AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Roman de Bergen tome 5 sur 6

Alexis Fouillet (Traducteur)
EAN : 9782847201079
388 pages
Gaïa (07/11/2007)
4.06/5   42 notes
Résumé :
Au début des années 1960, la disparition de la jeune Veslemoy Heggoy, 11 ans, met en émoi toute la ville de Bergen. S'agit-il d'une fugue, ou pire, d'un kidnapping ? Svend Atle Moland et ses nouveaux coéquipiers de la police ne peuvent que constater une profonde évolution de la société, quelque quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans cette période turbulente et tourbillonnante, les " enfants de la paix " continuent de remettre peu à peu sur pieds... >Voir plus
Que lire après Roman de Bergen, tome 5 : 1999 Le Crépuscule, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Un parcours du combattant... un marathon... une randonnée en montagne avec des hauts et des bas, du soleil et des orages, Gunnar révèle mille astuces pour nous faire tenir dans la lecture de sa saga.
Il est très malin. Il écrit d'une manière très imagée, drôle, heureusement car le fond reste plutôt triste. La Norvège qui s'industrialise, qui se pollue, certes qui se développe oui, mais c'est quoi exactement ce développement, Gunnar en a une présentation plutôt grise, voire noire ou brun jaune comme les fumées qui colorent le ciel dans ces vastes zones industrielles qui émaillent maintenant le paysage.
Les luttes politiques et syndicales se poursuivent à travers les nouvelles générations, heureusement quelques pages plutôt drôles, ironiques, lorsque le petit groupe se rend en voyage en Albanie (le phare du socialisme dans les années 70). Trop réaliste ! Tellement vrai !
Ce qui est intéressant c'est que Gunnar nous fait vivre une Norvège imbriquée, impliquée dans une Europe en construction, dans les luttes mondiales de cette époque.
Les histoires familiales, toujours aussi compliquées, se poursuivent. J'ai été particulièrement sensible aux pages qui racontent la mort de Torleif Nesbo, un des rares personnages positifs de cette fresque.
D'autres personnages sont d'une force de caractère assez incroyable, et même si l'on ne partage pas leur "positionnement", l'auteur sait nous les rendre attachant (Ingrid Moland par exemple).
Les intrigues "policières" ne sont pas simplifiées dans ce cinquième tome, bien au contraire. Mais on sent que l'auteur, malin, malicieux, tisse un à un des fils, que j'ai hâte de dénouer dans le... SIXIEME TOME !

Commenter  J’apprécie          92
Ayant lu depuis bien longtemps les quatre premiers tomes de la série,
Ayant été me promener dans Bergen pour situer les différentes scènes du livre,
Je reprends aujourd'hui la lecture de la saga.
Je suis impressionnée par les arbres généalogiques des premières pages. Quelles familles ! Que de monde !
Il ne faut donc peut être pas s'alarmer si parfois on se mélange un peu les pinceaux.
(La petite note fantaisiste m'amuse avec la représentation de chaque famille avec tous les personnages s'abritant sous un parapluie. La pluie à Bergen c'est la grande copine, elle est là presque tous les jours, la légende parle de 300 Jours par an ! )
Un exemple tiré du livre : "le mercredi 16 juillet, l'été avait effectué une visite éclair, déferlé tel un raz de marée de lumière sur le fjord, les rochers, les quais et les rues, pour disparaître aussitôt - aussi soudainement qu'il était arrivé - le jeudi matin. Les nuages gris avaient dès lors pesé si lourdement sur Bergen qu'on ne voyait même pas les plus hauts sommets autour de la ville."
Notre ballade dans Bergen peut alors commencer, avec une description minutieuse des différents bâtiments. Ne pas oublier de prendre des notes pour préparer notre prochaine visite !
Nous passons en revue l'actualité de Bergen, comme si nous parcourions la gazette de l'époque, jour après jour. Les petits événements de la cité comme les actualités internationales. Et là nous assistons à un cours magistral d'histoire contemporaine.
Pour moi qui suis de la même génération que Gunnar, l'actualité brûlante de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix, rappel ....
Quand la guerre menaçait sur Cuba,
Quand le conflit vietnamien a déchaîné les passions,
Quand la grande marche a défié le monde sur un autre continent.
C'était l'époque des remises en question des vieilles traditions ouvrières.
Quel communisme voulons nous, quel socialisme voulons nous ?
Les paradis de l'époque comme l'Albanie nous sont présentés avec "de grandes forêts au Nord, du maquis au Sud. Les anciennes zones marécageuses avaient été transformées en riches terres cultivables, où les épis de mais luisaient sous le soleil, les feuilles de betterave à sucre passaient pour des plantes d'ornement vert sombre aux allures de chou, et les épis de blé balançaient leurs reflets jaunes, presque Blancs, sous le soleil".
Un vrai paradis, terre de rêves ! L'utopie de certains d'une génération en France comme ailleurs, alors que Enver Hoxha a entraîné l'Albanie dans un profond isolement du reste de l'Europe par son adhésion sans concession au stalinisme.
Les mêmes questions posées par la même jeunesse française ou norvégienne.
L'histoire se réécrit et nous revivons les débats de l'époque.
Souvenir des discussions passionnées, des grandes tirades sur qui trahissait le peuple, qui le représentait le mieux.
Ce qui a été propre à la Norvège et a peu occupé notre actualité française a été la découverte de gisement de pétrole dans la mer du Nord. Elle a permis aux norvégiens d'ouvrir une nouvelle espérance pour combattre la fin de la misère économique avec cette richesse colossale à la porte de leur frontière.
Un éclairage particulier est porté sur cette aventure pétrolière. Si Olivier truc nous a déjà souligné les conditions de travail éhontées que subissaient les plongeurs sous marin, là c'est la non observation des règles de sécurité sur les plates formes pétrolières qui est rappelée. L'actualité sanglante est vécue de l'intérieur, c'est terrifiant !
Et puis apparaît Varg Veum,
C'est ainsi que s'achève le cinquième tome de la vie de Bergen, je suis ravie il en reste encore un à découvrir pour finir le siècle.
Commenter  J’apprécie          00
C'est la dernière partie de cette vaste fresque historique, qui a commencée au début du XXem siècle et qui se clôt au début du XXIem, plus de 100 ans de l'histoire de la ville de Bergen, de la Norvège, de l'Europe, et de quelques familles, les Morland, Brekke, Gade, Pederson, Brandt, Veum et tant d'autres. Nous suivons ici les destinées des plus jeunes, et aussi les derniers moments des plus âgés, entre autres de Cecilie Frimann, bébé au début de l'historie, maintenant vieille dame centenaire dans une maison de retraite, mais qui se demande toujours qui a tué son père, un siècle plus tôt. 

Et bien sûr nous aurons enfin le fin mot de l'histoire, grâce à Varg Veum, privé habituel de romans policiers de Staalesen, et dont nous avons suivi l'histoire familiale, comme celle de tant d'autres au fil de nombreuses centaines de pages. Nous savons même des choses que ce privé de choc ne connaît pas sur sa propre histoire, et lorsqu'il trouve dans les affaires de sa mère une photo mystérieuse nous savons quels sont les liens de ce personnage avec Varg, et que ce dernier ignorera à jamais...

Cette dernière partie a très bien commencée, avec des épisodes plus récents et très percutants, l'auteur a très bien observé à mon sens un certain nombre de soubresauts de l'histoire, il a parfaitement bien décrit les régressions sociales de ces dernières années, qui à cause de la mondialisation sont très proches dans beaucoup de pays.

J'ai été moins convaincue par la fin, l'intervention de Varg Veum m'a paru quelque peu artificielle, même si très bien écrite. Finalement, après tout ce temps, je me moquais un peu de savoir qui a tué le consul Frimann, ce mystère policier était loin de constituer pour moi la partie la plus intéressante du livre.

Mais j'ai passé de très bons moments à lire les 6 volumes du Roman de Bergen, ville que je n'ai jamais vu et que pourtant j'ai l'impression de très bien connaître....
Commenter  J’apprécie          20
Pour moi lectrice , il s'est passé deux ans entre la lecture du tome 4 et celle du tome 5. C'est pourquoi malgré les nombreux arbres généalogiques présentés dans le tome 5, j'ai complètement perdu le fil des personnages pour savoir qui est qui...

cet avant dernier tome commence par la disparition pendant quelques heures de la jeune Veslemoy.

Nous aurons la réponse dans le dernier tome (6) . C'est également dans ce dernier tome (6) que nous aurons la réponse au sujet de l'assassinat le 31 décembre1899 de C.A. Frimann.(tome 1 )


Si la vie des très nombreux personnages rendent vivant un siècle d'histoire de la ville de Bergen, ce qui nous retient surtout c'est l'histoire de la Norvège dans le courant du 20e siècle. le 5eme tome concerne plus particulièrement les années 50-60 : la politique (le parti communiste)la libéralisation des moeurs (avortement, divorce..), l'économie (découverte des gisements de pétrole et de gaz).

On découvre que l'évolution de la vie quotidienne en Norvège, si elle ne marche pas au même rythme dans tous les pays européens, elle n'est pas très différente de celle vécue dans les pays occidentaux et notamment en France.
Commenter  J’apprécie          30
Nous voilà de retour au tout début des années 60. Après s'être remis de la Seconde Guerre, le monde voit le conflit grandir entre les Etats Unis et la Russie, sur fond de polémique cubaine.
C'est dans ce contexte qu'une jeune fille de 11 ans, Veslemoy, disparait pendant 2 jours et sera retrouvée en état de choc, sans pouvoir expliquer ce qui lui est arrivée.
Dans le même temps, l'attrait de l'or noir pousse la Norvège à se doter de plusieurs plates formes pétrolières, entrainant par la suite l'une des plus grosses catastrophes de l'époque.

C'est avec grand plaisir que je me suis plongée dans ce tome 5 de la saga Bergen, qui m'emballe au plus haut point.

L'arrivée des années 60/70 signifie une vague de renouveau pour Bergen et le reste du monde. Les jupes raccourcissent, les garçons osent les coiffures nouvelles, les coeurs sont légers.

Les générations précédentes observent tout ceci d'un oeil suspicieux et les plus jeunes se jettent dedans à bras ouverts.

Ce tome 5 se lit aussi facilement que les précédents, tellement il est prenant et addictif. On sait aussi qu'on se rapproche enfin de la vérité sur la question qui nous tient en haleine depuis la première page: qui a tué le consul Frimann????

Conflits, guerre, disco, amour, haine, mort, naissance. Telle est la vie, tel est le coeur du Roman de Bergen
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
L'Europe, qui avait tant souffert, depuis l'époque où l'armée romaine faisait des ravages dans les forêts gauloises et romaines, pendant les dévastations des Vikings et des Vandales, les guerres de religion et la mort noire, jusqu'aux champs de batailles de ce siècle pendant les Première et Seconde Guerres Mondiales, quand les gens mouraient en masse dans les tranchées de Verdun, dans les camps de concentration de Hitler et de Staline, à Stalingrad et Léningrad, pendant les déluges de bombes sur Londres et Berlin, dans l'océan de flammes de Dresde et sur les barricades de Budapest et de Prague ; elle était là, si paisible sous les nuages, et que pouvait-elle désirer d'autre qu'une paix durable ?
Commenter  J’apprécie          50
C'était cela, l'Europe : une carte en trois dimensions tendue sur u morceau bondé de la surface du globe, un paysage s'étendant des rives de la méditerranée à l'océan glacial arctique, depuis les massifs montagneux de l'Europe centrale jusqu’à la côte escarpée d'où ils venaient en passant par les grandes plaines du Nord et le Skagerrak.(1)

(1)détroit entre le sud de la Norvège, le Bohuslän suédois et le nord-ouest du Jutland danois.
Commenter  J’apprécie          41
J'ai décroché une place au NTH.
A Trondheim ? Qu'est ce que tu vas y foutre ?
Étudier la technologie pétrolière.
Le pétrole ?
Tu suis les actualités, non ? Et pas seulement celles qui ont à voir avec la Chine ?
Sveinung fit la grimace.
Phillips n'a pas encore abandonné l'espoir de trouver du pétrole en mer du Nord.
Tu crois encore à ce conte de fées ? Un Texas norvégien, là bas, en plein océan ?
Commenter  J’apprécie          10
Quant à lui, encore un peu plus convaincu d'être parfaitement irrésistible, il l'avait serrée contre lui, avait frotté son rostre d'avant en arrière contre le bas-ventre de sa cavalière en la regardant droit dans les yeux, avec autant d'intelligence qu'une racine de topinambour.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Gunnar Staalesen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gunnar Staalesen
Gunnar Staalesen - Varg Veum Volume 13 : Coeurs glacés .A l'occasion du "Festival Polar en cabanes" qui s'est déroulé du 26 au 27 septembre 2015, rencontre avec Gunnar Staalesen autour de son ouvrage "Varg Veum Volume 13 : Coeurs glacés" aux éditions Gaïa. Traduit du norvégien par Alex Fouillet. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/staalesen-gunnar-coeurs-glaces-9782847206289.html Notes de Musique : © Mollat www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/Librairi... Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (95) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La nuit, tous les loups sont gris" de Gunnar Staalesen.

Quel est la manie de Hjalmar Nymark ?

il tape du poing sur la table
il donne un coup de pied dans la table
il donne un coup de journal sur la table

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit tous les loups sont gris de Gunnar StaalesenCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..