AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782277123699
247 pages
J'ai Lu (30/11/-1)
3.94/5   598 notes
Résumé :
Lorsqu'il est renvoyé de l'école à l'âge de huit ans, cela fait déjà plusieurs années que Horty mange des fourmis en cachette.
Fuyant alors la demeure de ses parents adoptifs qui le martyrisent, le gamin trouve refuge au sein d'un cirque ambulant où il devient le partenaire de deux jeunes naines, Zena et Bunny.
Mais les personnages les plus extraordinaires du cirque restent son féroce directeur, surnommé le cannibale, et son étrange collection de cris... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 598 notes
5
23 avis
4
28 avis
3
8 avis
2
4 avis
1
0 avis

Siabelle
  28 juin 2015
Lorsque j'ai vu ce livre à la librairie, mes yeux s’émerveillent et je suis ravie d’un tel trésor. Quand on en trouve un, il ne faut pas le laisser partir. C’est donc avec ce livre «Cristal qui songe», que mon esprit s’envole. Je rentre donc pour la première fois dans l’univers de Théodore Sturgeon. J’en entends parler par «Masa» et je suis enchantée encore une fois, de connaître un nouvel auteur.
Je découvre que Théodore Sturgeon est un écrivain américain. Ce livre est paru en 1950 dans la revue américaine Fantastic Adventures. Il comprend 248 pages. Je me suis aperçue que la page couverture varie d’un livre à l’autre. Je trouve qu’elle est colorée et elle capte le regard. C’est un auteur qui est classé dans la «science-fiction» mais on peut aussi bien le mettre dans la catégorie de «l’étrange». Il y a eu par la suite le livre «Les plus qu’humains», édité par la même maison d’édition, J’ai Lu.
Dès le départ, ce qu’il faut savoir, l’auteur aborde comme sujet les gens qui sont différents et il parle des conséquences. C’est sa thématique et il faut que le lecteur le reconnaisse. Il y a une richesse dans ce livre et on sent qu’il y est entouré de mystère et de poésie. Je retiens juste quelques noms que je saisis au vol : «Cannibale», «Bunny» et «Zena»… Je ne sais pas qui ils sont mais je suis intriguée.
On fait tout de suite connaissance avec Horty. C’est un jeune garçon. Il est notre héros. On ressent vivement sa solitude et on voit qu’il n’est pas à l’aise avec sa famille adoptive. L’histoire commence quand Horty va à l’école et que les enfants le voient manger des fourmis. C’est le drame. L’école le renvoie et c’est là que les problèmes commencent. Son père adoptif, Armand Bluett, le maltraite et il s’enfuit avec son diablotin en boîte. Il refuse de s’en séparer. Il va dire au revoir à son amie Kay et il se confie. En une seule nuit, sa vie change. Il monte dans un car et c’est là qu’il rencontre la Havane. Il lui parle de la troupe du cirque et il doit être accepté par le chef le «Cannibale». C’est là que l’aventure de Horty débute. Il y rencontre une naine, appelée Zena. Elle l’aide à survivre dans un monde de foire où il côtoie des «nains» et des «gens différents».
Je constate, au cours de la lecture, l’auteur prend le temps de mettre en place l’histoire et ensuite les personnages rentrent. Je me suis laissée transportée par une lecture légère. Je me suis laissée attendrie par le côté fantastique. Je me suis attachée aux personnages. C’est un endroit tellement à part et la magie s’opère sur toi. Je crois que même les objets aussi semblent prendre vie. Je mets donc ici, une citation qui le reflète bien : «Junky, c’était un diable à ressort, reliquat d’une génération aux mœurs innocentes. Toute la personnalité de Junky résidait dans ses yeux. Ils semblaient faits d’une sorte de verre teinté, moulé ou taillé à arrêtes mousses, qui, même dans une chambre obscure, avait un reflet, un scintillement étrange et complexe. Maintes, et maintes fois Horty avait cru constater qu’ils possédaient en espèce de rayonnement propre – mais il n’avait jamais pu en être tout à fait sûr. »
Je dois avouer, que je suis impressionnée par ce grand écrivain, de ce temps. Il ne dénonce pas juste la différence, il parle aussi de la maltraitance. Je suis émue par son écriture claire, par ses valeurs profondes qui véhiculent dans son récit. On sent dans ce roman, que l’auteur parle des thèmes qui lui tiennent à cœur. Je suis à la fois envoûtée et troublée. On remarque que l’environnement tient une place importante. On le perçoit surtout à travers son personnage «Cannibale». C’est surprenant n’est-ce pas ? Je suis subjuguée par son ouverture d’esprit sur sa recherche sur les arbres et sur l’énergie des cristaux. C’est une partie de l’histoire qui me charme et où on voit déjà qu’à cette époque, que l’homme peut choisir le chemin entre le bien ou le mal. Je mets donc ici une citation : «C’est qu’il crie si bien… dit-il doucement en reposant le cristal à côté des autres. Si seulement je pouvais comprendre comment ils pensent… Je peux leur faire mal. Je peux les diriger. Mais je ne peux pas leur parler. Un jour je trouverai bien.»
Il ne faut pas oublier que lorsque tu lis ce roman «Cristal qui songe», juste à lire le titre, c’est déjà mystérieux. Je crois que cet auteur Théodore Sturgeon sait comprendre l’essentiel. Il peut lire entre les lignes et ses yeux décèlent ce que d’autres ne voient pas. Et je crois que, dans ce livre, il y arrive à merveille. Il sait comprendre l’humain et avec sa plume, tout endroit semble énigmatique. Il y a cet instant magique entre Horty et Zena qui me touche. Zena dit à Horty : «Horty, murmura-t-elle, si jamais tu entendais encore l’appel de cette nuit, réveille-moi. Réveille-moi tout de suite et n’y vais pas».
En faisant une recherche, j’ai vu que la chaîne de télévision HBO, de septembre 2003 à mars 2005, il diffuse un feuilleton inspiré des deux romans les plus connus de Sturgeon. Le titre est «Carnival». Il se situe au début des années 1930 et il comprend 24 épisodes. Cette série a été interrompue. Un peu plus tard, une série fait une apparition sur les écrans français sous le titre «La Caravane de l’étrange».
Pour conclure, c'est un bon moment de détente. C'est un livre qui se lit bien et il faut être capable de percevoir ce que l'auteur voit. Je crois qu'on aime ou on n'aime pas. Je ne me suis pas ennuyée au cours de ma lecture. Théodore Sturgeon sait te tenir en haleine. Tu ne veux pas lâcher l’histoire car tu veux savoir ce qui va arriver. Il y a parfois des longueurs mais on n'en tient pas compte car l'auteur amène directement le lecteur là où il veut. Pour un texte de cette ère, il y a tous les ingrédients qu'on aime : il y a une belle amitié entre les personnages, il y a une atmosphère chaleureuse et il y a une énigme à déchiffrer. C’est un auteur que je veux connaître et ce livre «Cristal qui songe» est un coup de cœur. Si je suis capable de convaincre une personne de lire ou de le relire, j’aurai réussi à refaire vivre une de ses histoires.
Isa

P.S : il y a les critiques de Masa et de Smajda à lire ! :)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4216
SMadJ
  10 octobre 2014
Malgré toutes les critiques dithyrambiques lues ici, ce bouquin a glissé sur moi comme un linceul sur un fantôme.
J'en suis resté hermétique et ces 150 pages m'ont paru d'une longueur interminable. Il ne s'y passe pas grand chose d'ailleurs.
J'ai mis plus de temps à les lire que la majorité des pavés de 600 pages lus habituellement.
Pas de rythme. Une histoire complexe et les explications sur le fonctionnement des cristaux est une tannée pour mon petit cerveau.
Je n'y ai pas retrouvé le sel décrit par les autres lecteurs car ce livre est très bien noté ici. Tant pis pour moi. J'aurai essayé. 2/5
Commenter  J’apprécie          4619
Cigale17
  19 janvier 2020
Dans le challenge multi-défis 2020 proposé par Gwen21 et Sabisab28, l'item 29 suggère aux participants de lire un roman paru ou primé l'année de leur naissance. J'ai donc choisi de relire un roman que j'avais adoré à l'époque (lointaine) où je l'avais dévoré en cachette, au pensionnat : Cristal qui songe de Theodore Sturgeon. Je me souvenais de cette histoire de cristaux extra-terrestres vivant parmi les humains en n'étant presque jamais repérés. Je me souvenais aussi du personnage principal, Horty, petit garçon maltraité par sa famille d'adoption, de sa mère indifférente et de son sadique de père. Je me rappelais son amour pour sa petite voisine, et sa crainte de l'horrible directeur du cirque où il va se réfugier. Je me souvenais que j'avais adoré la fin. En fait, je me souvenais surtout de mon enthousiasme...
***
Bien sûr, il s'agit d'un ouvrage majeur, qui a fait date dès sa parution (1950) et qui semble ne s'être jamais démodé. J'ai été de nouveau emballée par le début du livre, le renvoi de l'école pour un motif curieux et assez dégoûtant, et l'affection que Horty porte à Junky, son jouet représenté sur la couverture du roman dans l'édition de poche. Je me suis de nouveau laissé prendre par les aventures du petit garçon, son développement étrange, son incroyable faculté d'adaptation, ses pouvoirs surhumains et ses relations avec les autres « monstres ». J'ai salué l'habileté de Sturgeon : un cirque était vraiment le seul endroit où les créatures diverses dont le Cannibale s'est entouré pouvaient passer inaperçues. de plus, dès la page 8, on a un élément de réponse sur l'origine d'Horty, une phrase qui m'a beaucoup intriguée, que j'ai notée, et que je n'ai comprise que beaucoup plus tard : « Armand et Tonta n'étaient pas les véritables parents de Horty. Ceux-ci habitaient à l'étage supérieur, mais les Bluett l'ignoraient. » J'ai relu plusieurs fois les quelques pages précédentes, me disant que j'avais raté quelque chose, mais c'est resté bien mystérieux… Comment avais-je pu oublier ce « détail » ? Cependant, j'ai trouvé la psychologie des personnages peu convaincante : ils sont trop primaires et d'un seul tenant, bien peu nuancés, sauf, vers la fin, où Horty se complexifie et fait un choix infiniment raisonnable et un peu surprenant pour l'ado qu'il est encore. Quant au Cannibale, il me semble que ses déboires ne suffisent pas à rendre crédible le monstre qu'il est devenu. Tout ce qui concerne les cristaux m'a semblé vague et même un peu ennuyeux, mais quel développement aurait pu être acceptable ? Si le roman garde tout son intérêt aujourd'hui, c'est plus grâce aux thèmes universels et intemporels (la différence, l'acceptation de soi et des autres, l'amour, l'altruisme, etc.) qu'aux aventures d'Horty et aux belles surprises de la fin. N'empêche, il y a des livres qu'on ne devrait pas relire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
Nadou38
  19 janvier 2022
Découverte de l'auteur Théodore Sturgeon pour moi, je ne connaissais pas et je suis bien contente que cette erreur soit corrigée car j'ai beaucoup apprécié « Cristal qui songe ». Grand merci à mon ami Senna qui me l'a proposé dans notre petit défi littéraire.
Publié en 1950, ce roman est une ode à l'amitié et à la bonté. C'est la question d'« être humain » qui est posée là, à savoir s'il s'agit juste de notre appartenance biologique à une espèce ou si c'est aussi notre comportement envers elle qui nous y intègre.
Horty est un petit garçon de 8 ans, adopté par la famille Bluett. Pas franchement la joie car la violence y est une réponse banale face aux bêtises enfantines. Après une n-ème correction lui coutant 3 doigts, Horti s'enfuit un soir et se retrouve embarqué dans un cirque dont la spécialité des artistes est d'afficher un physique marginal en plus de leur numéro. Zena, Bunny et La Havane ouvrent leur porte de bon coeur à cet étrange petit garçon, mais ce n'est pas sans danger car Horti semble présenter certaines particularités liées à des cristaux. Et puis, Horti doit se faire accepter par le Cannibale, le directeur inquiétant et mystérieux de cette troupe…
J'ai particulièrement apprécié dans ce roman la beauté de certains personnages par leur caractère enjoué et sensible. Celle du jeune Horti bien sûr, mais aussi ses amis Zena, Bunny et La Havane. La relation entre Horti et Zena est magnifique, leur amitié est touchante et tellement forte. Elle fait du bien.
Si leur marginalité physique est leur gagne pain, il n'est pas pour autant facile de s'assumer tous les jours, d'être qualifié de monstre ou de phénomène de foire, et certains passages très touchants du livre montrent ô combien ils peuvent aspirer à une certaine normalité, ne plus se sentir à tort en marge d'une certaine humanité. le droit à la différence, un combat toujours d'actualité…
Leur personnalité particulièrement positive fait opposition à d'autres personnages particulièrement sombres, haîssables au plus haut point par leur violence et leurs manipulations (). On peut qualifier leur comportement inhumain, mais pourtant l'homme est bien le seul être vivant capable d'agir de la sorte.
Quant à l'aspect fantastique du roman, il est bien mené avec ces cristaux et leur pouvoir étrange. Si j'avoue ne pas avoir tout saisi sur leur origine et leur fonctionnement, cela ne m'a nullement empêchée d'adhérer au principe. Au contraire il apporte du grain à moudre sur notre représentation des différents personnages et met en exergue les qualités et défauts de chacun. Qui est humain ou ne l'est pas ?
Une belle lecture en somme qui m'incite à découvrir d'autres ouvrages de l'auteur. J'ai vu que j'en avais plusieurs dont « Les plus qu'humains » et « Venus plus X » qui me tentent assez.
Challenge duo d'auteurs SFFF 2022 : Heinlein - Davoust - Age d'or de la SF
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2715
pictura
  03 octobre 2013
Cette fois-ci, c'était la dernière... Plus jamais il ne me touchera. La douleur est derrière moi. Un papa ne devrait jamais frapper son fils. Jamais. Lui, ce n'est pas mon vrai père mais il n'avait pas le droit! J'y ai perdu un peu de ma main mais maintenant j'ai une famille, une vraie. Avant je n'avais pas d'amis. Seul Junky m'apportait un peu de réconfort mais c'est un jouet c'est différent.
Zéna m'a adopté. C'est une naine. Il y a aussi Solum. Il est marrant, il est tout vert.
Mon nom est Horty et j'ai huit ans.On m'a toujours dit que j'étais différent. C'est vrai. Je suis différent des autres. Mais ici, on est gentils avec moi dans ce cirque ambulant. Je me sens bien avec eux. Je fais un numéro avec Zéna...Je joue sa soeur jumelle. Il y en a un qui me fait peur, c'est le Cannibale. Pour qu'il m'accepte dans le cirque, Zéna a dit que j'étais sa cousine. On se ressemble beaucoup avec Zéna alors c'était plus facile. le Cannibale est celui qui dirige le cirque. Il est étrange. Il a une collection de cristaux tout aussi étranges que lui. J'entends des choses qui ne peuvent pas exister, comme des rêves éveillés. J'entends des bruits...Je crois qu'ils proviennent des cristaux. Que se passe t'il ici? Que fait le directeur du cirque avec tous ces cristaux? Quels sont ses projets? Je sens que Zéna sait quelque chose...Pourquoi elle ne me dit rien?
Aide-moi lecteur à percer le secret qui entoure les cristaux du Cannibale. Je suis petit et ta présence ne sera pas de trop. Ne me laisse pas seul! Je sais que certains personnages peuvent avoir l'air bizarres mais ils sont gentils; crois-moi! Leur laideur est moins terrible que celle qui se cache à l'intérieur de certains êtres...
Aide moi. S'il te plait. Zéna est courageuse mais n'est pas de taille à combattre le Cannibale. Anormaux, différents, on l'est tous de toute façon. Différemment. Sur des degrés divers. Mon anormalité à moi ne se voit guère et pourtant ! Si mon père adoptif me voyait !! il rirait jaune. Ma demande est sincère. J'ai besoin de toi. Viens!
Prend la place qui est tienne au sein du cirque et tu verras que certains êtres cachent bien des choses au-delà de leurs difformités...
Qui es-tu vraiment Cannibale? Pourquoi tu t'intéresses tant à ces cristaux. J'ai peur. J'entends des choses. Des voix m'appellent, des voix me parlent. Ne me laisse pas...Je ne sais pas où cela nous mènera...Sans doute bien loin des voies que tu avais l'habitude d'emprunter...A la lisière du fantastique, à la frontière de l'étrange et peut-être même au-delà de toi-même, sur fond de sensibilité jamais larmoyante, ami lecteur, viens...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   27 juin 2015
- Je m'explique, roucoula-t-il, vous comprenez, je voudrais par-dessus tout être aimé pour moi-même. Je suis navré d'avoir été contraint d'exercer une certaine pression sur vous. Ne voyez là qu,un désir ardent de réussir. Vous connaissez le dicton : '' Tout est permis''.
-... ''En amour et à la guerre, acheva-t-elle docilement.
Et elle pensait :'' il s'agit bien de guerre, en effet; c'est un ultimatum : aime-moi pour moi-même ou gare... ''
- Je ne suis pas exigeant, susurra-t-il entre ses lèvres luisantes. Mais, voyez-vous, un homme a besoin de tendresse...
Elle ferma les yeux juste à temps pour empêcher le juge de les voir se lever vers le ciel. Pas exigeant ! Seigneur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
SeraphitaSeraphita   07 mai 2010
- Ils rêvent, dit-il, tandis que sa voix, sonore comme un tuyau d’orgue, s’amenuisait jusqu’à ne plus être qu’un murmure chargé de passion. Je n’ai pas encore trouvé d’expression plus juste. Oui, ils rêvent.
Zena attendit la suite en silence.
- Mais leurs rêves ont une vie propre dans notre monde à nous – dans l’espèce de réalité que nous connaissons. Leurs rêves ne sont pas des pensées, des ombres, des images, des sons, comme les nôtres. Ils sont faits de chair, de sève, de bois, d’os, de sang. Et il arrive même que leurs rêves restent inachevés ; c’est pourquoi je possède un chat à deux pattes, un écureuil sans poils et aussi Gogol, qui devrait être un homme, mais n’a ni bras, ni glandes sudoripares, ni cerveau… Tous ces êtres sont inachevés… Il leur manque à tous, entre autres choses, de l’acide formique et de la niacine. Mais… ils sont quand même vivants…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Endea54Endea54   25 janvier 2010
« Il jouissait du dégoût que lui inspirait l’humanité. Il avait bâti à sa haine une tour d’ivoire dans laquelle il s’enfermait pour contempler dédaigneusement le monde entier. Il y trouvait l’altitude dont il avait besoin pour respirer à l’aise. Certes, pendant ce temps-là, il crevait de faim, mais comme les richesses matérielles avaient de la valeur aux yeux de ce monde qu’il haïssait, il retirait de sa pauvreté une jouissance supplémentaire. Cela dura quelques temps mais pas toujours …

L’homme qui adopte une pareille attitude ressemble malheureusement à l’enfant qui possède un fouet ou à la grande nation pourvue de cuirassés : il leur suffit de se camper fièrement au soleil pour bien faire voir à tout le monde qu’ils disposent d’une enviable supériorité, mais bientôt il devient absolument indispensable à leur bonheur que le fouet siffle et claque, et que les canons tonnent. L’homme a besoin d’autre chose que d’un piédestal : il lui faut tôt ou tard passer à l’action. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TwiTwiTwiTwi   04 décembre 2009
L'enfant s'était fait surprendre dans un coin du stade scolaire, alors qu'il se livrait à un acte répugnant ; on l'avait renvoyé chez lui en l'expulsant ignominieusement de l'école. A cette époque, il avait huit ans ; cela faisait plusieurs années déjà qu'il pratiquait ce vice.

En un sens c'était dommage. Il était gentil ce gosse ; il était même plutôt beau, quoi qu'il n'eut rien d'extraordinaire. Il y avait d'autres enfants, et même certains professeurs, auxquels il était plutôt sympathique, mais il y en avait aussi qui le n'aimaient guère. En tout cas, lorsque son forfait fut connu, tout le monde se ligua contre lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SMadJSMadJ   07 octobre 2014
Tout au cours de son histoire, ça a été le malheur de l'humanité de vouloir à tout prix que ce qu'elle savait déjà fût vrai et que ce qui différait des idées reçues fût faux.
Commenter  J’apprécie          244

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3949 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre