AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782851819284
72 pages
L'Arche (18/10/2017)
4.46/5   42 notes
Résumé :
Fable urbaine contemporaine, entre rap, poésie et épopée dramatique, Les nouveaux anciens renoue avec la ballade antique en embrassant toutes ces formes dans une magistrale et puissante unité. Kevin, Jane, Mary, Brian, Thomas et Clive, héros ordinaires, dieux d'aujourd'hui, ignorent tout de leurs liens de parenté et s'illustrent par leurs espoirs et désillusions, jalousie, bravoure et trivialité. Les anciens mythes résonnent dans ces vies désenchantées, où surgit la... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  24 mai 2018
Ce que j'ai ressenti:…Un souffle de tempête, un raz-de-marée poétique fulgurant…

Puisque les dieux nous ressemblent,
Puisque les mots nous rassemblent,
Il te reste à écouter les larmes des poètes…
(Infinitésimale sensibilité)
Puisque de tout temps, les histoires sont là,
Puisque les légendes pèsent leurs poids,
Il te reste à entendre la ballade Tempest…
(Ecoute la ville tomber)
Puisque Les nouveau anciens inspirent,
Puisque les anciens nouveaux expirent,
Il te reste à respirer le « flow » de Kate…
(Dieux Ordinaires d'Éternité)

Et comme la beauté se saisit dans les instants,
(Indifférence)
Et comme l'amour se cache dans les présents,
(Violence)
Et comme les illusions se nourrissent de moments,
(Déchéance)
Kate Tempest illumine de passion, et de talent
(Transe)
La scène Slam, embrasse les dieux, en tournoyant…
(Puissance)
Stelphique
Dans cette chronique, je réponds à ce poème par un poème, parce que le coup de coeur était là.
Palpitant. Rougeoyant. Dynamisant.
Je n'ai fait que lire et relire ce texte contemporain, aux encablures lyriques, jeté aux vents tempétueux, libre de voguer sur nos scènes de vies dramatiques, et divinement inspiré pour une bouleversante épopée…
J'ai aimé, j'ai adoré, j'ai sombré au coeur de la tempête, au coeur de Tempest, aux larmes de Kate…
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
lafilledepassage
  02 novembre 2021
Ils s'appellent Jane, Kevin, Mary, Brian, Gloria, Tommy et Clive. Ils sont des maris fatigués de vivre et délaissant leur épouse, des femmes infidèles rongées par les regrets, des mères trompées, déprimées, battues, des demi-frères qui se côtoient en ignorant leur consanguinité, des jeunes hommes dont les yeux débordent de rêves, des jeunes femmes qui donnent un peu de chaleur et d'écoute aux losers, aux paumés, aux esseulés, aux écrasés, aux stressés, aux éteints, aux enragés, … Ce sont les guerriers spartiates modernes, les Médée prêtes à dévorer leurs enfants pour échapper à l'anonymat, les femelles en chaleur qui se déchainent pour la dernière star permabronzée du petit écran, véritable Dionysos.
Kate Tempest nous parle de ces « héroïnes, enlisées dans le boulot pénible de faire toute seule un homme d'un garçon », de ces filles « dont les cicatrices sont profondes mais une seule seconde d'un de ses sourires résonne en toi une semaine entière. ». Elle nous parle de ces voisins que nous croisons sans les saluer, sans même les regarder, pas le temps, pas l'envie, de ces personnes dont nous ne connaissons même pas le nom, alors que nous savons le nom de people riches et célèbres, le nom de leurs ex-copines et les nouveaux copains de leurs ex-copines. Elle nous parle de nous, qui sommes debout tôt encore et travaillons jusque tard, faisons la queue. Nous à genoux, perdus, épuisés. Deadlines, dettes, divorces. Elle nous parle de notre vocation oubliée, de notre sagesse oubliée, de notre oubli de comment se parler, de comment écouter.
Mais surtout elle nous parle de notre humanité si fragile, et pourtant présente dans chacun de nous, de nos menus héroïsmes, de nos épopées quotidiennes. Elle regrette les temps anciens, empreints de merveilleux, de fables, d'histoires avec des dieux imparfaits, presqu'à notre image, des dieux qui ne jugent pas. Elle exprime le besoin urgent de réenchanter notre vie, malgré l'usure, la fatigue, le prêt à payer, les enfants à éduquer, … Elle nous parle de notre courage d'aimer notre prochain, qui fait de nous l'égal des dieux. Nous sommes nés pour être grand. Il faut le croire, le savoir et le puiser dans les larmes des poètes. Nous sommes des dieux, accessibles, perfectibles, sublimes parfois. Et terriblement humains. Nous sommes les nouveaux anciens.
Ce long poème a été écrit pour être lu à haute voix, et peut-être même chanté comme l'étaient l'Iliade et l'Odyssée, comme l'étaient tous les poèmes de l'Antiquité. Malheureusement, en lisant ce texte en français, on perd énormément de la mélodie et du rythme du texte. Disparues les consonances, assonances, allitérations, jeux de mots. Evanouie la scansion. Il reste des enregistrements sur le net à droite et à gauche de Kate Tempest lisant son propre texte. Pur bonheur.
Franchement l'éditeur aurait dû joindre le CD du texte lu par l'auteur à cette publication, pour le plaisir de la musique que même les personnes ne comprenant pas grand-chose à l'anglais peuvent apprécier (j'en suis un fier exemple). Là on reste vraiment sur sa faim. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Allantvers
  03 février 2018
A quoi servent les libraires? A nous pousser dans les mains quelque pépite qu'ils ont adoré et qu'ils veulent nous faire partager.
Un grand merci à la mienne (de libraire, qui est aussi une pépite) de m'avoir quasiment imposé, sûre de son fait, ce pénétrant poème slammé, roman de nous autres dieux des temps modernes encore porteurs de mythes ancestraux dans les allées de nos supermarchés, devant nos deadlines, nos dettes et nos divorces.
Ils s'appellent Kevin, Mary, Brian, Thomas, Clive, et se débattent avec violence et amour dans l'univers désenchanté d'une cité anglaise en déshérence, de pubs glauques en heures perdues devant de faux dieux télévisés. Mais ils vivent et vibrent pourtant du même feu que ceux des dieux d'antan que nous avons éteint, mais qui, heureuse nouvelle nous clame Kate! sont encore parmi et en nous.
Kate Tempest, poétesse, slammeuse, romancière, précise en incipit à ce court texte qu'il est écrit pour être lu à haute voix. Ce que je n'ai pas fait, et pourtant je vous assure que ses mots résonnent forts, bruts et lumineux.
Superbe découverte!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
ATOS
  09 mars 2018
Attention : Étincelant ! « Les nouveaux anciens », c'est dense, poétique, rapide, mouvant, vivant. Cliquetis dans le jukebox, silence de jour, lumières à contre nuit, la légende de Tom et de Glori, un mythe. « Les nouveaux anciens » c'est maintenant ! Kate Tempest a raison, un million d'étoiles filantes raison, un millénaire de rêves et de béton raison. C'est maintenant que les dieux marchent dans nos rues, que les dieux se lèvent chaque matin, que les dieux tempêtent, que les dieux jouent des coudes sur les quais, que les dieux donnent à manger au chat, à leur gosse, que les dieux ont faim ou froid, qu' il doutent, qu' ils aiment, qu'ils font les cons, qu'ils tournent en rond, qu'ils se voudraient un peu plus fort un peu plus grand, qu'on oublie pas trop vite leur nom .
Ils sont des dieux, ils nous ressemblent, nous sommes tous... des dieux, le format éternel de ceux qui se refusent à n'être que des hommes.
Des dieux vivants, et nombreux. Les enfants des hommes, pas des enfants des dieux.
Des monstres, des brutes et puis parfois, le plus souvent, peu à peu, des gosses avec des ailes de géant et les semelles au vent ! «  un dieu devient un dieu quand il a le courage d'aimer. Un dieu, quoi qu'il fasse, reste dieu à jamais, mais quand même, un dieu doit s'efforcer d'être un dieu auquel un dieu peut se fier. ».
« Nous sommes pourtant toujours mythiques.
Coincés pour toujours entre le pitoyable et l'héroïque.
Nous sommes encore divins ;
c'est ce qui nous rend si monstrueux.
Mais c'est comme si nous avions oublié que notre propre valeur excédait de loin celle de l'ensemble de nos biens ».
« Regarde les », regardons nous.
« Des millions de personnages,
chacun avec ses propres récits épiques
chantant : il est difficile d'être un ange
tant que tu n'as pas été un démon ».
Kate Tempest ! À lire à voix haute !
«  Toutes les divinités résident dans le coeur de l'homme ». William Blake
Traduit de l'anglais par D' de Kabal et Louise Barlett
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
nicolashouguet
  16 juillet 2018
Retrouver la mémoire de l'éternité.
S'émanciper de la tyrannie du présent et de l'amnésie qu'il impose un peu partout, de cette réalité qui vous écrase comme un sommeil sans rêves. Un désenchantement et une grisaille permanente. Une lassitude sans imagination. Juste le désenchantement au fond des regards fourbus et des destins inconscients d'eux-mêmes.
J'ai retrouvé à l'aube les mots de Kate Tempest. J'ai découvert en elle sans doute la plus belle voix de notre époque, depuis que j'ai cliqué sur cette vidéo où elle déclamait un extrait de ce livre, les Nouveaux anciens (paru chez l'Arche, traduit par D' de Kabal et Louise Bartlett). J'ai été absolument soufflé. Il y a quelque chose en elle de l'intensité de Patti Smith, de ces moments où on voyait Ginsberg déclamer ses poèmes, capter son époque. Et ce flow incroyable, hypnotisant, cette grâce de la rue qui s'incarne dans une artiste qui immédiatement devient symbole. L'impression de découvrir Dylan. Mais je n'aime pas cette ridicule manie à tenter de trouver des équivalences à l'émergence d'une nouvelle flamme. C'est tout, cette fille. Rimbaud et Steinbeck mêlés s'ils faisaient du slam. Avant tout, c'est elle. Superbe et inattendue. Elle est tout ce que j'aime. Un cataclysme heureux. Je suis conquis. Parce que la poésie est toujours fragile, toujours menacée, toujours précieuse. J'attendais quelqu'un comme elle depuis longtemps.


Kate convoque les dieux que l'on ne sait plus deviner dans le monde. Pourtant ils sont là, dans les rues et les supermarchés. Dans l'intimité d'amants qui se quittent au petit matin, dans les mariages qui doucement s'étiolent dans l'hostilité, dans les enfants perdus, brisés et pyromanes, dans les amitiés qui s'éloignent quand on les croyait indéfectibles. Chacun rejoue Médée, Pandore… Les chorégraphies anciennes sous-entendues dans chacun de nos gestes. le mythe à chaque coin de rue.
Tempest a la magie de ceux qui savent encore voir. Qui retrouvent la voix des dieux en eux comme des oracles. Elle sait suggérer et contenir toutes les vies qu'elle rencontre, en quelques mots tranchants. On ressent les peaux frissonnantes d'étreintes ou la douleur des abandons. La pulsation des rues qui rythme les solitudes. Les divinités sous des masques ordinaires et insoupçonnables. La magie. Celle qui coule partout dans nos vies et qu'on prend pour de l'anecdotique. Nos silhouettes contorsionnées qui renvoient aux ombres de celles qu'on voit sur les vases grecs.
Kate a gardé le souffle et la mémoire des temps anciens. Elle nous livre un instantané d'humanité. C'est ainsi qu'elle nous livre ce poème à voix haute, qu'elle nous rappelle ce que nous sommes et ce que nous n'avons jamais cessé d'être. Des fragments d'étoiles et de mythologies. Les mêmes forces nous ont formés et s'affrontent en nous, dessinent des trajectoires que l'on croit désordonnées et distinctes, faussement séparées. Tempest dessine avec ses mots ce lien entre nous, méprisé trop souvent. Sa poésie relie chaque intimité, chaque génération, elle recueille le vent de chaque passant avec une empathie et une acuité, une humanité absolument bouleversante. A chaque fulgurance, à chaque tranche de vie, elle semble saisir une existence entière. Toutes les biographies en même temps. En la lisant, dans ce texte court, on se sent reliés aux autres et à tous leurs passés. On respire avec l'univers.
Ce grand poème ressemble à une galaxie. L'instantané de toutes nos blessures et leur remède. Elle est directe, simple. En quelques mots, elle incite à regarder la réalité et toutes ses dimensions en face. C'est beau comme un regard échangé pour de vrai. Quelqu'un qui a vu le monde entièrement. Quelqu'un qui respecte assez l'histoire de chacun pour en rappeler les racines, profondes, antiques. Quelqu'un qui n'a pas méprisé l'invisible pour le remplacer par des slogans trop faciles, comme c'est si souvent le cas.
En approchant ses personnages (Kevin, Jane, Mary, Gloria, Jemma, Clive, Tommy…), on les ressent chacun intensément. On vibre avec eux. On les reconnaît comme on connaît nos classiques. Les gamins paumés et les vies en désordre deviennent des gestes héroïques. Derrière chaque fenêtre les tragédies continuent de se jouer.
Le poème avance dans un beau rythme d'épopée. Elle égrène les destins, illumine les banalités. Les dieux sont partout, jusque dans l'anodin. On en a recouvré le sens. Ils accompagnent nos rêves de gloire photoshopés, le ridicule de nos idoles, nos amours imparfaits, nos frissons fugitifs, nos envies de lendemains, nos amertumes, nos angoisses et nos désillusions.
Kate décrit le désenchantement et les miroirs aux alouettes. Les réussites de pacotille et les fauteuils qui se retournent sur des glorioles interchangeables. Elle décrit l'indifférence ordinaire de ceux qui ignorent le nom de leurs voisins mais savent tout d'une lointaine étoile people et de ses turpitudes. Elle chante nos bras surchargés d'absurdes et de désolations. Nos émerveillements pour des trésors en toc. L'ambition, l'ivresse égocentrique et cocaïnée de toutes les réussites, les mirages clinquants des sommets, la grande supercherie des célébrités rapides et éphémères, les vertiges des strip clubs, l'oubli des origines, de l'essentiel, l'âme au diable pour pas cher.
De l'autre côté, les égarés, les humiliés, les offensés et les exclus s'enivrent au pub, près de la jolie serveuse. Attendrissants. Poisseux. Imprévisibles. Dangereux. La menace et la violence parfois au détour d'un regard et d'un mot, d'un dernier verre avant la fermeture. Les perditions se croisent, ne communiquent pas, ne se ressemblent pas, mais pourtant représentent la même désolation nocturne. Les tragédies viennent de loin. de l'enfance. D'avant la naissance. du fond des âges. Les mêmes sempiternels minotaures sous des masques différents.
Les anciennes flammes, les sentiments purs, les intentions premières et les amours sincères renaissent au bout du poème à cause d'un mauvais pressentiment. La dernière partie est une syncope violente. L'intuition d'un désastre et l'ombre de la mort annihilent les vanités. Les personnages et les routes se rejoignent dans un final intense. On ressent tout. On sait confusément qu'il est trop tard. On a dans la bouche un goût métallique, celui de la hantise, des catastrophes et de la peur. Celui d'avant les éclats de la rage et de l'horreur, dans le déchainement des pulsions et des vengeances trop longtemps retenues.
On a traversé des vies avec la force d'un opéra, jusqu'aux remords et aux échecs que la vieillesse ne sait plus semer.
Kate Tempest suggère les racines du mal et de la grâce. Elle rappelle à chaque vers ce qu'est l'humanité. le chant que forme la chorale de toutes nos existences. Elles se souvient de la nuit des temps qui nous a forgés. Elle est immense. Unique. Epique. D'une incroyable modernité et d'une ambition classique, éternelle. Elle pourra évoquer toute une ville, diriger l'orchestre de tout un monde (comme elle l'a fait dans son premier roman, Ecoute la ville Tomber, publié chez Rivages, que j'ai chroniqué pour Addict-culture).
Elle est une apparition géniale et une artiste majeure.
Dans ce petit livre, elle contient des multitudes, les convoque en vous et ouvre des horizons qui n'appartiennent qu'à elle.
Au bout des cinquante pages, au bout de cet infini concentré,
On se sent comme au bout d'un long périple,
Eperdu de reconnaissance.
Et humain, et vivant.
Incroyablement vivant,
Pleins de ces dieux dont elle nous a fait prendre conscience.
Reprenant un dialogue interrompu
Avec l'éternité
Retrouvée.

Lien : http://www.nicolashouguet.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41


critiques presse (1)
LeMonde   01 février 2018
Cette Londonienne de 32 ans s’est « entraînée » avec le rap et la poésie avant d’écrire son premier roman, ode à « ceux qui ne sont rien ». Un vibrant plaidoyer pour l’utopie.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
lafilledepassagelafilledepassage   05 novembre 2021
Dans les histoires anciennes, les dieux marchaient parmi nous.
Se querellaient entre eux pour nous sauver, car ils nous aimaient,
Ou, parfois, ils se transformaient en animaux,
Se jetaient sur nous et nous violaient.
Ils avaient de la méchanceté en eux ; des natures troubles.
Ils ressentaient ce que l’on ressent, ils étaient imparfaits et fautaient,
Et si on excellait, ils nous glorifiaient.
Mais maintenant, nous avons des pin-up distantes,
Intouchables, scintillantes,
Allongées sur des affiches, la main sur le cœur
Tandis qu’on lève vers elles des yeux souriants.
Mais je ne veux pas qu’un homme parle pour le peuple.
Je veux que le peuple parle pour lui-même.
Et aime et soit en paix. Ou sinon
Alors brûle de colère, de barbarie ;
Je veux de l’humanité.
Je ne veux pas de cette cavité vide
Qui éventre notre capacité
A accomplir des actes discrètement excellents.
Menus héroïsmes. Epopées quotidiennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AllantversAllantvers   03 février 2018
Notre morale s'apprend toujours par l'expérience
acquise dans ces villes dans toute leur rage et leur ennui, oui -
nos couleurs sont passées et grises
mais nos batailles se jouent malgré tout,
et nous sommes toujours mythiques:
appelez-nous par nos noms.

Nous sommes parfaits dans nos imperfections,
Nous devons garder espoir;
nous devons rester patients -
car lorsqu'ils déterreront le jour présents
ils nous trouveront nous : les nouveaux anciens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   17 février 2018
Les dieux sont tous là…


Extrait 2

Les dieux sont tous là.
Car les dieux sont en nous.
[…]

les dieux sont dans le train
les dieux regardent la pub
ils ne sont pas coupables ‒
ils travaillent pour la mairie
puis les voilà au chômage
la paye des dieux finit en alcool pissé au fond des WC
les dieux sont dans leurs jardins
avec leurs terrasses et leurs plantes
les dieux sont en classe
les pauvres, ils n’ont aucune chance
ils essayent de dire la vérité
mais la vérité est dure à dire
les dieux sont nés, ils vivent un temps
et puis ils vont mourir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   22 mai 2020
Aux temps anciens
les mythes étaient ces histoires qu’on utilisait pour se raconter.
Mais comment expliquer cette façon de nous haïr,
comment expliquer ce que nous avons fait de nous,
la façon dont, en deux, nous nous brisons,
la façon dont nous compliquons ce nous ?

Nous sommes pourtant toujours mythiques,
Coincés pour toujours entre le pitoyable et l’héroïque.
Nous sommes encore divins ;
c’est ce qui nous rend si monstrueux.
Mais c’est comme si nous avions oublié que notre propre valeur excédait de loin celle de l’ensemble de nos biens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lafilledepassagelafilledepassage   02 novembre 2021
Jane – nouvelle Pandore, assise par terre en tailleur,
Boite grande ouverte,
Cœur plein de honte et ventre noué ,
Impossible de faire machine arrière, elle doit apprendre
A se pardonner et à avancer,
Car l’amour
Echappe au bien et au mal.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Kate Tempest (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kate Tempest
Découvrez le deuxième épisode du tout nouveau podcast des éditions du Masque : Conversation dans le noir. Chaque jeudi, nous vous proposons une conversation téléphonique entre éditrice et auteure, à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans cet épisode, Nathalie Sauvagnac se livre dans une conversation très touchante autour de la norme, des marges, mais aussi de son roman Les Yeux fumés et de la littérature en temps de confinement. Nous vous souhaitons une bonne écoute !
Extrait lu : https://www.editions-jclattes.fr/sites/default/files/webmaster/lyf.pdf Oeuvres citées : Colette Philippe Djian Virginie Despentes Claire Castillon Charles Bukowski Salinger Boris Vian Kate Tempest
CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : slamVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1059 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre