AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070634744
Éditeur : Gallimard Jeunesse (20/09/2012)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 21 notes)
Résumé :
242.6/D/99

Salut Pete !

Comment se passe ton été ? Moi, ça va, je fais plein de trucs. J'ai fini par faire réparer la tuyauterie chez moi, classé (encore!) ma collection de capsules et battu (encore !) Maxime aux échecs ! Ah, et puis, il y a cette Chose Perdue. Rappelle-moi de t'en parler un de ces quatre.
Bonne chance pour tes exams d'algèbre linéaire appliquée.

A bientôt

Shaun
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
lire_pour_le_plaisir
  28 décembre 2012
Le narrateur a égaré ses histoires, il va donc nous parler du jour où il a trouvé la chose perdue. Collectionneur de capsules de bouteilles, il lui arrive lors d'une quête sur la plage de lever la tête par hasard, et c'est là qu'il voit… La chose perdue. Personne d'autre ne l'aperçoit cet énorme objet planté sur le sable et qui ne fait rien ! La chose s'est tout de suite montrée amicale, ils ont même joué tout l'après-midi. Mais quelque chose ne va pas, forcément. La chose est tout de même perdue. Au soir, personne ne vient la réclamer. Alors que faire, sinon demander l'avis de Pete qui a un avis sur tout ? Mais Pete ne sait pas non plus et se résigne : il y a des choses perdues, voilà tout. Alors le narrateur ramène la chose chez lui. Ses parents ne la remarquent même pas. Alors, il a fallu la leur montrer, bien évidemment. Concert d'exclamations : « elle a les pieds sales », « elle a peut-être toutes sortes de maladies ». Une seule solution selon les hautes autorités parentales : ramener la chose au point de départ. Hors de question, bien sûr. La chose dormira dans la remise et mangera… ce que notre héros pourra bien lui donner. Mais elle a toujours l'air bien perdue. Personne ne la réclame dans le journal. Un petit encart cependant fait état d'un endroit pour les choses dont on ne sait que faire : le Bureau fédéral du Bric-à-brac. Mais au bureau, la chose est encore plus triste. le bâtiment est si gris et si sombre ! Une petite voix attire l'attention de notre narrateur. Elle lui indique que laisser ici une chose à laquelle on tient équivaut à la perdre à tout jamais. On lui remet une carte, et il choisit de se rendre dans cet endroit où la chose aura peut-être une chance d'exister. Elle en est satisfaite. Notre héros retourne à sa collection de capsules. Et voilà, pas de morale, pas de fin. Telle est l'histoire de la chose perdue et de ses nouveaux amis : sans doute pas réellement à leur place, mais ravis d'y être ensemble. Voyons-nous vraiment les choses perdues ?
Un voyage onirique à suivre sans se poser de question. L'essentiel ici est de se laisser porter par le dessin, les mots, les idées et d'aller, avec le narrateur, à la découverte de l'étrange, du différent, du bizarre même. Peut-être nos rêves en seront-ils différents. Originalité et idées novatrices sont sans aucun doute les principales qualités de cet ouvrage. Les pages sont belles à regarder. Les dessins de fond de page donnent l'impression que le livre a été écrit sur le carnet d'un scientifique. Très bel objet à collectionner. de plus, le narrateur s'adresse directement à son lecteur. C'est suffisamment rare pour que les enfants se sentent interpelés par ce livre et ne le lâchent plus.

Lien : http://crdp.ac-amiens.fr/cdd..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
temps-de-livres
  23 octobre 2012
Alors que Shaun se balade pour continuer sa collection de capsules, il remarque « une chose ». Elle est là, mais personne ne semble la remarquer, alors qu'elle est différente. Intrigué, Shaun va la rencontrer. Personne ne la demande ou ne fait remarquer sa disparition. Shaun va tenter de l'aider.
Découvert en France en 2007 avec Là où vont nos pères, Shaun Tan suscita la curiosité puisque sa bande dessinée ne comportait pas de texte. Depuis quelques temps, Gallimard jeunesse nous fait le plaisir d'éditer et de traduire les oeuvres de cet artiste unique. Avec La Chose Perdue, nous découvrons le livre illustré (datant de 2000), mais aussi le film d'animation qui remporta l'Oscar du meilleur court-métrage 2011.
L'univers de la Chose Perdue se déroule dans une grande ville industrielle. Tout y est organisé, formaté, numéroté. Partout des signalisations pour indiquer où vous êtes, quoi faire. Les tuyaux, câbles de différents diamètres sont omniprésents. Chaque personne à une tâche à accomplir. Les adultes/travailleurs n'ont pas le temps de rêvasser, « trop occupés à autre chose ».
L'auteur joue sur la bizarrerie à plusieurs niveaux :
-Un monde ultra-industrialisé, croulant sous l'administration (tout est étiqueté : Bureau Fédéral de...).
-Une chose rouge, moitié organique (tentacules), moitié mécanique, qui ne s'exprime que par des sifflements et des tintements de clochettes.
-Shaun, un adolescent qui collectionne les capsules.
Avec ce mélange, Shaun Tan nous entraîne dans son monde fait de bizarreries, de créatures fantasmagoriques. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Certes, mais le trait doux et les couleurs apaisent ce sentiment. A la fin de l'histoire, le lecteur est ému. Touchant et plein de poésie, La Chose Perdue permet, sans morale aucune, de se demander : « Et si j'allais flâner aujourd'hui ? ». Prendre du temps, laisser agir l'imagination, avant que le réel ne nous accapare.
On se doit de saluer la traduction et le travail de maquettage du livre. Sur les pages de garde, des croquis préparatoires de l'histoire servent de fond. Au-dessus, 77 capsules avec pour chacune, une illustration différente de la science (mathématique, physique, mécanique). A l'intérieur, chaque fond de page est un ensemble « bordélique » de cours de mécanique. Un travail titanesque pour l'auteur, mais aussi pour les équipes de Gallimard. Pour le lecteur curieux, il prendra plaisir à tourner le livre dans tous les sens.

Livré avec le livre, le DVD salué aux derniers Oscars. le court-métrage vient de commencer que déjà nous sommes subjugués. La précision des traits, le contraste, l'animation sont magnifiques. La musique et les bruitages sont particulièrement efficaces. Je vous recommande de monter le son pour vous en rendre compte. L'adaptation est très fidèle, les auteurs ont trouvé quelques trouvailles du plus bel effet (le générique de présentation, les oiseaux sur la plage). Pour les plus curieux, ils pourront voir une partie du travail réalisé sur ordinateur, ainsi que la version commentée du court-métrage par Shaun Tan. C'est là le seul reproche de ce sublime objet : la narration est en anglais. Si le film est sous-titré, les bonus en sont dépourvus. Même si ça reste compréhensible pour la moyenne, certaines subtilités échapperont à la plupart.
La Chose Perdue est un magnifique livre. Il n'est pas étonnant que Shaun Tan soit récompensé du prix commémoratif Astrid Lindgren. Encore mal connu en France, il est indispensable de la découvrir. Merci encore à Gallimard pour ces éditions.
Lien : http://temps-de-livres.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
steka
  31 août 2013
Une BD visiblement faite pour amener à se poser des questions : dans quelle sorte de société vivons-nous ? Qui décide et où est le pouvoir ? Qu'est ce qui est important et qu'est-ce qui ne l'est pas ?
Une BD donc pour ceux qui savent encore regarder et voir ce que la plupart ont cessé de voir. Voir par exemple qu'au delà de l'étrangeté évidente de la chose perdue, il y a tout autour l'évidence d'un monde totalitaire désormais banalisé où tout ce qui n'est pas dans la norme, tout ce qui est "différent", n'a plus droit d'existence, n'est littéralement plus visible. Shaun Tan. a laissé ça et là sur son album quelques points de repère, pour les obtus ; la tête de la statue néo-stalinienne remplacée par une télévision, des étiquettes au dos de l'album avec la devise du "BUREAU FÉDÉRAL DE LA CENSURE : illuminare prohibitus". Ou encore "la pensée du jour offerte par l'état : C'EST LE Marché QUI DÉCIDE". Mais bah, rien de quoi s'inquiéter sans doute ....
Commenter  J’apprécie          20
LeManegeDePsylook
  25 février 2014
Je le trouve absolument magnifique ! J'avoue que le style de dessin est assez bizarre, les personnages ont des têtes étranges, tout en longueur avec un front allongé à l'extrême à la Marge Simpson. Les couleurs sont un peu grises, sombres et passées mais pourtant tellement chaleureuses. On y trouve beaucoup de détails en tout genre: des panneaux éparpillés, cachés dans ces illustrations, contenant différents mots ou messages ?
Ce qui m'a pris le plus de temps: décortiquer les contours des planches. On y découvre un nombre affolant de détails différents et étranges: parfois géométriques, d'autres fois articles ou annonces de journaux, calculs, schémas d'appareils en tout genre, etc…
Un travail soigné qui donne du cachet aux illustrations.
L'histoire est très belle, un peu surprenante, un peu autre, mais très jolie. Elle a un côté poétique que j'ai apprécié.
Le héros Shaun trouve une chose perdue qui ressemble à une théière. A l'intérieur, vit une créature dont on ne voit que les tentacules. Ne pouvant la garder chez lui, ils se voient obligé tous deux de commencer une courte errance à travers la ville. Bon, je ne vous en dirai pas plus, je risquerai de vous spoiler toute l'histoire mais j'ai beaucoup aimé.
Petit bonus: avec cet album, on a droit à un DVD. Nous en avons profité pour le regarder immédiatement.
Waouh! Ce livre est déjà très beau, ce court étrange primé aux Oscars l'est tout autant. Je l'ai trouvé magnifique et je ne suis pas la seule: les enfants ont été captivés, ils avaient des étoiles plein les yeux, les expressions d'étonnement et de ravissement fusaient ; ils ont adoré voir l'histoire qu'ont avait lu auparavant prendre vie sur l'écran de télévision.
Petit bémol: le DVD est en anglais, sous-titré français. Personnellement, je trouve que l'album est déjà cher (22,50 €) et le fait qu'on n'ait pas la possibilité de le voir en doublé français ne joue pas en sa faveur. C'est vraiment dommage ! Alors vous me direz qu'il est conseillé pour les enfants de plus de 10 ans, n'empêche que ce n'est écrit nulle part sur l'album (ou du moins pas lisiblement !)
J'ai adoré cette lecture et les enfants également.
Lien : http://psylook.kimengumi.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jumax
  02 octobre 2012
Un superbe album, une histoire touchante et un graphisme vraiment fou ! En plus le film d'animation ne sera distribué, en France, qu'avec ce livre. Il a reçu un Oscar en 2011. Malheureusement il est en anglais (mais vous avez quand même des sous-titres!).
Vraiment SUPERBE
Lien : http://latetedelart2.blogspo..
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (3)
HistoiresSansFin   15 avril 2013
Shaun Tan signe avec La chose perdue un conte très doux, vraiment agréable, et totalement atypique en même temps. Cette histoire a la saveur d'une fable de Burton: mystérieuse, un peu magique et tellement, tellement sensible.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Ricochet   05 décembre 2012
Avec un graphisme déshumanisé et surréaliste Shaun Taun nous précipite dans un monde glauque au béton omniprésent, dirigé par une société capitaliste.
Lire la critique sur le site : Ricochet
BDGest   15 octobre 2012
L’univers onirique de Shaun Tan embarque le lecteur dans un monde industrialisé, plein de formes bizarres, flirtant avec la réalité, mais baignant dans une ambiance singulière et surréaliste.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   02 octobre 2012
"Vous voulez que je vous raconte une histoire ?
J'en connaissais plusieurs assez intéressantes. Certaines si drôles qu'on était plié de rire, et d'autres si horribles qu'on se gardait bien de les répéter.
Mais je ne me souviens d'aucune.
Alors je vaus vous parler du jour où j'ai trouvé la chose perdue."
Commenter  J’apprécie          140
NievaNieva   13 janvier 2014
Nous sommes arrivés devant un grand bâtiment gris sans fenêtres. A l'intérieur, il faisait plutôt sombre et ça sentait le désinfectant.
- J'ai trouvé quelque chose, ai-je déclaré à la réceptionniste.
- Remplissez ce formulaire.
La chose perdue a émis un petit son triste. J'étais en train de chercher un stylo quand j'ai senti qu'on me tirait par la chemise.
- Si cette chose vous tient à coeur, vous ne devriez pas la laisser ici, a dit une toute petite voix. Ici, on oublie, on abandonne, on efface.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NievaNieva   13 janvier 2014
Estimez-VOUS que l'ordre de votre vie quotidienne a été inopinément bouleversé par
les objets abandonnés ?
les objets sans nom ?
les objets manufacturés sans origine connue ?
la paperasse inclassable ?
les choses qui n'ont pas leur place ?
PAS DE PANIQUE
Nous avons un endroit où les mettre.
Bureau Fédéral du Bric-à-Brac
"balayus sub carpetum"
Centre ville
6328e rue
Grand bâtiment gris #357b
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   31 août 2013
Une histoire destinée à tous ceux qui s'intéressent à des choses beaucoup plus importantes.
Commenter  J’apprécie          30
stekasteka   31 août 2013
BUREAU FÉDÉRAL DE L'INFORMATION
ignorare regulatum
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Shaun Tan (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shaun Tan
Vidéo de Shaun Tan
autres livres classés : futurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Là où vont nos pères

Au début de l'histoire, qu'emballe l'homme dans un chiffon pour le mettre dans sa valise ?

une photo de sa femme
un animal de compagnie
un paquet de pommes
un cadre d'une photo de famille

5 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Là où vont nos pères de Shaun TanCréer un quiz sur ce livre