AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809820287
Éditeur : L'Archipel (22/03/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Rare sont les témoignages des "étrangers de l'ombre" qui, au prix des mêmes périls que les résistants français, ont aidé ces derniers à s'approvisionner en armes, en argent et en faux papiers.

Ces étrangers, dont nombre de Canadiens francophones, relevaient du SOE et du MI9. Frôlant cent fois la mort, ils ont prêté main forte aux maquis bretons lors d'actes de sabotage, ont assuré les communications avec les Alliés et exfiltré, principalement au cours... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
oran
  26 juin 2017
Un livre en plusieurs parties, résultant de rencontres et d'interviews avec l'un des protagoniste de l'histoire, Lucien Dumais , les témoins des évènements , des historiens, des journalistes. Quelques photos intéressantes accréditent cette histoire .
William Petty Fitzmaurice (1737-1805), homme d'état, était le second comte de Shelburn( ou Shelburne pour respecter la graphie anglaise) . Cette identité fut empruntée par une organisation mise en place par le Special Operations Executive (SOE), le service secret britannique qui avait pour lourde mission de soutenir les mouvements de résistance dans les pays en guerre contre l'Allemagne, notamment en France.
Cette filière qui oeuvrait en Bretagne avait pour objectif le rapatriement en Angleterre par voie maritime (anse Crochat, dans les Côtes d'Armor) des pilotes alliés dont l'avion avait été abattu dans le ciel de France et des résistants qu'il fallait exfiltrer . Les expatriations – opération Bonaparte -se feront grâce à la complicité du tout un réseau compétent et de la population locale (logeurs, convoyeurs, agents de dépistage…), par le biais de canonnières rapides les « motor gunboats », guidées par David Birkin .
Un récit écrit au pas de charge et quoi de plus normal que d'adopter ce rythme martial quand on met en exergue les exploits d'un fusilier marin aguerri , le sergent-major Lucien Dumain du régiment canadien des Fusiliers Mont-Royal , rescapé de l'opération fiasco de débarquement d'août 1942 à Dieppe dans laquelle une grande partie des troupes périt, où de nombreux soldats furent faits prisonniers, et un petit reste des troupes put réembarquer.
Dumain, lui, fut fait prisonnier, parvint à s'échapper et regagner l'Angleterre avec la complicité de la population locale via l'Espagne et Gibraltar.
Lucien Dumain (alias Lucien Desbiens, « entrepreneur de pompes funèbres à ses heures trompe-la-mort », alias Leon, alias capitaine Harrisson) en compagnie d'un acolyte un autre canadien, Raymond Labrosse, opérateur-radio, furent parachutés pour mener à bien leur mission et travaillèrent de concert avec Paul François Campinchi, le docteur Yves Jean Porc'her.
Grâce à ce réseau mais aussi à ceux de « Pat » et « Oaktree », cent trente cinq miliaires alliés, une dizaine des agents français purent quitter la France occupée. Il y eut, hélas, des victimes collatérales .L'auteur reprend des statistiques estimées par certains historiens ainsi « Pour chaque aviateur allié rapatrié, un résistant perdait sa liberté ou sa vie. Rien qu'en Bretagne, quelque mille cinq cents personnes périrent pour fait de résistance. Certaines d'entre elles ont sans nul doute payé le prix fort pour que Shelburne vive ».
Un livre qui donne envie d'en découvrir plus sur le triste épisode du 19 août 1942 et sur d'autres réseaux similaires qui oeuvrèrent durant ces sombres années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   07 juin 2017
L’écrivain et journaliste Alain Stanké montre avec Jean-Louis Morgan, le parcours incroyable de deux héros de guerre méconnus,dans un nouveau récit palpitant, digne des meilleurs romans d’action.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
oranoran   25 juin 2017
Préface de Jane Birkin
Grâce à ce livre, mon père est là, devant moi, entouré de ces Bretons qu’il admirait tant, quittant la côte anglaise à bord de son bateau les nuits sans lune, naviguant sur une mer féroce. Et là, réfugiés sur la côte française, des pilotes canadiens, anglais et américains attendaient dans le noir…
Job Mainguy donne son signal du haut des falaises, et ces jeunes garçons de l’Air Force seront bientôt saufs, en route vers Dartmouth avec mon père comme navigateur.
(…) Les résistants gardaient les aviateurs dans leurs greniers,les cachaient des jours, des mois, leur donnaient à manger, les habillaient, les occupaient sans réveiller les soupçons des voisins, attendant mon père ou encore le capitaine de corvette Peter Williams su son sister-ship.
Il fallait prêter une attention particulières aux détails. Par exemple, ces hommes venus d’ailleurs étaient de plus haute taille que les Français et fumaient leurs clopes de manière différente. S’il se trouvait beaucoup de héros dans la population, il y avait aussi des espions et des traites.
Envers et contre tout, pendant quatre ans, les résistants firent face à l’adversité…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
oranoran   28 juin 2017
Témoignage de Guy Hamilton ,réalisateur de quatre films de James Bond (…) Fils de diplomate britannique né à Paris , il parle couramment le français et commença sa carrière en 1939 comme assistant de Julien Duvivier. (…) Mais revenons à cette autre sorte de cinéma que représente mon séjour de cinq ans dans la marine de guerre de Sa Majesté. J’ai eu, là aussi, ma part d’aventures, mais avec armes à tir réel et la mort aux trousses (…).
On m’a souvent demandé si je pensais aux moments de suspense de nos missions lorsque j’ai tourné, plus tard, des fils de James . Il est certain que lorsqu’on a vécu des moments de suspense, on s’en souvient toute sa vie, mais James Bond c’est du cinoche. (…)
Notre travail n’avait rien à voir avec ces charmants clichés. Je me souviens de nos jeunes agents. Ils étaient tout le contraire de Bond. (…) Je n’avais moi-même que vingt-deux ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
oranoran   30 juin 2017
Page 211
"L'homme n'est pas entièrement coupable : il n'a pas commencé l'histoire ; ni tout à fait innocent, puisqu'il la continue".
Commenter  J’apprécie          80
Lire un extrait
Videos de Alain Stanké (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Stanké
Exposition d'Alain Stanké
autres livres classés : résistanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
101 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre