AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226451323
224 pages
Éditeur : Albin Michel (06/01/2021)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 28 notes)
Résumé :
C'est l'histoire d'un homme qui vient d'avoir 82 ans. Déjà ?

Jadis, il était toujours pressé, il régnait sur le monde de la culture et il se sentait invincible. Aujourd'hui, à la retraite, c'est plus calme : les défaillances du corps, les anxiétés de l'âme, la peur de perdre ses vieux amis qui forment une bande de joyeux octogénaires. Une autre vie commence. Avec le plaisir de pouvoir enfin prendre son temps et le perdre.

À travers ce n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
djdri25
  10 janvier 2021
S'agit-il d'un récit en partie autobiographique ? d'une autofiction ? En tout cas, il semblerait qu'une part de la vie réelle de l'homme soit bien entrée dans le livre en forme de petites discussions autour du bel âge, 80 ans. le narrateur y évoque les affres de l'âge mais ceux-ci sont contrebalancés par l'autodérision, l'humour et les opportunités qu'offre la vie d'une bande de retraités octogénaires vivant à Paris.
C'est un récit qui se focalise en grande partie sur les affres de la vieillesse ; les défaillances du corps et de l'esprit, malheurs bien réels et douloureux, les souffrances physiques et morales ressenties au quotidien mais le narrateur évoque également avec un humour sarcastique et décapant les petits bonheurs de la vie de ces octogénaires privilégiés, il faut le reconnaître ; Il fait, par exemple, l'éloge de la lenteur, du temps dont on dispose à 80 ans et que l'on prend et savoure tant qu'on le peut. Ainsi s'exclame le narrateur : « Prendre mon temps pour petit-déjeuner, quel bonheur ! » Plus loin, « Je ne méprise plus les expressions "prendre son temps", "ménager du temps", "donner du temps au temps". A long terme, je n'ai plus beaucoup de temps ; à court terme, j'ai tout mon temps. C'est un paradoxe sur lequel je médite en prenant mon temps. »
On y rencontre aussi toute une galerie de portraits de personnages accompagnant le narrateur qui prennent le bon temps comme il vient : les amis, les proches et autres relations du narrateur, surnommés les JOP ; les Jeunes Octogénaires Parisiens, ils sont tantôt pétulants et appréciés du narrateur, séducteurs malins et encore dynamiques, bricoleurs de génie, couples qui se disputent en public, mais ils restent tous de bons vivants aimant la bonne chère, les plaisirs quotidiens, les sorties, les voyages sans exclure les plaisirs plus sensuels encore présents !
Ces octogénaires sont solidaires et unis par l'amitié et les affinités.
Le style est non dénué d'une certaine tendresse, accompagnée à certains endroits du texte d'un travail sur la langue, toutefois le narrateur pose également un regard critique et désabusé sur le monde actuel et son évolution.
Le ton employé par le narrateur tout en restant lucide sur le processus douloureux du vieillissement est vif, humoristique voire ironique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415
Tostaky61
  30 janvier 2021
Bernard Pivot, l'homme qui m'a fait découvrir la littérature, enfin, une littérature différente de celle que je lisais.
Oh, bien sûr, je ne suis pas le seul, nous sommes nombreux dans ce cas.
À une époque où je ne lisais pas, ou très peu, il réussissait l'exploit de me captiver avec son Apostrophe ou son Bouillon de culture, ses émissions dont j'essayais de ne pas manquer la diffusion.
Il était donc normal que, les ans ayant passé, je me retrouve avec l'un de ses livres dans les mains.
Je viens donc de terminer ce...Mais la vie continue. (Il tient au trois petits points).
À qui s'adresse l'auteur ?
À la jeunesse, voulant la prévenir de ce qui l'attend ?
À ceux qui approchent de ce "troisième âge" ? (Là, je précise que ce n'est pas une expression qu'il emploie). Soyez prêt !
Ou bien à ceux de sa génération, pour faire avec eux un dernier constat de leur quotidien ?
Sorte d'inventaire à la Prévert, des avantages et inconvénients de la vieillesse.
Pivot dresse le bilan, il est l'heure, pour lui, de faire l'état des lieux.
À travers la vie de huit personnages, septuagénaires, octogénaires ou nonagénaires. Des hommes, des femmes, en couples légitimes ou pas vraiment, célibataires ou veufs.
Tout y passe, la santé mentale ou physique, le quotidien et ses angoisses, le passé et ses souvenirs, le regard sur le monde, l'amitié évidemment, l'amour aussi, l'adaptation et l'utilisation des nouvelles technologies, l'autocritique. Tout est dit avec sincérité, lucidité, sans tabou, sans s'apitoyer et avec humour, souvent.
Ils s'appellent les JOP, Jeunes Octogénaires Parisiens.
C'est une bande de "jeunes vieux" que l'on prend plaisir à accompagner. Dans leurs réflexions, leurs conversations, leurs chamailleries. Vous me direz, ils ne sont pas difficiles à suivre, à cet âge-là et ils le reconnaissent eux-même, on ne va pas bien vite, surtout qu'il vaut mieux éviter la chute, les conséquences pourraient être tragiques.
Ils ont la chance d'être indépendants et souhaitent le rester jusqu'à ce que l'heure soit venue, le plus tard, le plus discrètement et le plus paisiblement possible, de rejoindre ceux qu'ils ont aimés, croisés ou admirés...
Dans ce monde d'aujourd'hui où l'on ne peut plus prendre, dans nos bras, nos chers vieux, ce livre nous offre un moment de tendresse, comme un hymne à la vieillesse.
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Hardiviller
  08 janvier 2021

Bernard Pivot , ex chroniqueur littéraire , président du Goncourt , " jeune homme " de 85 ans , recourt à la fiction pour nous entretenir du bien vieillir . Si il ne peut rien contre ce qu'il nomme " Les 4 cavaliers de l'apocalypse " ( cancer , Alzheimer , infarctus et AVC ) , ajouter quelque chose à la vie lui semble salutaire ( nouvel amour , nouvel ami , chien ou chat ) et positiver ( en cessant de se plaindre et de trouver le présent moins plaisant que le passé disparu ) . Nous sommes encore vivants , le soleil continue de briller , quelques nouveautés nous simplifient la vie , il nous reste encore des découvertes à faire .... Tout va bien . Les os qui craquent , les petits soucis de santé , ne sauraient nous faire oublier , le sourire de la marchande de journaux , la joie d'une découverte littéraire , les calins du chat etc ....
Commenter  J’apprécie          246
unbrindesyboulette
  15 février 2021
Je connais Bernard Pivot. J'admire Bernard Pivot mais je n'avais jamais lu Bernard Pivot. D'où ma grande envie de lire « … mais la vie continue » et cela a été un plaisir de lecture. le narrateur, dont toute ressemblance avec l'auteur n'est absolument pas fortuite, est un homme cultivé de 82 ans qui raconte sa vie d'octogénaire dans notre société actuelle. Il raconte la vieillesse, sa vieillesse, celle de sa bonde d'amis, les JOP, les Jeunes Octogénaires Parisiens. Tout y passe: la santé qu'ils doivent préserver, leur relation au temps, l'amitié, l'amour bien sur, les petites joies. C'est tendre, vrai, drôle. Bernard Pivot sait nous conter les choses. Et il élude rien. Il le fait avec plaisir et quel petit plaisir de lire de jolis mots que seul Bernard Pivot arrive à employer en étant dans le bon. Alors oui, vieillir, c'est faire face à des soucis de santé, à prendre des précautions dans ses déplacements mais vieillir, c'est prendre son temps, savourer les petites choses de la vie, c'est raconter, apprendre aux autres. Et franchement, quand on a une telle bande d'amis que les JOP, vieillir peut vraiment devenir cool. Mais il ne faut pas occulter la mort qui est encore plus présente quand on est octogénaire. La solitude y est aussi abordée, la solitude quand le compagnon n'est plus. La solitude quand les enfants sont loin. La solitude quand les amis partent.
J'aurais presque envie de dire que vieillir c'est beau quand c'est Bernard Pivot qui nous la raconte. Car il parle de tout et surtout il met en avant le positif malgré les coups difficiles liés à l'âge. Il ne s'apitoie pas, il est sincère. Il n'édulcore pas, il est vrai. Il nous livre une très jolie palette de personnages auxquelles je n'ai pu que m'attacher. « … mais la vie continue », c'est drôle, attachant, frais. La plume de l'auteur est à son image: pas de chichi, que du vrai!! J'ai aimé ma lecture et cela a été un vrai plaisir de rencontrer les JOP. J'ai presque envie d'avoir une suite!!!
Lien : https://unbrindesyboulette.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ProfesseurDan
  14 février 2021
L'an dernier, j'avais lu La voyageuse de nuit de Laure Adler, un autre livre qui parle de la vieillesse et nous sommes à peu près dans le même ordre d'idée : prendre à revers (avec beaucoup d'humour) l'idée reçue qui veut que la vieillesse soit un long et fastidieux chemin vers le déclin et vers la mort, tout en ne niant pas les éventuelles difficultés qui "naissent" le grand âge venant comme les problèmes de mémoire, de mobilité, de "petites" douleurs ou les pertes de proches de plus en plus nombreuses, le tout dans un roman (insistons bien sur le mot) très bien écrit, passionnant et extrêmement bien articulé avec des chapitres relativement courts, ce qui est d'autant plus agréable.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
LeFigaro   21 janvier 2021
Ce roman est un remède joyeux aux maux du grand âge.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   18 janvier 2021
Dans ... mais la vie continue, roman d'inspiration autobiographique, l'ex-animateur d'Apostrophes et de Bouillon de culture fait le tour des heurs et malheurs de la vieillesse. Un formidable bréviaire, une lecture pour tous.

Lire la critique sur le site : Lexpress
LaCroix   12 janvier 2021
L'ancien producteur et animateur d'«Apostrophes», ex-président de l'Académie Goncourt, signe un roman vivifiant et désenchanté sur son entrée en vieillesse.


Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ProfesseurDanProfesseurDan   14 février 2021
Le mot "aïeul" pour désigner le grand-père et la grand-mère n'est plus employé que dans une langue recherchée. Plus de pépé mémé. Ni de grand-papa grand-maman. Le papé ou papet s'est éteint avec Marcel Pagnol. Bonne-maman et mère-grand ont rendu l'âme depuis longtemps. Exit toutes ces appellations qui vieillissaient les vieux. Dans la bouche des petits-enfants, c'était le rappel vingt fois par jour de leur obsolescence. C’étaient des mots qui leur disaient continûment que la sortie était proche. Charmant ! (pp. 176-177)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   14 février 2021
S'est installée dans notre inconscient l'idée que des petites choses agréables de la vie ne sont plus de notre âge, qu'elles appartiennent à une époque révolue et que c'est montrer de l'autorité sur nous-mêmes que d'y renoncer. [...] Distractions écartées, austérité consentie. Nous adhérons à des vieux jours qui ont tiré un trait sur les frivolités et les gaietés d'autrefois. (p. 167)
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   14 février 2021
Alzheimer est aux personnes âgées ce que l'ogre est aux enfants. C'est le nom redouté d'un monstre cruel qui s'introduit dans nos têtes et y sème la confusion, puis le chaos. (p. 74)
Commenter  J’apprécie          10
ProfesseurDanProfesseurDan   14 février 2021
Les urgences de la prostate coïncidant rarement avec les crispations de ses jambes, il n'est pas rare qu'Octo doive se lever cinq ou six fois dans la nuit. Il se compare soit, quand il est de bonne humeur, à la vigie d'un port, soit, quand il est exaspéré, à un flic de garde dans un quartier pourri. (p. 51)
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   14 février 2021
À mes yeux, Coluche est un saint Vincent de Paul moderne et laïc. On devrait mettre son buste dans les mairies, à côté de celui de Marianne. Elle s'ennuie et il la ferait rire. (p. 23)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Bernard Pivot (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Pivot
Bien vieillir, mode d'emploi
autres livres classés : réflexions sur la vieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bernard Pivot

Dans quelle ville Bernard Pivot voit-il le jour?

Lille
La Rochelle
Lyon
Landivisiau

10 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard PivotCréer un quiz sur ce livre

.. ..