AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782355847721
Sonatine (29/08/2019)
4.07/5   440 notes
Résumé :
À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité, qui élève sa fille pour qu'elle lui succède. Mais le jour où Harley est en passe de reprendre les rênes de l'empire familial, elle décide de faire les choses à sa manière, même si cela signifie de quitter le chemin tracé par son pèr... >Voir plus
Que lire après Mon territoireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (136) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 440 notes
°°° Rentrée littéraire 2019 #28 °°°

Ce que je retiens de ce roman noir très réussi, c'est avant tout son incroyable héroïne, la puissante Harley, 22 ans, héritière malgré elle d'un empire criminel construit par son père, mais aussi d'une violence en bandoulière pour laquelle elle est surentrainée depuis son enfance pour être prête le jour où son règne viendra et qu'il faudra prendre possession de son territoire.

Du coeur et des tripes. C'est elle qui apporte toute sa force à une intrigue somme toute classique de guerre des clans emplie de fusillades, de trahisons et de corruption dans une Californie rurale du Nord racontée comme un western contemporain.

3 jours pour tout changer, 3 jours pour trouver une autre voie, 3 jours pour reprendre les rênes à sa manière et vivre sa vie loin des diktats familiaux ou masculins.

La première phrase harponne direct : « J'ai huit ans la première fois que je vois papa tuer un homme. » le récit se fait ensuite très habile, mêlant temps présent et passé de Harley qui nous permet de découvrir son éducation de tueuse d'élite. On s'attache irrémédiablement à cette héroïne à l'humanité profonde, pleine de doutes et de contradictions, animée par une détermination ahurissante, guidée par un féminisme instinctif qui la pousse à diriger un motel-refuge pour protéger des femmes battues, des laissées pour compte victimes de multiples violences.

J'ai dévoré les 600 pages comme une mort-la-faim, chaque fin de ( courts ) chapitres t'injectant une dose d'adrénaline ou de suspense qui te pousse à poursuivre. Même si on comprend assez vite dans quelle direction va se diriger le plan méticuleux de Harley, le plaisir de lecture est là, la fin est belle, entre ténèbres et rédemption. Fascinante Harley au « coeur en fil de fer barbelé » ( traduction du titre original « Barbed wire heart ».4

Lu dans le cadre du jury Grand Prix des Lectrices Elle 2020 ( n°12 )
Commenter  J’apprécie          10110
Ce roman très noir présente une structure originale alternant le présent concentré en trois grandes journées de la vie de l'héroïne, et le passé qui déroule quasiment une vingtaine d'années de sa vie.

Cette mise en scène en tranches de vies, présentes et passées, choisie par Tess Sharpe, peut surprendre au début, puis on est vite embarqué et les pages tournent à toute allure pour suivre le déroulement de ces trois journées décisives et feuilleter en même temps l'album familial douloureux de Harley.

Harley Jean est l'archétype des héroïnes des beaux romans où les filles sont les vedettes, telles Turtle, Tracy, Angela, Kya et bien d'autres, l'histoire étant toujours installée au coeur de la nature, celle-ci étant toutefois à peine considérée dans le "territoire" de Harley. Son territoire est encore plus sauvage que celui du milieu naturel, c'est celui de la violence, de la drogue, des femmes battues, de la domination de ceux qui se croient forts, de l'humiliation des faibles.

Enfant, adolescente, jeune adulte, elle est confrontée au mal, à la toute puissance de son père, Duke, qu'elle aime en le haïssant, à qui elle obéit aveuglément, jusqu'aux temps où elle va prendre les initiatives et les commandes. Cette relation père-fille est largement travaillée par Tess Sharpe et les nombreuses adjurations à l'impératif, en italique dans le texte, lui rappellent sans cesse qui elle doit être, lui laissant cependant la possibilité de devenir qui elle veut être.

Sur le plan littéraire, il y a assurément des manques, découlant quelquefois sans doute de la traduction, mais les dialogues sont intenses, porteurs de sens, de sang aussi qui coule pas mal au long des pages.

Harley est une belle héroïne qui navigue dans le mal commis autour d'elle, une héroïne qui veut le bien autour d'elle, qui le fait, qui ne veut pas tuer, qui est capable d'abnégation en soulageant les maux des femmes et des enfants martyrisés par les hommes alcoolisés et tellement sûr de leur supériorité sur celles qui ont à peine le droit d'exister.

Racisme, persécutions, violences, haines familiales sont la trame de ce roman dominé par Harley qui en appelle souvent à Dieu qui a aussi son territoire et qu'elle respecte sans croire vraiment à ses interventions, mais convaincue qu'il observe les actes de chaque protagoniste.

Le père, Duke, est aussi une grande figure, terrible et terrifiante pour ceux qui le trahissent, dur et aimant envers Harley, n'envisageant pas cependant l'avenir comme elle. Harley lui laisse ses illusions, agit en ces trois journées qu'elle a mûrement pensées et dans lesquelles elle s'engage avec opiniâtreté, seule, puissante, magnifique.

Le territoire de Harley ne colle pas avec celui de Duke, Tess Sharpe y embarque des lecteurs qui pourront être déroutés, perdus pour certains qui décrocheront sans doute, enchantés pour ceux qui iront au bout de ces trois journées épuisantes.
Commenter  J’apprécie          891
Y a un truc que je ne fais pas, c'est descendre un bouquin que je n'ai pas lu.
Juste après,  un autre truc que je n' aime pas,  c'est critiquer un bouquin pas fini.
Et juste après encore ,  c'est ne pas finir un livre. (Ça c'est mon côté bonne élève qui me fait ch*** depuis toujours. Mais je travaille ardemment à ma rééducation ! ).

Mais quand ledit bouquin est écrit- ou traduit?- sans le moindre soin, sans la plus petite originalité, voire avec des fautes,
- quand l'héroïne est une sorte de  croisement entre la  Turtle de Gabriel Tallent, sans le talent, justement,  et la Daronne, sans l'humour ni l'autoderision- miss Harley Mac Kenna a le second degré d'un aficionado du PSG et ne se prend pas pour un quartier de mandarine!
-quand tu as le sentiment d'être passée derrière le décor d'un théâtre de marionnettes et de voir les ficelles beaucoup plus que les marionnettes,
- quand , en posant ton doigt sur ta liseuse,  tu as l'impression que les % défilent comme une procession de pénitents dans la neige, et chargés de croix pesantes,
-quand tu vas à la table des matières et que tu vois avec horreur que tu n'en es qu'au chapitre 8 et qu'il y en a encore  51   comme celui-là....
- quand tu as dans la tête l'inénarrable critique de Ziliz, qui n'a pas craint, elle, de s'arrêter au bout de 150 pages- ça fait quoi, 150 pages en % de liseuse?-,

alors, foin des principes,

foin des lois non écrites de l'Antigone de la lecture,  de l'ex prof que je suis,

foin des regards cinglants de ces lecteurs héroïques qui vont jusqu'au bout de leur pensum,

(et pardon à mes ouvreurs de piste favoris que je vais lâchement abandonner en rase campagne- cher Gruz, mea culpa!- )

j' abandonne Mon Territoire et je cède la place.
Commenter  J’apprécie          6520
Mon territoire fait plus de deux cent cinquante hectares, je possède une scierie, un refuge pour femmes et enfants battues, des labos de meth et pleins d'autres bizness... Mon père règne sur tout ça, et depuis mon plus jeune âge, quand d'autres allaient à l'école, moi j'apprenais à tirer, et à sauver ma peau de tout un tas de situations craignos. Je suis Harley McKenna, j'ai la vingtaine et la possibilité de changer tout ça, de me ranger (un peu ) , de faire les choses à ma façon, et j'ai un Plan... reprendre les affaires familiales ? suivre la voie tracée par son père, se mettre du bon côté de la loi ? Là est la question, la différence entre vous et moi, les cinquante nuances de filles biens, d'héroïnes qui attirent le lecteur.

Moi, j'ai eu des doutes jusqu'au tiers du livre...
Est-on dans un livre pour ados, très (trop) noir, ou dans un roman des éditions Sonatine ? Est-ce que j'aime, ou est ce que je m'ennuie ? Ai-je l'impression d'avoir déjà croisé ce genre de personnage ou pas ? Habile croisement entre ( en vrac ) : My Absolute Darling, pour le côté "nature, personnages violents , père qui prépare sa fille au pire", Breaking Bad ( la série TV ) pour les labos de meth croisés ( pas beaucoup mais un peu quand même ..), et l'auteure Jax Miller (pour la plume féminine trempée dans la violence).
Et puis, tout d'un coup, dans l'obscurité, la lumière, avec ce refuge de femmes battues que Harley et son père subventionent grâce à l'argent sale, histoire de rester fidèle à la mémoire de la maman d' Harley ( laquelle était un coeur pur...) . Ça, et la petite histoire d'amour distillée tout du long, font que l'enfer n'est pas tout à fait l'enfer...
J'ai eu la même impression que pour Betty, oui, l'auteure a du talent , mais moi lectrice, j'éprouve un ras le bol du noir, de ce noir là... peut- être que pour écrire des histoires glauques ou tristes ou noires, il faut les avoir un peu vécues ? Peut- être que ces jeunes auteures sont trop jeunes , trop "neuves" pour raconter des histoires pareilles ? Peut- être qu'elles en font des tonnes... Je n'ai pas la réponse . Je sais juste que sur moi, ça ne marche pas , ça "marchotte": J'ai aimé et j'ai pas aimé...
Comme l'impression d'un roman pour ados qui essayerait de se la jouer Tarentino !
Je lirai d'autres livres de cette auteure pour voir, si c'est irrémédiable ou si je peux réussir à rentrer dans son univers, Son Territoire ...
Commenter  J’apprécie          483
Vous prenez Turtle , l'héroïne de My Absolute Darling, puis vous l'imaginez sans son langage à faire pâlir un charretier atteint du syndrome Gilles de la Tourette, vous voilà désormais en présence de notre nouveau petit prodige, j'ai nommé Harley McKenna.

Outre un traumatisme durable, occasionné dès l'âge de huit ans, et dû à la mort violente de sa mère puis à la découverte du vrai visage de son paternel, caïd du coin, gentil psychopathe à ses heures perdues -et des heures de ce calibre, il en a à revendre- tout va bien dans le pire des mondes, le sien.
Formatée à la dure pour succéder à daddy, elle allait lui montrer que l'hérédité en matière de violence avait des limites qu'elle se refusait à franchir, au risque de s'aliéner ce dernier, ce qui, en terme de bonne résolution, arrivait vraiment en toute fin de liste.

C'est qu'elle a de qui tenir, la gamine !
Des gênes qui ne trompent pas.
Un héritage chromosomique prédestiné à envoyer du bois sévère.

Un empire familial, spécifiquement en matière de drogue, ça se mérite.
Deux options, marcher dans les traces gémellaires du père ou s'en affranchir à ses risques et périls.
Outre une construction personnelle plus que délicate, Harley fait accessoirement dans la vengeance qui se mange froid et l'amour contrarié.

Vaste programme s'il en est, Mon Territoire se déguste plus qu'il ne se dévore.
Alternant brillamment présent, sur un court laps de temps, et divers tableaux aux couleurs patinées par le temps, l'album de famille s'égrène doucettement pour finalement dresser le portrait d'une gamine élevée dans la douleur et le ressenti, prémices annonciateurs d'une personnalité guerrière à la détermination sans faille.

J'ai aimé ce rythme faussement indolent, cette construction temporelle loin d'être originale pourtant, ce personnage faillible au destin hors norme.
Une fortune qu'elle se sera construite à grands coups de canif dans le contrat.
Un rapport père/fille orageux qui n'aura de cesse de s'auto-alimenter au fil du temps mais un amour latent qui suinte, malgré tout, par tous les pores de ces deux êtres que tout oppose.

Pour un premier roman, Tess Sharpe fait ici preuve d'une maîtrise narrative époustouflante.
Vous, je sais pas, mais moi, j'ai déjà la carte de fidélité !

Merci à Babelio et aux éditions Sonatine pour ce bienvenue en terr(itoir)e inconnue.
Commenter  J’apprécie          472


critiques presse (1)
LeMonde
30 août 2019
L’Américaine Tess Sharpe donne cœur et tripes à Harley, héritière d’un empire criminel dans le nord de la Californie. Une Patronne qui n’a pas froid aux yeux.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
« J’ai huit ans la première fois que je vois papa tuer un homme. Je ne suis pas censée voir ça. Mais ces dernières semaines, depuis que maman est morte, chaque fois que tonton Jake s’absente, je suis complètement livrée à moi-même.

Je passe beaucoup de temps dans les bois ; je me perche dans les abris de chasse au cerf pour jouer ou je grimpe aux arbres pour voir jusqu’à quelle hauteur je peux arriver sans l’aide de personne. Parfois je pleure, parce que maman me manque. Parfois je ne peux pas m’en empêcher.

Mais je m’efforce de ne pas le faire en présence de papa.
J’aime les bois. Ils sont à la fois très bruyant et très silencieux, la bande-son et la berceuse de ma vie, d’aussi loin que je me souvienne. Lorsque j’escalade les grands chênes, me hissant de toutes mes forces, lorsque je me cramponne, saute et me balance le long des branches et de l’écorce tel un écureuil, je suis forcée de faire attention, sans quoi je risquerais de glisser et de tomber. Quand je grimpe, je n’ai pas à penser à l’absence de maman. Ni à papa, qui ne sait plus que tempêter dans un nuage de whisky, nettoyant ses fusils en marmonnant des imprécations contre les Springfield en réclamant du sang.

Ça fait trois semaines et demie que maman est morte, et déjà mes paumes sont gercées par l’escalade. J’ai des croûtes sur les genoux de la fois où je suis tombée du grand séquoia près de la rivière. Mes doigts sont tachés de jus de mûres et mes bras griffés par les ronces. Mes poches se gonflent des trésors que je trouve dans la forêt – des choses qu’elle aurait aimées : des plumes de geai bleu et des cailloux lisses parfait pour faire des ricochets, un gland éclaté qui ressemble à un visage.

J’entrepose les cadeaux de la forêt dans un abri de chasse au cerf. Tonton Jake a promis qu’il me ramènerait sur la tombe de maman, même si papa l’a fusillé du regard quand il a dit ça. Je veux lui apporter mes présents, parce que tonton Jake dit qu’elle est au ciel, qu’elle vieille sur nous.

Parfois, je lève les yeux et j’essaie d’imaginer ça. J’essaie de la voir.

Mais il n’y a rien d’autre que des branches et des étoiles.

Papa ne remarque pas que je suis tout le temps partie, au chaud dans l’étreinte de la forêt. Il a d’autres soucis en tête. «
Commenter  J’apprécie          100
(note de l'auteure en fin de roman)
Les personnages néonazis représentés dans ce livre correspondent aux stéréotypes que l'on associe généralement aux suprémacistes blancs dans notre société : un homme sans éducation, pauvre, délinquant, dans un milieu rural. (...)il serait irresponsable de ne pas souligner que ce type d'individus ne représente qu'une facette de la peste suprématiste blanche profondément ouvertement et insidieusement enracinée dans notre pays et notre société.
Il n'y a pas que les hommes blancs ruraux qui portent des tatouages de swastikas, qui adoptent ces croyances haineuses et les appliquent. Il peut s'agir d'un collègue. D'un voisin. D'un membre de votre famille.Du politicien pour lequel vous avez voté. Du fils des voisins, ce jeune garçon bien habillé qui tond votre pelouse. Cette haine ne se limite pas au Sud, ni aux régions rurales minées par la pauvreté de ce pays. Elle est partout, un poison cousu dans la matière même de ce pays ; sa fondation, son passé et son présent. Et il faut la combattre, la dénoncer et l'éradiquer partout, en particulier lorsque vous bénéficiez de la puissance conférée par le privilège blanc, comme moi.
Tess Sharpe
(J'ajouterai juste : bon courage !)
Commenter  J’apprécie          170
Elle vient de l'une de ces familles archi-fondamentalistes où les femmes ne sont guère plus que des pondeuses. Ils les éduquent à la maison, les marient jeunes, et s'arrangent pour qu'elles soient continuellement enceintes. […] Si un homme viole une fille, tout ce qu'il a à faire, c'est se repentir, et tout est arrangé aux yeux de l'idée qu'ils se font de Dieu… Les femmes représentent des tentations si terribles, après tout. Ils glissent l'affaire sous le tapis, rejettent la faute sur la femme, et puis ça recommence encore et encore et encore.
(p. 62)
Commenter  J’apprécie          150
J'allume la lumière, une ampoule nue pendue au plafond, qui dispense une faible lueur dans la pièce. Chaque centimètre du mur est occupé par des rangées d'armes à feu dans des vitrines en acier protégées par des cadenas. Fusil de chasse, fusils de sniper, fusils d'assaut, armes de poing, mitrailleuses, pistolets, revolvers.
Je connais chaque modèle, chaque marque. Je peux tous les démonter et les remonter avec un bandeau sur les yeux. Cet endroit était ma salle de classe, quand j'étais petite (...).
Commenter  J’apprécie          130
Je pense à maman, à ce dont je me souviens d’elle. Des éclairs de robes colorées et de santiags, des bijoux volumineux argent et turquoise, le discret parfum de lys qui flottait autour d’elle. Son amour de la forêt et les petits trésors qu’elle récoltait ici : une brindille tordue ressemblant à un point d’interrogation, une mousse en forme de cœur sur une pierre. Son sourire, sa manière de me prendre dans ses bras et de me soulever de terre.

Avant je me demandais ce qui se serait passé si elle avait survécu. Mais plus je vieillis, plus c’est difficile. Ma vie est ce qu’elle est. Mon destin est écrit depuis le jour de sa mort. Et il est temps de le reprendre en main.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Tess Sharpe (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tess Sharpe
Calendrier de l'Avent booktube féministe : #unlivrefeministeparjour Découvrez ma sélection du 13 au 18 décembre ! Allez ! On file chez notre libraire préféré.e pour faire de jolis cadeaux livresques ♥
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (936) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2789 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..