AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275786405X
Éditeur : Points (09/11/2017)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 29 notes)
Résumé :
« On déguste des phrases. On savoure des textes. On boit des paroles. On s’empiffre de mots. Écriture et lecture relèvent de l’alimentation. Mais la vérité est tout autre : ce sont les mots qui nous grignotent, ce sont les livres qui nous avalent. » B.P.
Ecrit par admiration des écrivains, dit sur scène par son auteur, ce texte est une déclaration d’amour fou à notre langue. Bernard Pivot y raconte la vie d’un homme qui, malgré ses succès de romancier – invit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
denis76
  05 juin 2019
Un petit livre sans prétention, mais très bien écrit :
un jonglage de mots pétillant et humoristique digne de l'incomparable Raymond Devos !
.
Journaliste, homme de médias éclectique, cet homme curieux que j'adore a donné toute sa mesure avec "Apostrophes", que vous connaissez sans doute, entre 1975 et 1990. C'est là que je l'ai connu, et qu'il m'a donné envie de lire. Ses dialogues vivants avec l'élégant Jean d'Ormesson et l'admirable Alain Peyrefitte m'ont fasciné : )
( n'empêche que la prophétie de celui-ci se réalise : "Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera", 1973 ).
.
Pour revenir à nos moutons, je me suis amusé en lisant ce truc qui plairait incontestablement à notre ami Greg !
.
Les mots sont ses compagnons,
par le dictionnaire,
par la recherche du mot judicieux,
du bon mot,
de la bonne tournure de phrase,
jonglant avec les anaphores,
oxymores,
allégories,
paradoxes,
ellipses,
apocopes,
métaphores,
anacoluthes,
tapinoses,
euphémismes,
bref, toutes ces figures de style,
de rhétorique,
tous ces mots qui nous donnent des maux,
Pivot nous les ingère
à la petite cuillère,
sans nous donner mal à la tête ou à l'estomac.
.
Hum... J'ai passé un bon moment : )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          513
gouelan
  28 mai 2018
Offert pour la fête des mamans, j'ai savouré les mots légers, subtils et amusants de Bernard Pivot. Enfin... il faudrait plutôt dire que les mots m'ont mangée, ils m'ont grignotée page après page. Et oui, c'est une vérité vraie, (excusez-moi pour cette tautologie ou cette lapalissade — cf. livre), lorsque l'on referme un livre, ses mots continuent de nous trotter dans la tête... la dernière page n'a jamais le dernier mot !
Pour un écrivain c'est bien pire : "La nuit, les mots sont des grenades dégoupillées..." et parfois cette nuit, à la recherche des mots perdus, est trompeuse : "La nuit, comme les chats, tous les mots sont gris", les mots bien ordonnés n'ont plus au petit jour le même éclat ; ils boitent un peu.
Sous la plume de l'auteur, les mots dévoilent toute leur malice. Quelques lettres en plus ou en moins et ils auraient une autre allure.
On les aimera toujours pour leur magie, ce sont parfois des perles. Les mots nous parlent et ils parlent aussi de nous.
Commenter  J’apprécie          460
Bazart
  09 juillet 2016
Et si tout ce que nous pensons aujourd’hui venait de siècle des Lumières ? Sur Dieu, le fanatisme, les superstitions, la condition féminine, l’amour, la morale, tous les questionnements qui secouent ce début de XXIe est déjà présents dans les esprits éclairés du XVIIIe siècle. Quel meilleur guide que Voltaire pour parcourir la pensée d’une époque. Il prend le thé et parle théologie à Londres avec Newton, provoque Montesquieu à propos de « L’esprit des Lois ». Il devise avec la Pompadour sur l’existence du bonheur et vit une belle histoire d’amour avec Emilie du Châtelet formidable femme savante, passionnée et érudite. Exilé en Prusse il fera les belles heures de la cour de Frédéric II.
Il s’engage courageusement pour la défense d’un honorable marchant protestant accusé d’avoir tué son fils pour l’empêcher de se convertir au catholicisme, c’est à la célèbre affaire Calas que l’on doit ce chef d’œuvre encore et toujours d’actualité : « Traité sur la tolérance ». Rousseau, Buffon et Diderot sont ses collègues de travail.
« Un café avec Voltaire » de Louis Bériot est une délicieuse ballade dans le siècle des Lumières. En courts chapitres l’auteur nous livre une chouette et originale mini- biographie de l’écrivain Français le plus lu au monde, il faut dire que la pensée de Voltaire est encore aujourd’hui tellement moderne. Très facile à lire, cet été bronzons intelligent et prenons un Mojito avec Bériot..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Domichel
  30 juin 2016
Comment vous résumer un livre aussi court ? Comment écrire une “critique” sur un texte de Môssieur Pivot ? Et en même temps, comment passer à côté d'un texte aussi fin, aussi drôle, aussi riche que ce petit morceau de bravoure ?
Un écrivain se penche sur sa vie, d'écrivain justement, et nous raconte à travers de courts chapitres, les rapports qu'il a entretenu avec les mots. Petits mots, grands mots, gros mots, mots d'esprit, drôles de mots, mot de la fin… J'en passe et des meilleurs.
Comme chacun de nous, lecteurs sur Babelio, Bernard Pivot se gave de mots tellement il les aime. Non pas jusqu'à l'indigestion, au contraire, ce sont eux qui vont l'avaler !
Vous qui aimez les livres et les mots qui les composent, ne vous privez pas de ce recueil de bons mots, et quand vous aurez fini, fermez les yeux et écoutez Môssieur Bernard vous raconter l'histoire, avec ses mots à lui…
Je n'aurai qu'un reproche, excusez-moi : c'est trop court…
Commenter  J’apprécie          140
Pachy
  20 mai 2016
Je pourrais dire « J'ai aimé ce livre ». Mais parlant de Monsieur Pivot, il me faut être plus… comment dire, plus écrivain (que je ne suis malheureusement pas). Je viens de lire un succulent « bouquin ». Ça aussi, c'est un clin d'oeil. Les gens que l'on croise vous disent souvent « Tu lis quoi comme bouquin ? ». Je répondrai sans hésiter « un succulent morceau d'humour, d'une rare intelligence et accessible à tous.
Pas de résumé, car il n'y a rien à résumer. Extraire les phrases et réflexions les plus cocasses ? Ce serait vous priver.
Alors lisez-le et prenez autant de plaisir que moi.
PS : Laissez-moi avoir la prétention de vous raconter une anecdote :
Salon du livre, il y a de cela 2 ou 3 années. Je m'assois au stand de France 2 et je découvre que mon voisin de pouf n'est autre que Bernard Pivot… le Pivot lui-même. Je jure que mes poils de bras se sont redressés. Mon idole d'Apostrophes à mon côté. J'ai osé lui adressé la parole. Il a consenti de lui-même à engager la conversation. Magique.
J'ai oublié de vous dire : Il s'agit là d'un texte que notre Mr Pivot donne en spectacle et, cadeau… le dvd du spectacle est joint au livre. Merci à cet éditeur de ne pas avoir cherché à ramasser un maximum de fric en faisant une vente séparée du dvd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   09 juillet 2016
Quand on écrit « le sexe masculin » on commet un pléonasme. Et quand on écrit « le sexe féminin », on commet un oxymore.
Oh, vous savez, que ce soit sur le papier ou dans le lit, le sexe est toujours matière à surprises et complications !"
Commenter  J’apprécie          260
denis76denis76   04 juin 2019
Qu'est ce qu'un roman, une biographie, une autobiographie, des mémoires, des carnets, un journal intime, sinon l'absorption et la digestion par un livre de la vie d'un homme ou d'une femme ?

Au secours ! les mots m'ont mangé ...
Commenter  J’apprécie          200
DomichelDomichel   30 juin 2016
Oui, la langue française manque souvent de clarté, de rigueur. En voici un exemple qui, justement, a été préjudiciable aux femmes. Le sexe. Le mot sexe. Il en existe deux que je sache. Le masculin et le féminin. Or le mot sexe est exclusivement du genre masculin. Il n’est pas normal que le mot sexe ne soit pas aussi du genre féminin. On dit bien un sexologue et une sexologue. Pourquoi ne dirait-on pas un sexe et une sexe ?
Savez-vous sous quel roi de France le mot sexe qui vient du latin « sexus », est apparu dans notre langue ? Sous Louis IX, dit Saint-Louis. Ah, l’hypocrite ! Les ligues féministes de l’époque auraient dû exiger que le mot sexe fût à parité masculin et féminin.
Conséquence fâcheuse : quand on écrit « le sexe masculin » on commet un pléonasme. Et quand on écrit « le sexe féminin », on commet un oxymore.
Oh, vous savez, que ce soit sur le papier ou dans le lit, le sexe est toujours matière à surprises et complications !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FiloxFilox   27 novembre 2016
Je préfère vous divertir.
Avec, par exemple, le mot ego.
Mot masculin, forcément .
Mot invariable. Un ego ne varie pas, reste toujours au sommet de sa considération. Jamais de s à ego car ce serait le mélanger avec d'autres petits ego, avec des moi moi moi subalternes.
Et surtout pas d'accent sur le e, malheureux! Car vous commettriez un pléonasme, puisqu'il est dans la nature de l'ego de toujours mette l'accent sur lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
ProfesseurDanProfesseurDan   25 mai 2016
J'ai donc appris à lire et à écrire. A l'école communale. Un jour l'instituteur nous a dit :

- F - e - deux m - e se prononce femme
- Mais, lui dis-je, il n'y a pas de a dans femme
- C'est exact. Bien vu. Mais c'est comme ça : le e de femme se prononce a

Alors je me suis dit : "Oh là là, je sens qu'avec les femmes, ça va être compliqué..." Et ça l'a été, je ne me suis pas trompé... (p. 19)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Bernard Pivot (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Pivot
Un dîner littéraire avec Bernard et Cécile Pivot - C à Vous - 27/03/2018
autres livres classés : motsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bernard Pivot

Dans quelle ville Bernard Pivot voit-il le jour?

Lille
La Rochelle
Lyon
Landivisiau

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard PivotCréer un quiz sur ce livre