AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258151856
Éditeur : Les Presses De La Cite (04/10/2018)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Nuit de juillet 1942. Deux petites filles sont endormies. L'une est raflée,
l'autre pas. Vingt ans plus tard, Esther mène une vie épanouie à la tête
de l'entreprise de confection familiale. Son bonheur s'effondre quand son
père est brutalement assassiné. Esther est déterminée à découvrir la
vérité, quitte à soupçonner ses frères ou Gladys, la mystérieuse fiancée
de l'un d'eux. En plongeant dans les secrets du passé, Esther
a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
verobleue
  01 décembre 2016
Découverte de Florence Roche, auteure française et historienne avec ce livre « Les carnets d'Esther ».
Ce roman possède tous les ingrédients nécessaires pour intéresser le lecteur : un peu d'histoire (la deuxième guerre mondiale et la déportation), un lourd secret de famille, de l'amour, des personnages attachants, un style d'écriture agréable et de fait, j'ai été emportée par l'intrigue.
Je sais bien que c'est de la fantaisie, que c'est romancé mais il y a vraiment de grosses ficelles et pas mal d'incohérences....
Le médecin de famille qui arrive à cacher à la police que le cadavre carbonisé a une balle dans la poitrine.
Esther, qui devient chef d'entreprise à la mort de son père, abandonne tout, part aux EU et rencontre sur le bateau une personne qui a vécu dans les camps à Pithiviers à la même période que la personne qu'elle recherche !
Sans parler de l'invraisemblable cache de l'enfant à Auschwitz...
A lire donc sans se prendre la tête....
Commenter  J’apprécie          120
PaulineSUZANNE
  20 septembre 2017
Depuis le temps que ce roman était dans ma PAL!!!!
Esther est une jeune femme qui apprend le meurtre de son père. Au fur et à mesure se rend compte que c'est sûrement son meilleur ami qui est revenu pour se venger, mais de quoi? Son histoire se tisse petit à petit à travers l'écriture d'un journal dans un camp de concentration qui n'est autre qu'Auschwitz.
Cette auteur m'est inconnue donc finalement je n'avais pas d'attente particulière.
Le style est plutôt simple et on rentre facilement dans l'intrigue. Je trouve cela juste un peu bizarre que le médecin nomme que c'est un assassinat mais qu'il garde ça pour lui (qui plus est quand on connaît la suite!).
L'intrigue se déroule en deux temps: la période des années 60 où l'héroïne évolue dans son enquête, le récit d'Elzear à travers sa vie depuis la Rafle du Vel d'Hiv jusqu'aux camps.
J'avoue que la partie des années 60 m'a paru longuette à certains moments. La fin n'est pas forcément celle que j'aurai attendue même si on s'en doutait un peu.
Pour ce qui en est véritablement des carnets, je dirai qu'il y a un avant et un après sur ce genre de littérature avec ma découverte personnelle d'Auschwitz et de Birkenau. Je trouve qu'on ne peut vivre cette histoire sans détachement face à tout ce qui est couché sur papier et décrit de ce premier camp. A chaque page je me suis retrouvée en pensée et visuellement dans ma visite l'été dernier qui m'avait déjà beaucoup bouleversée. Chaque sensation m'est revenue en pleine face (même si l'écrit est une fiction!) ainsi que la cruauté infligées aux millions de gens victimes de cet immense génocide! (J'avoue aujourd'hui avoir peine à trouver les mots en écrivant cette partie de la critique...)
Un beau livre qui méritait d'être lu pour les émotions plus fortes avec ce pan d'Histoire raconté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MissG
  11 octobre 2015
C'est toujours avec une petite appréhension que j'ouvre un roman traitant de la Seconde Guerre Mondiale et notamment de la déportation.
Il faut dire que je venais d'achever le poignant "Et tu n'es pas revenu" de Marceline Loridan-Ivens, et qu'enchaîner sur une oeuvre de fiction n'était sans doute pas la meilleure idée.
Pourtant, le résumé de ce roman m'avait plu et je dois lui reconnaître une qualité : il entraîne très vite le lecteur dans la quête de son héroïne, Esther, pour découvrir la vérité sur son père Bertrand qui vient de mourir, une enquête qui va la conduire bien au-delà qu'elle imaginait et qui surtout trouve son commencement en juillet 1942, au cours de la Rafle dite du Vel' d'Hiv'.
C'est un roman que l'on peut qualifier de "page-turner", pour le reste et bien que dire, c'est du cousu de fil blanc mélangé d'invraisemblable.
Bref, ce n'est pas le roman fiction à retenir sur la Seconde Guerre Mondiale et les évènements de la Rafle du Vel' d'Hiv‘.
Tout d'abord, Esther est une jeune femme parfaite : belle, grande, talentueuse, riche, en somme le genre d'héroïne qui donne envie de lui décocher une baffe devant tant de perfection, ce qui dans la vie de tous les jours se rencontrent tout de même peu souvent.
Elle a donc tout pour elle, mais voilà que son père bien-aimé meurt dans des circonstances tragiques et louches, elle décide alors de partir sur ses traces pour découvrir la vérité, qui était son meilleur ami qui lui a cédé sa boutique en 1942, pourquoi ses frères semblent vouer une certaine rancoeur à l'égard de leur père (un homme parfait aux yeux d'Esther).
"Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait. Elle ne calculait plus rien. Elle agissait, spontanément, pour aller au contact de ce personnage mystérieux qui devait lui expliquer les causes de la mort de son père.", elle vit donc à l'instinct, rencontre comme par hasard une vieille dame qui va l'aider dans sa quête à New York et qui a croisé le meilleur ami de son père à Pithivers (à croire que c'était LE lieu à être de l'année 1942).
C'est gros mais ça ne fait que commencer.
Non seulement elle plaque tout du jour au lendemain, elle vit d'amour et d'eau fraîche car comme elle est riche, inutile de se soucier de l'argent (ça pousse sur les arbres), mais en prime elle tombe directement sur la bonne personne pour l'aider dans ses recherches.
Qu'est-ce que c'est crédible tout ça … et qu'est-ce que certaines ficelles étaient grosses, à tel point que je les avais devinées dès le début ou presque.
Mais ce qui m'a fondamentalement gênée dans ma lecture, ce sont les erreurs et les incohérences historiques de l'auteur (impossible qu'une enfant de 3 ans ait pu être cachée à Auschwitz pendant plus de 3 ans, tout comme il n'y a quasiment personne de la Rafle du Vél' d'Hiv qui soit revenue des compas d'extermination).
La moindre des choses lorsqu'on décide d'écrire un roman avec une trame historique, c'est de se documenter sur la période.
Là, aucune documentation, et le pire, c'est lorsque j'ai lu que l'auteur avait fait des études universitaires d'histoire, et qu'elle est aujourd'hui enseignante au collège.
Et bien mazette !
Alors certes ce roman ne prend pas la tête, se lit rapidement, en somme ce que l'on peut rechercher comme lecture d'été, mais il est truffé d'incohérences et ceci est quelque chose que non seulement je n'accepte pas mais qu'en plus je ne pardonne pas à un auteur.
C'est à la fois se foutre des lecteurs mais également des personnes qui ont connu cette période et qui en ont souffert, un manque de respect total.

"Les carnets d'Esther" est un roman qui ne prend pas la tête mais qui mérite d'être rangé fiça aux oubliettes, quant à son auteur, je l'invite à se documenter si l'envie la reprenait d'écrire un autre roman historique, voire même de refaire des études universitaires en histoire.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MARCUS36
  10 février 2016
Livre émouvant à la lecture captivante et facile. L'auteure mérite d'être connue et je me réjouis à l'avance de pouvoir lire ces autres livres et de les placer dans ma bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          110
Moulinaie
  14 juillet 2014
Un beau livre sur la relation père-fille.
Le jour de la rafle du Vel D'Hiv, en quelques secondes, le destin de deux petites filles se décide. Un terrible secret qui ressurgit 20 ans plus tard.
Esther, maintenant adulte, part alors sur les traces de son père et de son ami juif raflé à l'époque.
Une enquête surprenante au bout de l'histoire et au bout d'elle même. Que fera Esther de cette vérité?
L'auteur, Françoise Roche, se lance dans des classiques dangereux:
- un énième récit de la shoah, mais elle finit par le personnaliser, lui donner une forme originale et captiver le lecteur
- un énième débriefing entre les personnages en guise d'épilogue au cours duquel on raconte les blancs de l'histoire. Là encore, l'auteur s'en sort bien en ajoutant une tonalité très personnelle sur la construction de la personnalité d'une fille par rapport à son père.
Un livre émouvant, à lire!
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
CarosandCarosand   25 septembre 2014
Il n'a pas mesuré le danger de la situation. Il était un homme positif, jovial, profondément humain. Il disait que les lois antisémites n'étaient que des bouts de papier accordés en pâture à Hitler. Il pensait que les Français ne se laisseraient jamais embrigader. "Le peuple des droits de l'homme, me répétait-il, jamais le peuple des droits de l'homme ne sombrera dans l'intolérance et le fascisme, ce peuple qui a inventé la démocratie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PaulineSUZANNEPaulineSUZANNE   19 octobre 2017
- L'amour, c'est l'inverse de ce qui est rassurant. C'est une torture. Il faut le quitter avant d'être esclave. Souvent, à l'inverse de ce que la prudence devrait nous pousser à faire, on s'y accroche, on s'y cramponne, on crée sa propre dépendance, on s'y complaît, après c'est trop tard et c'est forcément dévastateur. L'amour est euphorisant au début, tout beau, flatteur, moteur. Puis il devient une plaie et laisse des cicatrices terribles. D'ailleurs, la question n'est pas de savoir si l'amour est supportable, la question est de savoir si on se protège ou si on s'y livre. Si on est prêt pendant des années à porter les plaies et les marques laissées par cet amour.
- Mais l'amour peut vivre sans blesser.
- Impossible. Un véritable amour est destructeur. Et il y a toujours un perdant. Le tout est de savoir, dès le début, si on sera le perdant ou le gagnant de l'affaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PaulineSUZANNEPaulineSUZANNE   19 octobre 2017
Mais qu'est-ce que l'espoir si ce n'est un mensonge de l'esprit pour s'éviter le désespoir?
L'un n'est jamais loin de l'autre. Nous nous voilons tous la face pour ne pas sombrer dans la panique et l'angoisse les plus totales.
Commenter  J’apprécie          10
CarosandCarosand   25 septembre 2014
Aucun secret ne protège. Il détruit.
Commenter  J’apprécie          60
MissGMissG   11 octobre 2015
Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle faisait. Elle ne calculait plus rien. Elle agissait, spontanément, pour aller au contact de ce personnage mystérieux qui devait lui expliquer les causes de la mort de son père.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : rafleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
891 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre
.. ..