AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226475756
752 pages
Albin Michel (12/04/2023)
  Existe en édition audio
3.79/5   559 notes
Résumé :
India et Louis ont dix ans et huit ans et demi quand leur mère les dépose devant la grille du Château de Berléac en leur disant qu'elle reviendra.
Les voilà tous les deux à devoir apprendre les codes d’une famille dont ils ignorent tout– ceux d’une dynastie bordelaise, à la tête d'un des plus beaux vignobles de Graves, qui les accueille avec réticence, voire méfiance.
Que de rancunes, de secrets, de trahisons en ce château majestueux où chacun joue u... >Voir plus
Que lire après La mariée portait des bottes jaunesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 559 notes
India et Louis, deux jeunes enfants, échappent à un terrible accident de voiture : leur beau-père meurt et leur mère, Muriel, les laisse quelques temps aux bons soins de sa famille, propriétaire d'un domaine vinicole réputé. Il y a quelques années, elle avait coupé les ponts avec sa famille, s'enfuyant avec un journalier dont elle était tombée amoureuse. Les deux enfants, très mûrs pour leur âge, vont faire la conquête de tous, aidant chacun à révéler leurs secrets et à s'accepter…

L'histoire d'une famille bordelaise qui se déchire autour d'un domaine, des histoires d'amour, de la trahison…Voilà tous les ingrédients d'une saga télévisée et je pense que si le roman est adapté, il ferait un divertissement agréable à regarder. Mais à lire, c'est autre chose…Je passerai vite sur le style peu travaillé, pour insister sur la structure. L'histoire est mal ficelée, s'éparpillant dans tous les sens. Des personnages sont présentés, puis laissés de côté ( Elsa et surtout Muriel qui n'a pas la place qu'elle aurait dû avoir- Aucune scène avec sa mère, par exemple !) . J'ai été gênée par le décalage entre ces enfants d'une dizaine d'années et ces adultes qui leur ouvrent leur coeur. Et l'autrice semble prendre ses lecteurs pour des personnes peu attentives : les informations sont répétées d'un personnage à l'autre (la liaison d'Anaïs ,qui s'affiche avec son amant au cinéma, est par exemple racontée par plusieurs personnages) ; et quel besoin de faire commencer chaque chapitre par un petit résumé qui annonce ce qu'on va lire ? Quant à la fin, elle est artificielle, avec des coïncidences heureuses (Lewis) et des personnages au destin inachevé.
Donc, je n'ai pas été conquise par ce roman, au titre pourtant alléchant (clin d'oeil aux crocodiles 😊 )

Commenter  J’apprécie          3410
Katherine Pancol m'a toujours marqué par les titres de ses romans, et des personnages un peu loufoques. Ici, elle nous propose une saga familale dans le bordelais.
India et Louis sont deux jeunes enfants, qui sortent indemnes d'un accident de voiture. A la suite de cet accident, leur mère Muriel, les dépose au Château de Berléac. C'est la propriété viticole de sa famille, avec laquelle elle a coupé les ponts il y a plusieurs années.
Les personnages sont chacun à leur façon exubérants, excentriques, ils ont des caractères différents. Au fil des chapitres, ils dévoilent leurs secrets, leurs mensonges, leurs histoires d'amour, leurs sentiments . Un roman qui pourrait être une série télévisée telle que Dallas : amour, pouvoir et trahison. C'est une famille bourgeoise attachée à ses traditions et qui va être bousculée dans ses habitudes.
Il ne semble pas avoir de structure dans ce roman. Cela part dans tous les sens. Il y a des répétitions. Des rebondissements qui sont un peu rocambolesques à mon goût. A chaque début de chapitre il y a un petit résumé qui annonce ce que l'on va lire.
Je n'ai pas particulièrement accroché à la lecture de ce livre, j'avais nettement préféré la trilogie qui commence avec les yeux jaunes des crocodiles.
Commenter  J’apprécie          200
Dans le Bordelais, vignoble, gloire et beauté ! Façon « Dynastie ».
Saga familiale chez les Berléac, grande famille de renom aux nombreuses cachotteries.

« Il faut toujours sauver Berléac ».
Un château viticole prestigieux et une grande famille plantent le décor du dernier roman de Katherine Pancol.

Muriel, jeune femme originale et un brin fantasque, va déposer ses deux enfants au domaine familial - le Château de Berléac – souhaitant, dit-elle à son frère Ambroise, les lui confier quelques temps…

L'arrivée de ces deux jeunes enfants – India et Louis - vifs et attachants, va perturber tout un petit monde de traditions, d'habitudes, de secrets enfouis, de petits arrangements, à commencer par leur grand-mère Aliénor de Berléac qui dirige toute la maisonnée d'une main de maître.

J'ai trouvé l'histoire pleine de peps et d'énergie. Divertissante, même si rocambolesque parfois.
C'est pétillant, exubérant, surprenant voire déroutant.
Malgré certaines longueurs à mon goût, ce roman se laisse facilement lire avec certains passages plus captivants que d'autres.
J'imagine bien, avec tous les personnages gravitant autour du Château de Berléac, une adaptation en série TV.

A la fin du livre, il y a les tableaux de famille, mais n'allant pas aux dernières pages lorsque je commence ma lecture, j'aurais préféré ces pages en début de roman.
Commenter  J’apprécie          185
Pourquoi « La mariée portait des bottes jaunes » ? Vous avouerez que le titre du nouveau roman de Katherine Pancol est assez cocasse, mais aussi bien mystérieux. Depuis la création de mon blog, je n'ai eu que de rares occasions de chroniquer ses livres et pourtant j'ai lu tous ses romans. C'est une femme dont j'admire à la fois le parcours professionnel que j'aie pu découvrir lors de nombreuses interviews, mais également sa plume. La façon qu'elle a de poser ses personnages, puis de tous les secouer dans une grande marmite pour parvenir ensuite à créer des liens entre eux est tout simplement remarquable. J'aime sa façon de raconter les histoires, en choisissant toujours un univers phare, et en les racontant entre tendresse, sourires et larmes.

Dans « La mariée portait des bottes jaunes », Katherine Pancol nous emmène au château de Berléac situé dans le vignoble bordelais où l'on fait le meilleur Grave du monde. Dans la famille Berléac, tout le monde travaille dans le domaine de la viniculture. Les femmes de la famille ne sont pas en reste, puisqu'elles gèrent les affaires en aval, marketing, commercialisation, etc. le roman s'ouvre sur le désespoir de Muriel, fille Berléac qui a quitté le domaine depuis fort longtemps. Elle y revient pour demander de l'aide à son frère Ambroise. C'est la première fois qu'elle entreprend une telle démarche depuis son départ. Elle ne le fait pas pour elle, mais pour ses deux enfants India et Louis qu'elle va confier à son frère le temps de retrouver une personne chère à son coeur. Dans les romans de Katherine Pancol, les enfants sont rarement des benêts insignifiants. Ils ont toujours du caractère et de la répartie, de la suite dans les idées, et généralement à leurs contacts, des choses figées depuis longtemps reprennent vie.

India est une petite fille qui parle aux arbres et qui vient chercher près de leurs écorces des réponses à ses innombrables questions. Au domaine, son meilleur ami devient rapidement l'érable de l'autre côté de la route. « Son regard se reporte sur l'érable. Est-ce qu'il va prendre la place du chêne du lotissement, qu'elle a laissé derrière elle ce matin ? “Parfois, il faut changer d'ami, de maison, pour devenir la personne qu'on doit être.” C'est la dernière phrase qu'a prononcée le chêne avant qu'elle parte. ». Louis est un petit garçon surdoué que tout intéresse. Il parle comme un adulte, pose des questions d'adulte, écrit des poèmes qu'il déclame régulièrement et sans le savoir, va conquérir le coeur de sa grand-mère Aliénor.

Le roman s'ouvre sur Muriel, fille de cette grande famille bourgeoise qu'elle a quittée douze ans plus tôt en fuyant avec un saisonnier dont elle est tombée passionnément amoureuse. Lewis a disparu du jour au lendemain, a été déclaré mort. Muriel s'est alors remariée avec Franck qui meurt dans un accident de voiture. Persuadée que Lewis est toujours en vie, elle décide de confier les enfants à son frère, gérant du domaine viticole pour partir à sa recherche. Muriel est brouillée avec sa mère. Depuis sa fuite, elles ne se sont jamais reparlé. « La mariée portait des bottes jaunes » a pour objectif, entre autres, de découvrir quelle est la raison de cette brouille, mais va offrir au lecteur bien plus que cela : une plongée fabuleuse dans le domaine de la viniculture. Si vous aimez le vin, vous aurez envie d'en boire, croyez-moi. de plus Katherine Pancol, nous immerge dans l'histoire d'une grande famille bourgeoise dont la vigne est la vie, soucieuse de conserver son prestige et de développer le nom du domaine à l'international. Mais dans la région, la concurrence est rude et les convoitises nombreuses. L'ambition de certains voisins est sans limites. Petit à petit, le lecteur découvre les raisons d'une haine omniprésente entre deux familles qui se connaissent depuis toujours. Sur fond de réalité historique, l'écrivaine tisse lentement les destins des uns et des autres, ils se séparent puis s'entrecroisent pour maintenir un suspens des plus alléchants.

« La mariée portait des bottes jaunes » est une vraie saga familiale où chaque personnage crée des liens émotionnellement forts, de haine, d'amour ou d'amitié avec tous les autres protagonistes. Les dynamiques émotionnelles tiennent le lecteur en haleine et permettent également une immersion totale dans le récit. Certains personnages sont les clés de voûte du roman, telles Aliénor la « cheffe de famille » ou Nannie la gouvernante qui a consacré toute sa vie au château et à la famille. Elle règne aussi bien dans la cuisine que dans la maison et est dépositaire de tous les secrets qui entourent le domaine. Lors de l'arrivée des enfants au château de Berléac, Katherine Pancol dépeint à merveille l'héritage familial et la transmission des valeurs, aussi bien que l'histoire de la famille sur plusieurs générations, ce qui permet d'ancrer des racines solides aux relations humaines. Une véritable oeuvre romanesque dont il est difficile de se détacher, car les personnages s'impriment dans nos vies, comme des amis proches.

Katherine Pancol excelle dans la construction narrative de « La mariée portait des bottes jaunes ». L'intrigue n'est pas linéaire, mais elle parvient à créer des ponts captivants où les secrets de famille sont entrelacés aux actions qui se déroulent dans le présent. Les personnages auxquels elle donne vie sont explorés en profondeur dans leurs motivations, et leur évolution. Ils ne sont pas manichéens, ils sont humains, avec leurs forces et leurs faiblesses. Seul le personnage de Muriel, puis la situation tendue avec sa mère restent nimbés de mystère, mais je gage qu'un hypothétique tome 2 pourrait lever le voile sur cette énigme. Placer l'histoire familiale dans un domaine précis est une grande force de l'écrivaine. Les nombreuses recherches sur le sujet qu'elle exploite donnent toujours une belle densité au récit. Les voir évoluer sans leur domaine permet également de mieux les connaître, donc de mieux les comprendre, et de les aimer. L'empathie qu'elle sait construire entre ses personnages et ses lecteurs est magistrale. Je connais peu d'auteurs capables d'une telle dextérité.

Comme dans ses précédents romans, Katherine Pancol possède cette écriture fluide, drôle et piquante, à la puissance évocatrice rare. Elle sous-entend plus qu'elle ne dit, utilise des métaphores fortes pour suggérer, un rythme entraînant pour ne jamais lasser, et une poésie sublime quand elle énonce des « vérités de la vie ». J'aime sa plume élégante, un mélange de poésie et de phrases plus directes qui sont au service des émotions. L'impact émotionnel de son phrasé est instantané et provoque des réactions profondes ou des réflexions intenses tout en gardant une vraie proximité avec son lecteur. Si vous décidez de lire ce roman, ce que je vous recommande vivement, vous saurez pourquoi « La mariée portait des bottes jaunes », mais vous apprendrez aussi à aimer tous les êtres qui peuplent ces pages. « L'inconscient sait avant nous ce qu'il va arriver et nous prévient à sa manière. Il a un langage crypté. » Mon inconscient me dit que vous ne devriez pas hésiter…
Lien : https://aude-bouquine.com/20..
Commenter  J’apprécie          50
Avec la mariée portait des bottes jaunes, Katherine Pancol nous livre une véritable saga familiale au coeur d'un domaine viticole bordelais et au sein de la famille Berleac où se mêlent trahisons, romances, rivalités et secrets de famille.
J'ai plutôt apprécié ce livre car le lecteur est pris à témoin de toutes ces histoires rocambolesques et maintenu en haleine jusqu'au bouquet final qui ressemble un peu à un pétard mouillé. C'est dommage d'autant que les personnages sont originaux, exubérants et avec des caractères bien trempés ce qui aiguise la curiosité du lecteur.
Cependant, plusieurs bémols ont entaché ma lecture comme la construction de ce roman qui ne suit aucune trame précise, l'histoire part dans tous les sens malgré un texte haut en couleur avec pour originalité de faire penser à une pièce de théâtre avec une petite introduction en début de chaque chapitre annonçant ce qui va se dérouler.
Enfin il aurait été bien venu de mettre l'arbre généalogique et le descriptif de chaque personnage en début de livre plutôt qu'à la fin.
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec
19 juin 2023
À travers l’histoire d’India et Louis, deux enfants abandonnés par leur mère devant la grille d’un domaine prestigieux, elle raconte des histoires de famille, les coulisses du Bordelais, la vie qui passe, tendre, authentique, pleine de surprises.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Culturebox
17 avril 2023
Auteure de best-sellers traduits dans le monde entier, Katherine Pancol sait humer l’air du temps. Son nouveau roman, La mariée portait des bottes jaunes, qui met en scène deux jeunes enfants abandonnés devant les grilles d’un vignoble bordelais, ne fait pas exception.
Lire la critique sur le site : Culturebox
SudOuestPresse
14 avril 2023
La romancière, auteure de best-sellers, publie un ouvrage qui se déroule dans le milieu de l’aristocratie du vin et des grandes familles du Bordelais. Pour être au plus juste, elle s’est immergée dans ce milieu un peu fermé.
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
Les enfants deviennent fantasques quand on ne les regarde pas assez, soupire Alienor. Ils font les pitres pour se faire remarquer. Ils ont besoin de notre attention, de notre amour, pour pousser droit. Que dit un enfant quand il est petit et qu'il veut sauter d'un arbre pour épater la galerie ? "Maman ! REgarde !" et ensuite, "Maman, t'as vu ?". Sa vie se joue entre ces deux interrogations. C'est l'endroit exact où doit se tenir le père ou la mère pour que l'enfant se construise. Un regard au bon moment.
Commenter  J’apprécie          40
Parfois c’était gai, parfois c’était triste, et elle pensait, pourquoi se marier si c’est pour pleurer le soir ? Quand elle grimpait dans son arbre, elle l’entendait lui dire de se préparer au malheur, la vie n’est pas un chemin de pommes de pin, il y a des malandrins tapis dans les fourrés qui vous sautent dessus et vous assomment. L’arbre ne parle pas avec des mots. Il sécrète des émotions qui flottent dans l’air et forment des images, des messages. Comme les signaux de fumée émis par les Sioux sur les collines du Far West.
Commenter  J’apprécie          30
- Des hectares et des hectares de vignes...
- C'est à toi? dit Louis.
- C'est à ma famille, donc en partie à moi et à vous aussi... C'est le domaine de Berléac où l'on fait le meilleur graves du monde.
- Un vin grave bon ?
- Les vins qu'on appelle « graves » portent ce nom parce que le sol où ils sont cultivés est constitué de graviers.
- Des cailloux ? Le vin pousse sur des cailloux?
Commenter  J’apprécie          40
« Lewis a raison, ces vins néo-zélandais sont très bien faits, mais ils racontent toujours la même histoire, ils se prolongent de la même manière en bouche, sans aucune surprise. On sait d'avance ce qu'on va boire. C'est un produit. Ce n'est pas une matière vivante qui évolue différemment chaque année... selon le temps, le climat, la terre. Chaque fois que j'en goûte un, je le trouve bon, mais il marche droit comme un petit soldat. Les Néo-Zélandais fabriquent du vin comme les Américains du coca... alors qu'en France, on a nos bonnes et nos mauvaises années, les étés trop chauds ou trop pluvieux, tout ce qui fait l'histoire du vin. »
Commenter  J’apprécie          20
C'est d'abord un freinage brutal, la voiture qui dérape, un nuage de poussière jaune, une écume sale, presque noire, des pneus qui hurlent, des feux d'artifice qui éclatent, un fracas de tôles et de lumière. Les corps se jettent en avant, en arrière, les coups se déboîtent, les coudes se lèvent, forment un angle à 90°, tournent et retombent comme un ballet de cygnes  dévertébrés... Un rebond, deux rebonds, trois rebonds, vlam, vlam, vlam, un tonneau, deux tonneaux, trois tonneaux, et... un ralenti étourdissant. C'est à la fois rapide et lent, on ne voit rien, on saisit des bouts d'images. Un rétroviseur vole en éclats et va rebondir dans l'herbe, une roue se détache, roule dans la pente, les vitres éclatent, un liquide noir gicle sur le pare-brise, et... le silence, le silence absolu. 
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Katherine Pancol (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katherine Pancol
Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le Géant empêtré de Anne de Tinguy aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/le-geant-empetre.html • L'Histoire du monde se fait en Asie : Une autre vision du XXe siècle de Pierre Grosser aux éditions Odile Jacob https://www.lagriffenoire.com/l-histoire-du-monde-se-fait-en-asie-ne-u-ne-autre-vision-du-xxe-siecle.html • Sambre : Radioscopie d'un fait divers de Alice Géraud aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/sambre-radioscopie-d-un-fait-divers.html • Last exit to Marseille de Guillaume Chérel aux éditions Gaussen https://www.lagriffenoire.com/last-exit-to-marseille.html • L'invitée de Emma Cline et Jean Esch aux éditions de la Table Ronde https://www.lagriffenoire.com/l-invitee-1.html • Un été à l'Islette de Geraldine Jeffroy et Catherine Guillebaud aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/un-ete-a-l-islette-2.html • On était des loups de Sandrine Collette aux éditions Audiolib • Entre fauves de Colin Niel, Thierry Blanc aux éditions Audiolib • La mariée portait des bottes jaunes de Katherine Pancol, Caroline Victoria aux éditions Audiolib • le Magicien de Colm Tóibín aux éditions Grasset • Les dernières volontés de Heather McFerguson de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/les-dernieres-volontes-de-heather-mac-ferguson.html • Les narcisses blancs de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://lagriffenoire.com/les-narcisses-blancs.html • le Carnet des rancunes de Jacques Expert aux éditions Livre de Poche https://lagriffenoire.com/le-carnet-des-rancunes-1.html • Reine Rouge de Juan Gómez-Jurado et Judith Vernant aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/reine-rouge-1.html • Les Brisants de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi https://www.lagriffenoire.com/les-brisants-1.html • Alto braco de Vanessa Bamberger aux éditions Liana Levi https://www.lagriffenoire.com/alto-braco-1.html • le Parfum des poires anciennes de Ewald Arenz et Dominique Autrand a
+ Lire la suite
autres livres classés : VignoblesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (1611) Voir plus



Quiz Voir plus

Katherine Pancol

Où est née Katherine Pancol ?

France
Belgique
Maroc
Liban

10 questions
197 lecteurs ont répondu
Thème : Katherine PancolCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..