AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Juranville (Éditeur scientifique)
ISBN : 2080708465
Éditeur : Flammarion (02/01/1997)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Un jour de lourd ennui, le Sultan des Indes Schah-Baham, petit-fils du grand Schah-Riar, le héros des Mille et Une Nuits, propose que chacun, dans sa cour, dise de ces contes dont il est si friand. Le sort désigne le jeune Amanzéi, qui raconte une de ses vies antérieures, quand Brama, pour le punir de ses dérèglements, le fit sopha. Dans cette aimable prison, l'âme forte de ses facultés inaltérées, libre de voyager d'un divan à un autre, nonchalamment à l'affût d'un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
AmandineMM
  12 août 2011
Roman libertin qui n'est pas sans rappeler, à raison, Les Bijoux Indiscrets de Diderot écrit plus tardivement dans le siècle. Ce ne sont pas les "bijoux" des femmes que Crébillon fait parler, mais un courtisan dont l'âme fut emprisonnée dans les sophas durant une vie antérieure. Libre de voyager de l'un à l'autre, il a ainsi surpris de nombreuses scènes privées et érotiques, depuis la chambre délabrée d'une pauvre courtisane au somptueux palais d'une jeune princesse, en passant par la "petite maison" d'un libertin. Il relate ces scènes sous forme de contes au sultan, friand de ce genre littéraire, mais auditeur dissipé : il ne se prive guère d'interrompre fréquemment le narrateur pour le reprendre, le prier de supprimer ses "dissertations" qui l'ennuient, etc. Ces interventions sont assez agaçantes à mon goût, mais aèrent néanmoins le récit qui tire en effet parfois quelque peu en longueur.

Si l'oeuvre de Diderot m'avait amusée, je lui préfère néanmoins de loin celle de Crébillon: moins philosophe et plus léger, le ton de celui-ci me convient davantage. Les anecdotes érotiques rapportées par le narrateur sont agrémentées de discussions sur l'amour, notamment, et révèlent surtout la face cachée de la société du temps: bien plus que par l'amour ou la vertu, les personnages sont menés par l'hypocrisie, la luxure, et surtout la vanité.
Je déconseille cette oeuvre à ceux qui y recherchent uniquement un récit érotique: le langage de Crébillon est voilé, délicat, souvent à double entente, et certainement pas cru comme peut l'être celui d'autres oeuvres libertines du même siècle. Pour les amateurs du libertinage et de ce style d'écriture à double entente, c'est un véritable régal de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Anulipe
  14 mai 2013
Bien que le sultan du Sopha soit présenté, tout au long du récit, comme un être naïf, stupide et colérique, on a fortement envie de lui donner raison lorsque celui-ci s'exclame d'un air las " Ah ma grand mère (cette dernière n'est autre que Shérazade) ! [...] ce n'était pas ainsi que vous contiez.". En effet, le conte de Crébillon assumant l'influence littéraire importante des Mille et une nuits ne parvint qu'à en produire une pâle copie, un reflet terni de cette oeuvre flamboyante où se mêle suspense, amour et aventure. le concept narratif de départ est pourtant intéressant puisque le narrateur n'est autre qu'un sopha ! Plus précisément il s'agit de l'âme du narrateur réincarné par Brama en sopha. le fonctionnement par métalepse peut aussi s'avérer piquant par la distanciation ironique qu'il permet de créer. Et pour être honnête c'est avant tout pour ces deux raisons que j'ai décidé de lire le Sopha. Etant donné que j'attendais beaucoup de ce livre j'ai été d'autant plus déçue dès que j'ai commencé à en parcourir les premières pages. Et cette déception ne se démentit pas jusqu'à la toute dernière ligne. Non seulement les historiettes d'amour narrées ne présentent aucun intérêt mais elles créent un aspect répétitif extrêmement rébarbatif car elles composent l'essentiel du récit. Les discussions entre le sultan, la sultane et le narrateur ne sauvent absolument pas l'oeuvre de Crébillon tant elles sont caricaturales et répétitives elles aussi.
Il est vrai que la problématique centrale à savoir la vertu n'est plus d'actualité de la même ce qui permet de concevoir que nous nous ne pouvons pas être sensible de la même façon à ce conte "moral". Néanmoins il est possible de saisir tout ce qu'elle peut produire de contradictoire au niveau philosophique et comportemental et c'est peut être un des rares bons points que l'on peut accorder à ce livre.
Pour résumer l'on peut dire que c'est en lisant l'auteur du Sopha que le mot "ennui" prend tout son sens. Les fanatiques de la collection Harlequin y prendront peut être du plaisir quoique si les jupons en dentelles, les chandeliers et les mots doux les font rêver je leur recommande plutôt Les liaisons dangereuses !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jeeves_wilt
  21 février 2017
C'est pas mal du tout, ça ne vaut pas les liaisons dangereuses, mais belle pirouette, mon édition est bien documenté ça aide pour les novices comme moi.
A lire en complément je tiens à le préciser, il y a mieux sur le sujet du libertinage comme indiqué en notes.
Certains passages sont un peu longuets, heureusement le volume est faible 200 page qui suffisent.
Comme dit Nastasia-B, ce n'est que mon avis et il ne vaut rien. Enfin, le sien est à tout le moins expérimenté.
Commenter  J’apprécie          20
biduldoodle
  01 avril 2010
Drôle et sensuel, c'est un pur divertissement du XVIIIe. Surtout quand on sait que Crébillon était censeur, le récit est doublement ironique !
Commenter  J’apprécie          20
Frambourgeoise
  29 novembre 2012
Une histoire avec un magnifique décor des mille et une nuit, mais plus une histoire qu'autre chose. Il n'y a pas vraiment de moral, ou très rarement. Meme si dérière, Crébillon dénonce la société Française et l'Eglise.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
jeeves_wiltjeeves_wilt   21 février 2017
Oui, répliqua-t-elle, cela vous sera sûrement plus commode ; mais faisons mieux, n'en parlez plus ; aussi bien, ne suis-je pas assez imbécile pour que vous puissiez me persuader jamais, que plus un amant a de tendresse, moins il peut l'exprimer à ce qu'il aime.
P135
Voudrez-vous donc jamais sentir qu'il semble, à la façon dont vous prenez mon malheur, que vous ne vous croyez pas assez de charmes pour le faire cesser?
Déjà troublée par les emportements de Mazulhim, elle commençait à désirer vivement qu'il se laissât moins frapper les sens, que la première fois...
P136
Zulica rougit de fureur au nouvel affront que Mazulhim faisait à ses charmes : en vérité, Monsieur, lui dit-elle, en le repoussant avec violence, si c'est une préférence que vous me donnez, j'ose dire qu'elle est mal placée.
P137
Enfin, dit-elle, je suis engagée, et il est tard. Voilà une assez bonne folie! dit-il en la rejetant sur moi(le sopha), et en voulant encore essayer s'il ne trouverait pas enfin, le moyen de lui rendre les heures moins longues.
P138
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jeeves_wiltjeeves_wilt   21 février 2017
Qui dirait à une femme, vous aimerez ce soir, à la fureur, un homme, non seulement auquel vous n'avez jamais pensé, mais que même vous haïssez, elle ne le croirait pas ; et pourtant, il n'est pas sans exemple que cela arrive! Je vous en réponds, repartit Nassés, et je serais bien fâché que cela n'arrivât pas. De plus, il est certain que rien n'est si commun que de voir les femmes aimer violemment quelqu'un qu'elles voient pour la première fois, ou qu'elles ont haï. C'est même de là que naissent les passions les plus vives. Et pourtant, reprit-elle, vous trouverez des gens, mais je dis, beaucoup, qui vous soutiennent qu'il n'y a presque point de coups de sympathie.
P183
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   12 avril 2019
S'il est vrai qu'il y ait peu de héros pour les gens qui les voient de près, je puis dire aussi qu'il y a, pour leur sopha, bien peu de femmes vertueuses.
Commenter  J’apprécie          90
jeeves_wiltjeeves_wilt   20 février 2017
Je me rappelle, qu'étant chez une femme célèbre par sa rare vertu, j'y fus assez longtemps sans rien voir qui démentît l'idée qu'on avait d'elle dans le monde. Il est vrai qu'elle n'était pas jolie, et qu'il faut convenir qu'il n'y a point de femmes à qui il soit plus aisé d'être vertueuses qu'à celles qui manquent d'agréments
P77
Commenter  J’apprécie          20
jeeves_wiltjeeves_wilt   20 février 2017
Cet exemple, et quelques autres du même genre, m'ont fait croire qu'il y a bien peu de femmes vertueuses qu'on ne puisse attaquer sans succès, et qu'il n'y en a point de plus faciles à vaincre, que celles qui ont le moins d'habitude de l'amour...
P78
Commenter  J’apprécie          10
Video de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon
Claude Prosper Jolyot de CRÉBILLON– Le Sopha (FR)
autres livres classés : libertinageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (131) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2142 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre