AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070322416
Éditeur : Gallimard (04/10/1983)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 20 notes)
Résumé :
[Extrait]

Lorsque la terre respire cela s'appelle le vent
L'eau qui devient un homme cela s'appelle le sang

L'enfant buissonnier charmeur de sauterelles
couché à la perpendiculaire de la canicule blanc-bleu
l'ébouriffé à plat ventre sur l'été-feu du causse
colle l'oreille à la terre étouffée d'août
au-dessus de la dalle quaternaire sous les couches du temps

L'enfant curieux éc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
sabine59
  27 juin 2019

Claude Roy, c'est le compagnon de mes jours, le poète dont les mots résonnent si intimement en moi. Claude Roy, c'est l'homme cultivé mais humble, l'amoureux des femmes, des oiseaux et des chats. de la poésie chinoise aussi. L'amoureux de la vie. Et des mots.
Ce recueil original , publié en 1979 , a été écrit alors que le poète a 64 ans. Et ce que l'on peut dire, c'est qu'il est toujours plein de verve, d'élan créatif. Très malicieusement, il a intitulé ce recueil " Épopée cosmogonique, géologique, hydraulique, philosophique,et pratique en douze chants et vers" . Il y convoque l'univers, entremêlant ses poèmes de citations en italiques d'autres auteurs universels, donnant effectivement une ampleur épique à son chant.
C'est l'enfant qui parle en lui, essentiellement, avec une mélancolie pleine de légèreté mais les interrogations métaphysiques de l'adulte sont présentes aussi.
" L'enfant buissonnier charmeur de sauterelles
L'enfant curieux écoute aux portes de la terre"
La lecture n'est pas toujours facile, mais on se laisse emporter par ces vagues vivifiantes, cette vie qui bouillonne, sensuelle, ces images si saisissantes où souvenirs d'enfance et cosmos s'allient, où les chats de sagesse , l'eau fondatrice appellent l'enfant en lui, le relient au monde.
" L'enfant du crépuscule a remonté lentement
vers le débarcadère vers l'eau qui se déverse
en aval du barrage d'où vient la voix labile
des lents moulins du temps"
Je ne le répéterai jamais assez, lisez Claude Roy, l'enchanteur , le passionné de vie et d'amour. Il le mérite, vraiment.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          376
meyeleb
  27 août 2011
Dans sa préface Hector Biancotti résume si bien cette fable poétique par ces mots : "Ce poème qui fait songer à un présocratique arrivé, pour notre bonheur, tard dans ce monde. Et qui n'a pas fini de jouer au bord de nos abîmes, avec le sérieux d'un enfant qui s'amuse"
.
Un long poème à 2 voix : celle du poète et celle d'un choeur multiple, paroles en italique prises aux oeuvres universelles. le poète retrouve les sensations d'une vie, de "l'étonnement d'un criquet" dans les yeux de l'enfant, à l'amour où il est si bon de "se taire ensemble".
Des moments de doute au constat qu'on a changé, grandi :
"la neige n'est jamais blanche
(...)
ni mes pensées
que tu traverses
sauf à ce bref instant
juste
en toi
qui n'es à ce moment
personne et tout"
Mais le poète restera toujours un enfant, "l'enfant qui tient son ombre par la main".
Une épopée légère et profonde. J'aime quand le poète sourit pour parler de l'essentiel.
Commenter  J’apprécie          70
charlottelit
  31 août 2011
un bijou, une merveille, un lit puissant et voluptueux où s'alanguir tout en pensant à l'avenir, le présent, ouvrage un peu difficile parfois qui se mérite et empli de pépites !!! un compagnon de chaque jour
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   05 septembre 2011
Lorsque la terre respire cela s'appelle le vent
L'eau qui devient un homme cela s'appelle le sang

L'enfant buissonnier charmeur de sauterelles
couché à la perpendiculaire de la canicule blanc-bleu
l'ébouriffé à plat ventre sur l'été-feu du causse
colle l'oreille à la terre étouffée d'août
au-dessus de la dalle quaternaire sous les couches du temps

L'enfant curieux écoute aux portes de la terre

L'eau lisse au fil aveugle du grand fond
la coureuse hors soleil
l'eau tisse sa voix d'eau sourde
menu clapotis des mille pas nus
pieds nus de l'eau nue l'eau toujours ressourcée
eau battante eau vivante eau fine qui glisse
dans la nuit de la galerie de calcite
le long de la grande aorte souterraine
dans la veine qui ralentit un peu
à l'arrivée dans la grotte estomac-de-la-terre
L'enfant étonnée écoute l'eau
et le silence entre les stalactites
que font en battant dans le noir hypogée
les ailes du papillon aveugle des cavernes
nommé Triphosa dubitata

L'Oeil du coeur en s'ouvrant et fermant
fut la source d'où naquit le cycle des temps

L'eau la fuyeuse qui coule à deux temps
écoute le coeur de l'enfant collé contre la terre
(Le noeud sinusal logé dans l'oreillette
émet de soixante à quatre-vingts fois par minute
les ondes qui déclenchent le rythme à quatre temps
de la systole Un et de la diastole Deux Trois Quatre)
L'eau glisse Le coeur bat

Ogoumbé la Mère des Eaux
habitait sous la terre
Ogoumbé la Mère son tam-tam dans le noir
Sa main gauche le tambour nommé Grondement-de-la-Terre-au-Levant
Sa main droite le tambour nommé Orage-de-la-Terre-au-Couchant

L'enfant s'endort bercé par le berceau du fin galop de l'eau
L'eau s'en court lissée au long court par le fin galop du coeur
Le coeur dormant et l'eau courante
ensemble marchent l'amble

Etonnement d'un criquet
La sauterelle dans l'herbe
à l'ombre soudain du dormeur
hésite à sauter sur le corps de l'enfant
qui dort
les genoux remontés contre sa poitrine
L'insecte non plus n'ose pas déplier ses jambes
La sauterelle un instant immobile
très fine semble-morte
bijou de cuivre vert-de-gris pâle
se sent mise à sécher entre les pages du temps

Alors Feu-de-l'Eclair Zigzag-de-Foudre et Tonnerre-du-Ciel
dirent à Tepeou le Seigneur Formateur
et à Cucumatz le Serpent à Plumes
Que les Eaux se retirent et que de leur ventre
surgissent comme de grands homards
les montagnes et que la fécondation de la vie ait lieu

A vingt mètres au-dessous de l'été fournaise
et de la sauterelle suspendue
entre la respiratoin du soleil des mouches de l'enfant endormi
dans une cavité murée il y a cent trente mille années
(c'était un après-midi très chaud du Néandertalien
quelques siècles avant la dernière période glaciaire)
il y a le squelette d'un très vieil endormi dans le noir
couché sur le côté au doux d'une couche de sable
jambes ramenées près du corps
genoux pliés et sur eux repose
le crâne abstrait imprégné d'ocre et de minerai de fer brun
avec à son côté pour viatique
une cupule vide d'où la boisson s'est évaporée depuis
plusieurs millénaires
et un pied de bison d'une utilité bien énigmatique

Les deux types les plus récents d'Homo
furent contemporains l'Homme de Néandertal
et l'Homo Sapiens ce dernier ayant survécu
avec la fortune que l'on sait

L'enfant dort La sauterelle saute
L'eau chuchote très loin


Sais-tu si nous sommes encore loin de la mer?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
sabine59sabine59   28 juin 2019
Il y a dans le bas du ciel noir
des éclairs de chaleur lointains
et ton corps de jour nu sur les draps blancs
a gardé la chaleur de l'après-midi
comme les pierres de la nuit d'été
Je prendrai dans mes bras ta douceur
J'irai te rejoindre à la source
Commenter  J’apprécie          200
patrick75patrick75   10 avril 2016
La barque à l'amarre laisse le long de sa coque l'eau s'enfuir
La barque au fil de l'eau suit l'eau qui fuit
Ai-je croisé l'enfant qui remontait le fleuve
ou m'a-t-il regardé dans le long miroir d'eau ?

Le cours du temps disaient-ils
Le temps qui coule où je m'abîme
Le temps qui glisse vers où va-t-il ?
As-tu cru voir passer le temps ?
Commenter  J’apprécie          130
charlottelitcharlottelit   31 août 2011
les bourrasques secouent les corneilles dans le ciel bas
comme des feuilles folles
la saison est venue où chaque jours sans qu'on le sache
est peut-être un adieu
je m'étais pourtant rencontré par hasard avant hier
j'avais l'air très bien, je faisais des projets
ah mon pauvre monsieur
nous sommes bien peu de chose, mourir le nom que donnent les hommes au moment où se dénoue le mélange qu'assemblera un autre moment
du mouvement,
dis moi, c'est que nous sommes encore loin de la mer ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
charlottelitcharlottelit   31 août 2011
un soir je rentrerai comme d'habitude à la maison
et un peu étonné
m'apercevrai enfin
que je ne suis plus là
je ne serai sûrement pas le premier à qui ça arrive
"passant, ce n'est pas le palais de crésus que tu vois,
c'est la maison d'un pauvre
une toute petite tombe bien assez grande pour moi
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Claude Roy (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Roy
Les soucis du ciel, Claude Roy lu par Monique Nicolas
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le chat qui parlait malgré lui

Comment s'appelle le chat ?

Thomas
Chaminou
Gaspard
Titus
Le Poète

6 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Le chat qui parlait malgré lui de Claude RoyCréer un quiz sur ce livre