AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355929327
Éditeur : Editions Ki-oon (28/04/2016)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 122 notes)
Résumé :
Shoya se retrouve embarqué dans une sortie au parc d'attractions, qu'il commence à apprécier malgré la présence de Miki et de Naoka. Mais les choses dérapent lorsqu'il reconnaît Kazuki, son ancien ami d'enfance, à l'un des stands...
Quelques jours plus tard, un triste événement vient frapper les Nishimiya : le décès de la grand-mère de Shoko, véritable pilier de la famille. Alors que tout le monde tente de remonter le moral à Yuzuru, celle-ci décide d'aider ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  01 février 2019
A Silent Voice fut un coup de coeur auquel je ne m'attendais pas du tout. Dès le début, j'ai été happé et aucun des tomes ne m'a déçu. Ce septième et dernier volet clot merveilleusement bien cette série. Il me semblait que tout avait déjà été dit (et dessiné) sur l'intimidation, le harcèlement sous toutes ses forces (ou presque), et ses conséquences chez tous les acteurs, tant la victime que ses bourreaux. Eh bien, la mangaka Yoshitoki a réussi à l'aborder sous un nouvel angle mais, surtout, à fermer la boucle, toujours sur une note d'espoir.
Évidemment, Shoyo sort du coma et s'en remet plutôt bien. Pouvait-il en être autrement ? Depuis le début, le garçon cherche la rédemption, le pardon pour ses actes passés. Mais c'est lui qui n'arrivait pas à se pardonner lui-même. Je crois qu'il y est arrivé. Enfin ! Et cela a un impact bénéfique pour Shoko, qui arrive à se sentir mieux elle aussi. Les sentiments qui les unissent n'en deviennent que plus forts. Il n'est pas précisé si les deux formeront un couple et je crois que c'est mieux ainsi. Ça évitre que le manga ne tombe dans l'eau de rose.
L'autre événement principal, le film de Tomohiro, est enfin présenté. Depuis quelques tomes, il y travaille, mais je me demandais toujours où cette histoire allait mener. Je n'y ai jamais vraiment adhéré, je trouvais que c'était une distraction de l'intrigue principale. Mais, finalement, après avoir vu le résultat final, je considère que le film a sa place dans la série puisqu'il raconte autrement l'histoire de Shoyo. Et le fait que ça soit l'oeuvre d'amateurs, dont le travail a été jugé de qualité douteuse par le jury d'un concours, ça ne fait que le rendre plus authentique et poignant.
Bref, les différentes intrigues secondaires, celles qui concernent les autres personnages qui se sont ajoutés au fil des tomes, connaissent leur dénouement. À la toute fin, on retrouve nos personnages préférés quelques mois plus tard, à leur cérémonie de majorité. Cet épisode ne répond pas à toutes les questions et c'est bien ainsi : ça laisse une fin ouverte. Libre au lecteur d'imaginer la suite. Merci beaucoup Yoshitoki Oima !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384
rabanne
  19 juin 2017
Dernier volet de cette série que j'ai beaucoup apprécié de lire.
Un manga qui a sa place dans les bibliothèques scolaires et les CDI. Il aborde de façon sensible et intelligente le problème du harcèlement, la différence (le handicap) et sa difficile compréhension / acceptation, l'amitié et ses revers à l'adolescence, la souffrance silencieuse... le graphisme est une réussite également.
Je recommande ! (à partir de 11 ans).
Commenter  J’apprécie          430
Shan_Ze
  28 novembre 2018
J'ai mis du temps à mettre ma critique pour ce septième et dernier tome. Mon avis n'a pas changé, j'ai beaucoup aimé les personnages de Shoko et Shoya, leur maturité grandissante, leur complicité. Yoshitoki Oima insiste sur l'esprit de groupe lors de leur projet de film. Ils s'apprécient pour ce qu'ils sont.
Le sentiment qui nait entre Shoko et Shoya est discret, le mangaka n'en fait qu'une légère allusion à la toute dernière page.
Un beau manga sur l'amitié, le handicap et la communication. Je quitte à regret ce groupe que j'imagine grandir, évoluer et s'aimer.
Commenter  J’apprécie          292
MangaEater
  29 mai 2016
Alors, que dire de cette série qui, comme le dit la phrase d'accroche en quatrième de couverture de chaque tome, est un manga pas comme les autres qui traite avec brio le thème de l'handicap de manière juste et touchante. En effet, dès les première pages le lecteur est emporté au coeur de l'intrigue et ressent exactement ce que les protagonistes ressentent. Communiquer des émotions fortes au moyen des dessins et de dialogues, tel est l'art d'un vrai mangaka.
Personnellement, j'ai été très touché par la vie de Shoko et les épreuves qu'elle a endurées. Je ne saurais exprimer la frustration et la colère qui me gagnait lorsque les autres s'en prenaient à elle sans êtres punis. Je ressentais, durant la lecture un profond sentiment d'injustice envers notre petite Shoko.
Il n'empêche que la quête de rédemption de Shôya est tout à fait touchante et respectable. Shôya est le genre de personne qui méritent notre respect le plus sincère. Si je n'en veux pas trop à Shôya, c'est justement parce qu'il a déjà été assez "puni" à mon goût et que son regret et son désir de se faire pardonner sont sincères. Cela me ramène donc à ce que certains lecteurs disaient plus haut : Yoshitoki Oima nous montre que tous nos actes auront un impact sur notre futur. Yoshitoki n'a pas tort du tout. Il suffit de voir comment les primaires se sont terminés pour notre protagoniste ainsi que son isolement pour le comprendre.
Tout cela pour dire que ce manga est une vraie leçon de vie - que c'est un très bon outil pédagogique - et qu'il serait efficace d'en parler en classe avec ses élèves pour ainsi leur faire comprendre qu'il est nécessaire (voir impératif) de respecter les différences d'autrui pour une cohabitation saine et enrichissante. Aussi, ce manga permet de mettre en valeur, non seulement l'importance de la communication mais aussi l'impact néfaste du harcèlement scolaire qu'il ne faut pas prendre à la légère.
Petit aparté. La Belgique, en 2015 et 2016 (et bien avant) a été le spectacle de plusieurs tragédies liées étroitement au harcèlement scolaire. Une émission spéciale a alors été consacrée à ce thème mais malheureusement, je fus plus qu'offusqué par les propos de certains professeurs ou personnes travaillant dans la direction de certaines écoles. Lorsque l'on leur demandaient si l'on pouvait parler de "harcèlement scolaire", ils semblaient soit sceptiques (comme s'ils ne savaient pas de quoi il s'agissait) soit ils le prenaient à la légère en expliquant que "ce sont des enfants, ils ne comprennent pas encore"...ou autres excuses aussi lamentables les unes que les autres. le pire reste à venir...Certaines écoles ont nié le fait qu'il se produisait du harcèlement au sein de son établissement. Tout ça pour dire que si même les écoles cherchent à étouffer le poisson, cela n'aidera guère les jeunes à reprendre confiance en eux et passer au dessus de ce genre de comportements ignobles, que ce soit dans l'établissement scolaire ou sur le net.
En tout cas, je recommande vivement ce manga pour tous et surtout à ceux qui sont intrigués par le harcèlement ou le handicap. A silent voice est un pur chef d'oeuvre, de la première à la dernière page. Petit bémol, en effet, comme l'a souligné quelqu'un avant moi, le tome 7 se conclut alors que beaucoup de questions restent en suspens qu'il s'agisse de la relation entre Shoko et Shôya ou encore de ce qui les attend derrière la porte, les questions se multiplient. L'auteur, comme l'a signalé quelqu'un précédemment nous incite, certes à nous imaginer notre propre fin, mais je ne trouve pas de point positif à cela. Une conclusion en bonne et due forme aurait été préférable. Je ne parle même pas d'un huitième tome, loin de là. Je trouve simplement qu'un épilogue plus élaboré aurait fait l'affaire.
Sinon, ma note est de 4.5/5
Merci d'avoir lu! ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Ewylyn
  04 mars 2017
Une série qui me tentait sans être une priorité, j'en avais entendu de bons échos et était curieuse quant à découvrir le premier tome. Ma soeur ayant emprunté la série, j'ai pu me lancer tranquillement et quelle surprise pour moi de lire d'un seul trait l'ensemble ! L'histoire est savoureuse, tendre et riche en émotions, les personnages sont fascinants et humains. Je suis très contente d'avoir pu les lire. Ce manga compte parmi mes inoubliables de cette année 2016 tant il est touchant et captivant, et même s'il m'a manqué un petit quelque chose à la fin du côté de l'épilogue, je suis ravie de l'avoir lu.
Il y a une vraie évolution en sept tomes, et ça fait plaisir à voir, parce que l'histoire sait s'installer sans s'éterniser. Elle sait être subtile et directe. le premier tome nous présente deux enfants, une malentendante et un écolier à fort caractère, aventureux, colérique. La rencontre est brutale, lui la déteste et va la persécuter, tandis qu'elle demeure douce, gentille et souriante. Shoko va vivre un vrai enfer et va devoir quitter l'école, trop harcelée physiquement et moralement ; tandis que Shoya, de star et comique numéro 1, il va lentement sombrer dans la solitude, la dépression, il va vivre ce qu'il a fait subir. Les émotions sont présentes et les rebondissements nombreux, on nous parle de Shoya, de Shoko, de leur relation, de celle qu'ils entretiennent avec leurs anciens camarades ou avec leurs nouveaux amis. J'ai beaucoup aimé le fait qu'on parle du handicap, de ses conséquences sans cacher les difficultés ou la tristesse ; qu'on nous parle de dépression, de suicide, de la vie quotidienne avec ce tournage de film. L'intrigue est très complète et possède pas mal de charme, de force, de petits trucs qui m'ont fait tourner facilement toutes ces pages.
Entre retrouvailles, disputes, idées noires et notes d'espoir, les deux héros ont su me faire vivre un quotidien rythmé, fort en émotions, riche en rebondissements et en philosophie. Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer et j'ai beaucoup aimé la manière dont sont abordés certains thèmes. le handicap, on nous parle de Shoko, malentendante, de ses difficultés au quotidien ou pour se faire des amis. Grâce à elle, on peut évoquer la langue des signes ou encore les appareils auditifs, de sa volonté de parler même si elle a du mal à articuler, j'ai été très touchée par cette jeune fille. Elle est douce et pourtant déterminée, fragile et forte, avec une belle histoire et un character design sympathique. Je me suis vite attachée à ce personnage. Surtout qu'elle connaît une évolution extraordinaire, une chouette ouverture sur le monde, une meilleure connaissance d'elle, de ses capacités et mieux encore ! Elle se lance des défis, elle parvient peu à peu à chasser les idées sombres pour sourire, être heureuse, apaisée et avoir confiance en elle.
Quant à Shoya, on peut facilement aborder avec lui la vie et la mort, sans oublier le harcèlement. Il est tout aussi passionnant à suivre que Shoko. Au début, j'étais sceptique, je ne l'aimais pas beaucoup à dire vrai, un peu prétentieux, moqueur, méchant, dangereux... Puis, il a connu un violent revirement de situation, il devient la cible des brimades, il souffre, il s'ennuie, il se laisse aller sans aucune motivation, il a perdu de sa verve. J'aurais pu m'en sentir soulagé, mais clairement, sa détresse a finit par me toucher. Il change, il grandit, il a une belle maturité, il se sent coupable et se plonger dans ses pensées le rend attachant au fil des pages. le harcèlement est bien développé, il est progressif, sournois, alarmant, j'ai adoré ces passages parce qu'ils nous font réfléchir. Comme le reste des réflexions amenées dans le récit. Shoya a lui aussi un bon character design.
Globalement, le style d'écriture est simple, mais fluide, efficace et bien pensé en matière de mots. Je trouve qu'il y a pas mal de subtilité et de force dans les dialogues, de choses intéressantes sur les sujets abordés et d'émotions. Pas seulement avec le texte, mais aussi avec les dessins. J'ai bien aimé les illustrations, elles sont agréables à regarder, les décors sont sympathiques et ce qui me plaît énormément, ce sont les character design des protagonistes, bien pensé, chaque personnage est reconnaissable.
Les personnages secondaires ne sont pas aussi attachants que Shoko et Shoya, néanmoins, ils restent intéressants à voir. On retrouve les anciens camarades de classe et harceleurs, mais aussi une ancienne amie de Shoko ou bien sa soeur... J'ai beaucoup aimé voir ce petit monde se rencontrer, se détester et s'apprivoiser, j'ai une petite préférence pour Miyoko. En fait, il faut réellement attendre le tome 4 et après pour véritablement s'attacher et comprendre tous ces protagonistes secondaires. Ils viennent même à devenir aussi important que Shoko et Shoya. Je pense à Miyoko qui m'a beaucoup étonnée et plut dans cette seconde partie de la série, j'apprécie sa manière d'être et sa philosophie. Pareil pour la petite soeur de Shoko, Yuzuru, très attachante, forte et géniale, j'adore la voir apparaître et son histoire est très belle. La mère de Shoko ne m'avait pas fait bonne impression et j'ai dû attendre de la voir se dévoiler pour mieux l'apprécier. Je n'aime pas du tout Naoka et Miki, même si cette dernière devient plus positive au fil des tomes, elles représentent très bien l'aspect mielleux. J'ai l'impression qu'elle se posait en victimes alors qu'elles furent tout de même harceleuses, ça m'a dérangée et agacée. Je ne vois pas en quoi je devais les plaindre. Satoshi est très sympathique à découvrir.
En conclusion, ce fut une agréable surprise. Je ne m'attendais pas à avoir ce petit coup de coeur, la série a du charme et de l'intelligence. Elle me fait l'effet d'un petit bonbon doux et amer, parce qu'on évoque des choses graves comme le suicide, le harcèlement, le handicap. Toutefois, on parle aussi d'espoir, de bonne humeur, d'amour et de vie. Avec ces beaux sujets, j'ai eu une intrigue bien sympathique à lire, de chouettes rebondissements, c'est une pause lecture super intéressante grâce à ses personnages captivants et humains.
Lien : https://la-citadelle-d-ewyly..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   19 juin 2017
Pour l'instant on est lycéens...
Mais après le bac, on ne sera plus rien...
Il vaudrait mieux qu'on trouve vite notre voie...
Commenter  J’apprécie          222
ColibrilleColibrille   22 mai 2016
- Je... Je te demande pardon... Je ne m'étais jamais excusé comme il faut... Ni pour ce qui s'était passé quand on était petits... Ni pour ces derniers temps, d'ailleurs ! J'avais l'impression d'être à l'écoute ... Mais ce n'était qu'une impression, justement. J'aurais dû me douter que tu ne me disais pas tout sur toi. ! C'est normal, personne ne le fait...
Commenter  J’apprécie          30
LilizLiliz   19 février 2019
Ce qui m'attend derrière cette porte... c'est un passé douloureux mais aussi un ensemble de possibilités, de chances qui ne demandent qu'à être saisies !
Commenter  J’apprécie          80
polluluxpollulux   13 novembre 2016
[Elle m'a dit] qu'elle espérait que je réaliserais mon rêve moi aussi...
Quel rêve?
Je n'avais jamais vraiment pensé à mon avenir. Shoko et les autres savent tous... dans quelle direction ils vont...mais moi... Qu'est-ce que je voudrais devenir?
Commenter  J’apprécie          40
DocBirdDocBird   17 décembre 2016
Ce qui m’attend derrière cette porte, c’est un passé douloureux, mais aussi un ensemble de possibilités, de chances qui ne demandent qu’à être saisies !
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Yoshitoki Oima (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yoshitoki Oima
Yoshitoki Oima dessine des personnages de A Silent Voice .
autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

A Silent Voice

comment s'appelle la jeune fille sourde?

shoki
shoko
shaki
shaka

5 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : A Silent Voice, tome 1 de Yoshitoki OimaCréer un quiz sur ce livre
.. ..