AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Dominique Descotes (Autre)
EAN : 9782380960624
390 pages
Honore Champion (23/03/2023)
4.75/5   4 notes
Résumé :
A l'occasion des 400 ans de la naissance de Blaise Pascal, une nouvelle édition augmentée de cette lecture déjà devenue un classique. Avec une préface de Dominique Descotes, directeur du Centre International Blaise Pascal. Redoutable dialecticien, Pascal reste conscient de la faiblesse de tout argument, de l'insignifiance des énoncés, de la stérilité des méthodes. Il ne prétend pas, dans ses Pensées avoir rien dit d'inouï, mais avoir mieux placé la balle dont tout l... >Voir plus
Que lire après Pascal ou le défaut de la méthode : Lecture des Pensées selon leur ordreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Avant d'entrer davantage dans les détails de cet essai, Laurent Thirouin doit être profondément remercié pour son formidable travail qui honore l'oeuvre de Pascal ainsi que sa pratique d'une forme de dialectique s'accomplissant dans l'ordre de la charité. Si Pascal peut parfois sembler incomplet dans le cadre d'un discours qui émanerait de la laïcité ordinaire, la reconnaissance de la portée religieuse de ses réflexions permet de retrouver celles-ci dans leur densité originelle.


Lorsque Pascal meurt en 1662, ses Pensées n'avaient pas encore de forme définitive. Il n'en existait qu'un ensemble de feuillets dont le classement aura été à l'origine d'éditions différentes. Dans un premier temps, la population de Port-Royal les rassemble et les publie en 1670 sous le titre des « Pensées de Monsieur Pascal sur la religion et quelques autres sujets qui ont été trouvés après sa mort parmi ses papiers ».


Certaines éditions tentèrent un classement des feuillets selon un ordonnancement thématique. Pourtant « Pascal proclame ainsi que l'originalité et l'intérêt de son travail ne sauraient tenir à la matière même de ses réflexions, résultat d'emprunts divers. L'ordre seul est sien ». S'interroger sur la méthode que privilégia Pascal pour formuler ses Pensées n'est pas un vain amusement mais une manière d'inscrire la réflexion philosophique dans l'ordre de la charité. Pascal se distingue de la méthode de Descartes qui se veut rectiligne, affirmée, immédiate et donc partiellement aveugle, mais il se distingue également d'un Montaigne qui, pour critique qu'il se montrât également vis-à-vis de la méthode cartésienne, n'en proposa point de meilleure en badinant d'un point à l'autre sans référentiel fixe lui permettant d'ancrer son discours et de lui ôter sa gratuité un peu vaine. le classement des liasses des Pensées n'obéit ainsi pas à une rationalité thématique mais argumentative. La valeur argumentative de chaque liasse apparaît dans le rapport qu'elle entretient avec des liasses connexes.


Pascal peut sembler déstabilisant : tantôt il évoque implacablement l'aveuglement dans lequel se perdent les hommes à travers le divertissement, tantôt il en repère la logique en remontant à la « raison des effets ». Cette oscillation pourrait sembler gratuite et montaignienne. Il n'en est rien. Si Montaigne se rit des effets, Pascal se rit de ceux qui en rient car ceux-ci ignorent les raisons de ces effets. Dans le cadre de cette forme rhétorique précise, il convient de distinguer ceux qui ne sont pas habiles et qui se contentent des faits, les demi-habiles qui se rient des effets et les habiles qui ne rient plus que des demi-habiles car ils sont remontés à la raison des effets qui laisse découvrir la nécessité logique de ce qui semblait absurde et vain.


Pascal se hisse à cette hauteur de vue, non de lui-même, non par une forme d'intelligence qui ne dépendrait que de lui, mais animé qu'il est par la charité. le divertissement apparaît comme remède à un malheur ou comme tentative de fuir l'horreur. le divertissement est le produit d'une souffrance ontologique qui s'ignore. Dans l'ignorance, le divertissement est la solution la plus rationnelle que l'homme met en place, toujours sans le savoir, pour pallier un manque plus profond. le divertissement témoigne en faveur du christianisme, en faveur de Dieu : il est l'indicateur de ceux qui ne peuvent ou ne veulent connaître sa grâce. La liasse « Vanité » aborde les phénomènes du monde selon l'angle de l'ignorance des causes d'un point de vue logique. La liasse « Misère » transpose ces phénomènes marqueurs de l'ignorance sur le plan existentiel : ils sont à l'origine de ce que l'homme ressent comme étant la misère, c'est-à-dire comme le manque de Dieu. La liasse « Raison des effets » témoigne de la découverte d'une rationalité derrière l'absurdité apparente des opinions et des lois. Elle rétablit la grandeur de l'homme qui transparaît même dans sa vanité et dans sa misère en tant que ces qualités sont, par défaut, la preuve de la nécessité de Dieu.


« [...] ayant su mieux que tout autre désigner les effets (« ces étonnantes contrariétés »), la religion chrétienne est capable de les expliquer et de les justifier, mieux qu'aucun autre discours n'a su le faire. Les Pensées lancent de la sorte un étrange défi à l'athée, car cette raison qui doit départager chrétiens et incroyants n'est pas de l'ordre d'un rationalisme : il s'agit d'un regard supérieur sur un objet réellement déraisonnable – c'est-à-dire d'une aptitude à donner la raison des effets. »


Il apparaît ainsi qu'il ne sert à rien de vouloir convaincre autrui – de vouloir le conduire vers le lieu où pourrait se produire une « véritable conversion » par exemple (voir ici le formidable article sur la ressemblance du divertissement et de la conversion en tant qu'ils sont tous deux des phénomènes d'interférence catégorielle, le surnaturel et le naturel s'intriquant et se confondant). Quelque peu précurseur de la notion de « discours » ainsi que la formalisa Lacan, Pascal comprend bien que chacun évolue dans un repère doté d'une origine et de coordonnées qui lui sont propres. Son approche du dialogue se fonde alors sur quelques principes élémentaires qui consistent à écouter les arguments d'autrui ; à se mettre à la place de l'autre en essayant de penser à travers ses catégories pour comprendre le lieu d'où il raisonne ; à se montrer convaincu ou non ; à trouver dans les vides et les pleins de la parole de l'autre la place pour une survenue de la grâce. Jésus-Christ, qui n'a jamais cherché à convaincre qui que ce soit de son vivant, mais qui a incarné cette grâce par son être et ses paroles, constitue le modèle insurpassable dont a ainsi voulu s'inspirer Pascal pour écrire ses Pensées. Cet essai de Laurent Thirouin éclaircit brillamment et clairement ces aspects. Sa fidélité à la pensée de Pascal et sa modestie – malgré des intuitions souvent géniales et puissamment restituées – font également de lui un parfait philosophe en Christ.
Commenter  J’apprécie          140
Je n'ai pas rencontré Dieu (quoique..) mais Pascal !

Avant mes premiers cours de philosophie, donc vers l'âge de 15 ans...
Je me risque à commenter la très belle étude de Laurent Thirouin alors que je ne sais presque rien dire de sensé (d'un tant soit peu "détaché") sur le philosophe, génie universel qui en est le sujet, tant mon admiration reste inchangée..
J'explore seulement de nouvelles facettes de l'oeuvre, des "Pensées" en particulier.
Plusieurs stades (dans le sens d'un approfondissement) pour la lectrice que je suis : 1) le ravissement (pour l'esprit), 2) la séduction (pour la rhétorique), 3) la consolation (pour le sentiment)

Est-ce un mal si j'ai souvent trouvé plus de réconfort en lisant l'intraitable géomètre plutôt qu'en compagnie de mes proches ou amis ?
Passée la séduction, en effet, il reste que l'écrivain, s'il m'est étrangement familier, c'est par sa propension à ne rien accepter comme allant de soi.
Alors TOUT peut être difficile..
Tandis qu'un peu plus loin, à un autre niveau, si tout ne se simplifie pas complétement ; on a au moins la légèreté de se retrouver tels que nous sommes, c'est-à-dire ni plus ni moins que des hommes (faillibles, nécessairement).

L'entreprise littéraire de Thirouin, son patient travail de relecture des "Pensées" est remarquable tant par sa valeur scientifique (rigueur et méthode dans la recherche) que par sa valeur poietique.
Il est aussi bon analyste qu'aphoriste, apparemment. Et peut-être, autant "habité" par Pascal que celui-ci l'était par Montaigne..

"Le défaut de la méthode" chez Pascal est propre aux gens de son espèce, propre au génie. Mais ce qui distingue le génie pascalien de tous les autres (d'un Nietzsche, d'un Cioran par exemple), c'est qu'il n'a jamais succombé à la tentation de vouloir échapper définitivement à la misère et la grandeur de sa condition.
S'il est croyant, c'est d'abord parce qu'il est humain.
Commenter  J’apprécie          182
Laurent Thirouin nous propose une lecture des Pensées de Pascal qui prend en compte le classement que celui-ci a fait en "liasses" entre lesquelles il a réparti un certain nombre de fragments (mais pas tous). Ces liasses ont pour nom "Divertissement", "Vanité", "Misère", "Raison des effets", etc. Il ne s'agit pas là de titres de futurs chapitres pour son apologie mais d'une manière d'organiser sa réflexion, préalable à la rédaction.

On remarque très vite que la liasse "Divertissement" par exemple, si elle concentre beaucoup de fragments le concernant, abrite d'autres thèmes, et que l'on retrouve ce thème du divertissement dans plusieurs autres liasses. le caractère de chaque liasse ne tient donc pas à la matière qu'elle envisage (le divertissement) mais aux divers éclairages qui sont jetés sur une même matière (le divertissement vu par le prisme de la vanité/la vanité vue par le prisme du divertissement).

Les éditions qui regroupaient tous les fragments par thème ne permettaient donc pas de comprendre la visée de Pascal. En analysant au plus près les fragments dans la liasse à laquelle ils appartiennent, Thirouin nous permet de renouveler la lecture des Pensées en suivant au plus près la réflexion de Pascal et en clarifiant les notions qu'il utilise.

La démarche exige une grande attention car Thirouin est très rigoureux et détaillé dans son raisonnement mais la compréhension des fragments laissés par Pascal n'en est que plus profonde.

La réédition est bienvenue. Je remercie les éditions Honoré Champion et l'équipe de Babelio Masse Critique pour cet envoi.
Commenter  J’apprécie          162
Les « Pensées » de Blaise Pascal constituent une oeuvre inachevée et ont été publiées après la mort de leur auteur selon un certain ordre et en fonction notamment de la découverte au fur et à mesure de nombreuses liasses contenant des considérations sur le christianisme ainsi que d'autres sujets philosophiques. Laurent Thirouin, dans son ouvrage « Pascal ou le défaut de la méthode », présente – en sous-titre – une « Lecture des Pensées selon leur ordre ». À cet effet, il reprend l'ordonnancement des différentes liasses en analysant les divers éléments méthodologiques utilisés dans les éditions successives de l'ouvrage posthume de Pascal pour en ressortir les manquements dans cette répartition des fragments. Pour l'universitaire lyonnais, ce défaut de la méthode implique chez Pascal la faiblesse de toute argumentation, l'insignifiance de toute énonciation, et la stérilité de toutes les méthodes.
Cette répartition des liasses des « Pensées » poussent à la réflexion pour ce qui est de l'ordre que préconisait Pascal et qu'il avait déjà initié – cet ordre qui est pour lui à la fois une rhétorique singulière et un rapport original à la vérité. D'où l'examen minutieux, voire pointilleux, de Laurent Thirouin sur près de 390 pages… Pour ce faire, il rassemble toute une série d'études qu'il a produite tout au long de sa carrière de spécialiste de Pascal, de ses « Pensées » et l'ordre de présentation des fragments qui composent les liasses de ces dernières dans les différentes éditions. Il a ainsi pour objectif d'organiser les diverses tentatives de présentations ordonnées des « Pensées », tout en tenant compte du contenu des nombreuses liasses que Pascal a collectées en vue de son ouvrage majeur et magistral sur la religion chrétienne.
Retrouvées au décès de Pascal, ces liasses aux multiples fragments ont suscité un grand questionnement sur l'établissement d'un recueil posthume. Sans oublier une certaine controverse quant à la vision de Pascal sur son travail global de prospection spirituelle.
C'est donc dans une belle perspective de conciliation entre ces diverses tendances et visions que Laurent Thirouin a ainsi entrepris une investigation inductive et précise sur l'ensemble des liasses afin de s'interroger sur la signification du classement incomplet que Pascal a entamé, mais aussi et avant tout afin d'exploiter intellectuellement le contenu des liasses.
Ce qui est fort intéressant dans la présentation et l'explication de l'organisation des fragments dans les différentes liasses des « Pensée », c'est que Laurent Thirouin n'oublie pas le Pascal mathématicien, logisticien et scientifique, en plus de son côté moraliste, théologien et janséniste. À cet égard, la théologie de Pascal se manifeste non seulement dans le spirituel et dans la foi chrétienne, mais aussi dans la logique arithmétique et l'expérimentation physique. Les nombreux exemples que donne Laurent Thirouin qui concernent Copernic, Galilée, Torricelli, Leibniz et bien d'autres l'attestent. À partir de ce constat est exposé l'apologie du christianisme tel que le conçoit Blaise Pascal – thème principal de son ouvrage en préparation.
Au final, l'ouvrage de Laurent Thirouin présente l'avantage de pouvoir mieux appréhender Blaise Pascal et ses « Pensées » au travers de son système herméneutique, malgré – et c'est là son inconvénient – une approche philosophique complexe pour lecteurs déjà baignés dans la logique pascalienne…
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
La vérité n’est jamais de l’ordre d’une possession mais toujours d’une pratique. Aucun énoncé n’a la propriété d’être vrai. Pascal insiste à de multiples reprises dans les Pensées sur l’impossibilité de figer une vérité : la vérité est structurellement double, elle est faite d’une conscience simultanée de vérités contraires. Elle est le résultat d’un travail de conciliation (de même que la vertu réside dans l’alliance de qualités antithétiques). Elle ne saurait donc s’exprimer dans une définition mais prend tout naturellement la forme d’un verbe, d’un acte de vérité, qui consiste à « faire profession de deux contraires. » La conférence est le travail qui fait coïncider un acte particulier avec une valeur générale.
Commenter  J’apprécie          40
[...] il ne faut adorer la vérité que dans l’ordre de la charité. La vérité, par elle-même – la vérité même – n’est pas un absolu.
Le refus pascalien de magnifier la vérité en tant que telle, d’en faire une finalité intrinsèque, est à mettre en rapport avec l’art de conférer montaignien. « Autant peut faire le sot celui qui dit vrai, que celui qui dit faux », déclare l’auteur des Essais, recueillant l’approbation enthousiaste de Pascal.
Commenter  J’apprécie          60
Quand on fait profession de raison, on ne peut jamais savoir en fait de quoi on fait profession. Pour distinguer le solide sentiment de l’illusoire fantaisie, il faudrait faire appel à la raison. Mais la raison n’est rien d’autre qu’une reformulation discursive du sentiment. Le cercle logique est achevé. Tout devient affaire de langage. Entre le sentiment, garant inébranlable de vérité, refuge inexpugnable contre le pyrrhonisme, et la fantaisie, expression du hasard et du caprice, il n’y a pas de critères pour trancher parmi les paroles. Chacun n’a plus qu’à dire, selon son effronterie, et appliquer à son gré et à son profit les catégories antagonistes.
Commenter  J’apprécie          30
Au même titre que la vérité, l’obscurité est un caractère essentiel de Jésus-Christ, du mode d’être de Jésus-Christ dans sa vie terrestre. Et l’imitation de Jésus-Christ devrait porter le chrétien à embrasser pour soi-même cette obscurité qui caractérise la vie de son maître. [...] L’obscurité ne s’oppose pas à la vérité, mais l’une et l’autre sont réunies dans le même Jésus, qui est vérité et obscurité.
Commenter  J’apprécie          40
Pour Pascal, par l’insupportable frustration qu’elle représente, l’infirmité scientifique de l’homme recèle une valeur dynamique : elle impose une transition. Force est de constater cependant que la réaction ordinaire est exactement inverse : dans son dénuement intellectuel, l’homme s’attache. L’« attache » est ici la notion antonyme de cette « transition » : elle est acceptation de la limite, résignation sereine et insensée à sa propre misère.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Laurent Thirouin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Thirouin
Blaise Pascal est né le 19 juin 1623. Pour célébrer les 400 ans de la naissance de ce génie, Nicolas Herbeaux s'entretient avec les essayistes Marianne Alphant et Laurent Thirouin : l'occasion de redécouvrir l'oeuvre du mathématicien, théologien et philosophe, en particulier ses célèbres "Pensées".
#blaisepascal #philosophie #bookclubculture _________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture
Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4¤££¤6Blaise Pascal18¤££¤ ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Laurent Thirouin (1) Voir plus

Lecteurs (8) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
445 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}