AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070302666
221 pages
Éditeur : Gallimard (21/02/1969)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Les chevaux du temps

Quand les chevaux du Temps s'arrêtent à ma porte
J'hésite un peu toujours à les regarder boire
Puisque c'est de mon sang qu'ils étanchent leur soif.
Ils tournent vers ma face un œil reconnaissant
Pendant que leurs longs traits m'emplissent de faiblesse
Et me laissent si las, si seul et décevant
Qu'une nuit passagère envahit mes paupières
Et qu'il me faut soudain refaire en m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
colimasson
  23 janvier 2015
Après les Gravitations considéré à juste titre comme son recueil poétique d'excellence, le recueil suivant publié par Jules Supervielle est celui du Forçat innocent.

Quelques charmants poèmes ne répondent toutefois pas à la question légitime suivante : était-il utile de publier ce nouveau recueil alors que le précédent constituait à la fois un chef d'oeuvre et le point culminant d'un art poétique ? Au-delà de la réconciliation avec soi-même et avec l'univers, dans la transparence et la pureté littéraires les plus déliées, peut-on continuer à écrire des poèmes ? C'est une tentation qui fait prendre le risque de diminuer la puissance conclusive des poèmes des Gravitations.

Avec le Forçat innocent, Jules Supervielle reste fidèle à lui-même. Cinq ans après sa dernière publication poétique, cette ressemblance est problématique : Jules Supervielle a-t-il voulu s'imiter ou n'arrive-t-il plus à se renouveler ? Les poèmes de ce recueil abordent les thématiques et utilisent les images poétiques des Gravitations comme si Supervielle regrettait déjà de moins les reconnaître, et essayait malgré tout de se les réapproprier. Il faut peut-être lire les poèmes de ce recueil avant de découvrir ceux plus puissants des Gravitations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Philippe67
  18 août 2012
J'ai commencé à lire ces poèmes il y a environ 30 ans et je ne me lasse toujours pas de les re re re ...relire.
Il y a de la magie dans ces textes où l'on trouve tous les thèmes de prédilection de l'auteur : la vie, l'amour, la mort, la vie après la mort, les moments où le temps s'arrête et bien sur la création artistique avec les magnifique poèmes "le pommier" et "les chevaux du temps".
Commenter  J’apprécie          170
batlamb
  21 septembre 2019
Avec ses mots toujours simples, Supervielle n'a pas son pareil pour écrire selon les mouvements d’une mer paisible. Sa plume se dépose sur la p(l)age par douces vagues, et se retire en y laissant d'innombrables chemins dessinés par des ruisselets d'encres. Des pistes diffuses, vers les origines. Pour le lecteur, cet écoulement est difficile à « saisir » sans déformer les motifs tracés. Ainsi les vers suivants lui sont-ils présentés comme un problème à résoudre :
« Saisir, saisir le soir, la pomme et la statue,

Saisir l'ombre et le mur et le bout de la rue.
Saisir le pied, le cou de la femme couchée »
Le lecteur n'est pas seul à trébucher maladroitement dans ses tentatives pour s'approprier le sens de ces images : la mémoire du poète l'éloigne aussi de ces choses qui lui sont chères. Leur existence de jadis est oblitérée, remplacée par un présent observable dans des oiseaux prenant leur essor. Une rêverie mélancolique s'installe.
« Combien d'oiseaux lâchés 
Combien d'oiseaux perdus qui deviennent la rue,
L'ombre, le mur, le soir, la pomme et la statue.».
Face au tourment du temps qui s'écoule, Supervielle recherche en permanence l'apaisement, et le trouve dans l'humilité, qui efface son corps et « coupe à ras » ses mains avides de tout ramener à celui qu'il a été. En dissolvant sa vie dans la nature, Supervielle surmonte sa crainte de la mort, et semble même avoir oublié de la rencontrer, puisqu'il nous parle encore :
« Disparais un instant, fais place au paysage,
Le jardin sera beau comme avant le déluge,
Sans hommes, le cactus redevient végétal,
Et tu n'as rien à voir aux racines qui cherchent
Ce qui t'échappera, même les yeux fermés.
Laisse l'herbe pousser en dehors de ton songe
Et puis tu reviendras voir ce qui s'est passé. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Cielvariable
  16 mai 2018
J'aime bien le style de cet auteur, j'ai trouvé ma lecture très agréable.
Commenter  J’apprécie          30
Une_aurore
  19 novembre 2019
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
MllePeregrineMllePeregrine   27 janvier 2013
L'ENFANT NEE DEPUIS PEU

Elle pense:

"Si sévères et si grandes
Ces personnes qui regardent
Et leurs figures dressées
Comme de hautes montagnes.
Suis-je un lac, une rivière,
Suis-je un miroir enchanté?
Pourquoi me regardent-ils?
Je n'ai rien à leur donner.
Qu'ils s'en aillent, qu'ils s'en aillent
Au pays de leurs yeux froids,
Au pays de leurs sourcils
Qui ne savent rien de moi.
J'ai encore fort affaire
Dessous mes closes paupières.
Il me faut prendre congé
De couleurs à oublier,
De millions de lumières
Et de plus d'obscurité
Qui sont de l'autre côté.
Il me faut mettre de l'ordre
Parmi toutes ces étoiles
Que je vais abandonner.
Au fond d'un sommeil sans bornes,
Il me faut me dépêcher."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
OrpheaOrphea   06 juin 2013
Et voici la muraille, elle use le désir,
On ne sait où la prendre, elle est sans souvenirs,
Elle regarde ailleurs, et, lisse, sans pensées,
C'est un front sans visage, à l'écart des années.
Prisonniers de nos bras, de nos tristes genoux,
Et, le regard tondu, nous sommes devant nous
Comme l'eau d'un bidon qui coule dans le sable
Et qui dans un instant ne sera plus que sable.
Déjà nous ne pouvons regarder ni songer,
Tant notre âme est d'un poids qui nous est étranger
Nos cœurs toujours visés par une carabine
Ne sauraient plus sans elle habiter nos poitrines.
Il leur faut ce trou noir, précis de plus en plus,
C'est l’œil d'un domestique attentif, aux pieds nus.
Œil plein de prévenance et profond, sans paupière
A l'aise dans le noir et l'excès de lumière.
Si nous dormons il sait nous voir de part en part,
Vendange notre rêve, avant nous veut sa part.
Nous ne saurions lever le regard de la terre
Sans que l'arme de bronze arrive la première,
Notre sang a besoin de son consentement,
Ne peut faire sans elle un petit mouvement,
Elle est un nez qui flaire et nous suit à la piste,
Une bouche aspirant l'espoir dès qu'il existe,
C'est le meilleur de nous, ce qui nous a quittés,
La force des beaux jours et notre liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
patrick75patrick75   28 mai 2013
Ecoute, apprendras-tu à m'écouter de loin,
Il s'agit de pencher le coeur plus que l'oreille,
Tu trouveras en toi des ponts et des chemins
Pour venir jusqu'à moi qui regarde et qui veille.

Qu'importe en sa longueur l'Océan Atlantique,
Les champs , les bois, les monts qui sont entre nous deux ?

L'un après l'autre un jour il faudra qu'ils abdiquent
Lorsque de ce côté tu tourneras les yeux.
Commenter  J’apprécie          270
JcequejelisJcequejelis   16 septembre 2014
Un poète

Je ne vais pas toujours seul au fond de moi-même
Et j'entraîne avec moi plus d'un être vivant.
Ceux qui seront entrés dans mes froides cavernes
Sont-ils sûrs d'en sortir même pour un moment ?
J'entasse dans ma nuit, comme un vaisseau qui sombre,
Pèle-mêle, les passagers et les marins,
Et j'éteins la lumière aux yeux, dans les cabines,
Je me fais des amis des grandes profondeurs.

1990 - [Poésie/Gallimard n° 41, p. 173]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
patrick75patrick75   10 février 2014
ALTER EGO

Une souris s'échappe
( Ce n'en était pas une )
Une femme s'éveille
( Comment le savez-vous ? )
Et la porte qui grince
( On l'huila ce matin )
Près du mur de clôture
( Le mur n'existe plus )
Ah ! je ne puis rien dire
( Eh bien, vous vous tairez ! )
Je ne puis pas bouger
( Vous marchez sur la route )
Où allons nous ainsi ?
( C'est moi qui le demande )
Je suis seul sur la terre
( Je suis là près de vous )
Peut-on être si seul
( Je le suis plus que vous,
Je vois votre visage
Nul ne m'a jamais vu ).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Jules Supervielle (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Supervielle
Oloron-Sainte-Marie, Jules Supervielle lu par Jules Supervielle
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les titres de Jules Supervielle

Comment sont les amis ?

méconnus
inconnus
reconnus
nus

9 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Jules SupervielleCréer un quiz sur ce livre