AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine de Saint-Exupéry (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2070603393
Éditeur : Gallimard (18/09/2008)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 188 notes)
Résumé :
Joann Sfar retrouve en bande dessinée la poésie, l'émotion et toute la force symbolique du célèbre conte. Fidèle au livre de son enfance, il l'est aussi à lui-même et raconte l'histoire avec la grâce et la générosité qui le caractérisent.PRIX LIRE de la meilleure BD de l'année 2008.ESSENTIEL JEUNESSE - Angoulême 2009
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Titipanzani
11 mai 2013
Ça faisait longtemps que j'avais envie d'ajouter une critique à ce roman. Mais je ne savais pas quoi rajouter tellement tout le monde avait tout dit et tellement ce roman est inqualifiable et impossible à critiquer . C'est l'un des rares livres qu'il faut lire et relire, l'un des rares auquel on peut trouver des interprétations différentes. Qu'on soit enfant ou adulte, le Petit Prince ne laisse personne d'indifférent. Il est tellement simple et profond, riche et étonnant. C'est mon roman préféré. Dans la poésie de ses mots, Antoine de Saint-Exupéry me fait ressentir des choses que je n'avais jamais ressenti dans d'autres oeuvres. Et comme il le dit magnifiquement ... "On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux." Superbe.
Commenter  J’apprécie          310
Renatan
27 mai 2016
« Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants, mais peu d'entre elles s'en souviennent. »
Cette histoire d'amour a commencé j'avais à peine 12 ans et, depuis, elle ne m'a jamais quittée. J'en ai rêvé des nuits de ce petit garçon au regard azur et aux cheveux d'or. On disait de lui qu'il était tombé du ciel, ébloui par une étoile. Qu'en plein désert, à mille milles de toutes les terres habitées, il avait surpris de sa petite voix un aviateur…
« S'il te plaît... dessine-moi un mouton! »
J'avais aussi entendu dire qu'il avait rencontré des gens un peu bizarres. Un roi, un buveur, un vaniteux, un allumeur de réverbères, un géographe... Si je ne pouvais pas encore apprécier toute la saveur de leurs échanges, je me doutais bien qu'en lui vivait un petit homme qui avait toutes les curiosités de saisir le monde qui l'entoure.
« Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d'un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l'essentiel. Elles ne vous disent jamais : "Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu'il préfère ? Est-ce qu'il collectionne les papillons ?" Elles vous demandent : "Quel âge a-t-il ? Combien a-t-il de frères ? Combien pèse-t-il ? Combien gagne son père ?" Alors seulement elles croient le connaître. »
C'est alors que j'ai croisé la route du renard…
J'ai mis des années à comprendre pourquoi on risquait de pleurer un peu si on s'était laissé apprivoiser. Que l'on devient responsable de ses engagements et qu'il faut prendre le temps d'approfondir pour mieux connaître. S'asseoir un peu plus loin, d'abord, et regarder du coin de l'oeil. Puis s'approcher, doucement. Tout cela m'apparaissait tellement triste! Je n'avais pas encore compris que se laisser apprivoiser pouvait susciter le manque, mais qu'en même temps, tout l'amour qu'il contenait était le cadeau d'une vie. Je n'avais pas encore compris que c'était à cause de la couleur du blé… Qu'« on ne voit bien qu'avec le coeur et que l'essentiel est invisible pour les yeux »…
« Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. »
On disait justement de mon Petit Prince qu'il était tombé amoureux d'une rose, une rose unique au monde, ce qui l'avait désemparé. Et que le renard l'avait aidé à s'y retrouver un peu. Au premier regard, elle avait l'air d'une rose comme toutes les autres. Puis, il l'avait arrosée, abritée sous un paravent et mise sous un globe. Il l'avait même écoutée se plaindre et se vanter. Ainsi, elle était devenue importante, à cause du temps qu'il y avait consacré…
« C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui rend ta rose importante. »
Il lui fallut un long voyage pour le comprendre, saisir à quel point il l'aimait. Un voyage duquel on ne revient jamais que par l'esprit. Aimer, c'est accepter de voir l'autre disparaître un jour. Pauvre Petit Prince… À moins que ce soit toi qui aies tout compris? Tu disais que « Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et que c'est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications. » Moi, je veux bien te croire… D'ailleurs, l'aviateur m'a priée de le prévenir si jamais je croise ta route un jour. Tu voudrais bien qu'on s'apprivoise l'un l'autre? Nous serons uniques au monde…
Chaque fois que je retrouve le Petit Prince de St-Exupéry, je me surprends à le chercher dans les recoins de mon coeur. Après tout, il m'a enseigné beaucoup de ces valeurs essentielles que les grandes personnes ne m'avaient pas encore apprises. Il m'a montré que la vie est une histoire de rencontres. Que l'écorce est la part superficielle des choses. Que, lorsque l'on devient de grandes personnes, on se retrouve souvent emprisonné par les choses matérielles, que l'on s'accroche à l'inessentiel. Que l'on juge par rapport aux apparences. Que les grelots dans le ciel ou les champs de blé peuvent nous rappeler les gens que l'on aime. Mais avant tout, qu'on a tous un enfant en nous…
Si vous le croisez quelque part, vous lui direz que je l'attends toujours?
Je t'aime mon Petit Prince xx

Lien : http://www.lamarreedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
colimasson
30 décembre 2013
La bande dessinée rivalisera peut-être un jour avec le cinéma dans le nombre d'adaptations littéraires qu'elle effectue. Même Joann Sfar, auteur pourtant prolixe et original, a commis quelques incartades dans le domaine. Si on connaît un peu son oeuvre et pour peu que l'on ait déjà bivouaqué en sa compagnie, on comprendra tout de suite la proximité qui lie l'univers de Joann Sfar à celui du Petit Prince de Saint-Exupéry.

Ainsi Joann Sfar s'inspire-t-il des personnages, des situations et des aventures vécues par le Petit Prince pour illustrer ses propres motifs de création personnels. On ne sera pas étonné de voir le bonheur avec lequel il anime fleurs, animaux et créatures oniriques, comme il avait déjà donné vie à un Chat du rabbin plus rusé et plus sensible que n'importe quelle autre créature humaine. Il laisse à Antoine de Saint-Exupéry ses dessins originaux pour inventer un nouveau langage pictural aux couleurs intenses et aux traits enivrés, qui respectent toutefois la simplicité originelle de l'oeuvre.

Cette adaptation du Petit Prince n'opère pas une réduction de l'intrigue. Celle-ci connaît d'ailleurs de légères modifications qui prennent du sens lorsque l'on comprend que Joann Sfar chercher à nous en livrer sa vision personnelle et philosophique. Ainsi transforme-t-il le Petit Prince en allégorie de la disparition, qu'elle soit disparition du présent, disparition des amis –mort multiforme. L'adaptation de Joann Sfar contient une force qui suffit à nous redonner envie de lire le Petit Prince –non pas pour chercher dans l'un ce qui manque à l'autre et réciproquement, mais pour conjuguer leurs beautés dans la synergie.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
Titipanzani
16 janvier 2013
Ayant adoré le Petit Prince de Saint-Exupéry, quand j'ai vu cette bande-dessinée je n'ai pas hésité à la prendre. Mais j'étais assez dubitative, j'ai tellement aimé l'original que je me suis dit que ce serait sûrement une déception. Eh bien non, j'ai été agréablement surprise. Les illustrations font que l'histoire se trace encore mieux dans notre tête. Joann Sfar reste fidèle au roman et bien que l'original est irremplaçable, je n'hésiterai pas à relire cette B.D qui m'a beaucoup plu !! Je la conseille vraiment, c'est très intéressant d'avoir lu l'original et l'adaptation littéraire en B.D de cette oeuvre magique qui continuera de faire rêver les petits comme les grands ! ♥
Commenter  J’apprécie          130
Kyeira
02 septembre 2012
Je suis tombée sur ce livre complètement par hasard (comme souvent) à la médiathèque. A vrai dire, je n'étais vraiment pas venue pour ce livre à l'origine.
Et donc j'n'ai pas hésité une seule seconde, et je l'ai pris sur ma carte.
Le Petit Prince. Un conte qui me fait totalement rêver, l'un de mes préférés (l'autre étant Alice au pays des merveilles, mais ça, c'est une autre histoire).
J'ai vraiment eu la curiosité de lire l'adaptation en BD, et j'ai eu franchement bien fait.
Comme d'habitude, je préfère emprunter les BD, car leur prix me repousse généralement..
Je vais commencer par le principal, ce qui tape à l'oeil en premier : les illustrations.
Bon, je suis pas une grande fan de ce type de graphisme. Et je pense que si l'histoire n'aurait pas été la même, je n'aurai pas été emballée.
J'aime ce qui est beau (mais je suis ouverte à tout !).
J'ai été très emballée par les couleurs, leur vivacité, les lumières et leur contraste.
Les traits sont plutôt exagérés, le Petit Prince a de graaands yeux bleus innocents par exemple. Ils sont presque caricaturaux, il suffit de voir le roi qui gouverne sa planète
Ensuite, l'histoire. J'ai eu l'impression que les bulles étaient écrites à la main. A la fois un point positif et négatif. On prend plaisir à lire et découvrir ce qui est écrit, mais par endroit il n'est pas facile de déchiffrer. Ça m'est arrivé deux ou trois fois, sur 110 pages je trouve cela raisonnable.
On reprend le scénario général du Petit Prince, avec quelques légères modifications dans l'histoire. L'intrigue reste la même.
J'ai trouvé un petit plus à la BD que je n'ai pas ressenti à la lecture du récit.
Le fait que les images se rassemblent avec le texte procure une certaine émotion.
J'ai été beaucoup émue par la fin, j'en ai eu les larmes aux yeux.
(C'est comme ça que je qualifie un livre coup de coeur ou non. Un livre qui me fait ressentire de l'émotion.)
Ce livre est une jolie perle, et plus tard, c'est l'un des livres que j'aimerais avoir dans ma bibliothèque !
On retrouve également les merveilleuses phrases présentes un peu partout. On peut d'ailleurs en voir une sur l'image avec le renard.
Les métaphores, présentent dans le roman de St. Saint-Exupéry, sont parfaitement imagées, et attendrissent d'autant plus.
Je conseille donc fortement pour ceux qui ont aimé le Petit Prince, et pourquoi pas à ceux qui aimeraient le découvrir même si une lecture de l'original reste essentiel.
Le seul bémol, comme la plupart des BD reste le prix.
Quoi que pour celle-ci, je pense que 19 € peut aller !
J'ai été sous le charme !
Lien : http://croquelesmots.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Les critiques presse (1)
BulledEncre27 janvier 2012
On peut dire après lecture que celui qui connaît le petit prince de Sfar, connaît celui de Saint-Exupery. A contrario, celui qui connaît l’œuvre magistrale de Saint-Exupery est bien loin de se douter qu’un tel Petit Prince existe…
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson05 janvier 2014
- Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?
- C’est une chose trop oubliée. Ça signifie créer des liens.
- Créer des liens ?
- Bien sûr. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon semblable à cent mille autres. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
colimassoncolimasson30 décembre 2013
Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules. J’ai beaucoup vécu chez les grandes personnes. Je les ai vues de très près. Ça n’a pas trop amélioré mon opinion. Je leur parle de bridge, de golf, de politique et de cravates. Jamais de serpent boa. On n’a rien d’intéressant à se dire.
Commenter  J’apprécie          70
PAFLittJPAFLittJ05 janvier 2015
"On ne voit bien qu'avec le cœur, l'essentiel est invisible pour les yeux"
Commenter  J’apprécie          290
gege255gege25530 novembre 2013
La terre n'est pas une planète quelconque ! On y compte cent onze rois, sept mille géographes, neuf cent mille businessmen, sept millions et demi d'ivrognes, trois cent onze millions de vaniteux.
C'est-à-dire environ deux milliards de grandes personnes.
Commenter  J’apprécie          60
10clap10clap26 novembre 2013
On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Joann Sfar (73) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joann Sfar
Tous les romans de notre rentrée littéraire.
De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles, Jean-Michel Guenassia La gloire des maudits, Nicolas d'Estienne d'Orves Les sables de l'Amargosa, Claire Vaye Watkins Sangliers, Aurélien Delsaux Le Courage qu'il faut aux rivières, Emmanuelle Favier La Nuit des enfants qui dansent, Franck Pavloff Bakhita, Véronique Olmi La Vengeance du pardon, Eric-Emmanuel Schmitt La tour abolie, Gérard Mordillat Un dissident, François-Régis de Guenyveau Underground Railroad, Colson Whitehead Le songe du photographe, Patricia Reznikov Vous connaissez peut-être, Joann Sfar Cox ou la course du temps, Christoph Ransmayr Frappe-toi le c?ur, Amélie Nothomb
+ Lire la suite
autres livres classés : atelierVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le chat du rabbin

De quelle couleur est mon pelage ?

Gris souris
Tigré
Ebène

10 questions
106 lecteurs ont répondu
Thème : Le chat du rabbin Intégrale de Joann SfarCréer un quiz sur ce livre
. .