AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782809712995
256 pages
Editions Philippe Picquier (19/10/2017)
4.5/5   22 notes
Résumé :
Chaque oeuvre de Laoshu est une merveille de simplicité, de tendresse et d’humour. Il nous donne à voir une série de « mondes en petit ». Il se livre à une fine observation de la vie chinoise contemporaine, vue d’un œil subtilement railleur. Dans le monde réconfortant et malicieux qu’il recrée, chacun peut se détacher des contraintes pour se livrer joyeusement à ses activités préférées.

Source : http://www.editions-picquier.com/ouvrage/un-monde-simple... >Voir plus
Que lire après Un monde simple et tranquilleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Lao Shu, nom du peintre penseur chinois, signifie "Vieil Arbre", sobriquet qui lui a été attribué par ses camarades d'études.
Il affiche ses dessins magnifiques de simplicité et harmonieux sur un blog très fréquenté en Chine.
Il aborde tous les thèmes de la vie quotidienne des plus délicats aux plus terre à terre.
Si je retiens un ton dominant de ses dessins et peintures, c'est le vert pâle ou le jaune tendre avec des personnages presque fantomatiques aux poses très vivantes.
Sous chaque dessin, un petit texte, poétique ou non, parfois existentialiste ou humoristique et chaque fois en rapport avec ce que vit le peintre et ce qu'il ressent.
C'est une découverte et un enchantement à chaque page.
Lao Shu a publié son album en Chine en 2015.
Il a été publié aux éditions Philippe Picquier en 2017 pour l'édition française.
Traduit du chinois par Jean-Claude Pastor, l'album est un véritable trésor qu'on peut ouvrir régulièrement avec la promesse d'une découverte à chaque fois.
Une belle découverte de mon mari lors d'une balade chez "Cook en Book" à Bruxelles.

Commenter  J’apprécie          609
Bonjour! Je suis né de l'imagination - et du pinceau...- de mon créateur , un peintre poète contemporain , blogueur réputé, qui revendique plutôt le terme d'amateur, Laoshu ( vieil arbre en japonais). J'apparais, au fil des pages, dans ses dessins, forme floue d'un homme en longue tunique traditionnelle, sans visage, je suis un peu son double, et des mots traduisent mes pensées. Découvrez-moi!

Un livre de toute beauté ! Je suis tombée sous le charme dès la première page. Laoshu allie avec bonheur classicisme des esquisses japonaises traditionnelles et lignes plus modernes. Les dessins, aux tons ambrés, sont rehaussés de couleurs plus vives, le vert dominant, ainsi que des touches de rose. le personnage, souvent en compagnie de son chat, évolue dans ce décor intemporel, où la nature s'exprime avec douceur et délicatesse. La partie joliment nommée " Captif des fleurs" est ma préférée...

Ce serait déjà magnifique en soi, mais les poèmes qui accompagnent ces dessins , émouvante traduction des états d'âme du peintre, écartelé entre sa vie agitée à Pekin et sa recherche de solitude et de paix,m'ont eux aussi touchée au coeur... L'humour y est parfois présent, cependant c'est une nostalgie envoûtante qui en émane souvent...

" Loin de la ville, il bruine au coeur du printemps,
Les fleurs tombées couvrent légèrement l'herbe foulée .
le long du sentier,les saules sont d'un vert tendre,
Dans mon coeur renaît le souvenir des anciens."

Merci à Jeunejane, car c'est grâce à sa critique que j'ai découvert cette merveille... Un superbe cadeau à ( se) faire! Partez à la rencontre de ce monde simple et tranquille, vous serez sereins et imprégnés de grâce...Et ce livre magique restera précieusement à portée de vos yeux...
Commenter  J’apprécie          4210
Qui n'a pas rêvé de respirer une magnifique bouffée d'air pur en soulevant le couvercle d'une petite boîte ? Eh bien moi je l'ai entre les mains cette boîte. À chaque page un dessin de douceur suivi d'un poème. Nature, fleurs, montagne, thé, mais aussi sur cette époque contemporaine faite de travail et d'argent et des pensées existentielles de ce magicien chinois. Pour les périodes de 'moins bien', le savourer en le faisant effleurer avec Bobin et Frégni.
Commenter  J’apprécie          385
Un album délicieux, à lire et relire à petites doses, afin de profiter de chaque texte, un dessin et un poème associés exactement. Chaque page exprime ainsi les sentiments et pensées d'un personnage épris de calme, de sincérité, d'harmonie, avec finesse et souci de l'essentiel dans une vie.
Commenter  J’apprécie          181
Laoshu de son vrai nom Liu Shuyong est professeur à l'institut des médias et de la culture de Pékin et un critique d'art réputé. Depuis 2011, il poste chaque jour sur son blog une peinture accompagnée d'un poème. Il ne se considère aucunement comme un spécialiste mais comme un amateur. Son art n'est pas élitiste et accessible seulement aux experts mais un art du quotidien, publié pour être accessible au plus grand nombre. Il propose des estampes mêlant tradition et modernité, faisant des clins d'oeil a l'histoire de l'art chinois mais aussi à des peintres occidentaux. Les peintures en couleurs sont particulièrement lumineuses, surtout celles représentant les fleurs ou des paysages verdoyants.
Les poèmes quant à eux, évoquent les rêveries quotidiennes, le fil des saisons, la nature mais aussi les considérations de la vie de tous les jours et les états d'âme de l'auteur.
Un très beau livre dans ce grand format qui fait la part belle aux peintures et où on peut revenir picorer des poèmes simples et tranquilles.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Depuis longtemps les fleurs sont tombées
  
  
  
  
Depuis longtemps les fleurs sont tombées,
Les feuilles jaunies, au gré du vent, se sont envolées
Dans la montagne déserte, partout je les foule.
Des fruits pendent encore au bout des branches.
En les voyant, la joie m’envahit,
Aussitôt j’en oublie ma mélancolie.
On dit que pour vivre avec entrain,
Il faut toujours quelque raison d’être.


/Traduction du chinois par Jean-Claude Pastor
Commenter  J’apprécie          130
J’ai toujours nourri le désir
De partir, un vieux sac à l’épaule.
De m’en aller au loin en longeant une voie ferrée,
De marcher jusqu’aux confins du ciel et de la terre.
Je compterais sur ma seule force physique,
Et saurais toujours subvenir à mes besoins.
Recevoir des ordres est ce que je déteste le plus.
Je ne veux qu’une chose : être libre.
Commenter  J’apprécie          180
Par une nuit d'automne,
Je suis assis, seul, le long du rivage.
Je ne pense à rien.
un croissant de lune se lève,
Tel un voyageur qui revient des confins du ciel.
Commenter  J’apprécie          373
Théiers dans les champs,
Luxuriance des jeunes feuilles.
Vient le temps où les fleurs tombent
Quand arrivent brumes et bruines.
Théiers dans les champs,
On cueille en chuchotant.
Le chant des oiseaux
Résonne au fond de la vallée,
Tout est poème.
Commenter  J’apprécie          201
Les fleuves ont connu le dégel,
La terre reprend vie.
Je prévois d'aller aux champs.
Au fond de moi
Monte une émotion printanière.
Commenter  J’apprécie          292

autres livres classés : nostalgieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (38) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1220 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}