AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782365691871
320 pages
Éditeur : Editions Les Escales (02/03/2017)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Tout commence par le froid glacial d'un hiver à New York et tout se termine sur le sable brûlant des plages de Jaffa.
Le hasard a fait se rencontrer et s'aimer une femme et un homme qui ne se seraient jamais adressé la parole dans d'autres circonstances. La femme, c'est Liat, une Israélienne dévorée par une nostalgie profonde de Tel Aviv. L'homme, c'est 'Hilmi, un peintre palestinien originaire de Ramallah.
À New York, espace neutre hors du temps et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  18 avril 2017
La rencontre d'une étudiante israélienne juive et d'un artiste palestinien à NewYork,
Liat et Hilmi. Ils vont s'aimer loin de leur pays, loin des obstacles politiques et religieuses, le temps d'un hiver glacial. Mais Liat, la narratrice, a mauvaise conscience, aimer un arabe, même à New York, même avec une deadline, l'inquiète et déteint sur son comportement. Arrivera-t-elle à franchir la " haie vivante"( titre originale du livre en hébreu ) qu'elle porte en elle, immiscée dans son identité, cette frontière conçue par la communauté juive à laquelle elle appartient ? C'est compliqué..........
Les écrivains israéliens ( Zeruya Shalev, Abraham Yehoshua, Amos Oz, Assaf Gavron, Eshkol Nevo....) ont en général en commun une profonde sensibilité à percevoir l'être humain dans toute sa complexité; une complexité renforcée par la précarité de la vie dans leur pays. Une sensibilité probablement aussi aiguisée face aux failles et différences créées par les hommes dans cette société "pot-pourri". Bien que le récit se déroule à l'étranger, Israël en est le troisième personnage. L'ombre de son histoire est l'autre face de cette lumineuse histoire d'amour.
Je raffole de la littérature israélienne et avec ce livre je suis servie pour la nième fois.
C'est le deuxième livre de Dorit Rabinyan, que je viens de lire, une écrivaine israélienne d'origine juive iranienne. Elle décrit avec beaucoup de finesse et de tendresse le quotidien de l'intimité d'un homme et d'une femme, où s'invite avec subtilité le conflit israélo-palestinien. Une histoire fortement inspirée de "son amitié " avec un artiste palestinien Hassan Hourani entre 2002 et 2003 à New York, Hourani n'étant plus de ce monde depuis. Pour résumer le coeur de cette trés belle histoire que j'espère vous serez nombreux à la lire je voudrais rapporter les propres propos de l'écrivaine, ". le temps que j'ai passé avec Hassan et ses amis a été à ce titre un temps libérateur : je me suis rendu compte à quel point nous sommes semblables, Israéliens et Palestiniens, bien que nous ayons été élevés dos à dos. Nous partageons les mêmes paysages, la même nourriture, le même langage du corps, le même tempérament. Nos langues sont soeurs, mais notre éducation et nos médias mettent les Palestiniens dans le même sac.Nous les voyons tous comme des terroristes, et eux nous voient tous comme des soldats en armes. Or nous avons beaucoup en commun."
"La haine ne nous sauvera pas. La haine n'engendre que la haine, alors que l'amour est sans limites. Je suis avec Dorit Rabinyan." (Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
iris29
  25 mai 2020
Remarquable de sensibilité, de poésie et réalisme...
Lorsque une amie m'a donné ce livre en me disant : " Peut- être que toi , tu aimeras, moi je n'ai pas accroché et l'ai abandonné au milieu", je n'aurais pas misé un kopeck sur ce bouquin, mais: New York , une histoire d'amour , et l'incursion dans d'autres cultures, ont vaincu mon a-priori.
Liat et 'Hilmi se rencontrent par hasard dans un café de la Grande Pomme. Après une double licence anglais/philo, , elle est là pour quelques mois.
Lui vit à New York, depuis 3 ans, il est artiste peintre.
Elle est juive , il est palestinien.
Un amour impossible ....
Un amour avec une date de péremption qu'ils choisissent d'ignorer au début, jusqu'à ce que la fin soit proche.
Et là, dans cette ville anonyme, cosmopolite, comme dans une bulle , ils apprennent à se connaître, s'affrontent, s'abandonnent, oublieux de l'hostilité qu'ils pressentent de chaque côté .
Coup de foudre, amour secret dans une ville qui devait former un cocon protecteur et qui connaîtra le pire épisode de froid depuis des années.
Puis le froid laisse la place à la chaleur de leurs pays respectifs...
70 petits kilomètres séparent Tel Aviv de Rammalah, mais cette barrière est infranchissable. Et pour bien le démontrer , les israëliens sont justement, en train de construire sur la rive ouest , un mur " en béton gris, menaçant, zigzagant comme une vilaine cicatrice à travers les collines, les champs et les villages". Une barrière, qu 'Hilmi appelle "un monstre". Le titre original en hébreu , ( Geder Haya) est la "haie", comme celle de figuiers de barbarie, qu' imaginait Liat, à la place du "monstre".
Au début du roman, j'ai été charmée par la qualité d'écriture, puis très vite, par le réalisme, l'intimité qui se dégage de cette histoire.
Et si c'était vrai ? ( comme dirait l'autre ...). La dédicace est sans appel et dit tout ce qu'il y a à dire...
Cette histoire qui a connu un succès retentissant en Israêl, a été retirée des programmes scolaires, car déclarée par le ministre de l'Education nationale, contraire aux valeurs du pays...
Ces quelques heures passées en compagnie de Liat et 'Hilmi, rapprochent les deux peuples, de mille et une façons.
Je n'ai pas pleuré pendant ma lecture, non.
Mais mes yeux se sont embués après, une fois le livre refermé, pour les personnages fictifs, et pour tous ceux qu'on devine réels , pour la dédicace, pour tout ce gâchis, pour la bêtise des hommes, pour toutes ces magnifiques phrases sur le bleu.
Bleu, où comment une auteure retombe sur ses pattes, tel un félin, , avec grâce et talent, tragiquement et poétiquement.
Superbe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5712
Melpomene125
  01 juillet 2017
L'amour entre une jeune femme israélienne et un jeune homme palestinien est-il possible, malgré les désaccords politiques qui séparent ces deux peuples depuis bientôt soixante-dix ans ?
Après Une histoire d'amour et de ténèbres d'Amos Oz, je poursuis ma découverte de la littérature israélienne avec Sous la même étoile de Dorit Rabinyan. Je remercie Bookycooky qui, par sa critique, m'a fait découvrir ce roman.
Liat et Hilmi se rencontrent par hasard dans un café new-yorkais où Liat attend Andrew, un ami américain qui n'a pas pu venir. Il lui envoie à la place son professeur d'arabe, Hilmi. Liat est étudiante en master de littérature anglaise et philologie. Son visa s'achève en mai. Hilmi est aussi un artiste, un peintre originaire de Ramallah. Ils vont tomber amoureux, ils sympathisent et se comprennent d'emblée, unis par ce physique moyen-oriental qui, un an après les attentats du 11 septembre 2001, leur attire parfois des ennuis. Liat lui raconte comment des agents du FBI viennent de frapper à sa porte et de l'interroger car un homme l'avait trouvée suspecte et l'avait suivie jusque chez elle. Il avait signalé une Moyen-Orientale qui envoyait des messages en arabe avec son ordinateur. Les enquêteurs, rassurés par la nationalité de Liat, comprennent vite qu'il y a méprise. Ce n'était pas de l'arabe mais l'hébreu de ses traductions. Cette anecdote les rapproche. Hilmi veut montrer à Liat son atelier mais il égare les clés de son appartement et ne peut rentrer chez lui. Liat le suit dans les rues de New York à la recherche de ses clés. Elle ne peut se séparer de lui, l'abandonner.
J'ai trouvé que ce récit du début de leur amour était à la fois émouvant et poétique, une triste métaphore de la condition du peuple palestinien qui ne peut rentrer chez lui. Les multiples guerres du conflit israélo-palestinien lui ont fait perdre une partie de sa terre d'origine. Liat est consciente du problème. Mais que peut-elle y faire ? Elle n'a que son amour à donner. Hilmi se met à l'appeler avec tendresse Baazi, contraction arabe de doux petit poix. Pour lui, elle ne sera désormais plus que Baazi.
Mais quel peut être l'avenir de leur amour ? Tout, en apparence, est voué à les séparer. Surtout la politique, car le conflit qui oppose Israéliens et Palestiniens depuis la création de l'État d'Israël ne peut que les rattraper, malgré la profondeur de leur amour.
Un livre d'« une finesse rare », commente Amos Oz. Ce mot est tout à fait approprié. C'est avec finesse et humanité que la difficulté de cet amour fort et sincère est évoquée, sans jamais attiser les haines et les rancoeurs, qui se sont forcément accumulées après tant d'années de conflit. Les disputes qui surgissent, de manière insidieuse, entre Liat et Hilmi n'éludent aucun des sujets qui divisent ces deux peuples, comme sur l'armée israélienne que Hilmi, qui est athée comme son défunt père, compare au Hamas : des armes et des textes sacrés dans les deux cas. Liat est souvent excédée. Elle ne comprend pas comment, à New York, ses positions peuvent devenir si droitières alors qu'en Israël, avec ses parents, elle est à l'opposé des idées conservatrices. Elle se sent prise dans un conflit de loyauté. Pendant ses deux ans de service militaire obligatoire, elle a juré sur la Bible de rester fidèle à l'État d'Israël. N'est-elle pas en train de trahir ? Cette angoisse la rend froide et lâche. Elle tient absolument à garder sa relation avec Hilmi secrète pour la préserver du regard, du jugement de ses proches : ses parents, ses amis israéliens, elle a peur de paraître déloyale, la fille qui trahit son pays et rejoint l'ennemi.
« Pour vivre heureux, vivons cachés », dit le proverbe. C'est ce que Liat essaie de faire avec Hilmi. Leur union n'en est que plus intense et passionnée. Ils sont si amoureux, si semblables, ils vont fêter ensemble le Nouvel An iranien, Norouz, chez des juifs américains d'origine iranienne et Hilmi connaît tous les mets succulents qui sont servis au cours de ce repas car les Arabes et les Orientaux s'en délectent aussi.
À la lecture de ce livre, on comprend les difficultés auxquelles doivent se heurter les diplomates lorsqu'ils essaient de réconcilier ces deux peuples antagonistes et pourtant cousins, selon la Bible (Ismaël, ancêtre du peuple arabe, et Isaac, ancêtre du peuple juif, ont le même père Abraham). Tant de tragédies sont difficiles à dépasser. Hilmi se souvient du village d'où sa famille a été chassée et où il ne souhaite même plus revenir, ce serait trop douloureux, il a fait sa vie ailleurs. Avec son frère Wasim, il pense qu'un État binational est, à terme, inévitable, alors que Liat ne peut s'empêcher de songer à la catastrophe initiale, la Shoah, l'extermination des juifs d'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, et craint qu'un nationalisme arabe vengeur ne remplace le sionisme, le nationalisme hébreu. À chaque dispute, elle se demande comment ils ont pu en arriver là, à ressasser encore ces vieilles histoires. « Qui cela peut-il bien intéresser ? Qui a encore de la force pour ça ? » « Laisse tomber », lui répond Hilmi.
Mais Hilmi et Liat s'aiment et se parlent. Ainsi, ils contribuent à faire reculer la haine et les préjugés. La dédicace « Pour Hassan Hourani (1973-2003) » laisse entendre que ce jeune homme prématurément décédé, qui, lui aussi, était peintre, a fortement inspiré le personnage de Hilmi.
« Tant qu'il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles » écrivait Victor Hugo à propos des Misérables. J'aurais envie de le dire aussi pour ce livre Sous la même étoile qui n'oublie pas de mettre en valeur les points communs de ces deux peuples unis par l'amour pour une même terre dont la beauté aride est, dans les dernières pages, si bien décrite, à l'opposé du froid new-yorkais que Liat et Hilmi ne supportent pas, habitués qu'ils sont à la douceur du climat de leur pays, leur terre d'origine qu'elle se nomme Israël ou Palestine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          369
anlixelle
  05 janvier 2019
« Duel amoureux moyen-oriental à New-York », ainsi pourrait se nommer le roman de Dorit Rabinyan que je viens de lire avec un plaisir certain.
Il semblerait qu'il ait suscité une vive polémique en Israël, pays de l'auteure. C'est que le sujet de cette romance est particulièrement sensible, tragique même : la relation plus que tendue entre l'état d'Israël et les territoires occupés depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.
L'intrigue se déroule en majeure partie sous un hiver neigeux New Yorkais et réunit de manière inattendue Liat, une traductrice israélienne bientôt trentenaire, et Hilmi, un artiste bohème arabe.
Ce dernier a grandi à Hébron où ses parents ont atterri en 1967, après avoir fui les combats et quitté le camp de réfugiés de Jéricho, puis de Ramallah.
Coup de foudre, relation fusionnelle... la question politique emportera-t-elle tout sur son passage ?
Comment s'aimer dans cette passion hors norme quand les familles se haïssent depuis des générations et que rien ne s'arrange sur leur terre commune ?
Dorit Rabinyan décrit les rouages d'une relation différente, entre naïveté et excès selon l'homme et la femme. Écrire l'union de deux êtres issus de deux mondes à la fois si proches et tellement opposés était courageux, et donne un résultat magnifique dans ce livre pour ce qui concerne le plan géopolitique d'abord, et pour la narration de cette relation si complexe.
Hélas, je reproche, au-delà des qualités précédemment décrites, deux choses à ce texte : des longueurs à de trop nombreux passages, ce qui m'a mise parfois à la limite de l'indigestion, et une absence d'explication quant à ce que les personnages trouvent d'attirant chez l'autre.
De la passion, on ne sait rien, et cela manque cruellement selon moi.
La neige et le froid, même s'ils sont très importants, car ils contrastent avec la chaleur de leur terre d'origine, est omniprésente et prend trop de place à mon goût.
L'écriture a aussi son équilibre à trouver, c'est ce qui pêche dans ce roman pourtant très courageux.

Lien : http://justelire.fr/sous-la-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
prune42
  11 juin 2017
A New York, Liat Benyamini, une jeune fille d'origine israélienne, rencontre 'Hilmi Nasser, un ami palestinien d'un ami et tous deux tombent amoureux. Pourtant rien n'est simple car ils sont très attachés à leur pays respectif en guerre l'un contre l'autre, à leurs traditions, à leurs familles. Si Hilmi présente sans problème Liat à ses proches, pour la jeune fille c'est beaucoup plus compliqué car ses parents n'accepteraient pas cette histoire d'amour et elle ne veut pas les blesser. Les deux jeunes gens passent beaucoup de temps ensemble le temps de leur séjour aux États-Unis mais arrive le moment où il faut se séparer et regagner son pays d'origine...
J'avais lu des critiques élogieuses de ce roman de 380 pages sur divers forums et poussée par les avis d'autres lecteurs, quand la bibliothèque de ma ville se l'est procuré, je l'ai emprunté pour le découvrir à mon tour. Or, je suis très sceptique personnellement car je n'ai pas eu le coup de coeur que j'attendais, j'ai trouvé ce roman long, je m'y suis ennuyée parfois. Pour moi, il ne se passe pas grand-chose, il y a beaucoup de scènes descriptives qui ne font pas évoluer beaucoup l'intrigue. L'histoire d'amour en elle-même m'a dérangé aussi parfois, on n'arrive pas bien à cerner les sentiments de Liat envers Hilmi.
Les chapitres qui m'ont le plus plu peut-être sont ceux où Hilmi retourne au pays, il y a de jolies descriptions de paysages notamment, cela donne un air exotique, crée un certain dépaysement.
Quant à la fin du livre, je ne m'y attendais pas, elle est vraiment triste, j'espérais autre chose.
Pour finir, j'ai trouvé l'écriture de Dorit Rabinyan par exemple au début de son roman, compliquée à cause de la présence de l'hébreu et de l'arabe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151

critiques presse (1)
LaPresse   16 mai 2017
Un roman inspiré de la vie de l'auteure israélienne Dorit Rabinyan, banni des écoles en Israël de surcroît - interdiction qui a suscité un tollé et fait exploser les ventes du livre après sa parution originale en hébreu.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   30 mai 2020
Rentrer à la maison. Revenir à un mode de vie ancien, familier, à des petites choses et à l'humble consolation qu'elles recèlent. Retrouver l'odeur des schnitzels et de l'oignon frit au déjeuner, le goût des gaufres et du nescafé, le pain tressé avec la crème de sésame et le fromage blanc. Retourner dans l'arrière cour que l'on voit par la fenêtre, et où se dressent un lilas de Perse, se glisser dans les mêmes draps, utiliser les mêmes couverts. Revoir les plantes, les tapis muraux du salon, et le même présentateur à la télévision.
Et puis me sentir à la maison même quand je suis dehors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris29   25 mai 2020
Ta tête repart en arrière, prise dans l'immense arc constitué d'ondes circulaires, d'encres pourpres, turquoises. et voici qu'elle plonge dans cette orgie de bleus : celui des rivières que tu peins, celui de tes cieux. Les bleus qui viennent toujours à te manquer avant les autres couleurs. cette kyrielle de nuances, sous-nuances, que nous avions vues, le tout premier soir, rangées l'une contre l'autre, dans des tubes épais - elles se répandent maintenant de partout, fusionnent, et toi, tu t'y enfonces intégralement ; les bleus du jour et les bleus de la nuit ; les bleus-gris, pâles, porcelaine, l'azur qui tire sur le vert. Tous rejaillissent et se répandent sur la toile infinie, liquide, et sur les pinceaux majestueux de la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   25 mai 2020
" A consommer de préférence avant le 20.05.03" (...)
Comme cette boite en carton, ce pain en sachet, comme la boite d'oeufs et cette brique de lait au fond du chariot. Dans deux mois et une semaine je retourne en Israël, dans deux mois et une semaine je rentre à la maison. Je me sépare de 'Hilmi et je réintègre ma vie antérieure. A l'instar de ces cornflakes, il ne nous restait plus que neuf semaines pour être ensemble, plus que neuf vendredis, neuf week-ends et neuf dimanche - puis tout s'achèvera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
iris29iris29   26 mai 2020
Ceux qui restent en arrière paraissent toujours plus misérables, plus orphelins, que ceux qui voyagent et se fondent sous d'autres latitudes.
Commenter  J’apprécie          220
iris29iris29   24 mai 2020
Un froid terrible. Un froid irrationnel dont on a du mal à admettre qu'il soit seulement possible. Un froid qui gèle le visage, les oreilles , et transperce douloureusement tes os, tes dents. Un froid venimeux, si pénétrant que même tes pupilles, semble-t-il, s'en trouvent transies. Un froid qui bouleverse tout ton être, qui lui fait perdre espoir.
Aux informations, on annonce que dans les annales new-yorkaises, cet hiver est l'un des plus durs, des plus longs, et surtout des plus enneigés de tous les temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Videos de Dorit Rabinyan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dorit Rabinyan
Dorit Rabinyan (2014ׂ) ENGLISH SUBTITLES
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Dorit Rabinyan (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3725 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre