AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355927715
Éditeur : Editions Ki-oon (22/01/2015)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 423 notes)
Résumé :
Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (183) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  31 mars 2015

Pour Shoya Ishida, élève en classe de CM2, la vie est une bataille contre l'ennui. Chaque jour il s'invente de nouveaux défis pour pousser toujours plus loin ses limites. Si ses amis le suivaient volontiers dans ses délires, ils prennent peu à peu conscience de la vacuité de ces challenges et pensent à préparer leur entrée au collège. Shoya sent l'ennui poindre quand une nouvelle élève vient pimenter son quotidien. Shoko est sourde de naissance. Même appareillée, elle a du mal à suivre les conversations et à communiquer. du pain béni pour Shoya qui en fait son souffre-douleur, soutenu par l'ensemble de la classe qui reproche à Shoko de ralentir le rythme des cours. le jour où, excédée par une énième perte des appareils auditifs de sa fille, la mère de Shoko porte plainte, les élèves se désolidarisent de Shoya. de harceleur, il devient harcelé. Une situation qui va perdurer tout au long de sa scolarité, l'amenant à vouloir se supprimer...
L'ijime et le handicap, deux sujets forts choisis par Yoshitoki OIMA pour ce manga qui sonne juste. le harcèlement dans les établissements scolaires japonais est souvent traité dans la littérature et les mangas, ici encore une fois on ressent toute la détresse du harcelé qui doit lutter contre l'insurmontable phénomène de groupe, sans obtenir aucun soutien du corps enseignant. C'est comme si la victime était responsable de la situation. le faible a toujours tort, il doit subir en silence. Dans ce contexte d'une très grande dureté, le handicap n'a pas sa place. Une élève qui ralentit les cours, qui a du mal à communiquer ne peut être intégrée dans cette micro-société où règne la compétitivité. C'est tout naturellement que le groupe se retourne contre elle. Si le meneur n'apparaît pas immédiatement comme un personnage mauvais ou cruel, il n'en demeure pas moins que ses attaques quotidiennes sont cauchemardesques pour la pauvre Shoko. Elle tient bon, répond aux brimades par la gentillesse, sans réussir à attendrir son tortionnaire. Mais le casse-cou survolté va perdre de sa superbe en devenant le mouton noir de sa classe. Mis à l'écart, il se referme sur lui-même et finit par comprendre le mal qu'il a pu faire. Saura-t-il trouver le chemin de la rédemption ? Pourra-t-il réparer les erreurs du passé ? Se faire pardonner ? Pour le savoir, il faudra lire le deuxième tome qui, on l'espère, laissera une plus large place à Shoko. Car pour le coup, elle est vraiment ''a silent voice'' dont on ne peut que deviner les pensées et les souffrances. Pour autant, ce premier tome est une vraie réussite, une histoire touchante, juste et sensible. A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
babel95
  06 août 2017
Shoya Ishida, en terminale, retrouve enfin Shoko Nishima, jeune fille qu'il a connue au CM2, six ans plus tôt. A sa vue, Shoko prend la fuite….
L'année du CM2 est celle de tous les défis pour Shoya Ishida, jeune garçon déluré que rien n'arrête. Tous les jours, il organise de nouvelles batailles à l'école. Shoko Nishimiya, c'est une petite fille, une nouvelle. Elle se présente à ses nouveaux camarades, elle est malentendante, communique grâce à un cahier. Malgré ses appareils auditifs elle ne peut pas suivre les conversations et a du mal à se faire comprendre. Très vite, Shoko devient le souffre-douleur de Shoya , pour qui elle est "l'alien Shoko, originaire de la planète Mishimiya – et ne comprend pas le langage des humains ». Shoko est accusée de faire perdre du temps à la classe, de faire échouer au concours de chant – bien sûr, elle parle et chante très mal. Les autres élèves, menés par Shoya, lui rendent la vie impossible. Les agressions physiques de Shoya vont succéder aux violences psychologiques. Jusqu'au jour où la mère de Shoko prévient l'école : en cinq mois, les appareils auditifs de sa fille ont été perdus ou cassés huit fois…. Il faut que le responsable se dénonce. Tous les camarades de Shoyo le désignent, se désolidarisent de lui. Shoyo devient le souffre-douleur de ses anciens amis. Il agresse la petite fille une dernière fois, dans une scène extrêmement violente, alors même qu'elle cherche à le défendre et à s'excuser.
Et c'est le début pour Shoya d'une lente mais sûre mise à l'écart, une descente aux enfers qui le poursuit jusqu'en terminale, et le mène au bord du gouffre.
Avant de réaliser l'impensable, il décide de retrouver Shoko une dernière fois.
A silent voice est un manga tout à fait exceptionnel.
A travers les deux héros de A silent voice, Yoshitoko Oima développe avec une grande sensibilité, et originalité le thème du handicap au Japon. La surdité de Shoko n'est pas « acceptable » en milieu scolaire, où l'esprit d'équipe s'arrête là ou débute la compétition. On ne pardonne pas à Shoko de retarder la classe ou de lui faire perdre un concours de chant ; Les adultes adoptent la même attitude : la mère de Shoko veut « l'endurcir » et n'intervient pas alors même que sa fille est victime des violences, jetée à l'eau, brutalisée… Les maîtres n'interviennent pas - les brimades doivent se régler entre les élèves. Ce n'est que lorsque l'étendue "économique" des dégâts faits à Shoko : soit 1 700 000 yens, le prix des huit appareils cassés, est dévoilée, que le changement d'attitude s'opére : personne à l'école ne veut payer ce prix….
A silent voice : une réflexion sur le monde du handicap dans une société hyper-compétitive, qui donne à réfléchir. Comment les héros vont-ils évoluer ? Peut-on pardonner à son bourreau et se reconstruire ? Un bourreau peut-il vraiment changer ? comment, lorsqu'on est handicapée, faire entendre sa voix, sa voix silencieuse alors que personne ne souhaite vous entendre ?
J'ai hâte de connaître la suite de cette histoire, de retrouver Shoko et Shoya, devenus adultes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
rabanne
  15 avril 2016
C'est le premier (vrai) manga que je lis (de droite à gauche), poussée par mon aînée qui apprécie le genre depuis la fin du collège, et possède déjà une petite collection de plus d'une centaine de spécimens, soit le tiers de sa bibliothèque. Ce n'est pas que je sois hermétique au style, il ne m'attire pas plus que cela. Mais sous ses conseils avisés, ma lycéenne boulimique de lecture (aussi diverse que variée) m'a orientée vers cette série, n'étant pas encore prête pour Death note, GTO, Blue exorcist, Full metal (je ne sais plus quoi), L'attaque des titans, etc etc. ou autres thrillers récents.
Eh bien oui, ces trois premiers tomes m'ont plu ! Une touchante histoire sur la différence, le handicap (ici la surdité), et l'amitié, mais aussi sur la cruauté des enfants (les héros sont en CM2 au départ), la stupidité, l'exclusion, le harcèlement...
Un joli début quoi. Sinon, la série Vertical me tenterait bien pour la suite. J'avoue qu'après des lectures dernièrement un peu sombres, ce fut un intermède récréatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
oVerdomme
  06 janvier 2018
Un manga magnifique qui intègre de forte manière le thème de la différence dans une histoire fascinante sur la (re)construction d'une relation entre une handicapée (la petite Shoya est née sourde-muette) et son ancien agresseur du CM2. Une jolie leçon de vie.
Commenter  J’apprécie          182
garrytopper9
  28 mars 2017
Voici un manga qui ne m'attirait absolument pas lorsqu'il est sorti. Je ne voyais pas comment j'allais pouvoir m'attacher à ces deux personnages. de plus, je n'étais pas convaincu que suivre les aventures d'une malentendante soit agréable en manga. Et pourtant, au fil des mois, je n'ai cessé d'en entre parler, et toujours en bien. Comme d'habitude j'ai fini par céder. La publicité n'est pas une chose qui fonctionne chez moi. Lorsque les maisons d'éditions clament à corps et à cris la qualité de leur manga, je préfère me méfier. Ce qui importe c'est l'avis des gens, et c'est donc les autres lecteurs qui m'ont convaincus de tenter ce titre.
Autant vous le dire tout de suite, j'ai adoré. Mais, je n'ai pas adoré dès les premières pages. J'ai d'ailleurs failli refermer le manga avant d'être arrivé à la moitié du tome. Pourquoi ? Et bien parce que la quatrième de couverture nous en raconte beaucoup trop, et que ce qui est dit n'arrive que dans la deuxième moitié du tome. Je suis du genre impatient, et quand on inscrit que quelque chose va arriver, je veux que ça arrive. Or, le manga est assez lent à démarrer car il prend la peine de nous présenter les personnages, mais dans le passé, bien avant qu'ils ne se rencontrent.
Mais finalement, j'ai persévéré et j'ai bien fait car sans cette longue mise en place, le manga n'aurait pas autant de poids, autant d'intérêt. Au départ imbuvable, le personnage de Shoya fini par être attachant. Lui qui fait tout pour se faire remarquer, va payer le prix fort d'avoir effectivement été remarqué.
Ce titre traite de la persécution à l'école, d'abord sur la jeune Shoko, qui sous prétexte qu'elle est malentendante, s'attire les foudres des autres élèves et même de son professeur. J'ai d'ailleurs trouvé cet homme parfaitement abject. Autant on peut pardonner la stupidité de jeunes enfants qui ne sont pas encore éduqués, autant chez un adulte, ça ne passe pas.
La relation entre Shoko et Shoya est vraiment agréable à lire, car on voit clairement qu'ils ne se comprennent pas (enfin c'est surtout Shoya qui ne comprend pas Shoko) et pendant tout le tome il ne va cesser de l'embêter, de la harceler, allant jusqu'au point de non retour.
Avec seulement ce premier tome, ce manga m'a vraiment accroché et je suis curieux de voir comment les choses vont évoluer entre eux, car si j'ai bien compris, dans les tomes suivants nous ne seront plus dans le passé. La fin de ce premier tome est assez dure et j'ai hâte de voir quelles auront été les répercussions chez les deux protagonistes principaux.
L'édition de Ki-oon est comme d'habitude, sans aucun défaut. J'ai l'impression de me répéter, mais chez eux, il n'y a jamais rien à redire.

Lien : https://chezxander.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161

critiques presse (6)
BoDoi   23 juin 2015
A Silent Voice pose plus de questions qu’il ne donne de réponses, mais il fait appel tout aussi bien à notre cœur qu’à notre intelligence, notre culture, nos convictions et nos certitudes.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   19 mai 2015
Ce manga nous offre une lecture toute en douceur sur un sujet complexe grâce à une maturité et un dessin très doux.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BullesEtOnomatopees   04 mai 2015
Touchant, rythmé et très réaliste, A Silent Voice n’est pas un récit scolaire comme les autres.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BulledEncre   22 avril 2015
Le handicap et la violence à l’école vus à 360°. A ne pas rater !
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   03 mars 2015
Voilà donc une entrée en matière réussie pour ce shônen qui donne envie d'y revenir. Nul doute que l'auteur aura matière à bousculer ses héros dans les six prochains tomes.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   27 janvier 2015
Au Japon, ce phénomène s’intitule "Ijime", ce qui désigne les brimades subies par un individu pris pour cible, notamment à cause de sa différence. [...] C’est ce que parvient à rendre de manière magistrale Yoshitoki Oima. Elle sensibilise le lecteur et éclaire l’âme grâce à sa délicatesse.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
cdichampsphilippecdichampsphilippe   26 janvier 2016
j'ai adoré ce manga qui montre que la première impression n'est pas toujours la bonne : au début Shoko n'est pas aimée puis les autres élèves apprennent à la connaître. Shoya est très pertubateur et harcèle Shoko. Quand les autres élèves se mettent à la soutenir, il devient harcelé à sont tour. Ce manga montre que le harcèlement peut se retourner à tout moment. Le suspense est là, surtout à la fin où Shoya redécouvre Shoko.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
Koneko-ChanKoneko-Chan   15 février 2015
Shoya *C'était mon pupitre... Que Shoko nettoyait ce jour-là... Après ça... Tous les matins... J'ai trouvé mon bureau couvert d'inscriptions à la craie... Des horreurs que Shoko... Avait eu la gentillesse d'effacer avant que je ne les voie...*
Commenter  J’apprécie          150
ColibrilleColibrille   20 juin 2015
Rien de ce qu'on nous apprenait à l'école ne m'intéressait... La vie de Gandhi... L'évolution de l'humanité... le nombre de seaux qu'il faut pour remplir un aquarium... Je n'en avais rien à cirer !
Chaque jour était une nouvelle bataille dans ma guerre contre la morosité...
Commenter  J’apprécie          110
5e4forever5e4forever   13 décembre 2017
Lire un livre de Manga est très surprenant dans la façon où l'histoire est racontée comme une bande dessiner. Le récit est mis dans des bulles de conversations et très facile à lire et à comprendre.

On arrive à être emu par un sujet de la société sur la détresse du harcèlement dans un établissement scolaire japonais dû à la différence d'un handicap.

Les deux personnages principaux, SHOKO NISHIMIYA, une jeune fille sourde de naissance, qui surmonte les difficultés de sa différence tout le long de sa scolarité. Elève en Cm2 dans une nouvelle école, elle a du mal à suivre les conversations et à communiquer avec les autres. Ses camarades de classe démontrent avec violence de multiples persécutions que subit SHOKO; particulièrement avec un jeune élève de sa classe surnommé SHOYA ISHIDA, qui chaque jour il invente de nouveaux défis pour pousser toujours plus loin ses limites avec sa bande de copains. SHOYA à prit SHOKO comme souffre douleur :" Je veux juste vérifier à quel point elle est sourde !! Ce n'est pas gentil !! Disons que c'est une experience scientifique !"

Sa mère qui élève SHOKO toute seule, une fois de plus est obligé de la changée d'école après qu'on lui est délibérément cassé huit fois son appareil auditif
qui lui sert à attendre.

Avec une fin surprenante par le comportement different des écoliers, après avoir appris à connaître la jeune élève , en particulier SHOYA qui finit par comprendre le mal qu'il a pu lui faire.
Une histoire touchante, sensible et réaliste qu'on a ressenti a travers ce manga.

LOUANE.H

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NievaNieva   24 octobre 2016
En cinquième, je suis allé à Nagoya par mes propres moyens. Je n'étais jamais allé aussi loin, je n'en menais par large. Une fois sur place, je me suis rendu compte que la distance n'était pas si grande. Il suffisait d'avoir assez d'argent et de courage pour acheter un billet ! Les choses qui me semblaient si éloignées étaient peut-être beaucoup plus proches que je ne le pensais.
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Yoshitoki Oima (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yoshitoki Oima
Yoshitoki Oima dessine des personnages de A Silent Voice .
autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

A Silent Voice

comment s'appelle la jeune fille sourde?

shoki
shoko
shaki
shaka

5 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : A Silent Voice, tome 1 de Yoshitoki OimaCréer un quiz sur ce livre
. .