AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Irène Barki (Traducteur)
ISBN : 2258066921
Éditeur : Les Presses De La Cite (01/02/2007)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 207 notes)
Résumé :
Anna est une "enfant-médicament". Elle seule peut encore sauver sa sœur. Mais Anna ne veut plus se sacrifier...

A treize ans, Anne a déjà subi de nombreuses interventions et transfusions afin que sa sœur aînée, Kate 16 ans, puisse combattre la leucémie qui la ronge depuis son enfance. Anna sait qu'elle a été conçue pour être génétiquement compatible avec Kate et qu'elle est son seul espoir. Cependant, lorsqu'on lui demande de faire don d'un rein, l'ad... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (52) Voir plus Ajouter une critique
Nastie92
  09 juin 2015
La quatrième de couverture nous dit : "Anna est une "enfant-médicament". Elle seule peut sauver sa soeur. Mais Anna ne veut plus se sacrifier..."
Jodi Picoult s'est inspirée d'un fait réel pour écrire son roman. Un texte fort, un livre dont les pages se tournent toutes seules et que je n'ai pas pu lâcher une fois commencé.
On vit avec la famille Fitzgerald, on partage les espoirs et les peines des uns et des autres tout au long d'un récit très habilement construit qui donne la parole tour à tour à chacun.
Jodi Picoult fait vivre des personnages très crédibles, dont la psychologie se révèle au fil de l'histoire. Mais surtout, elle a créé des relations entre eux formidables de justesse : le père avec chacun de ses trois enfants (Jesse le fils aîné, Kate la fille malade et Anna le plus jeune), la mère également avec chacun des enfants, les parents entre eux. L'ensemble donne un portrait très réaliste d'une famille "normale" confrontée à des évènements extraordinaires.
Les personnages extérieurs, notamment l'avocat, sont un peu moins réussis, mais cela n'a en rien gâché mon plaisir de lecture.
Jodi Picoult ne juge pas, elle ne prend pas position, elle expose les faits : au lecteur de se forger son opinion. Et l'on ne peut pas rester extérieur à cette histoire. On se projette forcément dans la situation de la famille Fitzgerald, et l'on se demande ce que l'on aurait fait à la place des parents, jusqu'où on aurait été prêt à aller pour sauver son enfant malade.
Voilà donc une lecture forte, une histoire qui ébranle, mais qui n'est jamais lourde car l'auteur a su garder un humour constant, humour qui fait du bien et permet d'alléger un récit qui aurait été sinon très pesant.
Je n'ai qu'un seul regret : que Jodi Picoult ait trop romancé la narration. de petites choses au début, de petits riens que je ne trouve pas aussi justes que le reste, puis des éléments plus importants, des personnages qui commencent à sonner un peu faux, jusqu'à la fin qui est carrément artificielle et tire-larmes. C'est vraiment dommage : si la justesse du début avait été conservée tout au long du récit, Jodi Picoult aurait écrit un livre exceptionnel.
Un dernier mot pour la couverture : totalement cucul la praline ! J'ai rarement vu d'illustration aussi mal choisie, et surtout aussi peu en adéquation avec le contenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
PrettyYoungCat
  03 mars 2019
Chacune de mes lectures de Jodi Picoult est une jolie surprise, car cette auteure a le talent pour donner sous sa plume fluide, une forme de légèreté d'où affleure toujours une profondeur.
Ma vie pour la tienne nous raconte Anna, jeune fille de 13 ans, qui décide d'intenter un procès à ses parents pour demander son émancipation médicale.
En effet, toute sa vie, elle a servi de "banque d'organes" pour sa soeur Kate, atteinte d'une forme rare et aigüe de leucémie. Elle a même précisément été conçue dans ce but, génétiquement programmée pour être le plus compatible possible.
Peut-on infliger ça à un enfant pour en sauver un autre ?
Jusqu'où faut-il aller pour maintenir quelqu'un en vie ? Et où finit l'amour et où commence l'égoïsme de cette décision ?
Dans ce roman polyphonique, nous entendons le ressenti de Sara, la mère, qui n'a plus que la santé de Kate pour obsession.
Brian, le père, vit dans l'urgence permanente. Il est pompier et vit dans l'adrénaline du feu et les rechutes fréquentes de sa fille.
Jesse, le fils oublié qui ne sait plus comment exister, trouver une place de fils, de frère, de jeune homme.
Et puis bien sûr Anna, confrontée à la pression de ses parents, à celle de sa conscience morale (autant que l'amour pour sa soeur), tout en étant partagée avec son désir de pouvoir vivre pour elle-même.
Son avocat, Campbell, et Julia, mandatée par le tribunal pour aider Anna à se protéger de l'influence parentale, font aussi partie des protagonistes qui se feront l'écho de cette complexe situation qui se dispute morale et éthique.
Kate quant à elle, s'exprimera aussi, mais son point de vue nous éclairera plus tard dans la narration...
On entre en empathie avec les personnages qui tous ont un relief, qui tous sont cabossés par la vie. Et en se plaçant de leur point de vue, on voit un angle différent de ce drame familial. le roman choral prend donc ici tout son sens, bien plus qu'un simple effet de style.
La fin m'a prise par surprise et réserve une dernière dose d'émotions.
Un sujet rarement traité, qui donne matière à réfléchir, qui suscite des émotions tout en ne plombant pas le récit par un pathos dégoulinant malgré la lourdeur du thème, voici quelques-unes des qualités que l'on peut dégager de ce roman, et de manière générale de cette auteure à suivre de près.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Souri7
  24 septembre 2016
Une famille "idéale et parfaite" si ... et seulement si la maladie n'avait pas une place centrale.
Kate souffre d'une sorte de leucémie grave la détruisant à petite feu. Afin de la sauver, ses parents décident de concevoir via une FIV un enfant "parfait" dans le sens où celui-ci possède tout ce don Kate pourrait avoir besoin. Cette enfant née et se nomme Anna.
Anna grandit et, à 13 ans décide de ne plus mettre en justice ses parents afin de s'émanciper du point de vue médicales, et ainsi ne pas avoir à donner un de ses reins à sa soeur.
Une histoire poignante et relatée de manière magistrale avec le point de vue de chaque intervenant – que cela soit les membres de la famille, l'avocat d'Anna ou sa tutrice ad-hoc – qui permettent une vraie plongée dans cette famille et dans leurs sentiments personnels avec parfois un humour incroyable.
Un récit qui permet à tous et toutes de s'interroger sur la bioéthique, sur l'acharnement thérapeutique, sur le bien fondé de tel ou tel procédé médical... et sur les conséquences auxquelles ont peut en arriver et dont on ne prend plus trop conscience comme le fait d'être totalement centré sur l'être malade et d'en oublier de vivre également ou de voir que d'autres à côté de vous on également besoin de votre attention (Jesse, le frère de Kate et Anna notamment dans ce récit).
Une des phrases ma beaucoup marquée et je la trouve si vraie :
"nous n'avons jamais des enfants, nous les recevons."

Un magnifique récit à lire si ce n'est pas déjà fait. Prévoir des mouchoirs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
LaBiblidOnee
  09 avril 2015
Ce très beau roman aborde le thème de ceux que l'on appelle les "enfants-médicaments", et pose les questions du droit de disposer de son corps, de l'injustice qu'il peut y avoir à charcuter un enfant sain pour en guérir un autre et des limites que l'on doit imposer à la bioéthique. Pour bien comprendre les positions de chaque partie, Jodi PICOULT nous immerge dans la vie des protagonistes.

Kate est une petite fille atteinte très tôt d'une forme rare et particulièrement agressive de leucémie. Ses parents voient une chance de la sauver en lui faisant une petite soeur, car le cordon ombilical de celle-ci fournirait à Kate les cellules dont elle a besoin. Pour une compatibilité optimum, les médecins fabriquent un embryon, Anna, parfaitement compatible avec Kate – vivent les FIV.

Hélas, ce traitement ne suffira pas sur le long terme, et au cours des années Anna devra subir plusieurs interventions plus ou moins invasives pour offrir à sa soeur divers cellules, fluides ou même organes ; Cela l'oblige de manière régulière et forcée à être admise à l'hôpital en même temps que sa soeur, et à subir plusieurs interventions dans l'intérêt de Kate qui peuvent s'avérer risquées ou douloureuses pour elle.

Jusqu'au jour où sa mère lui annonce qu'elle doit donner un rein à Kate. Anna est alors censée sacrifier pour sa soeur sa propre chance de pouvoir continuer de faire du sport, partir faire des études, mais également prendre le risque de l'intervention elle-même ainsi que du fait de n'avoir plus qu'un rein en cas de problème. Tout cela dans l'intérêt physique de sa soeur, celui de la famille… Et un peu aussi dans son intérêt moral si elle veut avoir une chance de garder sa soeur en vie et de ne pas se sentir coupable.

Mais si elle aime sa soeur et se préoccupe de sa santé, est-il bien juste qu'elle n'ait été conçue que pour sa soeur, ne puisse jamais vivre sa propre vie, et soit obligée de souffrir pour une autre ?

Alors à 13 ans, Anna décide d'aller voir un avocat qui voudrait bien la défendre et lui permettre de disposer de son propre corps. Bien sûr, la perspective d'un procès au sein d'une famille déjà meurtrie sera extrêmement difficile à gérer pour chacun des membres de la famille, qui devront plus ou moins choisir un camp. Jusqu'au revirement final, où « ma vie pour la tienne » revient sur le tapis de la plus folle des façons, la plus bouleversante. Un dénouement en cascade, très fort mais aussi inattendu que triste et plein d'espoir, qui redonne tout son sens au titre.

*****
J'ai pour habitude d'éviter les romans où la maladie a une place importante, mais je ne regrette pas, tant chaque personnage est attachant, l'écriture fluide et l'ambiance aussi enlevée que possible compte tenu du thème : je l'ai beaucoup aimé.
Les chapitres où la mère raconte sont les plus poignants puisqu'ils parlent de sa fille malade, et aussi les plus pesants puisqu'ils décrivent les traitements que subit sa fille, les rechutes, et ce que vivent les parents d'une enfant perpétuellement mourante. Elle s'appuie sans arrêt sur la maladie de Kate pour justifier ses décisions, ce qui la fait paraître antipathique car du même coup elle ne semble pas prendre en compte la qualité de vie de Kate.

Heureusement, les autres témoignages allègent le livre en s'appuyant davantage sur le débat moral et juridique, la différence entre le bien et la justice ; en glissant des anecdotes qui nous changent les idées sur l'histoire d'amour de l'avocat ou son mystérieux chien guide… !

C'est un livre à lire, un livre qui vous aura pris et retournés dans tous les sens mais dont la fin est très aboutie. Mention spéciale aux conclusions des parties à la fin du procès, très réfléchies et humaines, ainsi qu'au verdict du juge pour les mêmes raisons. Avez-vous vu l'adaptation cinématographique ?

Que ferions-nous à leur place ? Quelle est la solution la plus juste pour chaque partie ? le bien et la justice ne se rejoigne pas toujours...

Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ladesiderienne
  31 juillet 2017
J'attribue rarement 20/20 à un livre. Heureux hasard, en quelques semaines, j'ai eu deux coups de coeur et tous les deux sont de Jodi Picoult. Après "La tristesse des éléphants" qui m'a fait découvrir cette auteure, voilà avec "Ma vie pour la tienne", un autre de ses chefs-d'oeuvre et le mot n'est pas trop fort...
Jodi Picoult a un talent phénoménal pour nous décrire les relations familiales. Souvent ses héroïnes sont des jeunes filles à l'orée de l'adolescence et c'est d'une écriture pleine de sensibilité et de justesse qu'elle met en scène leur quotidien et leurs sentiments. La vie d'Anna, 13 ans, n'est pas vraiment un long fleuve tranquille. Sa soeur aînée, Kate, 16 ans, étant atteinte d'une grave leucémie, elle sait qu'elle a été conçue pour être génétiquement compatible avec elle. Depuis sa plus tendre enfance, elle ne compte plus les hospitalisations pour subir des prélèvements de plaquettes, lymphocytes ou moelle qui permettent à sa soeur de lutter temporairement contre la maladie. Les parents, Brian, pompier et Sara, ancienne avocate, font ce qu'ils peuvent pour préserver l'unité de la famille et diviser équitablement leur amour, mais il faut quand même reconnaître que tout tourne autour de la santé de Kate. Pour donner un sens à son existence, Jesse le grand frère n'a trouvé qu'un moyen, celui de sombrer de plus en plus dans la délinquance et la drogue. Quand arrive le moment où seule une transplantation rénale peut sauver Kate, sans se poser de question, parents et médecins se tournent vers Anna, la seule entièrement compatible. C'est en recevant une convocation à un tribunal pour affaires familiales que Brian et Sara apprennent qu'Anna a choisi de préserver son intégrité physique en ne donnant pas son rein et qu'elle a pris un avocat pour demander son émancipation concernant toutes les questions médicales. Pour le procès, Sara décide de reprendre son ancien métier d'avocate et de défendre elle-même son point de vue en mettant en avant la survie de Kate.
Jodi Picoult nous propose une histoire bouleversante sur les difficultés à être parents, d'autant plus lorsqu'elles sont amplifiées par la maladie d'un enfant. Spécialiste du roman choral, elle nous offre ainsi le point de vue de chacun des protagonistes. le lecteur va donc connaitre le ressenti de chacun des parents, celui de Kate, d'Anna, et de Jesse mais aussi le questionnement de la justice en donnant la parole à l'avocat. Qu'en est-il de la bioéthique médicale lors de la conception d'un enfant-médicament ? Alors que l'auteure a englué le lecteur dans des réflexions visant à faire une tentative de réponse à cette question, voilà qu'elle lui assène le coup de grâce avec un final totalement inattendu.
Un conseil : préparez vos mouchoirs car si ce livre époustouflant vous fera parfois sourire, il vous fera également beaucoup pleurer. Dans tous les cas, il fera réfléchir chaque parent quant à leur réaction devant une situation aussi dramatique. Un sujet difficile traité avec brio qui mérite amplement les cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
mouloune57mouloune57   24 février 2011
Un service de cancérologie est un champ de bataille, régi par une hiérarchie bien définie. Les patients, ce sont eux qui montent la garde. Les médecins entrent et sortent en coup de vent, comme des héros conquérants, mais ils doivent lire le dossier de votre enfant pour se rappeler où ils en étaient restés lors de leur précédente visite. Ce sont les infirmières qui occupent le rang de sergents aguerris - elles sont là quand votre petite grelotte sous l'effet d'une fièvre si forte qu'il faut la baigner dans de la glace ; ce sont elles qui vous apprennent comment drainer un cathéter veineux central, ou vous indiquent l'étage où il reste des bâtonnets glacés à voler, ou vous disent quels sont les teinturiers capables de nettoyer les taches de sang et de chimiothérapie sur les vêtements. Les infirmières montrent à votre fille comment faire des fleurs avec les mouchoirs en papier pour décorer le pied à perfusion et connaissent le nom de son morse en peluche. Les médecins établissent peut-être les plans d'attaque, mais ce sont les infirmières qui rendent le conflit supportable. Vous les connaissez comme elles vous connaissent, parce qu'elles viennent prendre les places des amies que vous aviez dans une vie antérieure, celle qui a précédé le diagnostic...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Marie123Marie123   08 mars 2012
Il devrait y avoir prescription pour le chagrin. Un code stipulant que se réveiller tous les matins en pleurant n'est admis que pendant un mois. Qu'au bout de quarante-deux jours vous ne sursauterez plus, le cœur battant la chamade, certaine que vous l'avez entendue vous appeler. Que vous ne vous verrez pas infliger d'amende si vous éprouvez le besoin de vider les tiroirs de son bureau, de retirer ses dessins affichés sur le réfrigérateur, de retourner au passage une photo de classe ― simplement parce que la voir est chaque fois un nouveau déchirement. Qu'il n'est pas interdit de mesurer le temps depuis qu'elle est partie, comme vous marquiez avant ses anniversaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Nastie92Nastie92   09 juin 2015
Un service de cancérologie est un champ de bataille, régi par une hiérarchie bien définie. Les patients, ce sont eux qui montent la garde. Les médecins entrent et sortent en coup de vent, comme des héros conquérants, mais ils doivent lire le dossier de votre enfant pour se rappeler où ils en étaient restés lors de leur précédent visite. Ce sont les infirmières qui occupent le rang de sergents aguerris - elles sont là quand votre petite grelotte sous l'effet d'une fièvre si forte qu'il faut la baigner dans de la glace ; ce sont elles qui vous apprennent comment drainer un cathéter veineux central, ou vous indiquent l'étage où il pourrait rester des bâtonnets glacés à voler, ou vous disent quels sont les teinturiers capables de nettoyer les taches de sang et de chimiothérapie sur les vêtements. Les infirmières montrent à votre fille comment faire des fleurs avec les mouchoirs en papier pour décorer le pied à perfusion et connaissent le nom de son morse en peluche. Les médecins établissent peut-être les plans d'attaque, mais ce sont les infirmières qui rendent le conflit supportable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastie92Nastie92   27 juillet 2015
Je me demande si toutes les mères éprouvent ce même sentiment quand elles prennent conscience que leur fille a grandi - comme si je n'en revenais pas qu'à une époque le linge que je pliais pour elle ait été à la mesure d'une poupée ; comme si je pouvais encore la voir exécuter des pirouettes au bord du bac à sable. N'était-ce pas hier encore que sa main ne dépassait guère la taille du coquillage qu'elle avait trouvé sur la plage ? Cette même main, celle qui tient maintenant la main d'un garçon, n'était-elle pas accrochée à la mienne, tirant dessus pour m'obliger à m'arrêter et à regarder la toile d'araignée, la petite pousse ou n'importe quoi d'autre parmi le millier de choses devant lesquelles elle voulait que je m'extasie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
PaulineReadPaulineRead   23 mai 2012
Un livre époustouflant. Je n’ai même pas de mots… Plus que touchant et le fait que le roman soit tiré d’une histoire vraie nous fait vraiment réagir. Au début, avant la lecture de celui-ci, je ne me rendais pas compte du calvaire quotidien que traversaient les proches d’une personne atteinte de maladie mortelle. Les greffes, la chimiothérapie, le cathéter, les perfusions, les opérations etc., sont une horreur quotidienne. Honnêtement, c’est le livre qui m’a le plus touché dans tout ceux que j’ai lu. Anna et Kate, sans le vouloir, sont liées à jamais, l’une porte en elle le sang et les organes de l’autre, l’autre voit sa vie rythmée par la maladie de sa sœur.
Au premiers abords, j’étais sceptique. Un livre de 570 pages sur la maladie ne me tentait pas trop, avec tout le respect que j’ai pour les malades, je trouvais le thème un peu sinistre. Je me suis lancée quand même dans sa lecture, sans aucun avis au préalable. Autant dire que je n’ai vraiment pas été déçue.
Au début, je m’ennuyais un peu, j’avais du mal à le lire et à me motiver à la lecture. Mais quand le procès à réellement commencer il m’a été impossible de le lâcher, chaque page était encore plus touchante que la précédente. Je le répète encore, l’histoire est sublimissime. Je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer et d’avoir tantôt une boule dans la gorge, tantôt dans le ventre, ou tout à la fois. De plus, la fin du roman est tellement inattendue que je suis restée ébahie pendant un bon moment devant celui-ci. Je n’en dirais pas plus sur celle-ci mais je suis certaine que je ne suis pas la seule à avoir été surprise. Un grand bravo à l’auteur pour ce magnifique ouvrage.
Aucunes critiques ne pourra être à la hauteur de ce livre.
A lire ABSOLUMENT.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Jodi Picoult (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jodi Picoult
Jodi Picoult Announces Her Tour for Fall 2018 !
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de ma vie pour la tienne

Quelle est la personne atteinte de leucémie?

Anna
Julie
Kate
Lucie
Sara

4 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Ma vie pour la tienne de Jodi PicoultCréer un quiz sur ce livre
.. ..