AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070497593
Éditeur : Gallimard (31/03/1998)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Résumé : Meliville, bocage normand. 215 habitants. Presque autant d'âmes. Sous les pâtures, depuis le crétacé, le gravier se fait oublier. Une fortune qui roupille. D'où l'idée d'ouvrir une carrière, de gratter la terre jusqu'à l'os. Et tant pire que ça saigne.

Source : Gallimard
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BVIALLET
  11 juillet 2012
A Meliville, petit patelin perdu dans le bocage normand, il s'en passe de belles. Deux hurluberlus repeignent un troupeau de vaches laitières à la peinture fluo avant d'abandonner une citerne en pleine nuit au milieu de la route, juste après un virage dangereux. le résultat ne se fait pas attendre. Gérard Dagil, le clerc de notaire du village, au volant de sa voiture, percute l'obstacle inattendu et meurt des suites de cet accident idiot. Marie, la pharmacienne voisine et amie de Dagil décide de mener l'enquête. Mais avec les taiseux du bocage et dans le contexte de la rivalité entre les Germain et les Turquin, sans oublier de louches tractations pour implanter une exploitation gravière dans la vallée, la tâche va se révéler moins aisée que prévue...
Un polar ou thriller campagnard assez difficilement classable. Très travaillé au niveau du style qui se veut au plus proche du langage parlé de ces paysans aussi secrets que lourdingues et très proches de la caricature assez méchante du monde rural. Ce n'est néanmoins pas trop désagréable à lire avec toutes ces déformations patoisantes bien que Pellerin en arrive à retranscrire les dialogues à la manière d'un livret de théâtre ou d'opéra, ce qui donne une présentation sans grand intérêt. L'intrigue est relativement simple, l'enquête basique voire inconsistante, l'auteur se focalisant plus sur l'ambiance rurale ce qui donne un ensemble assez médiocre au bout du compte. Une solution peu convaincante étant proposée en toute fin d'ouvrage. N'est pas ADG qui veut...
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   11 juillet 2012
On a déjà vu Luc – ou entendu raconter – tirer le bras d'un type, pourtant costaud et sur ses gardes, et te lui démancher d'un coup. Il y a aussi l'histoire du fils Bourgeron, un vrai taureau. Luc et lui s'étaient empoignés, à la Foire-à-Tout d'Henneville. Ca cognait, ça saignait. Effarant. Interminable. On avait fini par les séparer. Ferrasse, le premier adjoint d'Henneville, avait demandé aux deux brutes de se serrer la main. Pour serrer, Luc avait serré. Et l'histoire de la main broyée de Bourgeron avait fait le tour du canton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLETBVIALLET   11 juillet 2012
Sept heures quinze. Le virage est là, sous le capot de la GT lancée à fond. Dents serrées, Luc débraye, accélère violemment. Le moteur atteint une note aigüe, extrême. Quand il en est au hurlement, un brutal embrayage lui fait cracher un soupir rauque, soumis. Les cris de gorets des pneus relaient le boucan du moteur. A nouveau, Luc accélère et sa GT se rue vers le virage suivant. 
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLETBVIALLET   11 juillet 2012
Il avait été amoureux d'elle. Elle avait préféré ne pas le savoir. Le laisser se déclarer aurait tout gâché. Elle ne s'était jamais voulu meilleure que les autres. D'homme à femme, ou l'inverse, la partie n'est jamais égale. Celui qu'on tient paye, après tout, pour ceux qui vous ont fait souffrir.
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLETBVIALLET   11 juillet 2012
Qui te parle de morale ? On est à Meliville, Marie. La morale a jamais poussé, là-bas. Et même qu'elle aurait essayé, y z'auraient mis du désherbant sélectif. Où vois-tu qu'on fait du lait, du beurre, du gras avec de la morale ?
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLETBVIALLET   11 juillet 2012
LE CHAUFFEUR : Personne là-nedans ?
FERNAND : Il a frappé, au moins ?
LE CHAUFFEUR : S'y z'ont pas entendu leur clébard !
FERNAND (Sentencieux) : Chez les gens, on frappe. (Au bouvier) : Ca va, le Préfet, c'est moi.
L'incroyable, c'est que le chien, la seconde d'avant fou à vous étriper, se calme illico, débranché.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : ruralVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1796 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre