AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2260022103
Éditeur : Julliard (05/03/2015)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.06/5 (sur 358 notes)
Résumé :
En l'an 1118, le célèbre théologien Pierre Abélard est sollicité par un influent chanoine pour parfaire l'éducation de sa ravissante nièce, Héloïse. D'une réputation irréprochable, Abélard n'a qu'une seule et unique maîtresse : la dialectique. Mais les charmes irrésistibles d'Héloïse s'apprêtent à lui faire découvrir une dimension jusqu'alors inconnue : l'amour fou, quel qu'en soit le prix à payer. Le plus grand logicien de son temps et sa jeune et brillante élève s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (97) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  16 avril 2015
- Bonjour ! J'aimerais avoir du Jean Teulé, s'il vous plait.
- Volontiers. Je vous en mets combien de tranches ?
- Cinq tranches de rire. Merci.
- Et avec ceci ma p'tite dame ?
- Deux cuisses de Moyen âge, s'il vous plait.
- Et voilà pour vous : deux belles cuisses bien juteuses ! Et avec ceci ?
- Elles sont déjà vidées vos grives, là ?
- Complètement vidées et plumées ! C'est de la grive « Oiserie » de luxe, que vous avez là !
- Ah...ça doit coûter bonbon, alors..
- Aujourd'hui, c'est l' panard ! Je vous en fourgue trois livres pour le prix d'une !
- Euh....c'est gentil ça..
- Je vous conseille de les farcir de foi bien grasse, sans oublier le fumet.
- Eh bien, disons, que j'ai un peu peur que ce fumet soit un peu trop lourd et des relents qui risquent de s'en échapper.
- Soit. Dans ce cas, farcissez votre Héloïse aux truffes d'Abélard !
- Pardon ??
- Hummm...je vois que Madame n'y connaît rien...
- Eh bien, excusez-moi ! Mais je ne savais pas qu'il fallait être initiée pour déguster tranquillement le Teulé avec ses petits accompagnements !
- Tsss ...Ecoutez. Je vais vous livrer un de mes secrets et tout se passera bien..Pour accompagner le Teulé, rien de tel que des sucettes de foie gras en croûte de noix et noisettes.
- Mais dîtes-moi, je ne risque pas d'avoir une indigestion avec tout ça ?
- Eh bien, ça dépend ...Vous avez la panse légère ?
- C'est à dire que moi, la grive « Oiserie », ça va un temps... Au début ça m'émoustille les papilles, mais si on me force à finir mon assiette, ça finit par me gaver !
- Je vois ...je vois ..Je vous rajoute ce gros cochon ?
- … .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9530
LydiaB
  06 avril 2015
Monsieur Teulé, je suis déçue. Il n'est pourtant pas dans mes habitudes de l'être lorsque je lis un de vos romans. Je serais même plutôt une de celles qui vous défendrait bec et ongles car j'aime votre style, votre humour. Mais là... Que vous est-il passé par la tête pour faire d'Abélard un pervers qui ferait rougir de honte Rocco Siffredi et d'Héloïse une vicelarde qui ferait peur à un prisonnier s'étant abstenu des années durant ? Mais enfin, si je veux lire un bouquin porno, je prends un bouquin porno. Là, sous la couverture (excusez le jeu de mots) "roman historique" se cache des pages et des pages de sexe à tout-va. Alors, oui, bien sûr, on retrouve votre humour, certes... La question du moine Fulbert à sa petite protégée, concernant les cours de son précepteur : "est-ce que ça rentre ?" est à retenir, de même que la réponse de cette dernière, fabuleuse : "Oui, oui, ça rentre. Plus facilement que cela aurait été avec d'autres en tout cas". Malheureusement, cet humour n'est que trop rarement présent à mon goût dans ce livre...

J'attendais bien mieux. Nul doute que vous vous rattraperez, Monsieur Teulé, du moins, je l'espère.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8825
isabelleisapure
  01 septembre 2015
Bof, bof, Ouille, ouille, Je n'ai pas beaucoup aimé ce nouvel opus.
Jean Teulé, habituellement, j'en suis friande !
Qu'ils s'appellent « Charly 9 », François Villon, « Fleur de tonnerre », chaque personnage prend sous la plume de l'auteur comme un petit coup de jeune, un air de renouveau, un tantinet loufoque.
Pour ce nouveau rendez-vous, l'auteur nous plonge dans un Moyen Age rabelaisien en nous racontant à sa manière la folle passion du théologien Paul Abélard et de sa belle protégée Héloïse.
Mais sous la plume de Teulé, cette histoire d'amour mythique n'est envisagée que du point de vue sexuel, Abélard réduit à un débauché pervers et Héloïse transformée en une dévergondée qui ose tout !
« Avec une effronterie débridée, je viens à vous, mon maître, robe levée. Jamais, de votre semence, je ne serai assouvie. J'ai pour vous le cul frétillant et le con le plus accueillant au monde. « Et moi, ma scolare, je viens à vous avec un vit d'âne en rut. Je vous hurtebillerai avec une ardeur telle que vous devrez faire nettoyer les draps demain parce qu'ils auront besoin d'aller à la lessive. Nous ne partirons d'ici, ni moi ni mes couilles, sans avoir tenté de si bien vous mettre que vous en restiez gisante et pâmée. Je vais te farcir à la bite, ma amour ».
J'étais assez conquise dans la première partie du roman, j'ai ri souvent c'est vrai, mais voilà, trop c'est trop, et devant ce déballage de sexe j'ai fini par m'ennuyer.
Vous m'avez si souvent enchantée, Monsieur Teulé, que je vous pardonne ce rendez-vous manqué et espère vous retrouver tel que je vous aime très prochainement !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          525
Limoncella
  07 mars 2015
Cette nuit j'ai lu et terminé Heloïse Ouille ! de Jean Teulé.
Sans avoir reçu le baiser fleuri et furtif de Abélard, sur mes lèvres, j'ai lu un roman jubilatoire qui décoiffe...(un peu)..mais je suis gourmande de gingembre !!!
N'est pas Jean Teulé qui veut, certains attendaient mieux ...et pourtant !
Pensera-t-on après la lecture de ce roman plus Rabelaisien que jamais, que Héloïse et Abélard furent les inventeurs de l'Amour ?
Laissez-vous envahir et vous pourrez.
...Abélard n'avait qu'une seule maîtresse : la dialectique, quand il rencontre Héloïse, dont les charmes irrésistibles lui font découvrir la passion irrationnelle qui le conduira au mariage secret à la mutilation et à la mort.
Tout le monde parle de joyeuse obscénité, mais qui mieux que Jean Teulé pouvait chanter la folie érotique de ces deux amants éternels ?
Imaginez vous au 12è siècle, Abélard, sage et respecté Théologien ..elle, Héloïse, nièce candide d'un Chanoine, qui vont devenir ces amants éternels à jamais enlacés dans une tombe au Père Lachaise.
Amusez-vous donc de la "gaillarderie littéraire ébouriffante" mais terriblement moderne de l'auteur, ce livre n'est pas pornographique.
L'auteur vous donne néanmoins le droit de rejeter son livre en lecteurs adultes que vous êtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
Epictete
  18 avril 2015
Un nouvel ouvrage de Jean Teulé – Super !
Après avoir lu « Ô Verlaine » et surtout « le Montespan » et conforté par la campagne médiatique autour de ce livre, je ne me suis pas posé de questions : Je l'ai acheté..
Tout le monde connait l'histoire d'Héloïse et Abélard :
Un théologien qui fait référence à son époque (XIIème siècle) et promis à un brillant avenir, devient le précepteur d'Héloïse, filleule d'un chanoine influent.
Coup de foudre ! Ces deux-là vont vivre une passion pour le moins orientée « sexe » qui se terminera mal. Je crois que l'on connaît l'histoire et je passerai pas de temps à détailler.
Faisons confiance pour cela à Jean teulé qui a peut-être voulu trouver un nouveau style.
Mais quand même, au fil des pages on tourne un peu en rond, entre des scènes pseudo-érotico-pornographiques, émaillées d'insultes avec comme alibi l'utiisation d'expressions oubliées de vieux Français.
Le côté Sado-Maso-Scato m'étant plutôt étranger, j'ai eu du mal à me sentir bien dans cette lecture.
Jean Teulé s'est fait plaisir, s'est lâché sur un récit, non sans un certain talent. Mais le résultat ne vaut pas le temps passé par tous ces pseudos-journalistes à faire la promotion de ce titre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440

Les critiques presse (3)
Actualitte   04 mai 2015
Juste irrésistible, difficile à lâcher même lorsque l'histoire fléchit !
Lire la critique sur le site : Actualitte
LesEchos   25 mars 2015
Par le cœur de Dieu, quel roman bien foutu !
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   16 mars 2015
Polisson et jubilatoire.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   06 avril 2015
Se penchant sur la gauche de la demoiselle dont il retient toujours en l’air la main qui écrivait, il approche son visage du sien et introduit une demi-phalange de pouce entre les lèvres d’Héloïse qu’il écarte au bord d’une commissure :
— Il faut bien ouvrir la bouche lorsqu’on dit le « A » d’Amo, j’aime...
— A...mo, répète l’élève en sentant contre sa langue le pouce doux du maître qui le retire pour lui frôler la gorge pendant que ses lèvres s’approchent des siennes puis restent là, en suspension, si près. Les mains s’effleurent. Les peaux se touchent. Les souffles se mêlent. Et dans la chambre, ce ne sont plus des paroles mais des soupirs qu’on peut entendre.
— Ouh, là, là !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
boudiccaboudicca   09 avril 2015
 -Tout comme ça c'est déjà produit à Soissons après le dernier concile il y a huit ans, j'exige de le voir lui aussi brûler sur un bûcher... pour la amour de Dieu, bien sûr !
-Grillé comme un agneau de Pâques ? S'en régale d'avance le président en appétit qui se pourlèche les lèvres. Que vous avez souvent de bonnes idées, abbé de Clairvaux ! Un jour, vous serez canonisé, saint Bernard.
Commenter  J’apprécie          150
SandauSandau   07 décembre 2015
_Et pourquoi,ce soir,ne fout-on pas aussi le feu à cet hérétique comme on l'a déjà fait en 1114?!
Sentant trop le fagot aux narines du peuple qui aimerait du moins l'ensevelir sous un déluge de caillasses,le théologien pleure son oeuvre carbonisée et sa vie en flammes.Entouré par l'étrange société qui,de lui,voudrait faire son jeu de massacre et son but,de quel malheur abattu et abreuvé de quel fiel,le logicien écoute les pages en peau de mouton de ses pensées qui se trouent,racornissent,et bêlent.Des hommes crachent dans les cendres de l'ouvrage.Paradoxalement,sans les soldats de l'Eglise pour le sauver avant que de le traîner dans une geôle,Abélard serait immolé.
La nuit est presque tombée et la lune se lève,montrant une demi-face hypocrite feignant la pitié. (pp 179-180)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TheWindTheWind   06 avril 2015
Ô ce jeu avec le feu et la nièce du chanoine ! Le précepteur affolé par l'élève d'Argenteuil, dans un mélange de désir érotique et d'inquiétude, se lève n'étant plus que l'ombre d'un grand nom et se disant : "Putain, le trône de saint Pierre s'éloigne ! "
Commenter  J’apprécie          130
boudiccaboudicca   14 avril 2015
Que ton Dieu m'en soit témoin, si Auguste, le maître de l'univers, m'avait jugée digne d'être son épouse et m'avait assuré la possession du monde entier, j'aurai trouvé plus précieux et plus digne de pouvoir être appelée ta putain plutôt que son impératrice.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Jean Teulé (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Teulé
Bande annonce de Fleur de tonnerre, adaptation du roman de Jean Teulé
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

Jean Teulé

Comment se prénomme le personnage principal du roman "Rainbow pour Rimbaud"?

Roger
Robert
Ronan

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Jean TeuléCréer un quiz sur ce livre