AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266108611
Éditeur : Pocket (04/04/2002)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Dans la lignée des rencontres de plus en plus fréquentes entre science et spiritualité, ce livre est le dialogue entre Matthieu Ricard, chercheur en biologie devenu moine bouddhiste (voir Le Moine et le Philosophe), et l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan, né à Hanoï en 1948, auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation scientifique, dont Le Chaos et l'Harmonie (1998). S'étant développés tous deux dans un climat d'effervescence intellectuelle, c'est avec ardeur et ouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
domisylzen
  09 novembre 2016
Vous croyez aux signes ? Aux livres qui vous appellent ? J'avais déjà "Dune" et "Rosinha mon canoë", en voilà un troisième.
Depuis quelques temps je rencontrais le titre de ce bouquin à divers occasions : reportages, articles de presse, télé, internet, etc. Acheté et lu à sa sortie, je n'en n'avais plus trop de souvenir.
Les vacances d'été propices à des moments de rêveries tardives, le nez collé au ciel et le cul dans un relax ont réactivé mon intérêt pour ce qui touche à l'astronomie. C'était aussi la reprise de la méditation après quelques temps difficiles à surmonter. Aussi ce livre tombait à point nommé. Il y avait certainement des choses à y glaner pour accroitre mes connaissances sur les deux sujets et répondre aux diverses interrogations que la plupart des humains se posent :
Qui suis-je ?
D'où viens-je ?
Ou cours-je ?
Pourquoi y-a-t-il quelque chose plutôt que rien ?
Ou se situe le siège de ma conscience ?
Etc.
Signe final : le jour où j'ai voulu refaire le plein de livres à la bibi de Pont Saint Pierre, celle-ci été fermée. Zou les conditions étaient réunies pour devenir un sage qui comprend les mystères de l'univers aidé en cela par deux maitres.
Et dès le début du livre je tombe sur cette évocation de Matthieu Ricard :
On cite le cas d'un homme qui interrogea le Bouddha sur certains points de cosmologie. Ce dernier prit une poignée de feuilles et demanda au visiteur : ‟Y a-t-il plus de feuilles dans mes mains, ou dans la forêt ?” ‟Il y en a certes bien plus dans la forêt,” répondit l'homme. le Bouddha poursuivit : ‟Eh bien, les feuilles que je tiens dans ma main représentent les connaissances qui conduisent à la cessation de la souffrance.”
Boum descendez on vous demande ! Si tu veux accéder à la sagesse, il faut désapprendre.
Merde et les mystères de la vie ? J'en fais quoi ? Et le bouquin je continue à le lire ou pas ?
M'est revenue une phrase du fond des temps, à l'époque où nous étions jeunes et larges d'épaules, où nous refaisions le monde, et où nous évoquions les mystères de l'univers avec mon pote dans la salle de notre bar préféré. le patron, le père Dudj', s'est approché et nous a déclaré : "les gars, l'univers à bien une fin ". "Oui" qu'on lui a répondu de concert. "Alors y a quoi de l'autre côté ? Hein ? " 
Aïe aïe aïe les noeuds au cerveau !
Alors c'est un super livre, hyper complet, mais du coup je me demande toujours s'il faut le lire ?
Bon je vais continuer à chercher, c'est cool y a pas loin à aller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          785
zenzibar
  31 août 2013
Un livre sous forme de dialogue entre Matthieu Ricard le bouddhiste et Trinh Xuan Thuan l'astrophysicien. Ce livre est passionnant car il aborde fondamentalement les problèmes existentiels essentiels, qu'est-ce que le réel? qu'est ce que la réalité scientifique? Existe t-il un sens dans l'univers ?
Certes, a priori, ces questions n'ont rien d'innovantes et il pourrait même sembler iconoclaste au XXI siècle d'associer dans ces réflexions, science, philosophie voire religion, alors que depuis le siècle des lumières l'affaire semblait entendue.
Or, au fil de ces échanges la réflexion du lecteur candide est confrontée à un argumentaire méthodique par lequel il apparait que les travaux scientifiques les plus récents indiquent que les fondations à partir desquelles la recherche scientifique occidentale travaille sont pour le moins sujets à caution. En premier lieu, le réductionnisme qui consiste à privilégier l'analyse du comportement de l'univers à partir de particules de base est discutable d'une part par l'interactivité dans laquelle sont insérées ces particules (il n'existe pas d'objet isolé) et d'autre part parce que les systèmes physiques, au delà d'un certain seuil, ne sont pas linéaires. Les limites de la science tiennent en particulier à l'impossibilité de connaitre toutes les conditions initiales d'un système non linéaire. Il n'existe pas de déterminisme et la théorie du chaos doit être privilégiée. Chaos ne signifie pas absence d'ordre mais impossibilité quant aux prédictions.
En second lieu, les deux dialoguistes rappellent que la recherche scientifique est solidaire de certains a priori idéologiques voire métaphysiques.
Il s'agit naturellement de raccourcis et le livre aborde bien d'autres questions. Certains passages sont un peu difficiles pour le lecteur qui comme moi n'a pas une culture scientifique académique, mais l'intérêt de ce livre est que les propos ne sont pas linéaires d'un chapitre à l'autre voire à l'intérieur d'un même chapitre et que l'on peut "sécher" ponctuellement sur un passage sans perdre le fil de la lecture irrémédiablement.
Un livre à lire sans hésiter non pas pour avoir des réponses mais pour stimuler puissamment la réflexion .
.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
magenest
  16 janvier 2014
La science et la spiritualité adressent fondamentalement les mêmes questions: "Qui sommes nous?", "D'où venons nous?". On se rend compte de plus en plus que la science arrive aux mêmes conclusions que les intuitions et réalisation spirituelles découvertes notamment dans le bouddhisme. Les concepts d'impermanence, d'interdépendance, de vacuité sont communs aux deux disciplines. le dialogue philosophique passionnant entre Matthieu Ricard et Trinh Xuan Thuan nous en apprend beaucoup et nous donne envie de pousser la réflexion encore plus loin.
Commenter  J’apprécie          150
Krout
  09 mars 2015
Si l'on peut admettre relativement aisément que des loi similaires règlent l'infiniment petit et l'infiniment grand, que ces deux mondes ne sont qu'un et se ressemblent plus qu'ils ne se différencient, j'ai été autrement surpris par les concordances dans les conclusions entre approche scientifique et pure méditation. Evidemment nous sommes tous à la fois composés d'atomes, de particules élémentaires et de poussières d'étoiles, mais delà à imaginer que sans aucun support scientifique, sans vérification d'expérience, sans ordinateurs par la seule force de l'esprit grâce à la méditation il soit possible de découvrir le big-bang je suis abasourdi.
Un magnifique dialogue entre deux grands esprits, beaucoup de respect mutuel, un même émerveillement vis-à-vis de la beauté du monde. A lire aussi pour combattre l'effet de certains obscurantismes par la propagations d'idées et d'ondes positives.
Commenter  J’apprécie          110
raynald66
  17 mai 2017
Coup de coeur pour ce livre passionnant sur la science et la spiritualité
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   16 juillet 2015
Au terme de ces entretiens, je dois dire mon admiration accrue pour la manière dont la pensée bouddhique analyse le monde des phénomènes. J'avoue que j'étais pourtant plein d'appréhension au début de notre entreprise. Je connaissais et appréciais surtout l'aspect pratique du bouddhisme qui aide à acquérir la connaissance de soi, à progresser spirituellement, à devenir un être humain meilleur. En d'autres termes, pour moi le bouddhisme était avant tout une voie vers l'Éveil, une voie contemplative au regard principalement tourné vers l'intérieur.

Je savais que la science et le bouddhisme utilisent des méthodes d'investigation du réel totalement différentes. En science, ce sont l'intellect et la raison qui tiennent le rôle principal. Divisant, catégorisant, analysant, comparant et mesurant, le scientifique exprime les lois de la nature dans le langage hautement élaboré des mathématiques. L'intuition n'est pas absente en science, mais elle n'est utile que si elle peut être formulée dans une structure mathématique cohérente. Par contre, l'intuition – l'expérience intérieure – joue le premier rôle dans la démarche contemplative. Elle n'essaie pas de fragmenter la réalité, mais tente de l'appréhender dans sa totalité. Le bouddhisme ne fait pas appel aux instruments de mesure et aux observations sophistiquées qui fournissent la base expérimentale de la science. Ses énoncés sont de nature plus qualitative que quantitative.

Je n'étais donc pas du tou: sûr qu'une démarche consistant à confronter la science et le bouddhisme puisse avoir un sens. Je redoutais que le bouddhisme n'ait que peu à dire sur la nature du monde phénoménal, car ce n'est pas sa préoccupation principale, alors que c'est fondamentalement celle de la science. Si cela avait été le cas, nous aurions couru le risque de tenir deux discours parallèles, sans jamais nous rencontrer sur un terrain commun.

À mesure que nos conversations se sont poursuivies. je me suis rendu compte que mes craintes n'étaient pas fondées : non seulement le bouddhisme a réfléchi sur la nature du monde, mais il l'a fait de façon profonde et originale. Il l'a fait non pas pour la connaissance du monde phénoménal en soi, ce qui est le propos de la démarche scientifique, mais parce qu'en comprenant la vraie nature du monde physique – la vacuité, l'interdépendance – il peut dissiper les brumes de l'ignorance et ouvrir le chemin vers l'Éveil. Notre discussion a été mutuellement enrichissante. Elle a suscité de nouvelles interrogations, des points de vue inédits, des synthèses inattendues qui demandaient et demandent encore approfondissement et clarification.
Ces entretiens s'inscrivent dans la lignée des dialogues précédents entre la science et le bouddhisme.

L'enseignement principal que j'en ai retiré est qu'il existe une convergence et une résonance certaines entre les deux visions, bouddhiste et scientifique, du réel. Certains énoncés du bouddhisme à propos du monde des phénomènes évoquent de manière étonnante telles ou telles idées sous-jacentes de la physique moderne, en particulier des deux grandes théories qui en constituent les piliers : la mécanique quantique –physique de l'infiniment petit –, et la relativité – physique de l'infiniment grand. Bien que radicalement différentes, les manières respectives d'envisager le réel dans le bouddhisme et dans la science n'ont pas débouché sur une opposition irréductible, mais, au contraire, sur une harmonieuse complémentarité. Et cela, parce qu'ils représentent l'un comme l'autre une quête de la vérité, dont les critères sont l'authenticité, la rigueur et la logique.

Examinons, par exemple, le concept d'« interdépendance des phénomènes », idée fondamentale du bouddhisme. Rien n'existe en soi ni n'est sa propre cause. Une chose ne peut être définie que par rapport à d'autres. L'interdépendance est nécessaire à la manifestation des phénomènes. Sans elle, le monde ne pourrait pas fonctionner. Un phénomène quel qu'il soit ne peut donc survenir que s'il est relié et connecté aux autres. La réalité ne peut pas être localisée et fragmentée, mais doit être considérée comme holistique et globale.

Cette globalité du réel, plusieurs expériences en physique nous l'imposent. Dans le monde atomique et subatomique, les expériences de type EPR nous disent que la réalité est « non séparable », que deux grains de lumière qui ont interagi continuent à faire partie d'une seule et même réalité. Quelle que soit la distance qui les sépare, leurs comportements sont instantanément corrélés, sans aucune transmission d'information. Quant au monde macroscopique, sa globalité nous est démontrée par le pendule de Foucault dont le comportement s'accorde non pas à son environnement local, mais à l'univers tout entier. Ce qui se trame sur notre minuscule Terre se décide dans l'immensité cosmique.

Le concept d'interdépendance dit que les choses ne peuvent se définir de manière absolue, mais seulement relativement à d'autres. C'est, en substance, la même idée qui définit le principe de la relativité du mouvement en physique, énoncé pour la première fois par Galilée, puis repris et développé au plus haut point par Einstein. « Le mouvement est comme rien », disait Galilée. Il voulait dire par là que le mouvement d'un objet ne peut être défini de façon absolue, mais seulement par rapport au mouvement d'un autre objet. Aucune expérience ou mesure faite par un passager dans un wagon de chemin de fer qui se déplace à une vitesse constante et dont toutes les fenêtres sont fermées ne lui permettra de dire si le wagon est immobile ou en mouvement. C'est seulement en ouvrant une fenêtre et en regardant le paysage défiler que le passager s'en rendra compte. Tant qu'aucune référence n'est faite à l'extérieur, le mouvement est équivalent au non-mouvement. Les choses n'ont pas d'existence en elles-mêmes, mais seulement par rapport à d'autres événements, dit le bouddhisme. Le mouvement n'a de réalité que par rapport au paysage qui passe, dit le principe de la relativité.

Le temps et l'espace ont aussi perdu le caractère absolu que leur avait conféré Newton. Einstein nous dit qu'ils ne peuvent se définir que relativement au mouvement de l'observateur et à l'intensité du champ de gravité dans lequel il se trouve. Aux abords d'un « trou noir », singularité dans l'espace où la gravité est si intense que même la lumière ne peut plus en sortir, une seconde peut prendre des airs d'éternité. Comme le bouddhisme, la relativité dit que le passage du temps, avec un passé déjà révolu et un futur encore à venir, n'est qu'illusion, car mon futur peut être le passé d'un autre et le présent d'un troisième : tout dépend de nos mouvements relatifs. Le temps ne passe pas, il est simplement là.

Découlant directement de la notion d'interdépendance il y a celle de la vacuité qui ne signifie pas le néant, mais l'absence d'existence propre. Puisque tout est interdépendant, rien ne peut se définir et exister par soi-même, La notion de propriétés intrinsèques existant en elles-mêmes et par elles-mêmes n'est plus de mise. De nouveau la physique quantique nous tient un langage étonnamment similaire. D'après Bohr et Heisenberg, nous ne pouvons plus parler d'atomes ou d'électrons en termes d'entités réelles possédant des propriétés bien définies, comme la vitesse ou la position. Nous devons les considérer comme formant un monde non plus de choses et de faits, mais de potentialités. La nature même de la matière et de la lumière devient un jeu de relations interdépendantes : elle n'est plus intrinsèque, mais peut changer par l'interaction entre l'observateur et l'objet observé. Cette nature n'est plus unique, mais duelle et complémentaire. Le phénomène que nous appelons « particule » prend la forme d'ondes quand on ne l'observe pas. Dès qu'il y a mesure ou observation, il reprend son habit de particule. Parler d'une réalité intrinsèque pour une particule, d'une réalité existant sans qu'on l'observe, n'a pas de sens car on ne peut jamais l'appréhender. Rejoignant le concept bouddhique de samskara, qui veut dire « événement », la mécanique quantique relativise radicalement la notion d'objet en la subordonnant à celle de mesure, c'est-à-dire à celle d'un événement. De plus, le flou quantique impose une limite fondamentale à la précision de la mesure de cette réalité. Il existera toujours une certaine incertitude soit dans la position, soit dans la vitesse d'une particule. La matière a perdu sa substance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
magenestmagenest   16 janvier 2014
Ils ne faut pas vouloir les bloquer, mais remonter à leur source et regarder leur nature première. On s’aperçoit alors que les pensées n’ont pas le pouvoir d’aliénation qu’on leur prête. Si on les examine, on découvre qu’elles s’évanouissent au fur et à mesure qu’on les scrute. Elles viennent de nulle part et n’ont nulle part où aller lorsqu’elles disparaissent. Leur apparente solidité s’évanouit comme la gelée matinale fond sous les rayons du soleil. Ensuite, on peut demeurer dans la simplicité primordiale de l’esprit, la clarté naturelle de l’instant présent, la sérénité immuable de la transparence ultime de l’esprit, sans évoquer le passé ni imaginer l’avenir, sans espoir ni crainte. Cet exercice n’aurait aucun intérêt en soi si, maintes fois répété, il ne conduisait à reconnaître le caractère insaisissable des pensées. Cette reconnaissance de leur vacuité nous libère de leur emprise. Les pensées perturbatrices perdent peu à peu leur pouvoir de soulever en nous des tempêtes intérieures et de nous rendre négatifs envers les autres. Au fil du temps, on devient expert dans ce processus de libération et, lorsque les pensées surviennent, on les regarde aller et venir comme un vieil homme tranquille regarde des enfants jouer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
zenzibarzenzibar   28 janvier 2013
Notre façon de décrire le monde est conditionnée par le fait que notre expérience quotidienne ne nous permet de l'observer qu'à l'échelle macroscopique, laquelle jouit d'une plus grande stabilité. Il est fort probable que si nous avions constamment le monde miscrocopique sous les yeux, nous n'attibuerions aucune solidité au monde extérieur. La perception que nous avons de ce monde dépend entiérement du point de vue selon lequel on se place (...) L'observateur ne fait qu'isoler un certain spectre d'aspects qui n'ont d'autre réalité que celle d'une interaction particulière entre l'observation et la globalisation, c'est-à-dire entre une conscience et l'ensemble dont elle fait partie. Ce qui nous appelons réalité n'est donc qu'un certain "regard" de la conscience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
DanieljeanDanieljean   13 octobre 2015
Du point de vue du bouddhisme, comment la notion d'un continuum de conscience s'intègre-t-elle à notre vision de l'univers? Quels changements d'état ce continuum peut-il connaître? Comment l'amener à l'Éveil - l'état de Bouddha - et quels sont les facteurs mentaux qui font obstacle à la réalisation de cet Éveil?

THUAN: Selon le bouddhisme, la conscience aurait-elle existé dès les premières fractions de seconde du big bang dans la soupe primordiale des particules élémentaires?

Matthieu : Sur un plan ultime, ni l'univers ni la conscience n'ont d'existence propre, et donc de début, mais, sur le plan de la vérité relative, ils coexistent depuis toujours. La conscience n'est pas inscrite physiquement dans le brasier du big bang et, comme je l'ai mentionné, il n'est pas indispensable qu'elle ait à tout moment un support physique. Le fait que, pendant des milliards d'années, notre univers ait été dénué de vie ne signifie pas que le continuum de conscience ait été interrompu. Selon le bouddhisme, la conscience peut se manifester sur d'autres plans et dans d'autres univers. Du point de vue de la science, ce postulat peut sembler aussi arbitraire que celui d'un principe créateur, mais il paraît plus économique d'envisager l'existence d'un continuum de conscience parallèlement au continuum de la masse-énergie, que de faire intervenir une entité créatrice dont on ne voit pas très bien d'où elle viendrait, ni quel serait son rôle et ses qualités, ou encore d'imaginer que la conscience puisse naître de l'inconscient...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
domisylzendomisylzen   09 novembre 2016
95 % des armes mondiales sont fabriquées et vendues par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies !
Commenter  J’apprécie          330
Videos de Matthieu Ricard (122) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matthieu Ricard
En 2019, Babelio lançait son premier prix littéraire. Ou plutôt ses premiers prix littéraires, avec 10 lauréats dans 10 catégories différentes. du 20 mai au 4 juin, les Babelionautes ont pu voter pour leurs 10 livres préférés parmi une sélection de 100 titres. Découvrez dans cette vidéo la soirée de remise des prix, ainsi que les interviews de 5 auteurs primés :
0:39 Cécile Chomin 1:33 Olivier Norek 2:34 Adrien Tomas 3:53 Mathias Malzieu 4:37 Marie Pavlenko
Voici la liste des lauréats par catégorie :
- Roman d'amour : Cécile Chomin pour Laisse tomber la neige ! (J'ai Lu) - Bande dessinée : Julien Neel pour Lou, tome 8 (Glénat). - Polar et thriller : Olivier Norek pour Surface (Michel Lafon) - Manga : Kaiu Shirai & Posuka Demizu pour The Promised Neverland, tome 7 (Kazé) - Littérature de l'Imaginaire : Mathias Malzieu pour Une sirène à Paris (Albin Michel) - Littérature étrangère : Haruki Murakami pour le Meurtre du Commandeur, livre 1 : Une idée apparaît (Belfond) - Jeune adulte : Marie Pavlenko pour Un si petit oiseau (Flammarion Jeunesse) - Littérature française : Franck Bouysse pour Né d'aucune femme (La Manufacture de livres) - Non-fiction : Christophe André, Alexandre Jollien & Matthieu Ricard pour À nous la liberté ! (L'Iconoclaste/Allary). - Jeunesse : Adrien Tomas pour Engrenages et sortilèges (Rageot Editeur).
Retrouvez également les pages de résultats ici : https://www.babelio.com/prix-babelio
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : BouddhismeVoir plus
>Religion comparée. Autres religions>Religions d'origine hindoue>Bouddhisme (225)
autres livres classés : bouddhismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr






Quiz Voir plus

Matthieu Ricard et la condition animale

Combien d'animaux terrestres sont tué tous les ans pour notre consommation?

40 millions
1 milliard
60 milliards
100 millions

13 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Plaidoyer pour les animaux de Matthieu RicardCréer un quiz sur ce livre