AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Béatrice Didier (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253003281
271 pages
Le Livre de Poche (01/01/1994)
3.4/5   145 notes
Résumé :
On parle des délices de l'amour. Sade choisit d'en évoquer les crimes. L'amour devenu passion brûle tout ce qui n'est pas lui. La passion de Sade, dans ces nouvelles, est une passion incestueuse. M. de Franval aime, à la folie, sa fille Eugénie. La malheureuse Florville, après avoir été séduite par son frère, sera aimée de son propre fils et épousée par son père. L'inceste, c'est l'amour absolu, l'amant se double d'un père. L'inceste est aussi la contestation absolu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,4

sur 145 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
3 avis
1
1 avis

Chiwi
  04 janvier 2013
C'est un recueil de cinq nouvelles.
La première raconte la séduction d'une jeune fille de bonne famille par un bandit de grand chemin qui se fait passer pour un noble.
La deuxième relate l'histoire de Mlle de Florville,  engrossée par son frère, aimée par son fils et mariée à son propre père.
La troisième met en scène Dorgeville, brave âme qui se fait manipuler par une femme dans le but d'obtenir sa fortune.
La quatrième raconte les manipulations de Mme de Sancerre, jalouse de sa fille, qui séduit le prétendant de sa fille pour ne pas la laisser à celle-ci.
La cinquième raconte l'amour de Franval pour sa fille Eugénie, amour qui va amener l'opprobre sur la famille et va amener celle- ci au drame.
Le thème récurrent dans les nouvelles est l'inceste.
En le lisant au premier degré, comme Florville, on pourrait croire que Sade est un moraliste, la vertu, l'amour du Christ il n'y a que ça qui peut guider la vie humaine. Lorsqu'il débute Eugénie de Franval, il commence par dire «  Instruire l'homme et corriger ses moeurs, tel est le seul motif que nous nous proposons dans cette anecdote ». Bien sûr la correction des moeurs dans le sens amélioration n'est pas envisagé. En commençant une nouvelle de cette façon il se moque des religieux, alors à l'époque principaux préconisateurs de correction morale.  Mais les démonstrations faites le sont uniquement pour être mieux détruites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PrinceEndymion
  06 octobre 2020
J'ai lu le recueil des Crimes de l'amour avec beaucoup d'appréhensions: lorsque j'étais en seconde, on m'avait donné une fois à étudier un extrait de la Philosophie dans le boudoir, lequel m'avait fait froid dans le dos! Je dois dire que j'ai été agréablement surpris de voir l'auteur nuancer sa plume. Dans la plupart de ses romans, le marquis de Sade n'est pas avare de descriptions explicites et sordides. Afin de bien comprendre cette oeuvre, nous devons réfléchir au concept de vertu que les Lumières ont beaucoup exploré. le terme vertu est issu d'un mot du grec ancien, qui signifie excellence. La vertu est le bien vers lequel tendent les hommes. Elle suppose que l'on veut accéder à une perfection morale. Toutefois, d'après le marquis de Sade, l'être vertueux est victime des êtres corrompus qui l'entraînent dans leurs vices. Après tout, La Rochefoucault a bien écrit ceci: "Nos vertus ne sont que nos vices déguisés".
Dans ce recueil, nous découvrons des personnages jeunes, innocents et aspirant à une existence paisible, harrassés par des scélérats sans scrupules. Les crimes de l'amour sont un questionnement subversif, voire pervers sur le rapport entre le corps et la création. L'oeuvre de Sade explore plus encore que le roman libertin le rapport entre Eros et Thanatos. Dans l'oeuvre de Sade, le fantasme de l'impulsion se déchaîne. Nous pourrions dire qu'il existe un lecteur "in fabula" dans les crimes de l'amour puisque Sade présente l'écriture sur un mode fantasmatique à un lecteur qu'il place non seulement dans une position de spectateur, mais également de juge, compte tenu de ce qui se déroule dans les récits que nous offre Sade. Dans cette oeuvre, Sade recourt au style de la retenue pour amener le lecteur à subodorer l'ampleur des horreurs qui vont se produire. L'auteur se livre à un jeu bien cruel dans ses nouvelles: les personnages initialement vertueux deviennent coupables malgré eux. Ce recueil abrite la défaite de la vertu face aux affres des vices, auxquels, d'après l'auteur, l'homme est destiné à succomber.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LSH
  23 octobre 2016
En relisant "Florville et Courval ou le fatalisme" juste après avoir relu "Dialogue entre un prêtre et un moribond", je me suis amusé à constater Sade se répondant à lui-même presque argument contre argument via le discours tenu à Florville par Mme de Lérince pour défendre sa religion et sa morale.
Sophisme comme sophisme ? Au lecteur de trancher.
Toujours est-il que dans les nouvelles de ce recueil on découvre un Sade bien plus sage que d'habitude. Point ici de déclarations blasphématoires ou d'orgies charnelles.
Est-il pour autant moins subversif ou au contraire plus efficace en montrant l'impossibilité de toutes ces "belles âmes" éprises de vertu à parvenir à une félicité durable ?
Sade nous donne ici une leçon de fatalisme et montrant notre incapacité à parer aux coups du sort, quelques soient par ailleurs nos qualités morales.
On serait tenté de conclure qu'on est peu de chose ! :-) et que manifestement il ne faut point s'attendre à une quelconque justice immanente ici bas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
OphelieC
  30 octobre 2019
Beaucoup d'analystes y voient la déchéance de la noblesse, qui n'est plus la classe dominante et donc, préfère consolider ses liens en interne. Encore que, les mariages entre cousins et cousines ne choquaient personne à l'époque, en ce qui concerne les liens sacrés de la royauté ! Disons que "ça reste dans la famille...". L'écriture tragique et clairement théâtrale de ce recueil de nouvelles est aussi un autre point négatif. Sade en fait tout simplement trop ! Trop d'exclamations, de grandiloquences, de terreurs, de dialogues sans fin, de phrases interminables et pas assez d'actions ! Pour ainsi dire, il ne se passe rien dans ce recueil. L'intrigue n'avance pas, les liens entre les personnages sont trop complexes et il devient difficile de suivre. À la fin, lorsque nous fermons l'ouvrage, nous réalisons que nous n'avons rien retenu et donc, rien appris !
Il n'y a donc pas d'érotisme, pas de scandales, pas de barbaries, pas ce grand frisson auquel nous nous attendions, ce que nous promettait d'ailleurs la quatrième de couverture ! - oui, le lecteur est aussi un peu pervers, quand on regarde bien... Il n'y a qu'un seul sujet scandaleux par lui-même, par sa seule évocation ; l'inceste. Rien qu'une immoralité, un coup porté à la religion. Pas d'actions qui tiennent en haleine le lecteur, pas de grands moments d'émotions ! Rien que des dialogues interminables, des exclamations sur jouées, des personnages tragiques, malsains et perdus. le trop-plein de l'écriture de Sade tente alors pathétiquement de masquer le rien, ce néant qui envahit tout le recueil...
"Les Crimes de l'Amour" s'offre donc comme un crime contre le roman libertin, un contre-coup érotique ! Parti d'un sujet immoral et monstrueux, cher à l'auteur, Sade a presque fait de l'inceste une banalité, une pratique répandue et acceptée. Heureusement, d'autres écrits de l'auteur sont assez vibrants pour nous faire encore frissonner d'interdits, nous faire regarder dans les trous de serrures de quelques libertins débauchés et de femmes faciles. Merci !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AmandineMM
  05 janvier 2012
3,5 étoiles.
L'édition que je possède contient l'ensemble des 11 nouvelles et des notes critiques très intéressantes, présentant une comparaison entre les passages du manuscrit des années 1780 et la version publiée en 1800. Celles-ci témoignent du désir de Sade de devenir un homme de lettres, mais également du changement d'état d'esprit général après la Révolution : le point commun des changements apportés est souvent d'édulcorer, voire supprimer, les scènes pornographiques et les passages anticléricaux et/ou attaquant la religion. En contrepartie, la cruauté reste très présente et parfois accentuée, qu'elle soit l'oeuvre du destin ou de personnages persécutant d'autres. Comme dans toutes les autres oeuvres du Marquis que j'ai lues, la vertu est malmenée, malgré quelques dénouements heureux. Ceux-ci me convainquent d'ailleurs rarement, tant la peinture du vice est davantage réussie et plus forte dans ces textes. Chacun est construit selon un schéma précis, renvoyant parfois les uns aux autres (l'inceste dans Eugénie de Franval et dans Florville et Courval, le parent rival dans La comtesse de Sancerre et Laurence et Antonio, etc.), où les éléments s'enchaînent de façon à piéger les vertueux, qu'importe leurs efforts. Nul ne peut échapper à la cruauté et au crime, tout est trop bien agencé pour les y faire tomber. Sade maîtrise ses situations avec brio, tel un habile metteur en scène, multipliant les annonces, les symétries, etc.
Je ne dirais pas qu'il s'agit du meilleur écrit de Sade (bien qu'Eugénie de Franval soit particulièrement réussi), mais c'est un chef-d'oeuvre de cruauté. Un bon texte pour commencer à découvrir cet auteur, je pense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
candlemascandlemas   03 août 2016
Petite leçon de cynisme, par M. le marquis de Sade (qui, bien sûr, ne sert qu'à éduquer et mettre en garde les consciences bien pensantes, et non à les éveiller au vice) : le crime d'Oedipe est-il moins grand refoulé qu'assumé ? Freud avait certainement lu Sade...

Il s'agissait du directeur de Mme de Farneille et de sa fille... l'un des hommes les plus vertueux qu'il y eût en France ; honnête, bienfaisant, plein de candeur et de sagesses, M. de Clervil, loin de tous les vices de sa robe, n'avait que des qualités douces et utiles.
- c'est une chose si affligeante que le crime, madame, disait quelquefois cet honnête homme. (...) Livrons nous rarement aux soupçons du vice ; ils sont souvent l'ouvrage de notre amour-propre (...), nous nous pressons d'admettre le mal, pour avoir le droit de nous trouver meilleurs. (...) ne vaudrait-il pas mieux, madame, qu'un tort secret ne fût jamais dévoilé, que d'en supposer d'illusoires par une impardonnable précipitation, et de flétrir ainsi sans sujet (...) ; n'est-il pas infiniment moins nécessaire de punir un crime qu'il n'est essentiel d'empêcher ce crime de s'étendre ? En le laissant dans l'ombre qu'il recherche, n'est-il pas comme anéanti ? Le scandale est sûr en l'ébruitant, le récit qu'on en fait réveille les passions de ceux qui sont enclins au même genre de délit ; l'inséparable aveuglement du crime flatte l'espoir d'être plus heureux que celui qui vient d'être reconnu : ce n'est pas une leçon qu'on lui a donnée, c'est un conseil ; et il se livre à des excès qu'il n'eût jamais osés, sans l'imprudent éclat... faussement pris pour de la justice...

Franval embrasse mille fois sa fille ; et celle-ci, plus encouragée par ces criminelles caresses, développant son âme atroce avec plus d'énergie, hasarda de dire à son père (...) que la seule façon d'être moins observés l'un et l'autre était de donner un amant à sa mère. (...) Ce projet divertit Franval ; mais bien plus méchant que sa fille, et voulant préparer imperceptiblement ce jeune coeur à toutes les impression de haine qu'il désirait y semer pour sa femme, il répondit que cette vengeance lui paressait trop douce, qu'il y avait bien d'autres moyens de rendre une femme malheureuse quand elle donnait de l'humeur à son mari".

Franval (...) ne trouva que Valmont qui lui parût susceptible de le servir (...) :
- Valmont, as tu quelquefois fixé Eugénie ?
- Ta fille ?
- Ou ma maîtresse, si tu l'aimes mieux.
- Ah ! scélérat, je te comprends.
(...)
- Oui, mon ami, comme Loth : j'ai toujours été pénétré d'un si grand respect pour les livres saints, toujours si convaincu qu'on gagnait le ciel en imitant ses héros ! Ah ! mon ami, la folie de Pygmalion ne m'étonne plus... L'univers n'est-il pas rempli de ces faiblesses ? n'-a-t-il fallu commencer par là pour peupler le monde ? et ce qui n'était pas un mal alors peut-il l'être devenu ? Quelle extravagance ? Une jolie personne ne saurait me tenter, parce que j'aurais le tort de l'avoir mise au monde ? (...) C'est parce qu'elle réunirait tous les motifs qui puissent fonder le plus ardent amour que je la verrais d'un oeil froid ? Ah, quels sophismes... quelle absurdité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
genougenou   19 octobre 2013
Si les lois sont sans vigueur contre le jeu, si elles l'autorisent au contraire, qu'on ne permette pas au moins qu'un homme ait au jeu le droit d'en dépouiller totalement un autre, ou si l'état dans lequel le premier réduit le second au coin d'un tapis vert, si ce crime, dis-je, n'est réprimé par aucune loi, qu'on ne punisse pas aussi cruellement qu'on le fait le délit à peu près égal que nous commettons en dépouillant de même le voyageur dans un bois ; et que peut donc importer la manière, dès que les suites sont égales ? Croyez-vous qu'il y ait une grande différence entre un banquier de jeu vous volant au Palais Royal, ou Tranche-Montagne vous demandant la bourse au bois de Boulogne ? C'est la même chose, madame, et la seule distance réelle qui puisse s'établir entre l'un et l'autre, c'est que e banquier vous vole en poltron, et l'autre en homme de courage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LSHLSH   23 octobre 2016
Les rêves sont des mouvements secrets qu'on ne met pas assez à leur vraie place ; la moitié des hommes s'en moque, l'autre portion y ajoute foi ; il n'y aurait aucun inconvénient à les écouter, et à s'y rendre même dans le cas que je vais dire. Lorsque nous attendons le résultat d'un événement quelconque, et que la manière dont il doit succéder pour nous, nous occupe tout le long du jour, nous y rêvons très certainement ; or, notre esprit alors, uniquement occupé de son objet, nous fait presque toujours voir une des faces de cet événement où nous n'avons souvent pas pensé la veille, et dans ce cas, quelle superstition, quel inconvénient, quelle faute enfin contre la philosophie y aurait-il, à classer dans le nombre des résultats de l'événement attendu, celui que le rêve nous a offert, et à se conduire en conséquence. Il me semble que ce ne serait qu'un surcroît de sagesse ; car enfin, ce rêve est le résultat de l'événement en question, un des efforts de l'esprit, qui nous ouvre et indique une face nouvelle à l'événement ; que cet effort se fasse en dormant, ou en veillant, qu'importe : voilà toujours une des combinaisons trouvées, et tout ce que vous ferez en raison d'elle ne peut jamais être une folie et ne doit être jamais accusé de superstition. L'ignorance de nos pères les conduisait sans doute à de grandes absurdités ; mais croit-on que la philosophie n'ait pas aussi ses écueils ; à force d'analyser la nature, nous ressemblons au chimiste qui se ruine pour faire un peu d'or. Élaguons, mais n'anéantissons pas tout, parce qu'il y a dans la nature des choses très singulières et que nous ne devinerons jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
genougenou   19 octobre 2013
Le bonheur est idéal, il est l’ouvrage de l’imagination ; c’est une manière d’être mû, qui dépend uniquement de notre façon de voir et de sentir ; il n’est, excepté la satisfaction des besoins, aucune chose qui rende tous les hommes également heureux ; nous voyons chaque jour un individu le devenir, de ce qui déplaît souverainement à un autre : il n’y a donc point de bonheur certain , il ne peut en exister pour nous d’autre que celui que nous nous formons en raison de nos organes et de nos principes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
genougenou   02 septembre 2015
« Je ne veux pas faire aimer le vice; je n'ai pas, comme Crébillon et comme Dorat, le dangereux projet de faire adorer aux femmes les personnages qui les trompent; je veux, au contraire, qu'elles les détestent; c'est le seul moyen qui puisse les empêcher d'être dupes; et, pour y réussir, j'ai rendu ceux de mes héros qui suivent la carrière du vice tellement effroyables, qu'ils n'inspireront bien sûrement ni pitié ni amour; en cela, j'ose le dire, je deviens plus moral que ceux qui se croient permis de les embellir... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Marquis de Sade (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marquis de Sade
Vidéo de Marquis de Sade
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
9521 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre