AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Madeline Roth (Autre)
EAN : 9782357071643
64 pages
Éditeur : La Fosse aux Ours (07/01/2021)
4.11/5   56 notes
Résumé :
Alors que la narratrice avait prévu un séjour à Turin avec son jeune amant, ce dernier annule au dernier moment pour raison familiale.
Son voyage se transforme alors en un itinéraire intérieur qui lui permet de faire le point sur sa vie.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 56 notes
5
18 avis
4
15 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

Kittiwake
  13 avril 2021
Elle doit passer quelques jours à Turin avec son amant. Mais la veille du départ, celui-ci renonce à ce projet pour rester auprès de son épouse qui vient de perdre son père.
Elle décide alors de partir quand même, seule, en tête à tête avec elle-même, et c'est l'occasion de faire le point sur ses choix de vie, alors qu'elle atteint quarante ans.
Ses réflexions tournent autour du couple qu'elle a formé avec le père de son enfant, leur séparation, et la rencontre de hasard avec celui qu'elle partage à temps partiel avec sa légitime.
Bilan également du temps qui passe, du corps qui accuse l'âge, des échéances qui s'annoncent , des décisions qu'elles impliquent. Turin devient ville d'un cheminement intérieur, d'un arrêt sur image, qui pourrait ne pas changer le cours des événements mais offre malgré tout une occasion de se mettre en accord avec elle-même.
Le ton est celui de la confidence, de l'écoute introspective, avec pudeur et sincérité.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          650
Ptitgateau
  14 avril 2021
L'histoire d'une femme qui part en voyage, en Italie, sans Pierre, son amant, un homme marié qui ne quittera pas sa femme. L'histoire d'un voyage qui sera pour elle, l'occasion de faire le point. L'histoire de sa vie amoureuse. L'histoire d'une femme qui doute, qui se voit vieillir, qui se demande si elle aime, qui analyse ses sentiments, qui se questionne, qui culpabilise, qui tente une sorte de passage vers un devenir, on ne saura lequel, l'histoire d'une femme libre en Italie, et qui pourtant s'enferme avec elle-même pour essayer de renaître.
Mais ce voyage intérieur lui permettra-t-il de faire peau neuve, mettra-t-il fin à ses tourments ? aura-t-elle pleinement profité de cette escapade à Turin ? Un beau texte plein de poésie et de philosophie, regorgeant de ces questionnements dont chacun peut-être un jour le sujet.
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
Commenter  J’apprécie          510
hcdahlem
  19 avril 2021
Le voyage en Italie
Madeline Roth a imaginé, pour son premier texte à destination des adultes, une narratrice en proie à des tourments amoureux. A l'occasion d'un voyage en Italie qu'elle effectue seule, elle dresse le bilan de sa relation avec un homme marié.
«Dans quelques mois j'ai quarante ans, et depuis quatre ans je donne à Pierre ce qui s'appelle un bout de ma vie — ça ne s'appelle pas autrement. Des heures, des nuits, un corps, des baisers, des rêves: la vie. Je me donne. Je prends ce qu'il m'offre mais il me vole — souvent j'ai ce sentiment-là, qu'il me vole.» Aussi ce voyage en Italie qu'elle devait faire avec Pierre, la narratrice décide de le faire seule, laissant son amant avec Sarah, qui vient de perdre son père. Une femme, une épouse qu'elle préfère ne pas connaître.
Mais au moment de monter dans le train pour Turin, le sentiment qui domine est la peur, car elle se rend bien compte que ces kilomètres qu'elle va parcourir vont l'éloigner de cet homme qu'elle aurait tant voulu ne pas partager, qu'elle aurait tant aimé avoir à ses côtés.
Madeline Roth, dans ce très court roman – moins de 100 pages – va explorer la psyché de cette femme à l'heure d'un choix difficile. Comme elle l'explique à Marie, son amie et confidente, elle a le sentiment d'années perdues, d'un bout de vie qui ne se rattrape pas. «Je n'attends rien. Enfin je n'attends pas qu'il la quitte. J'attends quelque chose qui ressemble à ce qu'il me donne. J'attends l'attente de lui, le désir que j'ai de lui, sans cesse renouvelé. C'est peut-être la première fois que ça m'arrive, ça, dans ma vie, ce truc qu'on vous dit tout le temps, n'attends rien. Un jour, ça arrive. Et puis, un autre jour, on quitte son appartement avec un billet pour deux à destination d'un autre pays. Et on ne veut pas de cette peine, on ne veut rien subir qui ressemble à une attente qui n'aurait pas été comblée.» Car la vie ne l'a pas épargnée. Elle a quitté son mari alors que leur fils Lucas venait de faire ses premiers pas et conservé depuis un sentiment de culpabilité. Aujourd'hui, son fils a 13 ans et elle se retrouve à prier dans une église de Turin, elle qui n'est pas croyante. À se demander que faire de cette relation.
Madeline Roth pose des mots simples sur les questions de cette femme, simples mais justes, simples mais beaux. En changeant de perspective – vu de Turin son amour reste-t-il toujours aussi nécessaire – elle trace un chemin. Et si au moment de reprendre le train, elle n'a pas toutes les réponses, elle aura trouvé une forme d'apaisement. de quoi affronter les prochains temps.
On se laisse happer par la beauté des phrases de Madeline Roth, on oublie le côté sordide de cette relation secrète, on ne voit plus que la peur de cette femme que l'on aimerait aider. Sensible et intelligent, ce récit est d'une rare délicatesse. Si bien qu'en refermant le livre, on regrette qu'il soit déjà fini.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
kar29
  24 août 2021
Ce livre est un bijou de maîtrise et de délicatesse.
L'histoire d'une femme de 40 ans, qui doit partir quelques jours à Turin avec son amant. Mais celui ci annule le séjour suite à un décès de ses proches et elle, décide de partir seule...
Les 3 jours, seule, seront l'occasion pour elle de réfléchir sur sa vie de femme, de mère.
Tout en suivant ce questionnement, l'auteure nous offre une découverte de cette ville italienne au gré de visites d'églises, du Museo Egizio, Museo nazionale del cinema.
Ce petit livre de 80 pages sonne vraiment très juste, une pépite de délicatesse et d'élégance.
Commenter  J’apprécie          280
CalliPetri
  23 février 2021
"À partir du mois de septembre l'année dernière, je n'ai plus rien fait d'autre qu'attendre un homme : qu'il me téléphone et qu'il vienne chez moi." - Annie Ernaux, Passion simple

"C'est peut-être à ça qu'on reconnaît une vie empêchée : au manque, au vide, au creux que ça creuse en nous, d'attendre. En vrai, l'attente c'est du manque. Mais on ne le comprend que bien des années plus tard."

Publié aux éditions La Fosse aux Ours, Avant le jour est le 1er roman (?) en littérature adulte de Madeline Roth qui jusqu'à présent se consacrait à l'écriture de livres jeunesse.

"Les livres que nous aimons portent d'une manière ou d'une autre les traces de notre histoire."

Si je m'en remets aux mots de Dany Laferrière dans L'art presque perdu de ne rien faire, c'est parce qu'ils sont d'une justesse dont je me sens incapable pour dire ce que le texte de Madeline Roth a ravivé en moi. J'ai achevé la lecture de cette nouvelle – 70 pages font-elles un roman ? - il y a quelques jours. La femme de la couverture m'apaise, la femme qui se raconte à la 1re personne, aussi. Voilà un "je" habité, incarné et intime, comme j'aime à le lire.

Elle devait partir en Italie, à Turin. Elle allait voler quelques jours, oh ! deux trois, pas plus. Quelques jours à deux. Elle allait partir avec Pierre, son amant de 10 ans son cadet. Elle pouvait espérer, pour la 1re fois en quatre ans, qu'il ne la quitte pas avant le jour, qu'ils ne se cachent plus. Oui, Pierre est marié et, à son SMS "Je suis désolé, Sarah vient de perdre son père. Je suis forcé d'annuler Turin. Je t'appelle demain. Je suis vraiment désolé", on sait que ça en est fini de ces jours arrachés à la clandestinité, ces jours où "je" se serait conjugué au pluriel ; le lecteur pense - peut-être – qu'à peine les 1res pages tournées, ça en est fini aussi de ce récit dont le thème est trop usé pour espérer un renouveau par-delà la banalité.

Avant le jour raconte une semaine, pas plus, dans la vie d'une femme, la maîtresse, celle qui passe après tout le reste. C'est un texte du manque et des flottements intimes dans une langue simple portée par des phrases économes qui disent si bien ce que nous avons souvent tant de mal à exprimer.

"On est jeudi. le départ est le lundi suivant. Je regarde le vent dans l'arbre en face. Je n'ai même pas de larmes. C'est tout blanc. C'est tout sec et triste. Je ne pensais pas que je m'habituerais à ça, à porter le poids d'un coeur triste. Mais c'est comme tout : on s'habitue."

Le lundi suivant, dans un geste qui évoquera à certains d'entre nous celui qu'ils auraient aimé avoir ou qu'ils ont eu peut-être, elle monte dans le train. Sans Pierre. Cherchera-t-il à la (re)joindre ? Sera-t-il celui qui, pour une fois, attend ?

"Peut-être après tout que ce que j'allais chercher là-bas, c'était moi. Une idée de moi avec laquelle je pourrais vivre ? Depuis toutes ces années, vivre avec ce moi-là, ce moi parfois tremblant, indécis, en miettes, ne me suffisait pas."

"Une idée de moi avec laquelle je pourrais vivre." Se perdre dans une ville inconnue pour se (re)trouver, n'est-ce pas l'idéal ? Turin sera la ville du questionnement intime, du coeur qui ralentit, de la respiration qui se fait plus ample. Turin ne sera pas la ville où s'oublier, elle sera la ville où chercher l'harmonie dans l'épaisseur de toutes les femmes qu'elle porte sur elle : la maîtresse de Pierre, l'ex-femme de Mathieu qu'elle a quitté quand Lucas n'avait pas encore deux ans, la mère de ce fils devenu adolescent dont elle partage la garde, l'amie de Marie. Elle est une femme qui ne connaît que le partage… et ce qu'il en coûte, parfois.

Tout est dit à mots tus, vous souriez et pensez que je divague, et pourtant vous en ferez vous aussi l'expérience. À la lecture de ce texte sur une intimité qui se livre, c'est comme une évidence : Madeline Roth n'est pas une bavarde, son tout petit texte cultive un minimalisme de bon aloi, cet art de dire avec moins, mais où chaque mot, pesé, imprime sa trace, durablement.

Le tête-à-tête aura lieu ; il ne sera pas avec Pierre, voilà tout. Ce séjour italien est l'occasion d'un voyage intérieur, de poser des mots simples et justes sur sa vie.

"Je ne sais pas s'il y a une image plus juste que celle de l'eau d'un fleuve pour penser à sa vie. Ça coule. Cela avance, doucement. Parfois ça remue. Mais ça avance."

Nulle aigreur, nulle révolte - voyez la femme en couverture - malgré la déception qui rôde, bien sûr. Ce n'est pas un texte écrit les mâchoires crispées ou les poings serrés. Elle ose se parler, remonte le cours de sa vie, comme elle flâne de musée en église dans Turin, son pas s'allégeant. Elle s'attarde à la terrasse d'un caffè, ne porte pas la robe qu'elle avait glissée dans la valise pour lui plaire. À quoi bon ? Elle sait qu'elle ne peut réécrire le passé, donc elle saisit sa chance de réfléchir à ce qui la lie à Pierre qu'elle ne voit qu'à la dérobée.

"Ils arrivaient quelques minutes avant lui, ils le précédaient toujours, c'étaient les mots du désir, ils marchaient avec lui, ils couchaient avec moi, ils remplissaient l'espace. Je me rendais compte que j'avais cherché cela une bonne partie de ma vie : un corps et puis des mots. Un jour arrive dans votre vie un homme auquel vous êtes capable de donner ce qu'il y a de plus intime encore que votre peau nue – et ce sont vos mots."

à son fils qu'elle n'élève qu'un jour sur deux

"J'ai grandi quand Lucas grandissait. Je ne dis pas "vieilli", bien que ce soit le cas, je veux dire j'ai grandi, avec lui. Il m'a portée, plus haut, il a consolidé mes os, nourri mes jours. Lorsqu'on s'est retrouvé tous les deux, juste lui et moi, il avait dix-huit mois à peine. le dimanche matin, il venait me rejoindre dans mon grand lit. le soleil se levait. C'était des matins délicieux. On chuchotait. Il venait avec son oreiller, son doudou, et puis des livres que je lui racontais."

Ce monologue, lucide sur ce qui est, nostalgique de ce qui aurait pu être, curieux de ce qui sera, vise juste, au plus près des émotions qui remplissent les silences de manques et de doutes.

"Je veux bien de l'impatience et de la peur, mais pas du sentiment de perte, du sentiment d'abandon. Je veux aller lentement. Je veux être l'aube et le crépuscule, le doute et la certitude, je veux pouvoir être perdue et sourire."

Ces jours sont un espace de liberté offert par la défection de l'amant. Un imprévu inespéré, un moment à l'écart, un temps pour soi. Un cadeau, finalement. À elle, sûrement. À lui ? Qui sait...

"J'attends quelque chose qui ressemble à ce qu'il me donne."

Le futur est une page vierge. Reste à savoir comment l'écrire. le quotidien d'une vie de couple est-il plus attirant qu'une relation clandestine faite d'attente entre deux retrouvailles ? Quant à la solitude...

Madeline Roth a un style à nu comme son héroïne, sans artifice, d'une douceur limpide qui sied à cette histoire où l'amertume aurait pu faire son lit et où elle n'est jamais invitée.

Au moment de reprendre le train pour la France, est-elle parvenue à "[ce] temps magnifique de la vie, […] celui où l'on sait et où l'on peut" dont parle Françoise Giroud que cite l'autrice ? Ne sait-on jamais quelle surprise nous attend au bout du voyage ?

Avant le jour confirme que l'on voit mieux dans le peu. de nombreuses phrases, belles dans leur épure, sont venues noircir les pages de mon carnet.
Je trouve dommage que ce texte ne porte pas le beau nom de nouvelle qui lui irait pourtant si bien. Je n'ignore pas qu'en France la nouvelle est la mal-aimée de la littérature, quand elle n'est pas tout bonnement dénigrée. Je suis néanmoins heureuse de voir que des maisons d'édition se risquent à nous offrir, hors de tout recueil, des textes comme celui-ci. Je remercie les éditions de la Fosse aux Ours d'avoir osé. C'est très réussi.
1er roman ,lu pour la session 2021 des #68premieresfois

Lien : https://www.calliope-petrich..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   19 avril 2021
INCIPIT
Jeudi
«Je suis désolé. Sarah vient de perdre son père. Je suis forcé d'annuler Turin. Je t’appelle demain. Je suis vraiment désolé.»

Je relis le message plusieurs fois. Depuis que je connais Pierre, la sonnerie qui m’annonce un SMS remplit mon corps de choses qui bougent et palpitent. Pas là — enfin, pas dans le sens que j'aime. Tout s’est toujours construit comme ça entre nous: des mots sur un écran. Un jour, Pierre a débarqué dans ma vie, et j’ai cru que ça durerait une nuit. Cela fait quatre ans.
On devait aller à Turin, quelques jours, au printemps, parce qu'on n'avait jamais quelques jours pour nous, parce qu’on avait envie d’ailleurs et d’un ailleurs tous les deux.
Ça me prend une minute pour décider que j'irai, seule. C'est peut-être le moment que j'attendais: pas celui d'être ensemble, enfin - car comment être ensemble, enfin, puisque Pierre a Sarah? Mais le moment pour décider que ça s'arrête. Que ça suffit, que ça se termine, que j'ai ma vie à vivre, sans lui.
On est jeudi. Le départ est le lundi suivant.
Je regarde le vent dans l'arbre en face, Je n'ai même pas de larmes. C'est tout blanc. C'est tout sec et triste. Je ne pensais pas que je m'habituerais à ça, à porter le poids d’un cœur triste. Mais c’est comme tout: on s’habitue. J'ai pris l'habitude des moitiés de nuits, des vêtements qu'on enfile trop vite, l'habitude des silences, des fuites. Je croyais qu'il y avait, entre nous, comme un fil. Pierre ne le coupera jamais. S'il faut décider quelque chose, je comprends que cela m'appartient. Et c'est maintenant. Au bout de quatre ans, dire ne m'appelle pas, ne m'appelle plus, ne m'écris plus, je veux qu'on arrête. Non. Si. Non. Dire je crois que j'en crève de marcher côté de ma vie, comme ça. Sans toi dedans.
Je lui avais vendu mon vélo d'appartement. Il existe des rencontres plus romantiques, des histoires qui commencent comme dans les livres: pas pour nous. J'avais mis une annonce, il avait appelé, on avait pris rendez-vous. J'ouvre la porte et il se tient là, avec ses dix ans de moins que moi, avec son jean qui le serre, avec son sourire, avec sa voix qui, à ce moment-là, me scie le ventre en deux. On se gêne, je dis entrez, on se frôle, je dis c’est dans la chambre de mon fils, je le vois qui hésite, comme s’il savait où elle se trouve, la chambre de mon même.
Il a dit d’accord. Il a acheté le vélo. Je lui ai proposé un café, il a encore dit d’accord. Il est resté un peu, dans cet après-midi de septembre, je crois que je rougissais. On n'est plus rien devant le désir. Juste deux corps. Qui détaillent tout de l’autre. Qui s’y voient, s’y projettent, s'y lovent. J'ai déposé sa tasse dans l’évier. Depuis combien d’années je n'avais pas fait ce geste simple, qui pourtant me bouleversait ? Il est parti, le vélo sous le bras, on s’est encore frôlés et, une heure plus tard, le portable a sonné. Il avait écrit: «Vous me plaisez.»
J'ai attendu. Avec mes mains qui tremblaient et mon ventre en capilotade. Je n’ai pas répondu tout de suite, j'ai relu, et relu, j'ai fumé une cigarette, puis deux, j’ai relu, et puis j'ai écrit «vous aussi».
Il est revenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   19 avril 2021
Ils arrivaient quelques minutes avant lui, ils le précédaient toujours, c’étaient les mots du désir, ils marchaient avec lui, ils couchaient avec moi, ils remplissaient l’espace. Je me rendais compte que j’avais cherché cela une bonne partie de ma vie: un corps et puis des mots. Un jour arrive dans votre vie un homme auquel vous êtes capable de donner ce qu’il y a de plus intime encore que votre peau nue – et ce sont vos mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
NadaelNadael   04 février 2021
« Je veux tout parce que c’est la seule manière que j’ai de vivre, me glisser dans les cris des autres. Juste parce que, moi, je ne sais pas faire, crier. À quel moment est-ce que j’ai compris ça, qu’il me faudrait lire, beaucoup, pour toutes les vies que je n’aurai pas? Moi, si j’étais une autre, si j’étais cent autres, je danserais sous l’orage. Je quitterais la route et je ne rentrerais pas. Je trouverais un hôtel à l’autre bout du monde et je changerais de prénom un peu tous les jours. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NadaelNadael   04 février 2021
« J’ai grandi quand Lucas grandissait. Je ne dis pas « vieilli », bien que ce soit le cas, je veux dire j’ai grandi, avec lui. Il m’a portée, plus haut, il a consolidé mes os, nourri mes jours. Lorsqu’on s’est retrouvé tous les deux, juste lui et moi, il avait dix-huit mois à peine. Le dimanche matin, il venait me rejoindre dans mon grand lit. Le soleil se levait. C’était des matins délicieux. On chuchotait. Il venait avec son oreiller, son doudou, et puis des livres que je lui racontais. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hcdahlemhcdahlem   19 avril 2021
J'ai rencontré Mathieu l’année de mes dix-sept ans. Vous avancez et, un jour, quelqu'un apparaît, et c’est la juste lumière, et c’est la peau qu’il faut. Je ne me souviens pas d’un moment de ma vie où je n’ai pas voulu d'enfant, je ne me souviens pas non plus du moment où cette envie est apparue, j'ai vécu huit ans avec lui avant qu’il me dise oui, je crois que d’être père lui faisait un peu peur, et dans l’avion qui nous emmenait au Maroc cette année-là, je lisais Les Corrections, de Jonathan Franzen, et je me posais encore cette question: est-ce qu’on peut corriger les erreurs de nos parents? Un jour, j'ai dit ça à Mathieu, il a eu l'air horrifié, il ne comprenait pas que je me la pose, apparemment. p. 30-31
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Madeline Roth (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Madeline Roth
La rentrée littéraire d'hiver vue par @Jacques Lindecker 493 romans ont été publiés en janvier/février. Des premiers romans aux têtes d'affiche, suivez le guide pour vous y retrouver. En avant-première la liste des livres présentés :
« Les indésirables », Kiku Hughes, éditions Rue de Sèvres « le smartphone et le balayeur », Emmanuel Guibert, éditions Les Arènes BD
Littérature française « Serge », Yasmina Reza, éd. Flammarion « On était des poissons », Nathalie Kuperman, éditions Flammarion « Les jours voyous », Philippe Mezescaze, éd. du Mercure de France « le dernier enfant », Philippe Besson, éd. Julliard « L'odeur d'un père », Catherine Weinzaepflen, éd. des femmes « Aller aux fraises », Eric Plamondon, éd. Quidam « La brûlure », Christophe Bataille, éd. Grasset « Avant le jour », Madeline Roth, éd. de la fosse aux ours « Les orages », Sylvain Prudhomme, éd. L'arbalète Gallimard « le démon de la colline aux loups », Dimitri Rouchon-Borie, éd. du Tripode « Danse avec la foudre », Jérémy Bracone, éd. de L'Iconoclaste « Des diables et des saints », Jean-Baptiste Andrea, éd. de L'Iconoclaste « Presqu'îles », Yann Lespoux, éd. Agullo « Certains coeurs lâchent pour trois fois rien », Gilles Paris, éd. Flammarion « Un dimanche à Ville-d'Avray » Dominique Barvéris, éd. folio (en poche)
Littérature étrangère (« Ce genre de petites choses », Claire Keegan, éd. Sabine Wespieser) « Jane, un meurtre », Maggie Nelson, éd. du Sous-sol (parution le 4 mars) « Dans la ville provisoire », Bruno Pellegrino, éd. Zoé « Tu auras dû t'en aller », Daniel Kehlmann, éd. Actes sud « C'était le jour des morts », Natalia Sylvester, éd. de L'Aube « Jolies filles », Robert Bryndza, éd. Belfond Noir
Sur les mers « Mauvaise étoile », Christophe Migeon, éd. Paulsen « Tout l'or des braves », Clifford Jackman », éd. Paulsen
Diffusion lundi 22 février 18h30 (durée 40 mn) #colmar #colmarandyou #festivaldulivredecolmar
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2657 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..