AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330121273
416 pages
Éditeur : Actes Sud (01/05/2019)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 126 notes)
Résumé :
Alors qu’il célèbre son quarantième anniversaire au poste de police, Hugh McElroy, un négociateur de crise, est appelé sur le site d’une prise d’otages. Une heure plus tôt, un homme armé a fait irruption dans une clinique et a ouvert le feu, faisant plusieurs victimes. Il devient vite évident que le forcené a délibérément ciblé le dernier établissement de santé du Mississippi à pratiquer l’avortement. La situation s’avère délicate ; elle devient cauchemardesque quan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
montmartin
  12 juin 2019
Wren regrette de ne pas avoir dit à son père qu'elle venait ici, elle regrette d'avoir demandé à sa tante de l'accompagner. Elle n'aurait pas dû venir au centre, elle aurait dû rester une petite fille. le centre est le seul endroit de l'état du Mississippi où l'on pratique encore des avortements. Ce qu'ils ont arraché à sa fille, il ne le récupérera jamais, alors George va leur en faire payer le prix, il est venu se venger parce que sa fille s'est fait avorter ici. Hugh est chargé en tant que négociateur d'établir le dialogue avec George, Dieu sait combien il y a de cadavres à l'intérieur du centre, en plus des cinq otages toujours en vie. Et l'un de ces otages se trouve être sa fille.
Une fois de plus Jodi Picoult s'attaque à un sujet de société parmi les plus brulants actuellement aux États-Unis, l'avortement. J'ai apprécié l'originalité de la construction du récit. Chaque chapitre est un compte à rebours qui raconte comment des individus très différents sont amenés à se retrouver mêlés à une prise d'otages. L'intrigue commence donc à la fin et nous allons remonter heure par heure, l'occasion pour l'auteur de dérouler toute une galerie de personnages réalistes et attachants.
En parallèle à cette prise d'otage nous suivons Beth une jeune fille de 17 ans menacée d'aller en prison pour avoir avorté illégalement au moyen de comprimés achetés sur Internet.
Bien entendu ce récit en forme de thriller n'a d'autre but que de dénoncer la difficulté pour les femmes, encore aujourd'hui aux États-Unis, de disposer librement de leur corps. Jodi Picoult utilise des phrases percutantes pour asseoir son propos et surtout a l'immense talent de donner un visage humain à ce problème.
Elle nous montre toute la puissance et les méthodes utilisées par les activistes anti avortement. Ce roman est aussi une belle réflexion sur la paternité, sur les relations entre père et fille.
« Ce fut l'une des rares fois, depuis son arrivée au sein de l'Eglise de la vie éternelle, où il avait réellement douté de l'existence de Dieu. Parce que, franchement, quel genre de divinité tordue vous accorderait le superpouvoir de la paternité en vous confiant la mission de protéger quelqu'un qui, un jour, n'aurait plus besoin de vous ? »
L'histoire est aussi l'occasion de s'arrêter sur le métier de négociateur et les qualités requises. Garder son sang-froid et sa neutralité, rester calme et clairvoyant, savoir écouter d'une oreille attentive, prêter attention à ce que dit l'autre, concentré sur chaque détail. Maîtriser l'art du mensonge.
À la fin de son livre, l'auteur nous délivre quelques notes qui à mon avis apportent un éclairage à son récit. Un roman puissant et volontairement provocateur, mais sans aucun parti pris, qui a le mérite de poser le débat d'une manière très constructive.
« Vonita, que Dieu ait son âme, avait coutume de dire que si les hommes portaient les bébés à la place des femmes, l'avortement ferait sûrement partie des sacrements. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
tynn
  18 juin 2019
L'IVG serait il un droit en sursit aux États Unis?
En dépit d'une loi fédérale de 1973 qui protège cette décision comme faisant partie de la vie privée, le débat public et politique fait rage, compliqué par des législations différentes selon les Etats. En marge de cette situation souvent ubuesque, la position des associations anti IVG est bien souvent accompagnée d'actions violentes, individuelles ou collectives, envers les centres médicaux et les femmes qui désirent avorter.
Pour illustrer ce fait de société, Jodi Picoult produit un thriller très réaliste d'une prise d'otages dans un centre IVG, y réussissant des éléments représentatifs de la variété sociale impliquée: professionnels de santé, parents, enfants, opposants ou sympathisants.
Si le déroulé du roman peut accrocher par son suspens, il vaut surtout pour sa construction narrative à rebours, remontant le temps pour donner de la densité aux personnages dans leur vie personnelle et dans leur motivation.
L'aspect « événementiel romanesque » m'a un peu lassée, mais j'ai été accrochée par le fait de société dans ses implications pratiques et juridiques. La postface de l'auteur est très éclairante sur la question. Elle ne s'autorise aucune prise de position personnelle mais démontre la complexité du débat et le risque évident de retour en arrière pour le droit des femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Eroblin
  17 juin 2019
A l'heure où certains Etats des USA tirent à boulets serrés sur les quelques centres d'avortement qui subsistent, où on restreint les lois des femmes à pouvoir avorter quand on ne cherche pas à demander la peine de mort contre celles qui avorteraient puisque avorter serait comparable à un meurtre, je vous conseille de lire le nouveau roman de Jodi Picoult « Une étincelle de vie ». Ce roman évoque, à travers une prise d'otage, ce thème douloureuxt et ce que j'ai aimé c'est que l'auteure ne prend pas parti. Elle fait entendre aussi bien la voix de ceux et celles qui cherchent à préserver ce droit que les arguments de ceux et celles qui considèrent que ce droit est une autorisation de tuer. Au lecteur de choisir en son âme et conscience sa position.
L'intrigue se concentre donc dans le dernier centre du Mississippi ouvert pour les femmes qui souhaitent avorter. Un homme surgit et tue quelques personnes avant de prendre en otage les quelques malheureuses présentes. Parmi elles, une adolescente Wren qui venait simplement demander la pilule, une jeune femme, Joy, qui vient d'avorter, une autre, Janine, en mission secrète pour le compte du groupe anti-avortement auquel elle appartient, une infirmière, Izzy, le médecin qui pratique les IVG. A l'extérieur un flic, Mc Elroy, qui négocie avec le tueur tout en sachant que sa fille est à l'intérieur. La prise d'otage est donc ainsi racontée par ces femmes et ces hommes, chacun vivant différemment les événements. de plus, elle est racontée à l'envers car le roman commence en fin de journée au moment où la prise d'otage va s'achever. Remonter le temps permet de découvrir peu à peu les raisons pour lesquelles ces femmes se sont trouvées là au mauvais endroit au mauvais moment, pour lesquelles le tueur est intervenu et a décidé de s'en prendre à ce centre. C'est l'occasion aussi d'apprendre à quel point la législation de certains Etats conservateurs fragilisent la condition des femmes qui cherchent à avorter en dernier recours. Et plutôt que de hurler après ces femmes désespérées, on ferait peut-être mieux de les aider financièrement à élever leurs enfants. de toute façon interdire l'avortement légal n'y mettra pas un terme. Ce sera plus dangereux pour les plus démunies, quant aux plus riches, elles auront toujours les moyens de le faire sans danger.
Un très bon roman que je conseille vivement !

Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
alexb27
  26 mai 2019
Un roman qui analyse, décortique, explique les notions de foetus et les conditions de réalisation des IVG dans un pays, les Etats-Unis, où il est de plus en plus difficile de se faire avorter. Il y a un vrai suspense dans ce récit : sur l'issue de la prise d'otages dans le centre de gynécologie mais également sur le pourquoi de la présence des différentes personnes dans le planning familial. La narration est étonnante puisque tout est raconté heure par heure en commençant par la fin. In fine, un texte intelligent qui se lit comme un polar.
Commenter  J’apprécie          260
LaBiblidOnee
  21 octobre 2019
Avec "Une étincelle de vie", Jodi Picoult nous fait vivre une prise d'otages dans un centre médical pratiquant entre autre l'avortement.
Hugh, le policier chargé de la négociation, découvre que sa fille est à l'intérieur, sans qu'il ne sache pourquoi.
L'originalité du récit réside dans le fait que l'auteur commence par la fin de la prise d'otage, et rembobine le film à l'envers : A chaque chapitre, nous nous retrouvons une heure plus tôt. Nous apprenons ainsi à connaître les personnages et ce qui a amené chacun, tireur compris, à être là aujourd'hui. L'exercice demande au lecteur un petit effort pour s'y retrouver chronologiquement, mais c'est intéressant.
En revanche, j'ai trouvé que ce procédé nous faisait perdre en intensité et en suspense. Or, on parle d'une prise d'otage, un acte hyper grave et intense : la tension devrait aller crescendo jusqu'au dénouement. Alors que là, la tension diminue à chaque chapitre, puisqu'on s'éloigne du point critique, du dénouement.
Par cette technique, l'auteur met finalement plus en avant les vies de ses personnages, et les arguments pour et contre l'avortement, que le suspense de la prise d'otage ou son dénouement. Comme si ce dernier n'était pas le plus important car, quel qu'il soit, les vies des personnages se retrouvant dans cette situation est autrement plus universel. Car en réalité, le débat de pouvoir avorter ou non est le thème que l'auteur voulait aborder, cette prise d'otage n'étant que le moyen de la mettre en exergue.
L'auteur nous place du côté des pro-choix de par ses personnages principaux, leurs histoires et le lieu choisi, mais elle ne juge pas les points de vue de ses autres personnages, les "anti". Elle incite également les "anti" à ne pas juger trop vite, eux non-plus, en exposant toute une série de situations différentes, qui doit amener à comprendre que se trouver devant ce choix à faire n'est jamais de gaité de coeur et n'émane pas obligatoirement d'un acte irresponsable ; qu'il y a différents droits à prendre en compte, et que, parfois, les argument "anti-avortement" sont plus politiques qu'idéologiques...
Pas de grands argumentaires développés dans ce roman, mais des morceaux de vie qui ont le mérite de faire réfléchir. Et bien sûr, comme d'habitude avec l'auteur, un scénario bien préparé.
Si le sujet vous intéresse, je vous conseille aussi et surtout le magnifique John Irving : "L'oeuvre de Dieu, la part du diable".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
Cricri124Cricri124   12 juin 2019
Elever un enfant, c’est comme se réveiller un matin avec une bulle de savon lovée dans le creux de sa main et recevoir l’ordre de la garder intacte alors qu’on saute en parachute d’une falaise vertigineuse, qu’on escalade une chaine de montagnes, qu’on part se battre au front. Le réflexe, c’est de vouloir la mettre à l’abri, la protéger des catastrophes naturelles et de la violence et des préjugés et des moqueries, mais ça, ce n’est pas possible. Alors on vit dans la peur quotidienne de la voir éclater ou de la percer soi-même. Parce qu’on sait d’instinct que si elle se volatilise, on disparaitra aussi.
(13 HEURES - p226)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Cricri124Cricri124   11 juin 2019
-Comme disait le Dr King : « Une loi ne pourra jamais obliger un homme à m’aimer, mais il est important qu’elle lui interdise de me lyncher. »

-J’aurais cru que la question raciale serait bien la dernière chose à entrer en ligne de compte lorsqu’il est question d’avortement.

Le Dr Ward lève les yeux vers elle d’un air surpris.

-Détrompez-vous, mademoiselle Izzy. Lorsqu’il est question d’avortement, la question raciale est bien présente dans tous les esprits.

(14 HEURES – p 153)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Cricri124Cricri124   16 juin 2019
Que l’on croit ou non qu’un fœtus est un être humain, personne ne contestera qu’une femme adulte en est un. Et même si l’on attribue une valeur morale au fœtus, on ne peut lui accorder des droits à moins de les arracher, ces droits, à la femme qui l’abrite dans son ventre. Du coup la question qui se pose n’est peut-être pas A quel moment un fœtus devient-il une personne ? mais plutôt A quel moment une femme cesse-t-elle d’être une personne à part entière ?

(10 HEURES – p340)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Cricri124Cricri124   03 juin 2019
Le Centre a souffert des coupes budgétaires votées par les politiciens et des attaques conduites par les manifestants. Il a pansé ses plaies, s’est rétabli. Fut un temps où il portait le nom de Centre de gynécologie et de planning familial. D’aucuns pensent que certaines choses périssent des lors que l’on cesse de les désigner par leur nom. L’appellation du centre a donc été amputée, telle une blessure de guerre. Mais il a survécu. D’abord sous le nom de centre de gynécologie avant de s’appeler simplement : le Centre.
(17 HEURES - p12)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
EroblinEroblin   16 juin 2019
Les femmes ont longtemps été considérées comme des biens. Leur chasteté appartenait à un homme jusqu'à ce que la contraception et l'avortement replacent la sexualité féminine entre les mains des intéressées. A partir du moment où les femmes ont pu avoir des rapports sexuels sans craindre une grossesse non désirée, le rôle des hommes s'est brusquement rétréci pour devenir infime, voire superflu. Ces derniers se sont donc vengés en diabolisant les femmes qui avaient recours à l'avortement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Jodi Picoult (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jodi Picoult
Jodi Picoult Announces Her Tour for Fall 2018 !
autres livres classés : prise d'otagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de ma vie pour la tienne

Quelle est la personne atteinte de leucémie?

Anna
Julie
Kate
Lucie
Sara

4 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Ma vie pour la tienne de Jodi PicoultCréer un quiz sur ce livre

.. ..