AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070421596
376 pages
Éditeur : Gallimard (30/05/2002)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 83 notes)
Résumé :
L'espoir est une denrée qu'Annie Ernaux délivre avec la plus rigoureuse parcimonie. Dans "Se perdre," journal intime où "Passion simple" (1992) prit sa source, elle se montre particulièrement avare. On pense à certains maîtres japonais, tel Kawabata, sorciers du genre : neige et ciel de cendre. Mais Annie Ernaux y apporte sa révolte : elle griffe la neige. Et laisse quelques lambeaux de chair collés au métal froid des lignes. Car jamais on ne saurait parler de chale... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
  23 octobre 2016
La Feuille Volante n°1078 – Octobre 2016
Se perdreAnnie Ernaux – Gallimard.
Depuis que je connais Annie Ernaux (par la seule lecture de ses textes, cela va sans dire, mais puisqu'elle a fait de sa vie la nourriture de ses romans e que j'en suis le lecteur attentif, je peux parler d'une véritable fréquentation quasi-personnelle), il me semble que le sexe et la recherche du plaisir ont tenu une grande place dans sa vie. D'emblée, elle nous parle de S. 35 ans, un homme marié, Russe, vaguement diplomate, apparatchik et peut-être membre du KGB, dont elle fut très éprise au point de ne rien écrire de création littéraire pendant tout le temps qu'a duré leur relation en pointillés à cause de la présence épisodique de l'épouse de S., hors mis la rédaction de son journal intime. C'est en effet à partir de ce document qu'elle va refaire le chemin à l'envers. Nous somme en 1988, elle a 48 Ans, elle est apparemment déjà divorcée, femme de Lettres, libre et mère de deux enfants. Sa rencontre avec S. est le prélude à une liaison torride pour elle mais qui est vécue par lui comme une passade sans lendemain et alors qu'elle recherche avec lui une véritable perfection dans la répétition de l'acte charnel, lui au contraire ne recherche que la jouissance, ne pense qu'à la baiser, elle, la femme de lettres, célèbre de surcroît … et à boire de la vodka ou du whisky ! C'est une situation d'autant plus cruelle pour elle qu'il ne l'aime pas et elle le sait (« je suis une parenthèse érotique dans sa vie, rien de plus »), qu'il la délaisse volontiers mais qu'elle l'attend quand même. Il semble apprécier seulement d être l'amant d'une femme plus vieille que lui, peut-être d'une Française, expérimentée dans l'art de faire l'amour et, qui plus est, est connue. A l'évidence et quelles que soient les marques de passion qu'elle pourra lui témoigner, il ne quittera pas sa femme pour elle, la préférant comme maîtresse que comme future épouse. Il me semble aussi qu'il y a aussi une ambiguïté dans l'attachement qu'elle a pour lui. Elle avoue que certes elle en est amoureuse mais corrige aussitôt cet aveu en ajoutant qu'elle est surtout fascinée par « l'âme russe », par l'URSS, comme elle l'est par la littérature slave, mais redoute d'être enceinte de lui. Elle souhaite aussi, parce que « la sexualité a toujours été une angoisse dans (sa) vie », maintenir seule cette liaison, « à bout de bras » avec cet homme, même si elle l'épuise, même si leur rupture est de plus en plus prévisible.
Elle nous confie, presque au jour le jour et sans omettre aucun détail ni aucune précision (le langage cru ne me gêne pas), ce qui pourrait être érotique mais qui à la longue devient lassant, ce besoin d'amour, cette passion qu'elle ressent pour lui cette histoire d'amours clandestines et qui lui rappelle ses précédentes liaisons. C'est un peu comme si S. rachetait par sa seule présence, même épisodique, toutes ses anciennes expériences décevantes, et ce malgré l'attente qu'il impose à Annie, le désir qu'il fait naître chez elle, malgré sa passion dévorante. L'attente chez elle est dévastatrice et s'apparente à la mort, pire peut-être, elle ne peut vivre sans écrire et cette espérance de lui annihile toute possibilité créatrice qui est le propre d'un écrivain. Est-ce que cette liaison avec un homme plus jeune qu'elle, signifie, même inconsciemment pour elle la peur de vieillir ? le temps qui passe, elle le voit pourtant dans son corps qui s'enlaidit et dans cette assemblée de femmes qu'est ce colloque d'auteures dont beaucoup sont plus jeunes (et plus belles) qu'elle, dont elle est jalouse et craint qu'il ne les croise et ainsi ne l'oublie pour l'un d'entre elles. Avec le temps sa confiance en lui s'émousse même au point qu'elle craint d'avoir une remplaçante ou pire, que S. à cause des frasques et des infidélités qu'elle lui prête ne lui transmette le sida. Quant au temps qu'elle passe avec lui, il file plus vite et, de ce fait, leurs rencontres, même passionnées, sont génératrices d'absence d'autant plus que, elle le sait, leurs rêves et leurs désirs sont différents et que la rupture laisse planer sur eux son ombre. Elle finit par se faire une raison, avec lui elle a perdu son temps.
J'en reviens au phénomène de l'écriture, ce besoin de confier au papier ses moindres sentiments, ses envies les plus intimes, ses expériences et ses fantasmes les plus débridés. L'auteure l'a fait en tenant un journal intime et c'est sans doute là une libération, une manière d'exorciser ses tourments en les nommant. Mettre des mots sur ses maux est une activité plutôt saine et libératrice. Annie Ernaux est une femme de Lettres qui a délibérément choisi de faire des moindres événements de sa vie la nourriture de sa démarche d'écrivain en refusant la fiction. Soit ! Dès lors un auteur peut tout dire de lui-même et bien peu s'en sont privé, racontant leur histoire qui parfois a été passionnante. Il n'y a pas en ce domaine d'interdit à part ceux qu'on s'impose à soi-même et apparemment elle ne s'en impose pas et se lâche dans la confidence. Je ne suis pas sûr pour autant que l'intérêt du lecteur soit au rendez-vous.
Je n'ai pas retrouvé ici, à cause dans doute du parti-pris de l'auteur d'adopter la forme d'un éphéméride, le style fluide que j'apprécie tant chez Annie Ernaux. En outre, l'aspect répétitif du thème choisi m'a, je l'avoue, un peu lassé, de même d'ailleurs que la fréquente allusion aux rêves. Bref, cette histoire d'une femme follement amoureuse d'un homme qui ne l'aime pas, qui n'est finalement qu'un amant parmi tant d'autres et qui va s'éclipser de sa vie sur la pointe des pieds, ne m'a que très modérément intéressé.
© Hervé GAUTIER – Octobre 2016. [http://hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
paulotlet
  27 juin 2018
En 2001, Annie Ernaux décide de publier les pages de son journal intime concernant sa passion avec S., attaché culturel de l'ambassade d'URSS. Cette liaison, elle l'a décrite dans un ouvrage publié presque dix ans plus tôt, "Passion simple". On est frappé par la différence de ton, l'absence de distance qui caractérise forcément les écrits contemporains des faits relatés. Cette perte du sens commun décrite, disséquée, analysée dans "Passion simple" nous est ici livrée brute, sans le regard un peu extérieur qu'offre le temps qui passe. Malheureusement, la sauce ne prend pas. Les chroniques intimes sont faites pour le rester et on finit par s'ennuyer. D'autant que tout cela s'étale sur plus de 370 pages. Le ton est souvent cru, explicite. Ce n'est pas la première fois que cela m'apparaît mais ici, c'est encore plus marqué: lorsqu'elle parle de sexe, Annie Ernaux a tendance à perdre le côté neutre, blanc qui caractérise son écriture. Elle est dans l'exhibition, comme si elle avait quelque chose à prouver. Elle se complaît manifestement dans l'utilisation de tournures salaces, de termes vulgaires ou inutilement explicites. Qu'on me comprenne bien, je ne joue pas l'oie blanche ou le Père la Morale, je constate juste une différence de traitement marquée dans les descriptions liées à la sexualité. Je ne suis pas sûr qu'il y ait vraiment un intérêt à savoir qu'elle l'a sucé dans le hall ou qu'enfin il l'a sodomisée.
Bref, un avis plus mitigé que d'habitude pour ce bouquin d'une auteure qui reste, malgré tout, parmi mes préférées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
zabeth55
  31 janvier 2012
Journal intime d'Annie Ernaux lors de sa liaison avec un diplomate. Mort, écriture et sexe fusionnent. Un ressenti très bien traduit par une écriture juste et précise.
C'est très bien écrit mais impudique et dérangeant. Un journal intime est fait pour soi pour exprimer des sentiments, des émotions, des réflexions hors du regard des autres. Je comprends sa nécessité vitale d'écrire ce jorunal, mais les liaisons d'Annie Ernaux ne nous regardent pas. Son rôle d'écrivain était de transposer cette histoire dans un roman fictif afin de préserver son intimité et de ne pas nous rendre indiscrets et voyeurs.
J'ai été plusieurs fois tentée de ne pas continuer à lire cette "nappe de souffrance égocentrique" comme elle dit elle même.
Commenter  J’apprécie          100
Nayac
  12 juin 2016
En un mot: déçu.
Certes l'accumulation , la répétition dit clairement l'attente sans cesse recommencée, renaissant dès la fin de chaque rencontre. de même la noirceur brute des propos traduit bien la puissance de la passion.
Mais déception quand même, peut être liée au fait d'avoir lu "Passion simple" (un titre superbe!) avant. Je pensais trouver dans ce journal des clefs nouvelles de lecture de cette passion: espoir vain.
Pour autant, on retrouve bien cette passion omnipotente: "quelque chose de cru et noir, sans salut".
Passion qui balaye les barrières qui devraient la condamner: "il aime les grosses voitures, le luxe, les relations, très peu intellectuel. Et cela même ,est un retour en arrière, image de mon mari, détestée..."
La violence de cette passion ne laisse place qu'à quelques brefs espaces de bonheur, vite contrecarrés par jalousie, sentiment de vieillesse, attente sans fin amplifiée par l'appréhension de la rupture.
Malgré tout cela, comment résister à la douleur de cette passion?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Passemoilelivre
  22 août 2020
C'est une narration obsessionnelle et quotidienne racontant sa relation sexuelle avec S., un diplomate russe plus jeune qu'elle qui constitue le corps du récit. le caractère épisodique et exclusivement sexuel de leur rencontre est toujours à l'initiative de S. selon sa disponibilité et son envie, il entraîne incertitude et angoisse permanentes consignées dans un journal, substance des atermoiements de l'auteure. L'acceptation de son sort, sans remise en cause du déséquilibre patent de leur relation, narrée au jour le jour finit par être pesante pour le lecteur. Malgré une grande qualité d'écriture, la lassitude s'installe, et ni les rêves évoqués sur le passé, ni les digressions sur le contenu (pourtant parfois intéressant) des voyages qu'elle effectue ne parviennent à colorer le noir de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
charlottelitcharlottelit   30 décembre 2012
Tout est difficile. Me dire, il est insignifiant intellectuellement,
personnalité conformiste, etc ... ne sert à rien
puisque ce n'est pas pour cela que je suis attachée à lui,
mais par ce lien de peau indéfinissable,
dont le manque est à crever.
Commenter  J’apprécie          170
marina53marina53   07 juin 2012
Je n'ai jamais rien su de ses activités qui, officiellement, étaient d'ordre culturel. Je m'étonne aujourd'hui de ne pas lui avoir posé plus de questions. Je ne saurai jamais non plus ce que j'ai été pour lui. Son désir de moi est la seule chose dont je sois assurée. C'était, dans tous les sens du terme, l'amant de l'ombre.
Commenter  J’apprécie          80
HebephrenieHebephrenie   09 avril 2012
L'attendre avec plein de scénarios dans la tête (où faire l'amour, comment, etc.) et ne pas savoir s'il viendra. Ce gouffre - entre l'imaginaire, le désir et le réel - est invivable.
Commenter  J’apprécie          80
paulotletpaulotlet   27 juin 2018
Horreur l'an dernier, tristesse sans forme, cette année, où est le lieu? la formule? Juste dans ces moments où j'attendais S., où il était là, et nous faisions l'amour. Guérirai-je de cela? De cette disparition sans traces. Je corrige La Place en anglais. Le jour où il est parti, je faisais la même chose pour Une femme. Quatre mois. Je pleure, toujours aux souvenirs. Ce que je fais, encore, c'est pour lui, et je n'ai même pas le cœur à le faire: une préface sur le Tour de France, Apostrophe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marina53marina53   22 mai 2012
Qu'est ce qu'aimer un homme? Qu'il soit là, et faire l'amour, rêver, et il revient, il fait l'amour. Tout n'est qu'attente.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Annie Ernaux (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annie Ernaux
Bienvenue dans le troisième épisode de #Confitdeculture, le meilleur de la création culturelle malgré le confinement. Au menu cette semaine, des films garantis sans plateforme de streaming, de la lecture fraîche, gratuite et intégrale, des podcasts sur les soignants, de bons conseils pour bien travailler de chez soi et de quoi faire du bruit en soutien aux personnels soignants.
NOS LIENS :
Kusturica, Vadim, Kurosawa : la Cinémathèque de Nice offre 10 chefs-d'oeuvre chaque semaine https://www.telerama.fr/cinema/kusturica,-vadim,-kurosawa-la-cinematheque-de-nice-offre-10-chefs-doeuvre-chaque-semaine,n6623184.php
Henri, la plateforme vidéo éphémère de la Cinémathèque française : https://www.vodkaster.com/actu-cine/le-festival-du-confinement-la-foire-aux-films-et-series-gratuits/1276329
La Cinémathèque de Bretagne : https://www.cinematheque-bretagne.bzh/ La Cinémathèque de Milan : https://cinetecamilano.it/biblioteca/catalogo/1
Livres gratuits en ligne : c'est le moment de lire Annie Ernaux, Mona Chollet, Patrick Deville… https://www.telerama.fr/livre/annie-ernaux,-mona-chollet,-patrick-deville...-les-editeurs-offrent-des-livres-en-acces-libre,n6623045.php
Sur YouTube, les conseils de Cyrus North pour bien travailler depuis chez soi https://www.telerama.fr/television/sur-youtube,-les-conseils-de-cyrus-north-pour-bien-travailler-depuis-chez-soi,n6620324.php
Sept podcasts poignants pour prendre le pouls des soignants https://www.telerama.fr/radio/sept-podcasts-poignants-pour-prendre-le-pouls-des-soignants,n6621120.php
"Merci à toi, ô soignant !" https://www.youtube.com/watch?v=hEVSwHkfDkE&feature=emb_title
+ Lire la suite
autres livres classés : passionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Connaissez-vous vraiment Annie Ernaux ?

Où Annie Ernaux passe-t-elle son enfance ?

Lillebonne
Yvetot
Bolbec
Fécamp

10 questions
176 lecteurs ont répondu
Thème : Annie ErnauxCréer un quiz sur ce livre

.. ..