AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213670706
345 pages
Éditeur : Fayard (21/11/2012)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 263 notes)
Résumé :
"Il y a des affaires qui te pourrissent la vie...,elles restent en toi, plantées dans ton cœur comme un clou qu'un mauvais plaisant s'amuserait à manipuler..."
Miné par ses excès et la maladie, le commandant Revel crache le sang et sa haine de l'hypocrisie. Bourru, taiseux et rogue, il enrage devant les affaires non résolues à la PJ de Versailles : morts suspectes, disparitions...
Comment la vérité pourrait-elle sortir de la bouche d'un enfant autist... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  06 février 2020
Ce polar bien français a obtenu le Prix du quai des orfèvres 2013. Juste récompense pour un livre policier écrit par l'ex-commissaire divisionnaire Danielle Thiéry.
Le commandant Revel de la PJ de Versailles, en fin de carrière, reste tourmenté par la disparition de sa femme, il y a dix ans, et par l'enquête qu'il a mené le jour même de sa disparition sur le meurtre de deux tenanciers de café. Régulièrement, il revient sur les lieux du crime. Des lieux qui ont changé dernièrement, le petit-fils des victimes a rafraîchi l'endroit, en a changé le nom et y a adjoint une maison d'hôte très privée, qui doit abriter des amours clandestines. En face, le jeune enfant autiste asperger de huit ans qui avait suivi par la fenêtre les événements dix ans plus tôt est de retour au domicile familial, après un long séjour en centre spécialisé. En jouant sur ces éléments, Revel essaie de faire rouvrir l'enquête auprès du procureur local.
Dans le même temps, une ex-vedette du rock, Stark, est retrouvée étranglée à son domicile. L'équipe de Revel exclut le suicide, la corde n'a pas été retrouvée. Les médias se pressent. le patrimoine de Stark avait bien diminué. Mais des assurances-vies avaient été ouvertes dernièrement. Et ce, alors que Stark se savait atteint du sida. le jeune jardinier qui a découvert le corps et qui plaisait tant au vieux chanteur est-il couché sur le testament ? A t-il participé au crime ?
Thièry décrit fidèlement la procédure pénale, la répartition du travail au sein d'une équipe criminelle, et les avancées de l'enquête. Ses personnages paraissent au début un peu caricaturaux, tous à traîner leurs difficultés sociales ou matrimoniales. Puis, peu à peu, le lecteur découvre chez chacun le pourquoi des lignes de fracture : Revel, gros fumeur, souffreteux, qui vit dans le passé et ne sait pas aider sa fille unique devenue boulimique suite à la disparition de sa mère, un adjoint mal marié, une jeune fliquette un peu paumée au sortir d'une enfance difficile… Thiéry n'oublie pas de développer les caractéristiques de chacun.
La double enquête avance petitement, à force d'auditions, de témoignages et de découvertes dues à l'ADN. le rythme s'en ressent. Des clous dans le coeur n'est pas un page-turner où l'action virevolte, c'est un roman très réaliste. Pas de raccourci, pas de solution livrée sans explications. L'auteure ose même proposer des procès-verbaux complets comme support de l'intrigue.
Ce réalisme peut générer deux réactions : soit le lecteur s'accroche en y trouvant le plaisir d'une plongée dans un vrai travail de police judiciaire, soit il s'ennuie ferme face à certaines longueurs. Dans mon cas, j'ai adhéré à ce polar bien construit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Bazart
  04 mai 2018
Première femme cadre supérieure dans l'histoire de la Police française, Danielle Thiéry a, elle nous pardonnera j'espère cette expression, de la bouteille.
Ecrivain confirmé bardée de récompenses : Prix Polar à Cognac, Prix Exbrayat, Prix du Quai des Orfèvres. Danielle Thiéry sait de quoi elle parle, la violence faite aux enfants et aux femmes est son combat et de livres en livres elle ne cesse de la dénoncer.
La preuve encore avec ces clous dans le coeur, prix du quai des orfèvres en 2013 et que J'ai lu a l'excellente idée de sortir maintenant en poche.
Impossible de lâcher ce thriller rapide et fluide à l'architecture complexe.
Cette nouvelle enquête du commendant Revel est aussi et surtout un polar efficace et particulièrement bien maitrisé : le décor est situé Versailles et Rambouillet avec la disparition brutale d'une idole vieillissante du show business
Se superpose à ce crime supposé une énigme vieille de dix ans, le double crime des tenanciers d'un bar, énigme qui tourmente depuis toujours le commandant chargé de l'enquête, d'autant plus que cela coïncide avec la disparition de sa femme, jamais élucidée...
Une énigme complexe donc mais bien maîtrisée : Madame Thiery sait diablement y faire pour permettre au lecteur de s'y retrouver dans les méandres d'une l'enquête bien tenue et truffé de multiples rebondissements.
Comme on dit, voilà de l'excellente ouvrage!!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Ziliz
  05 janvier 2014
Le commandant Revel ne s'est pas remis de la disparition de sa femme dix ans plus tôt. Alors, en parfait prototype du flic déglingué, il déprime, boit, laisse un cancer lui bouffer les poumons et assiste aussi douloureusement que passivement à la dégringolade vers l'anorexie de sa fille de dix-sept ans.
Ses collègues ne sont guère mieux lotis. Une jeune et jolie fliquette un brin teigneuse, tyrannisée par ses TOC, marquée par une enfance difficile et des rapports familiaux conflictuels. Un autre inspecteur dont le couple bat de l'aile.
Et pour perturber encore davantage ces trois-là : des attirances troubles entre eux - comme dans maints polars, à croire que le sexe entre collègues est encore plus présent dans les commissariats.
Bref, les personnages sont clichés, l'intrigue n'est pas originale non plus et le suspense est limité. le roman n'en est pas moins très agréable à lire, mais pourquoi, au fait ? Pour l'ambiance et les relations entre protagonistes ?
Le dénouement m'a semblé interminable : on tourne en rond, on s'enlise dans des propos redondants, et les explications données au lecteur in fine via un rapport de police "à sec" sont bien indigestes.
Ah, le pouvoir des bandeaux sur les livres ! J'avais moyennement apprécié 'Le sang du bourreau' de cette auteur. Je me suis néanmoins laissé tenter par ces 'Clous dans le coeur', polar plus récent, et lauréat d'un fameux prix pour romans noirs - mais reste-t-il des prix qui signifient encore quelque chose ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Paco
  24 décembre 2012
Danielle Thiéry vient "de l'intérieur", cela se ressent dans cette lecture... Cela ne s'invente pas! Procédures policières, tactiques et techniques de flics, presque tout le monde peut en parler. L'émotion, non...
"Des clous dans le coeur" a été récompensé par le Prix du Quai des Orfèvres, millésime 2013. Ce prix, dont le jury est composé d'une vingtaine de membres, à savoir policiers, magistrats ou encore journalistes, est présidé par le directeur de la police judiciaire (PJ) de la préfecture de police de Paris. Chaque année, environ 80 manuscrits sont envoyés et, suite à une sélection drastique et minutieuse (j'espère), il n'en restera évidemment plus qu'un seul. le meilleur?
Comme je le fais parfois, je ne vais pas vous relater l'enquête - les enquêtes - qui se trouvent dans ce roman. Je vais simplement me borner à vous transmettre mes impressions, mon ressenti sur ce que j'ai pu "prendre" de ce roman. Finalement, c'est ce qui compte pour se forger un avis concret.
Danielle Thiéry nous livre une intrigue relativement classique, mais qui fonctionne plutôt bien. Elle entremêle plusieurs enquêtes qui vont s'imbriquer petit à petit au fil de la lecture, certaines qui vont s'avérer être plutôt dures à encaisser pour notre personnage principal, flic tenace à la santé précaire, le commandant Maxime Revel, de la direction régionale de la police judiciaire de Versailles. A l'image du titre du roman, cet homme va recevoir plusieurs rafales de clous en plein coeur, dont quelques unes qu'il va s'infliger carrément lui-même.
Le style que nous offre Danielle Thiéry est très professionnel, suivant des procédures précises et claires au niveau technique, se qui semble tout à fait logique étant donné que cette femme flic sait très bien de quoi elle parle. Elle utilise cet atout remarquablement bien; d'une part pour le côté technique et tactique, c'est une chose, mais aussi pour l'émotion qu'elle arrive à transmettre aux lecteurs dans le cadre d'enquêtes de police difficiles, absorbant toute l'âme du flic, voir de l'être qui représente cette fonction. Un défi - si cela en est un - totalement réussi.
L'auteur, dans cette oeuvre, arrive parfaitement bien à décrire ce qu'il se passe à l'intérieur; à savoir que chaque flic est doté d'une âme, avec des émotions, peut-être même des troubles qu'il devrait absolument mettre de côté pour faire son job. Quoi que... Mais ceci n'est forcément pas possible et la planche de bois que chaque flic voudrait dure, impénétrable, et qui fait office de coeur, devient rapidement tendre, vulnérable, et commence à encaisser difficilement ces fameuses salves de clous qui vont s'enfoncer toujours un peu plus profondément. Avez-vous déjà essayé d'ôter un clou planté jusqu'à la base? Non? Et bien voila...
Je vous parlais de l'importance du côté tactique et technique de l'enquête qui est très important à mes yeux pour un polar, évidemment. L'auteur nous comble de ce côté-là, par la précision et la finesse des méthodes utilisées; éléments recueillis, auditions de suspects, de témoins, ou encore - surtout! - par le ressenti, l'intuition de celles et ceux qui sont là pour interpréter tout ces éléments qui arrivent entre leurs mains. Un épluchage complet de la vie d'une victime; la décortiquer couche par couche jusqu'à la mettre à nue afin d'obtenir un maximum de renseignements n'est pas une mince affaire! Mais essentiel...
En ce qui concerne les auditions de témoins, l'auteur nous présente un cas très particulier et fascinant dans cette intrigue; un contact très délicat et hautement déterminant entre les enquêteurs et un jeune autiste. A ce sujet, je ne sais pas si c'est du vécu pour notre auteur flic, néanmoins, il faut admettre que c'est très bien amené et franchement passionnant. Est-ce crédible? J'aimerais bien pouvoir me dire que oui...
Danielle Thiéry nous confie également toute les difficultés que doivent traverser les enquêteurs, toutes ces barrières administratives ou juridiques qui se placent en travers d'une route déjà bien chaotique et qui mène pourtant à ce que tout le monde désire; la vérité, l'arrestation et la condamnation de ou des auteurs, soit finalement que justice soit faite. Des obstacles à l'image des avocats autorisés désormais à assister leurs clients déjà durant la garde à vue. En Suisse, nous les appelons "les avocats de la première heure" - nous y avons également droit - et ce n'est pas pour faciliter les choses! Quand arrêterons-nous d'assister les auteurs de délits ou de crimes d'une manière aussi excessive pour enfin se focaliser, se concentrer et fournir de l'énergie sur l'essentiel, l'aide aux victimes? Bref...
Les personnages évoluant dans ce roman sont intéressants, bien décrits, avec une forte personnalité. Ces protagonistes suscitent rapidement notre intérêt et ce n'est pas si évident de créer cette atmosphère humaine. Chaque membre de l'équipe qui entoure le commandant Maxime Revel est touchant car très humain. Des flics, bien sûr, mais des êtres traînant leur merde comme un fardeau, sans pouvoir le lâcher, tentant de rester à la surface de l'eau en se donnant corps et âme à leur boulot, pour une société qu'ils veulent - qu'ils doivent! - protéger; mais aussi, bien sûr, pour eux-mêmes. de l'égoïsme? Non, je dirais plutôt un accord avec eux-mêmes; ne dit-on pas qu'il faut s'aimer (s'aider?) soi-même avant d'aimer (d'aider?) les autres? Je m'égare...
Certains dans cette histoire iront peut-être un peu trop loin, comme le commandant Maxime Revel. Un personnage très classique dans l'univers du polar, soit bourru, désagréable, efficace, mais qui respecte tout de même, au fond de lui-même, cette équipe qui l'entoure et qu'il a tant besoin pour avancer. Mais paradoxalement un homme qui a terriblement du mal à se respecter lui-même.
Très malade physiquement, à cracher ses poumons; malade psychiquement depuis que son épouse s'est volatilisée du jour au lendemain il y a plus de dix ans; souffrant d'une vie qu'il n'arrive plus à assumer auprès d'une fille anorexique qui semble également dériver sur des vagues qui les éloignent l'un de l'autre, le commandant Maxime Revel va démesurément se focaliser sur une vieille et sale affaire de double meurtres qu'il n'a jamais réussi à démêler, ni à oublier d'ailleurs. Cet évènement, qui s'est déroulé le jour de la disparition de sa femme (association de faits?), le hante profondément et il ne lâchera pas, pour ne pas dire jamais. Un clou, cette fois-ci, pas uniquement planté dans le coeur, mais qui va lui rester en travers de la gorge.
Alors qu'une nouvelle affaire d'homicide touchant une personnalité du spectacle arrive entre les mains de la PJ, Maxime Revel va continuer à errer dans le passé, sentant enfin tenir quelque chose de concret. Un enfant autiste pourrait-il être un bon témoin, même des années après? Revel, malgré cette force d'acharnement qui lui est propre, va se faire de plus en plus bouffer par sa maladie qu'il semblerait vouloir ignorer, mais qui le ronge tellement de l'intérieur qu'il ne va plus pouvoir la mettre de côté comme un simple souci à régler plus tard. Son équipe, témoin d'une déchéance physique de plus en plus concrète et alarmiste, va lui venir en aide et prendre le relais. Bourru le chef, mais qu'est-ce qu'ils ne feraient pas pour lui! Une équipe soudée, c'est certain.
De fil en aiguille - plantée dans le coeur aussi? -, notre enquêteur va se retrouver face à trois puzzles à l'origine bien distincts, mais qui vont se rapprocher, se frôler, pour finalement n'en faire plus qu'un seul. L'image très pointue et aiguisée de ce désormais gigantesque puzzle qui en résultera et qui apparaîtra face au commandant Revel, restera plantée définitivement dans ce coeur déjà bien malade.
Pour conclure, une enquête, une trame relativement classique, avec une sérieuse maîtrise des techniques policières, mais aussi une grande maîtrise pour transmettre les émotions qui se dégagent des divers protagonistes de ce roman.
"Des clous dans le coeur", c'est peut-être du vécu. Bonne lecture.
Lien : http://passion-romans.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
frenchbooklover
  21 mai 2013
"Rien n'avait changé dans le quartier depuis la dernière fois qu'il était venu là, si l'on exceptait la débauche de guirlandes festives avalées à la sortie de la place Félix-Faure, comme une queue de comète s'engouffrant dans la rue du Général-de-Gaulle."
Le commandant Maxime Revel de la PJ de Versailles n'a jamais pu tirer un trait sur une affaire irrésolue ,vieille de dix ans: celle du double meurtre du couple Porte.
"Il y'a des affaires qui te pourrissent la vie...elles restent en toi, plantées dans ton coeur comme un clou qu'un mauvais plaisant s'amuserait à manipuler"
Sans doute car cet assassinat a eu lieu le jour de la disparition de sa femme, Marieke. Une disparition jamais expliquée et qui pourrit sa santé et celle de sa fille de dix-sept ans.
Comme tous les ans, il décide de refaire un tour sur les lieux du crime. Après un entretien avec la buraliste, il est appelé par son équipe. le chanteur Eddy Stark aurait été découvert mort dans sa villa à Marly.
L'enquête débute..Les disparitions s'enchaînent....
Danielle Thiéry est une ancienne commissaire divisionnaire (la première femme à avoir décroché ce grade en France). Elle s'est lancée dans l'écriture, tant de scenarii (Quai numéro 1) que de romans. Des clous dans le coeur a d'ailleurs décroché le prestigieux prix du Quai des orfèvres 2013.
Cela faisait quelque temps que je tournais autour de ce livre en raison de son titre. Aussi, quand il est arrivé dans ma médiathèque, je n'ai pas tardé à l'emprunter. Il a ainsi accompagné les dernières heures du marathon de printemps organisé par Arieste.
J'ai tout de suite accroché à l'univers proposé par l'auteur. Elle a su créer une galerie de personnages très attachants.
A commencer par le commandant Maxime Revel. Un homme plein de fêlures, aux nombreux "clous dans le coeur". Un homme qui n'a pas su rendre sa femme heureuse et qui, depuis sa disparition, se laisse aller à la dérive...Il fume comme un pompier, tousse affreusement, en vient même à cracher du sang...Et il ne sait pas faire face à ces ennuis de santé. Ni à ceux de sa fille qui sombre dans l'anorexie. Il ne trouve du réconfort que dans son travail.
Il est d'ailleurs très apprécié par son équipe. Plusieurs inspecteurs ont retenu mon attention, à commencer par Sonia et Lazare. Deux personnes aussi au bord de la rupture émotionnelle et qui vont s'entraider mutuellement. Comme souvent dans les romans ou les films policiers, ils sont totalement opposés mais fonctionnent très bien en tant que duo d'enquêteurs.
J'ai trouvé l'écriture de Danielle Thiéry très cinématographique: les chapitres s'enchaînent, les dialogues sont omniprésents, les descriptions font dans l'efficacité...
Ce style sert très bien l'intrigue et permet de visualiser chaque scène. Néanmoins, il atteint parfois ses limites. J'aurais aimé en apprendre un peu plus sur les personnages. Et surtout je n'ai pas accroché aux dernières lignes qui nous montrent l'évolution des protagonistes. Trop rapide.
On sent que l'auteur a travaillé dans la police. J'ai eu l'impression d'apprendre pas mal de choses sur le déroulé d'une enquête et sur l'atmosphère qui peut régner dans un commissariat.
En ce qui concerne l'intrigue policière elle-même, l'idée de réouvrir une enquête policière vieille de dix ans m'a semblé très bonne. A ce cas se rajoute la mort mystérieuse d'un chanteur. Les fils s'entremêlent...On se demande si tout n'est pas lié. Et finalement, tout s'éclaire à la fin...
Bref, vous l'aurez compris: un roman policier aux personnages attachants et à l'intrigue bien ficelée qui fait passer un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
LeMonde   17 décembre 2012
Un roman habile, qui repose sur une description minutieuse et réaliste des procédures de la brigade criminelle.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Culturebox   21 novembre 2012
L'auteur rend bien compte de la complexité des enquêtes policières, réussissant même à donner chair à un rapport d'enquête a priori rébarbatif.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   21 août 2013
Revel n’était pas dans sa chambre quand ils revinrent à l'hôpital. On l'avait emmené passer une radio après une nouvelle crise de toux et accès de fièvre inattendu. Sur la tablette à roulettes, son plateau-repas refroidissait.
- Ça a l'air fameux, commenta Sonia en se penchant pour renifler l'odeur de papier de la purée et le parfum de vieille serpillère du carré de poisson bouilli, je me demande pourquoi on mange toujours aussi mal dans les hôpitaux...
- Pour éviter que les malades ne s'incrustent, répondit Lazare, lugubre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   03 janvier 2014
- (...) elle l'appelle entre dix et quinze fois par jour, y compris la nuit... C'est son coach de gym, tu le crois, toi ?
- C'est assez banal... Ca lui passera, tu sais, ces mecs c'est petite tête, gros bras, ça ne peut pas durer... Elle vit le syndrome du moniteur de ski. Au bout d'un moment, ça lasse. Surtout quand ils enlèvent leurs lunettes et qu'il ne reste que deux ronds tout blancs sur la tronche, tu vois ?
(p. 148)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BazartBazart   27 avril 2018
Revel ne fit pas de commentaires. C'était d'un chiant, ces trucs de la vie quotidienne! Il se demandait parfois comment faisait le patron avec les syndicats, les revendications, les réunions, les malades et les mal-dans-leur-peau.
Commenter  J’apprécie          210
emi13emi13   22 mars 2014
J'ai cueilli ce brin de bruyère
L'automne est morte souviens- t'en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t'attends
Guillaume Apollinaire .
Commenter  J’apprécie          190
Rob7Rob7   12 juillet 2018
Renaud Lazare ressemblait à un lapin ressemblait à un lapin trop longtemps mariné dans le vin rouge.Ses yeux étaient injectés, sa bouche lui semblait bourrée d'étoupe et quelque troupeaux de gros animaux piétinaient son crâne, au-dedans comme au-dehors.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Danielle Thiéry (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Danielle Thiéry
http://www.festival-sans-nom.fr/ https://www.facebook.com/LeFestivalSansNom/
6e Festival Sans Nom, le polar à Mulhouse. Témoignage des auteurs : Franck Thilliez parrain de l'édition 2018 du Festival, Michel Bussi invité d'honneur 2018, Maxime Gillio, Hervé Commère lauréat du prix littéraire du journal L'Alsace, Niko Tackian, Jean-Bernard Pouy, Mathieu Menegaux, Ian Manook, Roger Jon Ellory, René Manzor, Michaël Mention lauréat du Grand Prix du Festival Sans Nom, Benoît Philippon, Danielle Thiéry, Nicolas Beuglet, Barbara Abel
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Dérapages" de Danielle Thiéry.

Comment s'appelle le médecin légiste ?

Jean-charles Annoux
Olivier Martin
Jean Theuret

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Dérapages de Danielle ThiéryCréer un quiz sur ce livre