AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070381331
Éditeur : Gallimard (04/04/1989)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 14 notes)
Résumé :
De l'horreur à l'humour, de la vacherie à l'ironie, du réalisme à la dinguerie, personnages inquiétants ou grotesques, pitoyables ou implacables, criminels d'occasion de vocation ou par malchance, voici un premier volume de nouvelles de Pierre Siniac, qui sera suivi dans quelques semaines, d'un second, intitulé "reflets changeants sur mare de sang".
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pecosa
  04 juillet 2018
Je ne sais plus qui a écrit que le cynisme n'était rien d'autre que l'art de voir les choses comme elles sont plutôt que comme elles devraient être, mais c'est à cette phrase que je pensais en lisant ce recueil de nouvelles de Siniac. L'écrivain semble avoir toujours aussi peu de foi en l'humanité, et se fait donc plaisir en croquant les travers et les petites bassesses qui conduisent souvent au pire. Cocufiages, vengeances, petits crimes en famille, héritiers potentiels guettant la mort d'un vieux parent, traine-savates alléchés par la vie facile, c'est le festival des macchabées façon Grand-Guignol. Quelle peau de vache ce Siniac! Et comme je le préfère quand il parle des deux guerres, je retiens deux nouvelles en particulier, « L'unijambiste de la côte 284 « , ou la revanche de Fallioux, un poilu normand lassé d'aller au casse-pipe avec ses camarades pendant qu'à l'arrière les pistonnés mènent la belle vie et « Le pétainiste », ou le destin d'Octave Cotrelles, classe 92, qui voue un véritable culte à Pétain depuis la première guerre mondiale et auquel ses héritiers font croire que le maréchal est parti à Londres pour sauver la patrie .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          742
kaliss
  16 septembre 2017
sombre noir obscur
meme ligne que reflets changeants et toujours une base du récit noir
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PecosaPecosa   03 juillet 2018
Ce qui me foutait le plus en rogne, en me promenant à Paris, c'était de voir les femmes... Oh, pas toutes, heureusement...Mais quelques unes... Jeunes, jolies..., au bras des planqués... Des types dans la force de l'âge, et même des gaillards de vingt-deux, vingt-cinq ans... costauds, joufflus, avec des ventres rebondis! Tuberculeux - tu parles!-, anémiés, planqués et compagnie! Et je voyais des petits gars en uniforme, un bras en écharpe ou ceci ou cela... Des blessés en convalo et que personne ne faisait attention à eux... Je pensais aux copains morts à Hurtebise ou au plateau de Californie, vous comprenez! De voir ça, ça me faisait vomir. Si bien que ma deuxième journée à Paris était moins gaie. J'avais presque envie de foutre le camp, de repartir au front tellement ça me dégoûtait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
kalisskaliss   27 septembre 2017
Fortune faite dans la sauce tomate en boîte, en tube et en sachet, le vieux Mapelli se retira dans une grande maison de style gothique au bord du Léman, à la lisière de Montreux. Il était devenu triste comme un poisson mort, aussi misanthrope qu'une taupe, et on eût presque dit que ses millions le faisaient gerber.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14873 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre