AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3.75/5   8 notes
Résumé :
"Par la pensée analogique et symbolique, par l'illumination lointaine de l'image médiatrice, et par le jeu de ses correspondances, sur mille chaînes de réactions et d'associations étrangères, par la grâce enfin d'un langage où se transmet le mouvement même de l'Etre, le poète s'investit d'une surréalité qui ne peut être celle de la science. Est-il chez l'homme plus saisissante dialectique et qui de l'homme engage plus ? Lorsque les philosophes eux-mêmes désertent le... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après OiseauxVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Découverte sur la pointe des yeux de Saint John Perse avec "Oiseaux", texte que j'ai choisi (j'ai honte) parce qu'il est court, après avoir piteusement abandonné "Amers", faute d'avoir su y capter quelque onde que ce soit.
Rédigé en accompagnement des lithographies d'oiseaux de Georges Braque, ce texte est plus accessible et ouvre de grandes fenêtres sur la majesté, la symbolique et la puissance de l'oiseau, à travers quelques fulgurances qui m'ont touchée.
Apprendre la langue des poètes, si tant est que cela ait un sens, est un chemin qui m'est particulièrement difficile, il me faut développer d'autres sens et ces courts poèmes m'y aident.
Commenter  J’apprécie          210
Les "Oiseaux" de Saint-John Perse ne sont pas ceux que l'on voit voler dans le ciel mais ceux qui se trouvent sur les tableaux de Georges Braque. C'est pour fêter les quatre-vingt ans du peintre que le poète français lauréat du prix Nobel de littérature 1960 a écrit ce recueil en vers libres.

Personnellement je trouve les oiseaux de Braque superbes et je regrette les lithographies de la première édition de ce livre pour rapprocher textes et images.
L'enthousiasme de Perse pour l'oeuvre et les oiseaux de Braque n'est pas surprenant. Les artistes ont la même vision poétique et s'alimentent aux mêmes sources aux mêmes thèmes.
Pour eux, les mondes végétal et animal participent à l'aventure humaine. Les oiseaux, plus que jamais, font le lien entre l'homme et l'espace.

Si la prose du poète est sinueuse et difficile à suivre, elle peut aussi s'identifier au corps ou au vol ou l'oiseau. Il y a des phrases très belles comme la première de ce court recueil, qui m'inspire : "L'oiseau, de tous les consanguins le plus ardent à vivre, mène aux confins du jour un singulier destin."
Pour autant l'écriture de Saint-John Perse est si riche d'imagination que j'ai eu parfois du mal à le comprendre mais cela donne envie de poursuivre la lecture de son oeuvre.


Challenge Riquiqui 2023
Challenge XXème siècle 2023
Challenge Gourmand 2023-2024
Challenge ABC 2023-2024
Challenge Nobel illimité
Commenter  J’apprécie          150
L'oiseau est comme un bateau nous dit Saint-John Perse. Alors là, je ne suis pas d'accord car pour moi, oiseau = avion
Bon ... D'accord ... L'oiseau fonctionne sans moteur alors que le voilier avance comme l'oiseau au gré du vent et des courants. En définitive, le poète doit avoir raison avec sa comparaison.
Saint-John Perse, dans "Oiseaux", il les dissèque les oiseaux, du coup il maîtrise bien son sujet, d'un point de vue anatomique et stylistique. Il nous apprend comme Prévert à dessiner un oiseau. On peut le dessiner donc, dans sa cage l'oiseau, mais on peut le dessiner, encore mieux, comme un bateau, à la Braque par exemple, comme un avion ( là Braque me donne raison), mais on peut tout aussi bien dessiner une vague forme ailée sur un fonds bleu qui peut représenter selon le spectateur un oiseau ou un bateau, le fonds bleu étant au choix le ciel ou la mer. L'exercice de style insiste sur la nécessité de représenter le sujet, l'oiseau, dans son environnement. Et si possible, rappelons-le, sans cage, pour que l'oiseau puisse prendre son envol (poétique).
Commenter  J’apprécie          125

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
    Oiseaux extrait C
  
  
  
  
    Avec toutes choses errantes par le monde et qui sont choses au fil de l’heure, ils vont où vont tous les oiseaux du monde, à leur destin d’être créés… Où va le mouvement même des choses, sur sa houle, où va le cours même du ciel, sur sa roue – à cette immensité de vivre et de créer dont s’est émue la plus grande nuit de mai, ils vont, et doublant plus de caps que n’en lèvent nos songes, ils passent, nous laissant à l’Océan des choses libres et non libres…

    Ignorants de leur ombre, et ne sachant de mort que ce qui s’en consume d’immortel au bruit lointain des grandes eaux, ils passent, nous laissant et nous ne sommes plus les mêmes.
Commenter  J’apprécie          40
       Oiseaux extrait B
  
  
  
  
    Et l’étirement du long désir est tel, et de telle puissance, qu’il leur imprime parfois ce gauchissement de l’aile qu’on voit, au fond des nuits australes, dans l’armature défaillante de la Croix du Sud…

    À mi-hauteur entre ciel et mer, entre un amont et un aval d’éternité, ils sont nos médiateurs, et tendent de tout l’être à l’étendue de l’être…

    … oiseaux semés au vent d’une aube, ils ensemencent à long terme nos sites et nos jours.

    Ainsi les cavaliers d’Asie centrale, montés sur leurs bêtes précaires, sèment au vent du désert, pour le mieux repeupler, des effigies légères de chevaux brefs sur découpures de papier blanc…
Commenter  J’apprécie          20
    Oiseaux extrait A
  
  
  
  
    Aile falquée du songe, vous nous retrouverez ce soir sur d’autres rives !

    Ils sont comme les mots, portés du rythme universel ; ils s’inscrivent d’eux-mêmes, et comme d’affinité, dans la plus large strophe errante que l’on ait vue jamais se dérouler au monde.

    … ou comme il passait, noir – c’est-à-dire blanc – sur le miroir d’une nuit d’automne, avec les oies sauvages des vieux poètes Song…

    … – il naviguait avant le songe, et sa réponse est : « Passer outre !…
Commenter  J’apprécie          20
I


    L’oiseau, de tous nos consanguins le plus ardent à vivre, mène aux confins du jour un singulier destin. Migrateur, et hanté d’inflation solaire, il voyage de nuit, les jours étant trop courts pour son activité. Par temps de lune grise couleur du gui des Gaules, il peuple de son spectre la prophétie des nuits. Et son cri dans la nuit est cri de l’aube elle-même : cri de guerre sainte à l’arme blanche.

    Au fléau de son aile l’immense libration d’une double saison ; et sous la courbe du vol, la courbure même de la terre… L’alternance est sa loi, l’ambiguïté son règne. Dans l’espace et le temps qu’il couvre d’un même vol, son hérésie est celle d’une seule estivation. C’est le scandale aussi du peintre et du poète, assembleurs de saisons aux plus hauts lieux d’intersection.

    Ascétisme du vol !... L’oiseau, de tous nos commensaux le plus avide d’être, est celui-là qui, pour nourrir sa passion, porte secrète en lui la plus haute fièvre du sang. Sa grâce est dans la combustion. Rien là de symbolique : simple fait biologique. Et si légère pour nous est la matière oiseau, qu’elle semble, à contre-feu du jour, portée jusqu’à l’incandescence. Un homme en mer, flairant midi, lève la tête à cet esclandre : une mouette blanche ouverte sur le ciel, comme une
main de femme contre la flamme d’une lampe, élève dans le jour la rose transparence d’une blancheur d’hostie…

    Aile falquée du songe, vous nous retrouverez ce soir sur d’autres rives !
Commenter  J’apprécie          190
Oiseaux


II

  Les vieux naturalistes français, dans leur langue très sûre et très révérencieuse, après avoir fait droit aux attributs de l’aile – « hampe », « barbes », « étendard » de la plume ; « rémiges » et « rectrices » des grandes pennes motrices ; et toutes « mailles » et « macules » de la livrée d’adulte – s’attachaient de plus près au corps même, « territoire » de l’oiseau, comme à une parcelle infime du territoire terrestre. Dans sa double allégeance, aérienne et terrestre, l’oiseau nous était ainsi présenté pour ce qu’il est : un satellite intime de notre orbite planétaire.

  On étudiait, dans son volume et dans sa masse, toute cette architecture légère faite pour l’essor et la durée du vol : cet allongement sternal en forme de navette, cette chambre forte d’un cœur accessible au seul flux artériel, et tout l’encagement de cette force secrète, gréée des muscles les plus fins. On admirait ce vase ailé en forme d’urne pour tout ce qui se consume là d’ardent et de subtil ; et, pour hâter la combustion, tout ce système interstitiel d’une « pneumatique » de l’oiseau doublant l’arbre sanguin jusqu’aux vertèbres et phalanges.

  L’oiseau, sur ses os creux et sur ses « sacs aériens », porté, plus légèrement que chaume, à l’excellence du vol, défiait toutes notions acquises en aérodynamique. L’étudiant, ou l’enfant trop curieux, qui avait une fois disséqué un oiseau, gardait longtemps mémoire de sa conformation nautique : de son aisance en tout à mimer le navire, avec sa cage thoracique en forme de carène et l’assemblage des couples sur la quille, la masse osseuse du château de proue, l’étrave ou rostre du bréchet, la ceinture scapulaire où s’engage la rame de l’aile, et la ceinture pelvienne où s’instaure la poupe…
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Saint-John Perse (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Saint-John Perse
Actualités du 2 /11 1960 INA
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (15) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1231 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}