AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234064538
Éditeur : Stock (27/04/2011)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Née en 1881, la plus riche héritière d’Italie est morte en 1957, fouillant les poubelles de Londres. Luisa Amman, dite La Casati, n’était pas belle, elle était spectaculaire. Brillante, exhibitionniste, fascinante, imprévisible et prenant l’extravagance très au sérieux, elle voulait faire de sa vie une oeuvre d’art. Muse de Gabriele d’Annunzio, Serge Diaghilev ou Léon Bakst, amie d’Isadora Duncan, d’Augustus John ou de Man Ray… quelle curieuse injustice que l’une d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  04 avril 2016
La Casati c'est Luisa Casati , extravagante marquise romaine qui s'enfuit à Londres à la fin de sa vie , complètement ruinée .
Ce fut la muse de nombreux artistes dont Man Ray , en regardant sur le net , j'ai été étonnée d'avoir vu des portraits d'elle en ne sachant pas qui elle était .
La Casati c'est une richissime marquise qui a marqué les esprits de son époque les années folles , par son extravagance, ses folles dépenses , ses réceptions faramineuses d'un goût de plus en plus douteux .Arrive un moment où je n'en pouvais plus de lire ses excès qui me semblent presque pathologiques , les serpents , les fauves dont s'entourent cette marquise , qui devra tout vendre , s'enfuira à Londres .
Camille de Pereti écrit bien certes mais je n'ai ressenti aucune empathie pour ce personnage trop excessif , je n'ai pas aimé les passages où l'auteur essaye de trouver un lien entre elle et la Casati . .
Commenter  J’apprécie          130
VanilleBL
  18 septembre 2013
Avant la lecture de ce roman, qui peut dire qu'il avait entendu parler de la Marquise de Casati ? La quatrième de couverture nous dévoile quelques traits de cette femme dont la vie tout entière est faite de mystères. Née en 1881, la plus riche héritière d'Italie est morte en 1957, fouillant les poubelles de Londres. Luisa Amman fut une petite fille très seule, éduquée dans un monde riche, qui perdit sa mère jeune et dont son père ne s'occupa jamais, lui préférant la conduite de ses affaires. Comme beaucoup de filles de cette époque, elle fait un mariage arrangé, épousant le 22 juin 1900 Camillo Casati. Peu lui importe le mari, tout ce qu'elle souhaite, c'est accéder à une certaine liberté et enfin vivre sa vie comme elle l'entend. Sa vie aurait pu être celle de nombreuses femmes riches, passant de bals en soirées mondaines, délaissant leurs enfants et ne vivant que pour leurs toilettes et leurs relations. Mais sa vie bascula le jour où elle rencontra le poète Gabriele d'Annunzio qui devint son amant et lui permit de réaliser son rêve : rencontrer des artistes. Ce fut le point de départ d'une nouvelle existence pour la jeune Marquise vite surnommée "La Casati" qui, si elle n'était pas belle, se fit fort de devenir spectaculaire. Brillante, exhibitionniste, fascinante, imprévisible et prenant l'extravagance très au sérieux, elle voulait avant tout "faire de sa vie une oeuvre d'art" et pour cela emprunta des chemins de traverse souvent sinueux, toujours originaux, choix dictés avant tout par ses caprices et son implacable détermination à obtenir tout ce qu'elle voulait. Muse de Gabriele d'Annunzio, Serge Diaghilev ou Léon Bakst, amie d'Isadora Duncan, d'Augustus John ou de Man Ray... quelle curieuse injustice que l'une des femmes les plus portraiturées de l'Histoire, avec la Vierge Marie et Cléopâtre, soit si peu connue du grand public. Pour Camille de Peretti, écrire le roman de la marquise Casati, c'est aussi s'interroger sur la démarche du biographe (empathie ou duel ?), tenter de se mettre à la place d'une autre, la faire parler d'entre les morts, recouper des suppositions. "Peu importe que la Casati ait ou non habité le Palazzo dei Leoni à Venise. Car c'est moi qui dormirai dans son lit." Dans ce livre atypique, Camille de Peretti ne se contente pas en effet de raconter l'histoire de la Casati, elle se livre elle-même en cherchant au fil des pages des correspondances entre sa vie et celle de son héroïne. Elle s'en rapproche, s'en détache ("Je crois que c'est ici que nos chemins se séparent. En quelques mois, Luisa devient une véritable mondaine. Moi, je reste seule devant mon ordinateur.") et surtout se retrouve... de temps à autre, l'écrivaine lève le voile sur ce qu'elle est, sur ce qu'elle a vécu, ressenti, souffert, appris. La superposition entre des passages de sa vie personnelle et celle de la Casati est construite de façon originale et saisissante, au risque de dérouter, d'égarer parfois son lecteur. Les allers-retours permettent à l'auteure de redonner vie et démesure à cette héroïne oubliée de la première moitié du XXéme siècle qui a inspiré les plus grands artistes de son temps. Camille de Peretti veut incontestablement surprendre pour rester insaisissable et distante, pour lever toute ambiguïté et bien affirmer que son ouvrage n'est pas une biographie. En même temps, il semble bien que ce ne soit pas non plus un roman. L'alternance entre la vie de la Marquise et celle de l'auteure représente un montage audacieux et dangereux, parfois judicieux, parfois artificiel. On a le sentiment à certains moments que Camille de Peretti veut à tout prix trouver des parallèles, éprouver de l'empathie, presque revivre des passages de vie de son personnage qu'elle s'approprie en utilisant plusieurs fois le possessif. Et parfois même, on en vient à se demander si ses recherches concernant "sa" Marquise ne sont pas le prétexte à une recherche plus personnelle, une introspection, une auto-analyse. Certains épisodes de sa vie, s'ils sont sans conteste très divertissants, à l'instar du tournage du film avec le bichon nain, semblent quelque peu incongrus... "Quand j'ai commencé à écrire ce roman, j'espérais que Luisa et moi finirions par nous trouver. Je ne prévoyais pas que cela se ferait de manière insidieuse, en ravivant des souvenirs enfouis et minuscules". Minuscules, sans doute mais surtout insignifiants pour le lecteur. L'auteure y trouve du sens pour elle-même, des correspondances dans sa vie personnelle qui ne se révèlent pas toujours pertinentes pour le lecteur. Néanmoins, il est indéniable que Camille de Peretti a du style, du talent, une plume forte et audacieuse qui font de ce livre une oeuvre tout à fait originale et passionnante.
Lien : http://www.paroles-et-musiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DrunkennessBooks
  20 juillet 2014
Intriguée par la couverture, je m'étais dit, pourquoi pas. Je ne savais pas grand chose de la Casati, si ce n'est qu'elle avait été une figure mondaine importante de son époque, dans la mode. Mais j'ai vraiment été déçue… Ce livre n'a absolument pas répondu à mon attente : une biographie nous permettant de mieux connaître la marquise. Il n'en a rien été !
Camille de Peretti tente de nous livrer le portrait de la Casati, une femme qui avait décidé de marquer son temps coûte que coûte. Ne parvenant pas à être une muse, Louisa dite La Casati, a trouvé le moyen de s'imposer dans la bonne société. Mécène, excentrique, Camille de Peretti tente de nous faire découvrir sa personnalité complexe dans ce qu'elle voulait être une biographie.
Mais voilà, je n'ai pas adhéré. Son style n'a absolument rien de compliqué, au contraire, il est très accessible et assez fluide. Mais là où j'attendais une biographie (certes courte), je n'ai eu qu'une vie romancée. Cela aurait pu prendre : après tout, La Casati a mené une vie assez débridée pour qu'on puisse en écrire des romans. Mais pourquoi avoir alterné avec des passages autobiographiques ? J'ai acheté un livre promettant une biographie de la Casati, pas de Camille de Peretti (qui en profite d'ailleurs pour régler ses comptes avec un de ses ex) ! Je n'ai pas vu l'intérêt de faire le parallèle entre les vies de ces deux femmes.
Même si toute biographie contient sa part de subjectivité, ici il y en avait bien trop. le résumé nous promettait pourtant bien une biographie. Cela m'a tellement agacée qu'à plusieurs reprises, pour en apprendre plus sur ce personnage vraiment intéressant, j'ai préféré chercher moi-même des informations ailleurs.
Au final, ce roman était une vraie déception et j'ai mis beaucoup de temps à le lire en dépit de sa brièveté. Je ne recommanderai donc pas ce livre aux personnes désireuses de découvrir le personnage qu'a été la marquise Casati.
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
charlotteman
  12 septembre 2012
J'ai beaucoup aimé ce livre vivant et obligatoirement coloré puisqu'il se penche sur le fascinant personnage de la Marquise Italienne, que j'ai découvert grâce à cette « biographie ».
D'abord étonnée par le parallèle que fait l'auteure entre sa propre vie et celle de la Casati, j'ai fini par le trouver touchant. Et puis on réalise que même lorsqu'un auteur ne se met pas lui-même en scène, écrire c'est de toute façon toujours se mettre à nu. Je me suis demandé si ce n'était pas dangereux de se livrer autant, mais l'aveu de ses faiblesses et erreurs, entre auto-dérision et pudeur, a fait que je me suis sentie « proche » d'elle et que j'ai envie de suivre son évolution.
Tellement pleine de rebondissements, la vie de la Casati ressemble déjà à un roman, à une « oeuvre d'art » comme elle l'a voulue, il suffirait donc de la relater pour avoir un bon récit. C'est justement la touche personnelle de Camille de Peretti qui rend ce livre original.
Commenter  J’apprécie          10
sophie7169
  10 août 2017
L'auteur se lance ici dans une biographie romancée de Luisa Casati, une femme très riche et extravagante du début du XXeme siècle. Camille de Peretti ne prétend pas écrire une réelle biographie car elle a fait de Luisa le personnage de son roman, émaillant son récit de faits réels et imaginant le reste.. Elle entrecoupe son récit de souvenirs personnels, sur sa vie amoureuse et mélange les époques et les souvenirs: les siens et ceux de la Casati se cotoient dans les rues de Londres.
C'est très bien écrit, certains passages sont vraiment touchants même si l'ensemble est un peu fouillis, ça reste un bon roman, pas mon préféré de cet auteur, certes mais une lecture intéressante et enrichissante.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
DrunkennessBooksDrunkennessBooks   20 juillet 2014
Homme, femme, adolescent ou vieillard, séduire c’est faire les yeux doux, charmer, enchanter et soudain sortir ses griffes. Séduire c’est ignorer l’autre pour mieux l’attirer dans es filets, affecter, faire semblant, feindre et contrefaire, plaire et complaire pour ravier, pour subjuguer. Séduire c’est un jeu de paraître et de fascination pour que les yeux de l’être aimé soient aveuglés. Séduire, c’est abuser pour apprivoiser, éblouir pour égarer, tromper pour conquérir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gertrudeiamgertrudeiam   09 février 2014
La vie devrait ressembler à une promenade les cheveux dans le vent d'hiver plutôt qu'à cette suite d'emmerdements déguisés en échéances.
Commenter  J’apprécie          90
Sophie_BazarSophie_Bazar   09 septembre 2012
L'amour d'une mère, puisque c'est celui dont je parle, nous permet de tenir quand il nous a été donné en quantité suffisante. Peu importe après la solitude, les ressources que l'on trouve en soi viennent directement de ce puits sans fond. On ne devrait pas craindre la mort des gens qu'on aime, car leur amour vit en nous.
Commenter  J’apprécie          30
SweetSueSweetSue   05 avril 2015
Séduire c'est un jeu de paraître et de fascination pour que les yeux de l'être aimé soient aveuglés. Séduire, c'est abuser pour apprivoiser, éblouir pour égarer, tromper pour conquérir.
Commenter  J’apprécie          30
gertrudeiamgertrudeiam   09 février 2014
Si les amants se rassurent en se disant qu'ils sont mieux aimés, ils ne se rendent pas compte qu'ils le sont après coup et souvent moins longtemps.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Camille de Peretti (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille de Peretti
Payot - Marque Page - Camille de Peretti - le sang des mirabelles
autres livres classés : Excentriques et excentricitésVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
788 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre