AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782803655410
64 pages
Le Lombard (13/10/2017)
3.87/5   45 notes
Résumé :
Sans les étoiles, nous ne serions pas là. En mourant, elles libèrent les atomes qui sont nécessaires à la construction de tout être vivant. Le résultat, ce sont des plantes, des animaux... toute une biodiversité très précieuse à notre survie à tous. Nous sommes tous différents, comme les animaux et les insectes qui peuplent la terre et les océans, et nous avons tous besoin les uns des autres pour vivre dans un milieu naturel commun.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 45 notes
5
5 avis
4
14 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Dionysos89
  31 décembre 2017
La bande dessinée a un pouvoir d'information, d'éveil sur certains sujets et de transmission important et certains volumes utilisent ce pouvoir à plein quand le sujet énoncé renvoie vers une cause à défendre. Alors que les États discutent, négocient et parlementent sans cesse à propos du changement climatique, de la transition écologique et du respect de la biodiversité, il est toujours bon de tomber sur un album qui prend le sujet à bras-le-corps.
« Hubert Reeves nous explique » est le fruit de la rencontre entre l'astrophysicien et la bédéaste Nelly Boutinot et les éditions Le Lombard publient cette nouvelle série-concept. L'idée est qu'à chaque tome, l'expertise du célèbre astrophysicien viennent éclairer un sujet qui mérite qu'on s'y intéresse, même du point de vue du simple citoyen.
Dans ce premier tome, au détour d'une sortie pédagogique de deux enseignants avec quelques élèves, Hubert Reeves les accompagne pour parler de l'eau, de l'énergie, de la faune, de la flore. du départ en mini-bus à la promenade dans les champs, l'occasion est belle pour détailler ce qui constitue l'écosystème qui a permis notre vie et notre survie jusque-là en tant qu'humanité. Quelle importance ont des espèces qui semblent au premier abord minimes ? D'où vient notre carburant ? Qu'entend-on par « énergies fossiles » et « énergies renouvelables » ? Autant de questions et bien d'autres sont abordées ici sous l'angle de la découverte, naïve mais consciente.
Les dessins de cette bande dessinée ne sont pas toujours très réussis, mais l'important ne réside sûrement pas là. L'intérêt est plutôt davantage dans le propos que dans le rendu graphique. Continuellement, Hubert Reeves tente de faire passer que la biodiversité n'est pas qu'une question d'humanité : il ne faut pas tout voir par le prisme humain, par l'activité humaine sur son monde. En effet, si nous nous en tenons à ce principe, la biodiversité ne vaudrait que si elle nous est utile, or justement l'intérêt humain doit désormais passer après, moins égoïstement, si on veut préserver ce qui peut encore l'être.
Reçu au détour d'une Masse Critique Babelio par les éditions Le Lombard, ce premier tome est une bande dessinée honnête à destination du jeune public pour les conscientiser au plus vite, car il y aura énormément besoin de personnes prêtes à changer de mode de vie pour la bonne cause.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Fifrildi
  05 juillet 2019
"Tout est lié" : trois mots qui résument le message d'Hubert Reeves à travers cette bande dessinée dont il est l'auteur du scénario avec Nelly Boutinot.
Le hasard veut que le dessinateur soit Daniel Casanave, qui a co-signé (avec Hubert Reeves) le volume 2 de la petite bédéthèque des savoirs sur... le hasard ^_^
Plus sérieusement, j'ai trouvé que c'était très bien expliqué. C'est simple, cela va droit au but sans fioritures. Ce n'est pas le genre de livre où on use plus d'encre à incriminer Pierre, Paul ou Jacques. Rien que des faits.

Challenge BD 2019
Commenter  J’apprécie          320
jamiK
  22 mars 2019
Voilà un petit livre sympathique, au dessin est rond et coloré, agréable à lire . le ton est très didactique, professoral, presque un peu trop, ça serait le seul reproche qu'on pourrait lui faire. Hubert Reeves se met en scène lui-même, sous la forme d'une balade de découverte entre musée et nature, avec une classe d'école et son institutrice. Tout est expliqué, c'est très clair, absolument pas "donneur de leçon". C'est un livre qui peut servir de support dans les écoles aussi bien que dans le cadre familial, qui ouvre les jeunes aux problématiques écologiques d'aujourd'hui et à l'évolution de la nature, de notre planète. C'est à mettre entre toutes les mains.
Commenter  J’apprécie          280
deuxquatredeux
  13 décembre 2017
Acheté pour mes enfants dont la "conscience écologique" - pour faire court - est déjà bien marquée - "Papa, il ne faut pas boire de l'eau en bouteille", "Papa, j'ai ramené un néon cassé abandonné dans la rue", "Papa, il ne faut pas jeter ces vêtements mais les recycler", ... - j'ai lu avant eux cette bande dessinée dans laquelle l'astrophysicien Hubert Reeves joue son propre rôle.
Comme le titre l'indique, le propos est de parler de la biodiversité par le détour pédagogique d'une visite en dehors de la classe - une espèce de "learning expedition" à la découverte de la biodiversité. Ainsi, les élèves, la maîtresse et Hubert Reeves commencent par aller voir l'aqueduc de Millau dont l'existence en plus des prouesse architecturales est possible grâce à la biodiversité.
Chemin faisant les élèves apprennent que la biodiversité est essentielle et apprennent tout ce que l'on doit à la biodiversité : la bande dessinée se termine d'ailleurs ainsi
« Notre espèce a disposé de tout ce qui lui convenait pour se nourrir, se vêtir, se soigner, s'amuser... Elle a largement puisé dans ce "coffre de richesses"... Elle vient de se rendre compte que ces richesses sont en voie d'épuisement... le coffre se vide ! Dans la fantastique spirale de la biodiversité, notre espèce, Homo Sapiens, est la seule à pouvoir prendre conscience de la situation qu'elle a provoquée. En même temps, son propre avenir est lié à celui de la biodiversité puisqu'elle en fait partie et en dépend. Car la biodiversité c'est la vie... Alors tous pour la biodiversité (p. 61) »
La bande dessinée est très agréable graphiquement et le contenu informationnel est riche. Un élément m'a quelque peu dérangé : alors que le travail des chercheurs est loué dans la bande dessinée, la méthode de la recherche n'est pas utilisée. Il est en effet difficile de comprendre le fil directeur suivi par les auteurs et, à la lecture, se dégage une impression de « foutoir » - je me demande d'ailleurs ce qui constituera les autres tomes.
Malgré cette critique, ce premier tome constitue un bon moyen pédagogique de parler de la biodiversité aux enfants, à leurs parents, à leurs grands-parents et autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
pegase-shiatsu
  02 juillet 2021
Une B.D. éducative pour les enfants, de la part d'Hubert Reeves, est-ce si étonnant? L'auteur du fameux livre poussière d'étoile (qu'il faudra peut être que je lise un jour!) est vraiment un champion pour vulgariser la science sans la trahir, et bien des utilisateurs de Facebook on pu voir le partage de ses alertes sur la diminution de la biodiversité, catastrophique pour les plantes médicinales, j'ai moi même sans chercher vu plusieurs fois le partage... Donc rien d'étonnant dans la démarche. Si le graphisme n'est pas tout a fait à mon goût (trop de hachures pour le relief des paysages, et les humains trop simplifiés à côté des magnifiques dessins d'animaux et de microorganismes, mais enfin, c'est affaire de goût..) le discours est vraiment bien fait et original... Sous prétexte de regarder un paysage, Hubert Reeves raconte à une classe d'où vient le béton et le fer, puis les énergies fossiles, puis les aliments... Et oui, la nature nous nourrit, nous déplace et nous protège car c'est en elle que l'on puise de matériaux transformés, pas naturels, c'est vrai, pourtant, même le synthétique provient bien de quelque part... Et de l'action bénéfique de fabrication des micro-organismes pour fabriquer du fromage, on se retrouve à New York où dans un espace naturel dépollué ils filtrent l'eau pour les humains...Et vient les animaux en voix de disparitions et leurs origines : persécutions des carnivores, la relation proie/ prédateur, les animaux éboueurs de la nature, les espèces introduites de façons illicites, les plantes médicinales (origine de l'aspirine), le mérite du vers de terre (aération du sol), les aliments étrangers qui nous ont sauvés de la famine, ce qui n'est pas bon pour l'humain nourrit d'autres espèces, concurrences des espèces envahissantes sur les espèces locales, sous fond de réchauffement climatique qui aggrave tout, la forêt amazonienne, avec lesquels les indiens vivent en harmonie... alors qu'il y a eut la déforestation... la communication végétale... Bref, une B.D. très complète avec un langage simple... Un livre à confier sans restriction à vos enfants....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (1)
BDGest   20 octobre 2017
Introduction bienvenue à une problématique majeure de notre époque, La biodiversité remplit sa part du contrat. Néanmoins, un peu plus d’inventivité et de punch dans la manière auraient sans doute apporté un supplément de force à ces propos savants.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   13 décembre 2017
- Notre espèce a disposé de tout ce qui lui convenait pour se nourrir, se vêtir, se soigner, s'amuser... Elle a largement puisé dans ce "coffre de richesses"... Elle vient de se rendre compte que ces richesses sont en voie d'épuisement... le coffre se vide ! Dans la fantastique spirale de la biodiversité, notre espèce, Homo Sapiens, est la seule à pouvoir prendre conscience de la situation qu'elle a provoquée. En même temps, son propre avenir est lié à celui de la biodiversité puisqu'elle en fait partie et en dépend. Car la biodiversité c'est la vie... Alors tous pour la biodiversité (p. 61)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
MargariaMargaria   20 mai 2022
Sans les étoiles, nous ne serions pas là. En mourant, elles libèrent les atomes qui sont nécessaires à la construction de tout être vivant. Et voilà le résultat : des plantes, des animaux toute une biodiversité... ici et partout, dans l’eau et sur la terre...
Commenter  J’apprécie          20
mikaelunvoasmikaelunvoas   23 août 2018
Sans les étoiles, nous ne serions pas là. En mourant, elles libèrent les atomes qui sont nécessaires à la construction de tout être vivant.
Commenter  J’apprécie          40
Radwan74Radwan74   26 avril 2021
Moi qui voudrais devenir arboriculteur...
Je me dis qu’il faudrait une armée de vers de terre dans le verger...
Il y aurait un régiment de chimistes pour décomposer les feuilles mortes...
...un autre de laboureurs...
Je ne savais pas qu’il y avait tant de sortes de vers de terre.
Commenter  J’apprécie          10
Lilo0606160616Lilo0606160616   22 octobre 2017
Dans la fantastique spirale de la biodiversité, notre espèce, Homo Sapiens, est la seule à pouvoir prendre conscience de la situation qu'elle a provoquée.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Hubert Reeves (52) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hubert Reeves
Vidéo de Hubert Reeves
autres livres classés : biodiversitéVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'Univers expliqué à mes petits enfants (Hubert Reeves)

Quel est le nom du personnage mythologique qui se brûla les ailes en tentant de s'approcher du soleil ?

Cupidon
Hélios
Icare

17 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : L'Univers expliqué à mes petits-enfants de Hubert ReevesCréer un quiz sur ce livre