AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070107000
Éditeur : Gallimard (17/09/2015)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« M. GALLIMARD et moi, avons réuni dans ce volume, sous le titre de Chroniques, un ensemble d’articles de mon bien-aimé frère Marcel Proust, articles parus au cours d’une période de trente années qui va de 1892 à 1921. La plupart de ces articles ont été publiés dans le Figaro avec la direction duquel mon frère entretint toujours les plus amicaux rapports. Dès 1900 Gaston Calmette lui avait témoigné la sympathie la plus affectueuse en lui offrant la plus large hospit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
vincentf
  22 janvier 2013
Les chroniques de Proust se lisent comme un écho de la Recherche. Y passent des dames du monde et des clochers de petites églises, des aubépines et des poèmes. Proust y esquisse, pour donner un avant-goût de son génie, des portraits pris sur le vif aux salons grandioses et ridicules, il s'essaie aux sentiments si profonds que les fleurs lui inspirent, il rêve sur le nom de Florence et sur une réalité qui devra le décevoir. Et il lit des auteurs oubliés de tous ou des classiques, savoure quelques vers qui sonnent juste, goûte une petite phrase musicale qui colorera son livre. Bref, ces chroniques ne sont qu'un amuse-coeur, un carton d'invitation pour obtenir le droit d'être présenté à la son oeuvre princesse, à cette Recherche du temps perdu qui se savoure sans cesse, comme une madeleine ou comme le pain de chez Sudan...
Commenter  J’apprécie          70
PascalOlivier
  23 août 2016
Paru en Juillet 2015 dans l’excellente collection L’imaginaire chez Gallimard, « Chroniques » est un recueil des articles écrits par Marcel Proust de 1892 à 1921 dans le Figaro, La Nouvelle Revue Française et autres journaux. Ces articles (regroupés en quatre catégories) nous permettent de renouer avec l’esprit sensible et la plume élégante de l’auteur français qui se délecte de relever toutes les impressions que lui ont laissé aussi bien la visite d’un salon parisien très huppé que le souvenir d’une église d’enfance. De brillantes réflexions sur le génie total des cathédrales françaises ou le style de Flaubert nous laissent entrevoir toute la souplesse intellectuelle de l’écrivain qui utilise la même hyper-sensibilité pour évoquer ces sujets.
Commenter  J’apprécie          20
Dunadan
  26 juillet 2016
A noter - entre autres - une très belle éloge des églises et cathédrales.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Auracan   10 septembre 2012
Avec son dessin plein de rondeur et de vie, l’espagnol Jordi Planellas donne une jolie tournure à ce récit très fluide.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   23 juillet 2015
Supposez pour un instant que le catholicisme soit éteint depuis des siècles, que les traditions de son culte soient perdues. Seules, monuments devenus inintelligibles, mais restés admirables, d’une croyance oubliée, subsistent les cathédrales, muettes et désaffectées. Supposez ensuite qu’un jour, des savants, à l’aide de documents, arrivent à reconstituer les cérémonies qu’on y célébrait autrefois, pour lesquelles elles avaient été construites, qui étaient proprement leur signification et leur vie, et sans lesquelles elles n’étaient plus qu’une lettre morte ; et supposez qu’alors des artistes, séduits par le rêve de rendre momentanément la vie à ces grands vaisseaux qui s’étaient tus, veuillent en refaire pour une heure le théâtre du drame mystérieux qui s’y déroulait au milieu des chants et des parfums, entreprennent, en un mot, pour la messe et les cathédrales, ce que les félibres ont réalisé pour le théâtre d’Orange et les tragédies antiques.
Est-il un gouvernement un peu soucieux du passé artistique de la France qui ne subventionnât largement une tentative aussi magnifique ? Pensez-vous que ce qu’il a fait pour des ruines romaines, il ne le ferait pas pour des monuments français, pour ces cathédrales qui sont probablement la plus haute mais indiscutablement la plus originale expression du génie de la France ? Car à notre littérature on peut préférer la littérature d’autres peuples, à notre musique leur musique, à notre peinture et à notre sculpture, les leurs ; mais c’est en France que l’architecture gothique a créé ses premiers et ses plus parfaits chefs-d’œuvre. Les autres pays n’ont fait qu’imiter notre architecture religieuse, et sans l’égaler. (p126/127)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
genougenou   23 juillet 2015
UNE GRAND’MÈRE
Il y a des personnes qui vivent sans avoir pour ainsi dire de forces, comme il y a des personnes qui chantent sans avoir de voix. Ce sont les plus intéressantes ; elles ont remplacé la matière qui leur manque par l’intelligence et le sentiment. La grand’mère de notre cher collaborateur et ami Robert de Fiers, Mme de Rozière, qu’on enterre aujourd’hui au Malzieu, n’était qu’intelligence et que sentiment. Consumée de la perpétuelle inquiétude qu’est un grand amour qui dure toute la vie (son amour pour son petit-fils), comment eût-elle pu être bien portante ! Mais elle avait cette santé particulière des êtres supérieurs qui n’en ont pas et qu’on appelle la vitalité. Si frêle, si lé-gère, elle surnageait toujours aux plus effroyables sautes de la maladie, et au moment où on la croyait terrassée, on l’apercevait, rapide, toujours au sommet et suivant de près la barque qui menait son petit-fils à la célébrité et au bonheur, non pour qu’il en rejaillît rien sur elle, mais pour voir s’il n’y manquerait de rien, s’il n’y aurait pas encore un peu besoin de ses soins de grand’mère, ce qu’au fond elle espérait bien. Il faut que la mort soit vraiment bien forte pour avoir pu les séparer ! (p56)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
genougenou   23 juillet 2015
À PROPOS DE BAUDELAIRE
MON CHER RIVIÈRE,
Une grave maladie m’empêche malheureusement de vous donner, je ne dis même pas une étude, mais un simple article sur Baudelaire. Tenons-nous-en faute de mieux à quelques petites remarques. Je le regrette d’autant plus que je tiens Baudelaire – avec Alfred de Vigny – pour le plus grand poète du XIXe siècle. Je ne veux pas dire par là que s’il fallait choisir le plus beau poème du XIXe siècle, c’est dans Baudelaire qu’on devrait le chercher. Je ne crois pas que dans toutes les Fleurs du Mal, dans ce livre sublime mais grimaçant, où la pitié ricane, où la débauche fait le signe de la croix, où le soin d’enseigner la plus profonde théologie est confié à Satan, on puisse trouver une pièce égale à Booz endormi. Un âge entier de l’histoire et de la géologie s’y développe avec une ampleur que rien ne contracte et n’arrête, depuis
- La Terre encor mouillée et molle du Déluge
jusqu’à Jésus-Christ :
- En bas un roi chantait, en haut mourait un Dieu.
(p177)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DunadanDunadan   26 juillet 2016
Il en est ainsi de beaucoup de malades à qui on recommande le silence, mais - comme la jeunesse au petit-fils de Mme de Sévigné - leur pensée - leur fait du "bruit". Elle se rendait si malade à se soigner qu'elle aurait peut-être mieux fait de prendre le parti si compliqué d'être bien portante.
Commenter  J’apprécie          20
genougenou   23 juillet 2015
La nature, qui continue les races et ne prévoit pas les individus, lui avait donné un corps élancé, un visage énergique et fin d’homme de guerre et d’homme de cour. (p33)
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Marcel Proust (149) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Proust
https://www.web-tv-culture.com//emission/philippe-b-grimbert-panne-de-secteur-51702.html
Un premier roman est toujours l'occasion de faire connaissance avec un nouvel auteur, avec son écriture, avec son univers. C'est surtout l'occasion de comprendre pourquoi et comment l'écriture arrive dans une existence.
Concernant Philippe B. Grimbert, c'est la médecine qui occupe son temps professionnel. Professeur en milieu hospitalier, il est spécialisé en transplantation rénale. On est alors bien loin de la littérature. Et pourtant…
Vivant depuis l'enfance au milieu des livres, au point d'en faire un rejet par rébellion adolescente, Philippe B. Grimbert retrouvera le plaisir de la lecture à l'âge adulte, devenant même un lecteur forcené et éclectique, marqué par la figure tutélaire des plus grands, Marcel Proust en tête.
Et voilà qu'un jour, sans qu'il puisse réellement expliquer pourquoi, l'envie d'écrire s'impose à lui. Voilà donc ce premier roman « Panne de secteur ».
Un couple d'aujourd'hui, Paul et Sylvie, socialement positionnés dans ce qu'on appelle la classe moyenne. Ils habitent à Paris, mais pas forcément dans les quartiers les plus recherchés. Et quand nait Bérénice, ils vont vouloir le meilleur pour elle. Paul surtout, son père, qui en dépit des évidences, va tenter de faire vivre à sa propre fille ses rêves inabouties. Les meilleures écoles, les meilleures amies, toujours plus pour sortir de ce quotidien dans lequel Paul ne se plait pas. Mais peut-on imposer à son enfant ses propres frustrations. Partant de là, Philippe B. Grimbert nous entraine dans une aventure folle où, prêt à tout, Paul va commettre la petite faute qui va tout compromettre pour l'avenir de sa fille. le livre est très drôle, plein d'humour, dans le style et dans les thème abordés. Mais attention, ici l'humour est grinçant et l'auteur a gentiment sorti les griffes. Chacun en prend pour son grade. Tous les travers de notre société consumériste, envieuse, tapageuse et égocentrée sont ici décortiquée. Rire de peur d'avoir à en pleurer peut-être car, finalement, Paul, est un homme pathétique qui court sans cesse vers ce qu'il pense être une forme de bonheur, au risque de voir tout s'écrouler sous ses pieds. Et Paul nous ressemble sans doute un peu.
Voilà le premier roman de Philippe B. Grimbert, « Panne de secteur » est publié au Dilettante.
+ Lire la suite
autres livres classés : articlesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que savez-vous de Proust ? (niveau assez difficile)

De combien de tomes est composé le roman "A la recherche du temps perdu" ?

5
6
7
8

8 questions
427 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel ProustCréer un quiz sur ce livre