AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Elsa Zylberstein (Préfacier, etc.)
ISBN : 2369145099
Éditeur : Libretto (18/10/2018)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 149 notes)
Résumé :
Une jeune femme qui se bat contre la maladie, de retour au sanatorium dont elle ne reviendra peut-être pas, ouvre une lettre que vient de lui remettre son amant. Lettre de rupture, ou plutôt de congé. A quoi elle répond ici au nom de cette Vie qu'elle risque de n'avoir plus longtemps à vivre, mais qu'elle persiste à vouloir exempte de toute tiédeur, de tout compromis.
Un cri pur, sur le mode intraitable ; et la revendication blessée mais sûre de soi d'un amou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
Malaura
  14 mars 2012
« La certitude que quelqu'un continue à aimer et à attendre, pour qui le reste n'est qu'un dérivatif momentané et sans pouvoir, est un grand bonheur pour un malade. Il a la sensation que la vie qu'il a laissée s'est aperçue de son absence. »
C'est avec cette aspiration chevillée au coeur et au corps, cette fragile et douce espérance que son amant attendra son retour, que Marcelle Sauvageot rejoint le sanatorium où elle doit être soignée contre le mal qui la ronge depuis plusieurs années, la tuberculose.
Mais quelques jours plus tard, l'espoir d'un futur permettant de « continuer en mieux ce qui était autrefois » s'effondre brusquement, avec la réception d'une lettre de l'homme aimé contenant ces quelques mots lapidaires « Je me marie….Notre amitié demeure… ».
Une lettre de rupture qui la laisse au bord du vide et l'esprit en souffrance mais avec malgré tout le désir farouche de répondre à l'offense et à la trahison par une longue missive adressée à l'amant perdu.
Une lettre qui ne sera jamais envoyée mais dans laquelle l'auteur pourra exprimer sa détresse, analyser les variations de son coeur et explorer ses sentiments vis-à-vis de l'amour, de la relation amoureuse entretenue avec l'être aimé ou encore des termes employés pour tenter d'adoucir l'annonce de la rupture par celui qu'elle surnommait « Bébé ».
Ce texte intitulé « Commentaire » lors de sa première parution en 1933 sera le seul écrit que laissera Marcelle Sauvageot (1900 – 1934), décédée peu après des suites de sa maladie à 34 ans à peine.
D'abord parue dans l'intimité, cette oeuvre vibrante d'émotion et de justesse et encensée par des écrivains tels que Clara Malraux, Charles du Bos (qui en signe l'avant-propos) ou Jacques Chardonne, n'a pas cessé d'être rééditée depuis 80 ans, ralliant un public de plus en plus large bouleversé par la puissance, l'authenticité et l'universalité de son sujet.
Car « Laissez-moi » fait partie de ces écrits intimes où l'on est dans le vrai, dans le juste, dans ce que l'esprit s'octroie délibérément de franchise et de légitimité quand il sait que la maladie le tient en sursis. Pour Marcelle Sauvageot, il n'est plus temps de mentir ou de paraître autre que ce que l'on est.
Ce qu'elle ne peut plus trouver auprès d'un amant qui aurait été à la fois son complice, son double et son confident, elle entend le trouver au fond d'elle-même, puisant dans la lucidité et l'acuité de son regard la force de s'affranchir de la souffrance et de surmonter l'épreuve.
Le regard qu'elle jette alors sur la relation homme / femme et notamment sur son ancien amant, est des plus affûtés et des plus clairvoyants.
C'est d'abord la volonté de démythifier un tant soit peu l'être aimé, de le remettre à sa juste place en soulignant l'indélicatesse toute masculine du comportement de rupture. La demande d'amitié formulée pour compenser l'impossibilité de l'amour, si elle est souvent de mise dans ce genre de situation, est loin d'être une option envisageable pour Marcelle Sauvageot qui s'en explique en décrivant avec une ironie fine les liens qui unissent communément les « amis » et ne sauraient s'appliquer à son ancien amour.
C'est aussi le travail d'introspection, les interrogations et l'expression de la souffrance, les erreurs et les hésitations, les difficultés à dévoiler ses sentiments. « En niant que mon coeur aime, je m'attache plus que celui qui me dit : je t'aime. Je voudrais qu'on me devine : mais on ne voit que les pirouettes et l'ironie. Lui aussi n'a dû voir qu'elles ; je ne lui ai rien montré d'autre. Est-ce que je n'ai pas trop demandé à son attente ? »
Marcelle Sauvageot fait montre d'un esprit d'indépendance rare pour l'époque. Son intelligence vive et réfléchie, son insolence, sa modernité, la force et la dignité qu'elle projette dans ces belles lignes écrites sans complaisance, avec un grand souci de rigueur, de clarté et d'honnêteté vis-à-vis de soi- même et des autres, embrasent le texte d'une émotion purifiée de tout pathos ou de toute autre exagération sentimentale.
La sincérité du ton ajoutée à la pertinence de l'analyse, à la précision des arguments, lui donnent une dimension universelle ainsi qu'un parfum de doux féminisme. le passage par exemple, dans lequel l'auteur parle des femmes mariées n'ayant que le mot « mon mari » à la bouche est encore bien d'actualité lorsqu'on écoute certaine femme autrefois si « libérée » nous donnant du « Mon Mari » à toutes les sauces depuis leur union avec un certain chef d'état ….
« Laissez-moi » est de ces oeuvres qui résonnent longtemps au fond de soi parce qu'elles disent l'indicible avec des mots qui reflètent chacun d'entre nous.
A la perte des illusions, au renoncement d'un tendre amour, au combat de la maladie, Marcelle Sauvageot oppose encore et toujours la petite flamme de la vie et l'éclat fulgurant d'une existence brève mais intense.
« J'aimerais conserver en moi comme un talisman le souvenir d'hier soir. Fermons les yeux pour que l'illusion revienne. C'est la même chose qu'en rêve : il ne faut pas bouger.»
A noter dans la nouvelle édition Libretto, la très belle préface d'Elsa Zylberstein qui a interprété « Laissez-moi » en 2007 au théâtre des Bouffes du Nord sous la direction de Laetitia Masson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          455
fanfanouche24
  12 décembre 2013
Un très forte hésitation à rajouter une einième note de lecture sur ce livre devenu livre-culte pour un nombre grandissant de lecteurs...hésitation démultipliée en parcourant avec attention les critiques des babéliens, toutes excellentes, sans parler de celle de Malaura... que j'aurais bien voulu rédiger !!!!...
Cette lecture me fut un "vrai coup de poing"...qu'il est nécessaire de relire, pour en capter toute la sève irradiante...
En fait , je n'ai pas envie de décrire pour la einième fois, l'intrigue et le sujet de ce récit, d'une intensité bouleversante. L'intensité de ces lignes tient au ton, au style des plus dépouillés, débarrassés de tout larmoiement, de toute fioriture. Une exigence morale, une haute idée de l'Amour qui ne peut accepter ni les compromissions ni les tiédeurs et encore moins être un prétexte pour échapper à la solitude de tout humain....
J'ai choisi , de cette auteure, ce passage qui dit le courage, la dignité, la lucidité,la volonté de vivre la tête haute, en dépit de la maladie, du chagrin d'amour foudroyant. L'expression absolue d'une très jeune femme indépendante, fière et ardente....jusqu'à son dernier souffle.
-Le passé veut mourir. Depuis de longs mois, sans savoir, je lutte pour qu'il ne meure pas. Je me suis raccrochée à lui, à vous...avec rage, avec tristesse, avec amour. J'ai voulu que tout continue immuable...et j'ai dit chaque jour: demain ce sera comme c'était autrefois. Ce "demain" n'est pas venu. (...) Je devrais être plus seule; j'ai le vertige d'un vide où mon coeur privé d'amour se sent défaillir à la pensée des jours creux qui vont venir. Vous êtes parti, mais je me retrouve et je suis moins seule que ces jours passés où je vous cherchais. Je me suis revenue, et avec moi, je vais lutter pour continuer. (p.82)
Revenons à la destinée de ce livre -
"trois éditions de "Commentaire" (titre d'origine) se succédèrent; la première en 1933, la seconde en 1934 précédée d'un avant-propos de Charles du Bos (A la Connaissance, chez René -Louis Doyon), la troisième sur l'initiative de Jacques Chardonne en 1936 (chez stock). le livre fut oublié dans la période d'après-guerre, où prévalut une littérature volontariste et construite. Mais assez vite il attira l'attention de lecteurs et surtout de lectrices attentives: Clara Malraux dans ses Mémoires (Le Bruit de nos pas, tome IV, p. 283) affirmait: "Commentaire" aurait dû être une date dans la littérature féminine. Premier livre écrit par une femme qui ne soit pas de soumission...Ah ! ce n'est pas elle qui, comme Colette, aurait trouvé normal d'accepter des caresses qu'elle n'appelait pas... Livre d'une tristesse sobre, écrit devant la mort et devant la faiblesse masculine qui se pare d'autorité; livre de dignité puisqu'on ne peut empêcher le départ, celui de l'autre, le sien. Tout cela avec une richesse un peu sèche. Admirable" (p. 120 / Postface- Visite de la Plaine à la Montagne par Jean Moton )
Et pour compléter le nom des admirateurs célèbres, voici les mots précieux de l'éditeur dans la préface " Ce livre, en bonne logique, aura donc connu l'épreuve du désert-mais ceux qui ont pratiqué le désert, justement, savent que c'est le lieu des plus hautes rencontres. Promis à toutes les fragilités, à toutes les solitudes et peut-être à l'oubli, il aura réussi malgré tout à croiser la route de quelques passants de premier rang: Valery, Claudel, Charles du Bos , René Crevel, Henri Focillon Clara Malraux... Tous ont clamé, sans être beaucoup entendu, leur admiration pour ces pages intraitables devant lesquelles ils ont rendu les armes." (p.15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          266
Petitebijou
  17 décembre 2013
Je voudrais juste rajouter à toutes les critiques ici extrêmement élogieuses et que je partage en très grande partie, une toute petite nuance : oui cette introspection est d'une profondeur et d'une exigence rares, et ce témoignage amoureux poignant. Oui, certaines phrases sont d'une beauté étonnante. Mais ce que je retiens surtout est que cette femme écrit cette lettre (non pas à des fins d'être publiée), en 1930, et qu'elle y affirme avec force une indépendance et un féminisme tout à fait rares pour l'époque.
Je dois reconnaître que pour ma part j'ai un peu fléchi dans mon admiration par moment, trouvant l'expression un peu trop désincarnée, mais c'est un ressenti tout à fait personnel qui n'altère en rien la certitude que Marcelle Sauvageot aurait pu nous transmettre des oeuvres encore plus abouties si la maladie ne l'avait pas emportée.
Toutefois, ce qui m'a surtout gênée, c'est la postface et l'orientation appuyée (je dirais presque "récupération") vers des valeurs religieuses et chrétiennes. Quelles que soient les convictions de l'auteur ou de ses amis, que je respecte, je trouve que c'est affaiblir la portée de cette lettre qui dépasse de loin, selon moi, tout attachement religieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
fabienne2909
  16 février 2013
Magnifique ouvrage que ces lettres, non envoyées à leur destinataire, qu'a écrites Marcelle Sauvageot : elles sont une réaction à la lettre de rupture envoyée par son amant (et qui lui annonce qu'il se marie !), alors qu'elle revenait une nouvelle fois dans un sanatorium pour y soigner la tuberculose qu'elle traînait depuis des années.
Toujours digne, Marcelle Sauvageot y exprime la souffrance qu'elle éprouve devant cette épreuve sentimentale, mais sans pathos excessif. Ecrites en 1930, elles n'ont pas souffert des années qui ont passé, et on pourrait les croire rédigées récemment.
Un tout petit livre à lire pour un exemple d'écriture poignante, d'orgueil bien placé (elle refuse en effet de se laisser mortifier par le manque d'amour de son amant) et d'une élégance sans bornes et admirable.
Commenter  J’apprécie          190
MahaDee
  13 février 2019
Une rupture amoureuse n'est jamais facile. Mais quand la femme délaissée est de surcroît très malade, la tuberculose, et apprend la rupture par une lettre que lui a adressé son amant, lors de son retour au sanatorium ; le choc est certainement plus rude encore.
"Je me marie... notre amitié demeure..."
Du 7 novembre au 24 décembre 1930, le texte retrace un pseudo échange épistolaire. L'homme écrit, mais on n'en voit que des bribes ; la femme répond, mais sans jamais rien expédier. Son texte s'apparente davantage au journal intime qui permet de garder trace de l'évolution des sentiments.
La lettre de rupture est reçue le 10 décembre, deux petites semaines pour digérer la douleur et tirer un trait.
Dignité, sobriété, intensité, dépouillement du style. Si l'amour est affaire de sentiments et d'émotions où l'intellect est souvent placé en arrière plan , on est frappé de voir comment Marcelle s'en affranchit par l'analyse toute intellectuelle... et froide.
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
PrettymopsPrettymops   19 octobre 2019
Quand un parfum plaît, on cherche à le retenir, à le retrouver ; on ne se laisse pas complètement griser, afin de pouvoir l'analyser et s'en imprégner peu à peu, au point d'en avoir la sensation physique rien que par le souvenir; quand le parfum revient, on le respire plus lentement, plus doucement, pour sentir les effluves les plus ténus.
Commenter  J’apprécie          20
MalauraMalaura   12 mars 2012
Notre amitié sera une très jolie chose à l'avenir; nous nous enverrons des cartes postales pendant nos voyages et des bonbons en chocolat au Nouvel An. Nous nous ferons des visites; nous prétendrons être ce que nous croyons être et non pas ce que nous sommes; nous nous dirons beaucoup de "merci", "excusez-moi", des mots aimables que l'on dit sans penser. Nous serons des amis. Croyez-vous que ce soit nécessaire?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
MalauraMalaura   13 mars 2012
J’essayais de garder un petit appui en dehors de vous, afin de pouvoir m’y accrocher le jour où vous de m’aimeriez plus. Ce petit appui, ce n’était pas un autre, ce n’était pas un rêve, ni une image. C’était ce que vous appeliez mon égoïsme et mon orgueil ; c’était moi que, dans la souffrance, je voulais pouvoir retrouver.
Commenter  J’apprécie          340
fabienne2909fabienne2909   16 février 2013
Quand une souffrance est inconnue, on a plus de force pour lui résister, car on ignore sa puissance : on ne voit que la lutte et on espère qu'une vie plus pleine reprendra plus tard. Mais quand on sait, on voudrait lever les mains pour crier grâce et dire avec une stupeur fatiguée : "Encore !" On voit d'avance toutes les phases douloureuse par où il faudra passer et on sait qu'après il y a le vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
saphoosaphoo   04 juillet 2010
On attend une lettre ; on espère dans une visite retrouver une illusion d'autrefois ; le cœur bat quand la porte s'ouvre ; la poignée de main produit l'émotion du baiser ancien ; on conserve soigneusement une rose apportée ; un compliment banal paraît un regret. Puis l'enchantement s'en va, et l'on sait très bien que tout cela est faux. Ce sont des lianes souples qui s'agrippent, retiennent dans un passé évanoui et laissent sans force pour agir et vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Marcelle Sauvageot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcelle Sauvageot
Marcelle SAUVAGEOT – Laissez-moi
autres livres classés : tuberculoseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Marcelle Sauvageot (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..