AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081390676
192 pages
Flammarion (25/01/2017)
2.64/5   35 notes
Résumé :
« Alors, tu te décides ou pas ? Depuis le temps que tu nous bassines avec ça. Toi, le grand âge, les infirmités, le fauteuil roulant, le mouroir... Très peu pour toi. A bientôt quatre-vingt-dix balais, il serait peut-être temps d y penser.»
Avec l'humour et le franc-parler qu'on lui connaît, Claude Sarraute raconte les bonheurs et les doutes de la fin de vie. Elle évoque aussi des souvenirs personnels tout en restant, on ne se refait pas, passionnée par l'act... >Voir plus
Que lire après Encore un instantVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Livre choisi par l'animatrice du Club de lecture pour la réunion de septembre.
Claude Sarraute a 90 ans lorsqu'elle écrit ce livre. Elle est décédée le 20 juin 2023 à 95 ans.

Quel intérêt de continuer à vivre après 90 ans ? c'est un peu la question que se pose l'autrice. Elle liste les nombreux problèmes et difficultés liés grand âge tout en se rappelant ses années de jeunesse et de maturité très riches sur tous les plans : activités professionnelles, vie sociale, familiale, maris, amants, enfants.....

Livre un peu brouillon, des répétitions, des passages amusants, émouvants, des regrets parfois.

En écrivant sur la vieillesse Claude Sarraute a 20 ans de plus que Laure Adler pour "La voyageuse de nuit". Cette différence se ressent nettement dans le ton de ces deux récits.
Commenter  J’apprécie          70
Petit livre distrayant, lecture très légère, qui contraste avec la gravité du thème : les douleurs et difficultés de la vieillesse, isolement, perte d'appétit, d'autonomie, le désir d'en finir, et la question permanente qui accompagne Mme Sarraute tous les jours :
Est-ce que j'appelle aujourd'hui l'association pour le droit à mourir dans la dignité ou est-ce que j'attends encore un peu ?
Joli petit livre de réflexion sur le thème actuel difficile et multiple de la vieillesse.
Commenter  J’apprécie          90
Un livre au ton assez léger sur un sujet relativement grave.

En effet, dans ce livre, Claude Sarraute nous parle avec tout le piquant et toute la gouaille qui la caractérise et qui a fait le bonheur des lecteurs du Monde et des auditeurs de RTL, sa fin de vie et tout ce qui la caractérise : difficultés à se mouvoir, à entendre, à voir et les habitudes de vieille dame qui s'installent petit à petit. Elle nous parle également de sa mort, de sa volonté de partir dans la dignité...ce qui contraste encore avec ce ton plutôt léger qui caractérise le récit.

Ce livre est également l'occasion de retracer sa propre vie entre vie privée tumultueuse et vie professionnelle passionnante, mais aussi de donner son avis (tranché) sur la modernité.

En somme, un récit intéressant sur la vieillesse, même si parfois, l'évocation de la mort et du suicide peut provoquer le malaise...
Commenter  J’apprécie          00
J'ai trouvé le questionnement de Claude Sarraute sur sa vie intéressant, savoir ce qu'elle veut vraiment.
Les souvenirs qu'elle raconte sont souvent drôles.
Mais bien que son livre ne soit pas si long, j'ai trouvé dans la deuxième partie du livre un peu de redondance et peut-être aussi moins structuré et du coup m'a un peu moins plu.
Quoi qu'il en soit c'est un livre qui se lit vite et nous amène à des questionnements sur la fin de vie.
Commenter  J’apprécie          20
J'ai bien aimé le côté décousu de ce livre, où la pensée défile sans de logique toujours évidente. J'ai aimé l'impression d'être proche de cette personne âgée qui parle d'elle. Discours ponctué de remarque, de questions, formulées par un autre ou par elle-même. Ce que j'ai préféré, je crois, ce sont les dernières pages. J'ai passé un doux moments avec ces mots.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
L’amour tout court, pour moi, ça ne veut rien dire parce que ça veut tout dire : l’amour de la nature, de la patrie, de Dieu, du prochain. Rien de bien personnel, avouez. L’amour auquel je pense se pratique le plus souvent à deux et de plus en plus longtemps. La ménopause, la fin de la procréation, pour nous, les filles, ce n’est plus – il s’en faut ! – la date limite au-delà de laquelle nous ne sommes plus bonnes pour la consommation. Au contraire. On se sent libérées. Oubliés les règles douloureuses, la pilule, le stérilet et tout le tintouin. L’amour, on peut continuer à le faire jusqu’à plus d’âge. Question de besoin, de goût, de talent et de faculté d’adaptation.
Commenter  J’apprécie          20
Bah, justement, je n'en ai plus. Ma vie est devenue un calvaire. J’enchaîne malaise vagal sur douleurs lombaires. Je
ne tiens plus debout, mes muscles ont fondu vu que la marche m'est fortement déconseillée et depuis que j'ai entrepris d'écrire ce fichu bouquin, le reste du temps je m'ennuie .

p 77
Commenter  J’apprécie          50
La nature est ainsi faite et bien faite qu’à force de se résigner, de surmonter les obstacles ou de s’arranger pour les éviter, on finit par s’en accommoder. Dans mon cas, rien ne pouvait expliquer à l’époque cette détresse absolue, soudaine, d’une violence intolérable dont le souvenir, oublié dès le lendemain, me revient dans toute son horreur aujourd’hui.
Commenter  J’apprécie          31
Ce que je vous ai sacrifié aussi, c’est la volupté de la paresse, c’est le bonheur chèrement acquis de me vautrer dans ma flemme, de prendre mon temps et surtout de le perdre. Sans aucun remords, sans aucune mauvaise conscience.
Commenter  J’apprécie          30
Bon, alors, même si le bonheur, le vrai, le fort, le grand, je ne l’ai connu que par instants, l’argent, en revanche, a joué un rôle non négligeable dans la vie de la vieille pute que j’ai été et que je ne suis plus, bien obligée, depuis une bonne quinzaine d’années. Vous connaissez la formule : il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour. Je l’ai toujours faite mienne. Des preuves tangibles, dîners, voyages, cadeaux, appart, maisons au temps des amours-passions. Des preuves plus subtiles sous forme d’attentions, de compliments, de fleurs, de coups de téléphone ensuite.
Sans parler, au risque de vous choquer, du piment terriblement aphrodisiaque qu’ajoute pendant l’amour – ni avant ni après, pendant – un billet de banque pour prix d’une caresse ou d’une position particulièrement chères, dans tous les sens du mot, à votre partenaire.
Commenter  J’apprécie          01

Videos de Claude Sarraute (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Sarraute
Claude Sarraute rit de la mort ! - On n'est pas couché #shorts #onpc
autres livres classés : biographieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (65) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1708 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..