultes. C'est une histoire de la nature humaine, belle et triste à la fois. Dans l'orphelinat de Montréal où Pierrot et Rose grandissent, toutes les petites filles s'appellent Marie et tous les petits garçons sont prénommés Joseph. La vie n'est pas un long fleuve tranquille, mais ils tiennent bon.
Commenter  J’apprécie          40
J'ai passé proche de l'abandonner plusieurs fois et sincèrement je regrette de ne pas l'avoir fait (moi et ma manie de ne pas vouloir abandonner des livres). J'ai roulé les yeux dès les premières pages. La sexualité est omniprésente, mais sans rien apporté au livre. Un bébé mort-né revient à la vie avec une érection dès les premières pages. Par la suite, toutes les motivations des personnages sont basées sur la sexualité. Un personne décide d'arrêté de consommer pour pouvoir avoir une érection (c'est bien dans ces mots que c'est écrit!).
Commenter  J’apprécie          01

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Rose estimait qu'ils devaient tenter de réaliser des économies en mettant à l'affiche des numéros locaux n'ayant pas encore été découverts.
Commenter  J’apprécie          100
On ne savait jamais trop qui on épousait quand on se mariait. Parfois, votre femme se révélait être un véritable citron, et vous n’y pouviez rien. De l’extérieur, elle avait peut-être semblé attirante et aimable, mais elle était devenue laide.

Une petite amie, c’était une autre histoire, puisque vous pouviez la renouveler et la remplacer. Elle représentait le genre de filles que vous pouviez avoir ce jour donné, à cette heure précise. Tout le monde savait que les maîtresses ne s’intéressaient à vous que pour votre fortune et votre statut social, aussi étaient-elles votre étiquette de prix, pour ainsi dire, semblables à des voitures clinquantes ou à des costumes excessivement chers.
Commenter  J’apprécie          00
La mère supérieure était en effet d’avis que le bonheur menait infailliblement à la tragédie. Elle ne comprenait pas pourquoi les gens accordaient tant de prix à ce sentiment et cherchaient à l’atteindre. Le bonheur n’était qu’un état d’ébriété passager qui amenait l’individu à prendre les pires décisions qui soient. Nulle personne ayant le moindrement d’expérience sur cette planète ne pouvait nier que le péché et le bonheur étaient complices, inextricablement liés. Y avait-il jamais eu deux autres états si fortement attirés l’un par l’autre, chacun toujours à chercher la compagnie de l’autre ? Ils étaient faits l’un pour l’autre, et méfaits l’un pour l’autre.
Commenter  J’apprécie          00
Le lendemain, Rose et Mimi se retrouvèrent devant l’hôtel Valentin pour aller voir ensemble l’exposition Picasso. C’était l’automne. Les feuilles brunes entortillées tombaient des arbres comme des hippocampes.

— Ça va être formidable, s’exclama Rose. Toutes ces peintures où il plante un nez sur une joue et un œil sur un front. Il saisit la condition moderne. Toutes nos pensées sont fracturées. Tout est une impasse. Il faut regarder une chose sous tous les angles à la fois pour la voir de l’intérieur. Pas seulement être obsédé par la façon évidente, stéréotypée de regarder une chose, tu sais ? Pour faire apparaître les choses comme elles sont vraiment.
Commenter  J’apprécie          00
She’d never seen the ocean before. It was so vast compared to the rivers she’d seen. The sand resembled brown sugar. The seagulls leaped up and down as if they were at the ends of yo-yos. The waves made the sound of someone biting into an apple. When they crashed, they were a hundred thousand chorus girls raising up their dresses at once. And then the water receded again like the train of a jilted bride walking off into the distance.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : trafic de drogueVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (93) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
218 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre

{* *}