AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Doggybags tome 3 sur 17
EAN : 9782359103373
112 pages
Ankama Editions (25/10/2012)
3.78/5   41 notes
Résumé :
Plus brutal qu'un coup de fusil à pompe en pleine tête et plus vicieux qu'un arrachage de dent à la pince-monseigneur, DoggyBags est un hommage aux pulps et aux comics d'horreur des années 50 qui ne fait pas dans la dentelle : les chromes rugissent, les calibres crachent et l'hémoglobine coule à flots dans la joie et la mauvaise humeur. Sortez vos p'tits sacs pour toutous, parce qu'il va y avoir de la viande en rab !
Le tome 3 de DoggyBags sera muy caliente, ... >Voir plus
Que lire après Doggybags, tome 3Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 41 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
Beaucoup de têtes coupées.
Toujours excellent pour le graphisme.
Néanmoins....
Arf, est-ce bien utile de poursuivre mon billet si ce n'est pas pour dire du bien ?

Je regrette beaucoup mais personnellement, je n'ai pas trouvé les histoires très intéressantes. A part un peu la deuxième sur la narration de la femme mystérieuse mais très prévisible, on sent venir le truc. Enfin c'est mon avis.
Commenter  J’apprécie          472
Ce qu'il y a de vraiment bien avec les "Doggybags" c'est que ça se lit rapidement et facilement.
Pour ce tome.3, agrémenté d'ésotérisme, de macabre et de fantastique, (toujours dans la lignée des "Tales from The Crypt") les trois histoires quittent l'ambiance nord-américaine des États-Unis pour se focaliser sur l'Amérique latine ou plutôt l'Amérique Centrale à savoir le Mexique.

On y retrouvera donc trois histoires horrifiques avec le folklore mexicain et avec des dessins et une réalisation magnifique que ce soit graphiquement ou au niveau des scénarios.

Plus tous les à côtés, je veux dire par là par exemples les faux articles de presse ou tout le folklore de début de chaque histoire.

Cependant, je continue à croire et à penser que les "Doggybags" sont réservés à un public "young adult" et adulte. Car il y a quand même du contenu assez trash pour les jeunes ados. Ce qui n'est pas une sale chose en soit mais à ne pas mettre en toutes les mains avec parfois un graphisme assez réaliste pour être exposé à tout type de lecteur.
Commenter  J’apprécie          260
(Introduction : Les DoggyBags sont des purs produits français (avec des participations exceptionnelles de scénaristes et/ou des dessinateurs d'autres pays). On ne peut toutefois pas vraiment les classer dans la catégorie « Bande dessinée », selon la définition « classique » européenne.
Recueils de -généralement- trois histoires autour d'un thème, ils sont calqués sur les comics pulp américains. Résolument tournés vers l'horreur, le gore, le fantastique violent et l'outrageux.
Chaque récit est précédé et/ou suivi de quelques pages documentaires qui éclaircissent (de façon plus sérieuse et parfois effarante !) le thème choisi... et chaque tome de la série présente également de deux à quatre pages de publicité complètement bidons... afin de permettre au lecteur de garder le sourire pendant cet exhibition (délicieusement) horrifique)

Ce tome 3 présente trois nouvelles qui se déroulent à Ciudad Juarez, capitale internationale du trafic de drogues... trois récits sur la Muerte mexicaine, fortement épicés à la vengeance, la narco-violence et une touche d'érotisme.
Graphisme : trop brouillon (à mes goûts) pour la 1e histoire, bien apprécié pour les deux suivants, plus « classique ».
Commenter  J’apprécie          160
J'aime beaucoup Run et le Label 619. Mais là, je trouve que c'est un peu en dessous des productions habituelles, ce qui reste malgré tout très lisible. Au lieu des longues bande dessinées aux planches très soignées, on retrouve ici un recueil de courtes nouvelles qui se soldent tous par un/des meurtres violent(s), et qui sont ponctuées de moments de violence franchement gratuite. En revanche, il y a un point très positif qui est la documentation. C'est agréable d'en apprendre un peu sur les cartels mexicains (même si je dois dire que cela dépasse l'entendement).
Ce n'est pas ce que je préfère, mais c'est un travail honorable. À réserver pour une après-midi de détente.
Commenter  J’apprécie          100
Après deux excellents tomes, Run continue de prendre son pied au sein de ce Label 619 des éditions Ankama et propose trois nouvelles histoires complètes d'une trentaine de pages pour ce troisième exemplaire de « Doggybags » mêlant thriller, frisson et horreur !

Le principe demeure le même : En proposant un mix d'auteurs et un concept série B, axé sur la violence et l'horreur, « Doggybags » rend hommage au cinéma Grindhouse des années 60-70 et s'inspire du concept de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez pour leur diptyque Boulevard de la mort (Death Proof) / Planète terreur (Planet Terror). Si les auteurs ont droit à un magnifique défouloir qui permet de laisser libre cours à leur créativité, le lecteur a droit à trois histoires bien trashs qui sortent des sentiers battus : des scénarios sans concession qui mêlent violence, humour bien macho, chicas pulpeuses, sexe et beaucoup d'hémoglobine.

À l'inverse des tomes précédents, celui-ci s'articule autour d'un thème central et emmène le lecteur à Ciudad Juarez, capitale internationale du narcotrafic et du kidnapping, pour un voyage parsemé de gangs latinos et assaisonné à la sauce muy caliente. L'auteur de l'excellent Mutafukaz invitait déjà à suivre les déboires de clandestins mexicains lors du volet précédent et nous a donc concocté un album 100% mexicain en compagnie de son comparse des débuts (Florent Maudoux) et de trois nouveaux auteurs : Neyef, Jérémie Gasparutto et Francesco Giugiaro.

La première histoire, intitulée « Room 213 », invite à suivre les pas d'un chef d'un cartel hanté par les crimes qu'il a commis. Cette plongée suffocante dans la ville de Ciudad Juarez, signée Run et Neyef, est parsemée de narcotrafiquants, de flics ripoux, de victimes décapités et de règlements de compte violents. Les auteurs parviennent à restituer le monde violent et sans pitié des cartels de la drogue, avec une séquence visuellement très réussie de la part de Neyef lors des hallucinations floues du chef de gang.

Le deuxième récit, intitulé « La danza de los 13 velos », invite à suivre le strip-tease façon danse du voile d'une danseuse qui s'effeuille progressivement des treize voiles qui la recouvrent, devant le regard ébahi de trois salauds en costume qui ont tous tenté de manipuler une jolie fille en détresse. le show proposé par Florent Maudoux est habilement découpé, avec des déhanchements sexy qui ne sont pas sans rappeler ceux de Salma Hayek.

La troisième histoire, intitulée « Dia de muertos », invite à suivre la vendetta du peuple contre le cartel le plus dangereux de la ville. Ce règlement de compte, qui se déroule le jour de la fête des morts, s'intéresse aux Mata Zetas et repose sur un scénario assez classique, signé Francesco Giugiaro, et sur le dessin efficace d'un nouveau venu, nommé Jérémie Gasparutto.

Pour le reste, l'ambiance est à nouveau soignée jusque dans les moindres détails, de la maquette du livre au style rétro et usé de l'ensemble, en passant par les fausses publicités, les posters, les mini-coupons à découper ou ce vrai-faux courrier des lecteurs, qui sont insérés avec minutie dans l'album, rappelant au bon souvenir des vieux comics périodiques US. L'avantage de ce volet 100% mexicain est une certaine unité visuelle de ces trois récits qui plongent le lecteur dans l'ambiance poussiéreuse et étouffante du Mexique. Les informations distillées entre chaque récit ont également tous un rapport avec le Mexique, donnant même à ce tome des allures de documentaire. le cas Florence Cassez est d'ailleurs la preuve que l'imagination débordante des auteurs repose ici bel et bien sur des faits réels et je vous invite d'ailleurs à aller soutenir cette victime sur le blog qui lui est dédié.

Lien : https://brusselsboy.wordpres..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
BullesEtOnomatopees
11 août 2014
Avec ce troisième tome consacré au Mexique moderne, Doggybags confirme la réussite de son concept. On prend un réel plaisir à enchaîner les histoires, les fausses pubs et les parties documentaires ; et peu importe si le résultat est parfois inégal. On retrouve avec délectation nombre de clins d’œil et de références.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BullesEtOnomatopees
12 novembre 2012
Avec ce troisième tome consacré au Mexique moderne, Doggybags confirme la réussite de son concept. On prend un réel plaisir à enchaîner les histoires, les fausses pubs et les parties documentaires ; et peu importe si le résultat est parfois inégal.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
ActuaBD
09 novembre 2012
Jubilatoire et sexy, pourvu que cette série dure !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario
05 novembre 2012
Toujours aussi bien foutu dans sa conception avec ses pages intercalaires de textes et ses fausses publicités entre les BD, ce tome 3 de Doggybags est comme les précédents : puissant, scotchant et flippant... Bravo, gringos !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Il finira par baisser son froc, comme tout le monde...
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Run (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Run
Run en interview pour planetebd com
autres livres classés : mexiqueVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (100) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5164 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}